Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Étienne Boisserie, Un conflit entre normes européennes et mémoires nationales. La question magyare en Roumanie et en Slovaquie (1993-1997

Paris, L’Harmattan, coll. Aujourd’hui l’Europe, 2003, 399 p. Bibliogr. Index Annexes
Hervé Guillorel
p. 254-256
Référence(s) :

Un conflit entre normes européennes et mémoires nationales. La question magyare en Roumanie et en Slovaquie (1993-1997

Paris, L’Harmattan, coll. Aujourd’hui l’Europe, 2003, 399 p. Bibliogr. Index Annexes

Texte intégral

1L’étude détaillée de « la question magyare », dans deux États (Roumanie et Slovaquie) et sur une période récente et courte (1993-1997) permet à Étienne Boisserie, au delà des spécificités des situations, de soulever toute une série de questions qui intéresseront à la fois les juristes, les politistes et les spécialistes de l’Europe centrale et méridionale.

2Deux « jeunes » États sont confrontés, dans la gestion de leur processus d’édification étatique et nationale, à l’existence d’une « minorité nationale » hongroise, implantée et concentrée territorialement de longue date, suite au démembrement de l’Empire austro-hongrois par le Traité de Trianon du 4 juin 1919 : la Hongrie, qui succède à la monarchie danubienne, est traitée en vaincue : la Slovaquie est cédée à la nouvelle Tchécoslovaquie, le Banat est cédé à la nouvelle Yougoslavie et à la Roumanie (État indépendant depuis 1878), et la Transylvanie est cédée à la Roumanie. Les nouvelles « minorités hongroises » étaient censées être protégées dans le cadre de traités conclus par les Grandes Puissances et les États incluant ces minorités, et dans le cadre de la SDN. Le nouvel État hongrois a longtemps refusé le traité de Trianon et demandé le retour des territoires perdus. Il profitera même de la montée en puissance du Troisième Reich et du début de la Seconde Guerre Mondiale pour « récupérer » une partie de ses territoires (arbitrages de Vienne de 1938 et 1940) : la Transylvanie du Nord et le sud de la Slovaquie. En effet, le démembrement de la Tchécoslovaquie a donné naissance à une Slovaquie autonome devenue rapidement indépendante, mais alliée au IIIe Reich, pour une courte durée (1939-1945), au prix de la cession d’une grande partie de ses régions méridionales à la Hongrie. La Slovaquie réintègrera la Tchécoslovaquie en 1945, récupérant au passage sa partie méridionale, car le traité de Paris de 1947 confirma celui de Trianon (mis à part quelques rectifications frontalières minimes). En 1968, la Slovaquie devient une République fédérale tout en restant au sein de la République Socialiste de Tchécoslovaquie.

3En 1992, la Tchécoslovaquie a implosé en deux États souverains, la Tchéquie et la Slovaquie, et c’est cette dernière qui est concernée au premier chef par la question magyare, car historiquement ce sont les Slovaques qui, à la différence des Tchèques, étaient, avant 1919 sous la domination hongroise, et c’est dans le sud de la Slovaquie, le long de la frontière avec la Hongrie, que se trouvait et demeure toujours concentrée la minorité hongroise.

4Aujourd’hui, le problème principal de la Hongrie est moins celui d’une révision de ces traités et d’une récupération de ses anciens territoires que celui de la protection des minorités hongroises établies hors de son territoire. Le livre d’É. Boisserie s’attache donc à l’analyse comparée de la question magyare contemporaine telle qu’elle se pose en Roumanie et en Slovaquie : analyse des organisations de défense des minorités hongroises et des politiques menées à leur égard par les gouvernements slovaques et roumains. La politique menée par la Hongrie ne rentre pas en tant que telle dans les propos de l’auteur, mais elle est continuellement présente dans les positions des diverses organisations de défense des minorités hongroises et dans les représentations et les instrumentalisations qui en sont faites par la Roumanie et la Slovaquie.

