Navigation – Plan du site
Études

Orientaux sans Orient. Une limite du mythe de Croisade

Middle Easterners without the East: A limit to the Crusade myth
François Billacois
p. 193-202

Résumés

La fascination volontiers conquérante que les occidentaux éprouvent pour l’Orient (du XIe au XXIe siècle) n’a pas d’équivalent dans les sociétés orientales (ni envers l’Occident ni envers l’Extrême-orient). Les orientaux perçoivent mal et tard les motivations idéologiques des croisades, puis des entreprises coloniales, missionnaires et humanitaires dont ils ont été l’objet. Ils y répondent non par des contre-croisades, mais par un rejet farouchement identitaire. Ennemis nullement « complémentaires », ils s’appuient sur une représentation de l’espace comme irradiant à partir du centre sacré qu’ils occupent, alors que les occidentaux s’appuient sur la représentation d’un espace polarisé, voire écartelé entre points cardinaux opposés.

Haut de page

Texte intégral

L’article présenté ici reprend une communication faite au colloque Mythe, Histoire, Croisade : en lisant Alphonse Dupront (Paris, mars 2001). Cette publication – anticipant sur des actes en très lente gestation – a été aimablement autorisée par les responsables du colloque, les « Amis d’Alphonse Dupront » et leur président, le professeur Jean Mesnard. Qu’ils en soient vivement remerciés.

  • 1 Gallimard, 1997.

La revue Droit et cultures a rendu compte dans son numéro 36 (1998/2) du maître-livre de l’historien A. Dupront Le mythe de Croisade1. On ne présentera donc pas ici cet ouvrage d’un auteur dense, parfois déroutant, toujours érudit, souvent perspicace voire prophétique. Rappelons seulement que ce Mythe de Croisade est la forme ultime (et posthume) d’une thèse d’histoire soutenue quarante ans plus tôt sur l’idée de Croisade. Et que celle-ci approfondissait -entre autres- certaines intuitions d’une thèse de droit vieille alors de quatorze ans, celle de Michel Villey sur la théorie juridique de la croisade : la mise en forme théorique est seconde par rapport à la réalité du phénomène vécu ; la charge idéologique pèse bien au-delà du terme de l’événement historique. Jusque dans les grandes découvertes, disait M. Villey ; jusqu’aux romans d’Arthur Koestler, aux proclamations du général Franco, et aux métaphores banalisées (croisades anti-bruit ou anti-tabac..) de nos médias, affirme A. Dupront. Depuis le 11 septembre 2001 (six mois après notre colloque !) les discours des responsables tant de l’administration américaine que d’organisations islamistes disent la présence obsédante du mythe dans l’actuel.

De 1942 à 1956 puis à 1997, on est passé du concept de croisade à l’idée puis au mythe, et du pluriséculaire à la très longue durée. Toutefois ce socle massif et mal perçu de ce que notre auteur appelle « la psychè collective » n’est pas une forme universelle de l’intellect humain. La croisade a des frontières, entre autres une frontière dramatique que tente de dessiner le présent essai.

F.B.

  • 2 A. Dupront, Le mythe de croisade, Gallimard, 1997, 4 vol. , p. 1641-1642. Cf. aussi Michel Villey, (...)

« La croisade... est l’acte d’un monde occidental en mal de lui… Elle est acte propre de la vie de l’occident, et comme intérieure. ... Mais qui ne concerne que l’occident... On ne souligne jamais assez ce qu’il y a dans cette histoire du mythe de croisade, de spécifiquement occidental »2.

  • 3 Que le titre du roman d’anticipation rapprochée d’Amin Maalouf cité ici (Grasset, 1992) soit le si (...)

