Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Annie Schnapp-Gourbeillon, Aux origines de la Grèce (XIIIe-VIIIe siècles avant notre ère),

Paris, Les Belles Lettres, 2002, 426 pages.
Gérard Courtois
p. 256-257
Référence(s) :

Aux origines de la Grèce (XIIIe-VIIIe siècles avant notre ère), Paris, Les Belles Lettres, 2002, 426 pages.

Texte intégral

1Depuis le début des années 70, l’historiographie présente les quatre siècles qui suivent la chute des grands palais mycéniens comme des « Dark Ages », où disparaissent avec le pouvoir des wanax et leur économie bureaucratique, l’architecture, l’écriture, l’agriculture, la métallurgie, finalement toutes les composantes de la brillante culture de l’âge du bronze achéen (sauf la céramique toutefois). A ce « trou noir » marqué par un recul général de la richesse et de la population succèderait, au VIIIe siècle seulement, ce qu’on a qualifié de « Renaissance grecque » qui comprend pêle-mêle : le développement des cultes héroïques, l’invention de l’écriture alphabétique, la création des premiers temples, la colonisation vers l’Italie et la Sicile, et s’achève par la révolution hoplitique.

2L’auteur se propose de remettre en cause, non pas les faits sur lesquels se base ce modèle, mais sa logique même, à l’aide des nombreux travaux publiés depuis les années 70, en particulier dans le domaine de l’archéologie. Son ouvrage présente en une série de dossiers des éléments pour une nouvelle intelligibilité de cette période. L’argumentation en est double : si (autour des années 1200 av.n.è.) des sites palatiaux sont détruits sans retour, ce fait n’est pas généralisable et n’exclut pas que d’autres structures (architecturales et politiques) moins imposantes se maintiennent ou apparaissent ; si des éléments de la culture mycénienne disparaissent, cela ne vaut pas pour tous et surtout ces siècles voient éclore de nouvelles formes socio-techniques et religieuses qui préparent la naissance de la Cité.

3L’ouvrage se déploie en cinq chapitres qui visent à invalider « la vision assez caricaturale de « Dark Ages » invertébrés succédant sur fond de catastrophe à un demi-millénaire de civilisation [mycénienne] triomphante » (p. 255). Il revisite donc le savoir nouveau désormais disponible, dans le but de faire éclater le modèle admis jusque là, ce qui amène l’auteur à faire le point sur neuf questions : 1) Les bouleversements de l’art militaire ; 2) L’apparition d’une céramique fruste et « étrangère » ; 3) Les nouveaux habitats et cimetières ; 4) La démographie ; 5) Les « invasions doriennes » et le « Retour des Héraclides » ; 6) Les sanctuaires ; 7) L’invention de l’alphabet ; 8) La question homérique ; 9) Les usages sociaux de l’écriture naissante. Cette énumération montre que des réalités importantes sont laissées de côté, comme : les rites funéraires, l’évolution des styles céramiques ou les cultes héroïques. Mme Schnapp-Gourbeillon en est bien consciente et elle renvoie sur ces points aux ouvrages récents qui sont, comme le sien, soucieux de rompre avec la vision catastrophique des « Dark Ages ».

4Cet ouvrage, souvent très technique et toujours intelligent, a deux types de lecteurs : les spécialistes d’histoire grecque et ceux qui se passionnent pour le type de scientificité qui appartient à l’écriture de l’historien. On y voit bien la puissance intellectuelle d’un modèle acquis d’intelligibilité et les diverses stratégies qu’il faut mettre en place pour le déstabiliser, avant de pouvoir espérer le remplacer par une nouvelle entente des faits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Courtois, « Annie Schnapp-Gourbeillon, Aux origines de la Grèce (XIIIe-VIIIe siècles avant notre ère), », Droit et cultures, 48 | 2004, 256-257.

Référence électronique

Gérard Courtois, « Annie Schnapp-Gourbeillon, Aux origines de la Grèce (XIIIe-VIIIe siècles avant notre ère), », Droit et cultures [En ligne], 48 | 2004-2, mis en ligne le 10 mars 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1817

Haut de page

Auteur

Gérard Courtois


Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org