5Mais cet analyse ne se limite pas à l’analyse comparée de deux politiques étatiques à propos d’une question minoritaire : à la différence des situations antérieures, il y a un nouvel acteur, l’Europe. Après la Seconde Guerre Mondiale, la question des minorités nationales a été en quelque sorte mise sous le boisseau, pour des raisons diverses ; l’échec de la SDN en ce domaine, la rivalité entre les blocs et la prééminence accordée aux droits (individuels) de l’homme. Dans le même temps, se mettent en place progressivement des organisations européennes (Conseil de l’Europe, CE puis CEE puis UE) qui, dans un premier temps, vont englober les États du Bloc occidental, puis, progressivement accueillir la majorité des États d’Europe centrale et orientale. Cette dernière évolution explique notamment le retour de la question des minorités nationales, qui n’est plus uniquement l’affaire de traités bilatéraux mais qui est pris en compte à travers toute une série de « normes » européennes, depuis les avis rendus par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur l’adhésion de nouveaux membres, avis fondés notamment sur la Recommandation 1201 (1993) relative à un protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l’homme sur les droits des minorités nationales, jusqu’aux conventions adoptées par le Conseil de l’Europe en matière de protection des minorités nationales (convention-cadre de 1995) ou de langues régionales ou minoritaires (Charte adoptée en 1992). Du même coup, la question magyare en Roumanie et en Slovaquie n’est plus limitée à des questions de politique intérieure et/ou à des relations étatiques, mais s’européanise, notamment au niveau juridique, car elle s’évalue également à l’aune des nouvelles normes européennes, d’où des jeux complexes et subtiles, où l’on voit par exemple la Hongrie passée maître dans l’art d’en appeler aux instances européennes pour protéger au mieux les intérêts de ses minorités, et la Slovaquie et la Roumanie, naviguer au mieux en fonction de leurs évolutions politiques intérieures, entre leur désir d’adhérer à ces mêmes instances, et donc d’accepter les nouvelles normes européennes en matière de minorités nationales et de langues régionales ou minoritaires, et leur volonté d’affermir et de réussir leur dynamique d’édification étatique et nationale. L’ouvrage montre bien comment la question magyare a été « instrumentalisée » et « manipulée », par tous les acteurs, en fonction des évolutions et des contingences tant européennes que particulières à chacun des pays concernés.

6Pour détailler cette problématique, É. Boisserie part de l’analyse de ce qu’il appelle les « acteurs minoritaires », en l’occurrence les organisations de défense des Magyars, et de leurs programmes (notamment en ce qui concerne les revendications d’autonomie et des politiques culturelles). Il étudie dans une seconde partie comment les gouvernements roumain et slovaque ont géré la question magyare, à travers l’analyse des discours, et comment ils inscrivent cette question dans leur ordre juridique et notamment constitutionnel, et comment se situe cet ordre par rapport aux nouvelles normes européennes (mais aussi aux politiques ou non-politiques menées en la matière par les États « occidentaux »). Dans une troisième partie, il analyse la place de la question magyare dans les opinions publiques et également dans le domaine des résultats électoraux. Sa quatrième et dernière partie est consacrée à une étude détaillée de la législation slovaque et roumaine sur la place de la langue hongroise dans des domaines tels que l’onomastique ou la scolarité, domaines classiques en matière de protection des droits linguistiques.

7Il s’agit d’un ouvrage dense qui a le mérite de proposer une analyse comparée de la façon dont deux États pensent et traitent la « question magyare », sous l’œil attentif de la Hongrie et des instances européennes : la limitation à deux monographies et à une période relativement courte (1993-1997) permet à la fois une analyse très détaillée tout en conservant une optique comparatiste. Quelques critiques cependant : le lecteur non spécialiste peut très vite être noyé dans les données factuelles ; la lecture aurait pu être améliorée en rajoutant une chronologie, des cartes, et un synthèse historique en introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Guillorel, « Étienne Boisserie, Un conflit entre normes européennes et mémoires nationales. La question magyare en Roumanie et en Slovaquie (1993-1997 », Droit et cultures, 48 | 2004, 254-256.

Référence électronique

Hervé Guillorel, « Étienne Boisserie, Un conflit entre normes européennes et mémoires nationales. La question magyare en Roumanie et en Slovaquie (1993-1997 », Droit et cultures [En ligne], 48 | 2004-2, mis en ligne le 09 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1799

Haut de page

Auteur

Hervé Guillorel


Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org