1Ces quelques lignes d’Alphonse Dupront disent sans ambages que le mythe historique n’est pas un schème universel de pensée et d’action. Toute croisade mène des humains au secours ou à l’attaque d’autres humains totalement dépourvus, eux, de tropisme de croisade. C’est la vision de ces objets-de-croisade que je voudrais prendre en considération. Ils auront ici le nom générique commode d’orientaux. Ils sont à l’orient des croisés des XIIe et XIIIe siècles, et de ceux qui se sont voulus leurs successeurs ou qui ont été réputés tels. C’est leur principal dénominateur commun. Ils occupent les espaces vastes et divers qui s’étendent de Belgrade à Bagdad. Leurs existences s’échelonnent du premier siècle après notre An Mil au « premier siècle après Béatrice »3. Leurs langues ne sont pas germaniques ou romanes (à l’exception des Roumains). Leur christianisme n’est pas romain ou réformé. Et la religion musulmane y a été, pour de longues périodes, ou y est toujours dominante politiquement et souvent démographiquement.

2Programme très ambitieux, où personne ne peut être toujours spécialiste, et où je ne le suis jamais. Je n’ai d’autre prétention que d’apporter une brassée de textes à votre réflexion.

Une première série de textes indique que pour les orientaux la croisade, loin d’être un mythe, n’est même pas un concept

3Pour les orientaux, la croisade (au sens le plus large) est chose étrange, étrangère.

  • 4 Gustave Schlumberger, Un empereur byzantin du Xe siècle, Nicéphore Phocas, Paris, Firmin-Didot, 18 (...)

4Déjà au Xe siècle, quand Nicéphore Phocas, grisé par ses victoires et ses conquêtes sur les Musulmans, prétend proclamer martyrs ses soldats morts au champ d’honneur, le patriarche lui oppose le canon qui exclut de la communion pour trois années quiconque a tué son semblable, même à la guerre. Et le basileus renonce à ce que l’opinion byzantine considère alors comme une incongruité impie4.

5Dans les langues grecque et arabe, jusque tardivement, et par un décalque savant, il n’y a pas de mot pour traduire « croisé » ou « croisade ». On ne parle que de « Francs », nom ethnique, désignant un peuple vague, lointain et barbare. Peuple de religion chrétienne, certes, mais sans que le nom qui le désigne ait la moindre connotation religieuse.

  • 5 Anne Comnene, L’Alexiade, texte établi et traduit par B. Leib s.j., Paris, « Belles lettres », 194 (...)

6Les croix rouges cousues sur les vêtements, et qui, pour les occidentaux, font du départ en croisade une prise d’habit, ne sont pas plus remarquées que si elles étaient un décor héraldique. Anne Comnène, exceptionnellement bien informée cependant, n’est guère plus sensible que les chroniqueurs arabes à la ferveur, à l’exaltation qui anime ces envahisseurs dont elle énumère les défauts et qualités. Et les seules croix qu’elle a remarquées sont des croix processionnelles : « Ils portaient des palmes et des croix sur leurs épaules »5.

  • 6 Benjamin Z. Kedar, « Croisade et Jihad vus par l’ennemi : une étude des perceptions mutuelles des (...)

7Il a fallu beaucoup de temps – Benjamin Z. Kedar l’a redit – pour que les Sarrasins reconnaissent que l’ardeur et l’obstination de leurs adversaires se fondaient sur des motivations religieuses. Ce n’est qu’avec Noureddine et Saladin qu’ils cernent les principaux thèmes de l’idéologie croisée, mais pas pour autant sa logique. C’est alors que, dépassant l’appel routinier au gihad, ils constituent eux-mêmes une idéologie qui sous-tend leur résistance, et leur permet de reprendre Jérusalem. Mais c’est une idéologie religieuse aux antipodes de l’esprit de croisade. Aucun recours à l’attente eschatologique et l’exaltation du sacrifice du croyant si présentes dans les variations de la sensibilité chiite (et dans le patrimoine fatimide) ; la mobilisation se réalise autour d’un sunnisme fait de rigorisme lucide et de piété disciplinée et autour de chefs qui ne sont charismatiques que parce que sobres, compétents et justes. Et aujourd’hui, pour s’opposer aux « fils des croisés » (ou prétendus tels) le monde arabe se cherche non un Mahdi ou un imam, mais un nouveau Saladin6.

  • 7 Bernard Heyberger, « Les chrétiens arabes et l’idéologie de la croisade (XVIIe-XVIIIe siècles) », (...)

8Si on s’éloigne du temps des croisades, on s’aperçoit que la mémoire historique n’a pas absorbé une logique de croisade, même chez les chrétiens uniates les plus acculturés au catholicisme romain.. B. Heyberger l’a bien montré à propos d’Istfan al-Duwayhi, patriarche maronite du XVIIe siècle. Ce prélat maîtrise un double langage. Quand il s’adresse à un représentant du roi Louis XIV, le consul français à Saïda, il « évoque le soutien que les maronites auraient apporté à Godefroy de Bouillon puis à saint Louis, pour conclure sur les prières quotidiennes dites par son clergé en faveur » du roi très chrétien. Mais quand il rédige en arabe, pour un public local, pour l’élite de ses ouailles,. une Chronique historique, il : « plonge l’histoire maronite dans le contexte moyen-oriental sans emphatiser le moins du monde sur les relations des maronites avec les croisés. A l’éloge stéréotypé des princes chrétiens (dans les écrits courtisans adressés aux protecteurs occidentaux) répond dans ce texte l’évocation flatteuse des émirs musulmans et des califes abbassides. Et le soutien maronite aux Francs n’y apparaît que de façon confuse »7.

  • 8 Percy Kemp, Territoires d’Islam. Le monde vu de Mossoul au XVIIIe siècle, Paris, Sindbad, 1982. Ic (...)

9Un dernier auteur sera un contemporain de notre siècle des Lumières, Yasîn Ibn Khairallâh ‘Umari. C’est un notable de Mossoul, sunnite et lettré, un compilateur prolixe. Vaste curiosité et absence d’originalité font de ce Pécuchet de la province ottomane un excellent témoin des idées reçues. Je suivrais pour l’apprécier les brillantes analyses qu’en a données Percy Kemp8 :

« Les croisés sont mentionnés pour la première fois quand ils assiègent et prennent Antioche en 401/1098. Là aucune indication n’est donnée quant à la façon dont ces Ifranj sont arrivés dans la mamlaka, ou quant à leur pays d’origine. Ces Ifranj qui apparaissent soudainement devant Antioche semblent sortir du néant un peu comme les nomades... ».

10Et puis des siècles plus tard, du vivant de ‘Umari, voici que ce scénario-catastrophe se joue à nouveau. Les Farança (une fraction ou un parti des Ifranj) menés par un chef qu’il est aisé d’identifier à Bonaparte envahissent l’Égypte. « Ces événements semblent surgir de nulle part. Car les Farança ne sont pas – normalement – en confrontation avec l’Islam. Ils viennent d’un monde inconnu, traversent les mers, envahissent l’Égypte, et sont finalement repoussés et expulsés du monde familier »... Tout au moins dans le court terme des quelques années de vie qui restent au polygraphe mossouliote.

11En revanche, les Ottomans ne sont pas entrés dans l’histoire de ‘Umari comme ce qu’ils ont été, des nomades guerriers et païens. C’est que pour cet auteur loyaliste, ils sont essentiellement les ancêtres de la dynastie régnante et légitime jusqu’à être califale. Dès les premières mentions, ils sont un État organisé et musulman. Leur conquête est « de domination, non de destruction ».

12Par contraste, et à travers ces divers témoignages, la croisade est vue essentiellement comme de destruction : intrusion et destruction.

Si la Croisade n’est pas une idée pour les Orientaux, force leur est de reconnaître que son aspect systématiquement destructeur révèle chez ses acteurs une idéologie implacable sinon totalitaire

  • 9 Alfred Morabia, Le Gihad dans l’Islam médiéval, Paris, Albin Michel, 1993. Le Tigre est bien loin (...)

13Ce second stade de l’interprétation orientale du phénomène apparaît bien chez ‘Umari, l’écrivain mossouliote déjà cité. Celui-ci distingue croisades et expédition de Bonaparte d’une part et rapports normaux entre puissances chrétiennes et musulmanes de l’autre. Ces rapports normaux sont de deux types. Le premier est un affrontement de voisinage. C’est celui qu’on a connu en Anatolie avec les Byzantins avant l’intrusion des Francs ; c’est celui qu’on connaît en Hongrie et Croatie avec l’Autriche des Habsbourg. C’est le système des « confins militaires ». Système rude mais codifié, donc « rassurant ». Un territoire est voué, chaque printemps et été à des raids et contre-raids utiles aux économies locales, au prestige des puissances affrontées, et même au salut des combattants. Ce no man’s land est le théâtre du gihad (dont A. Morabia a bien montré ce qu’il doit aux razzias traditionnelles des Arabes anté-islamiques). C’est un théâtre de guerre sainte. Ce n’est pas le lieu ou le point de départ d’une contre-croisade9.

14Le second type est d’absorption subtile, fruit du régime des capitulations. Le souverain ottoman accorde sa protection au roi de France représenté dans son territoire par un ambassadeur et des consuls. Et le roi de France, à son tour, accorde sa protection aux sujets chrétiens du Grand Seigneur. Hiérarchie de poids et de contrepoids qui intègre le Très Chrétien à l’ordre du monde musulman voulu par Dieu. Au point que l’auteur décerne aux Bourbon le titre musulman de sultan. Vision pertinente. C’est celle qu’on perçoit aujourd’hui encore quand on marche dans le vieux centre de la ville de ‘Umari, Mossoul. Sur un des grands axes commerçants et administratifs s’ouvre l’accès au principal des quatre quartiers chrétiens. Quartier, il faut le préciser, dont les habitants sont très majoritairement monophysites ou nestoriens, donc sans lien avec l’obédience romaine, encore moins avec le rite latin. Or l’entrée de leur quartier est dominée et comme contrôlée par une haute bâtisse de pierre de taille, c’est le couvent des dominicains français (ou aujourd’hui francophones, mais toujours très liés aux autorités françaises). L’urbanisme n’a fait qu’inscrire dans le paysage une construction sociologique et politique communément admise....

15Or ce bel ordre est bouleversé en France même, et par la Révolution.

  • 10 P. Kemp, p. 58-60.

16Événement lointain, dont ‘Umari donne une version sommaire, simpliste, mais non dépourvue de pertinence : « Les ‘Farança’ apparurent parmi les ‘Ifranj’. Ils tuèrent leur sultan’et remirent le pouvoir à six hommes d’entre eux. Ils rejetèrent le christianisme et abandonnèrent les traditions de leurs ancêtres »10. Telle est la horde impie et incivile d’où sortent Bonaparte et ses soudards.

  • 11 Theodoret de Janina, Exégèse de l’Apocalypse et Exégèse conjuguée des deux Testaments, passages tr (...)

17Exactement contemporain de ‘Umari, le théologien grec Théodoret de Janina rejette dans l’animalité et les croisés latins envahisseurs de Byzance et Napoléon et les disciples des Lumières, envahisseurs de la Russie. Ceci avec référence à l’Apocalypse qui a désigné les uns comme nuée de sauterelles et les autres comme grenouilles coassantes...11.

  • 12 Anastasios Gordios, Traité sur Mahomet et contre les Latins, dans A. Argyriou, p. 343.

18Plus mesuré, donc plus percutant, me semble-t-il, est Anastasios Gordios, lui aussi théologien grec et sujet ottoman qui avait effectué plusieurs séjours en Italie à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles, « Mahomet (écrit-il) est le persécuteur des chrétiens en général, alors que le pape est le persécuteur de l’Église orthodoxe. En effet, des églises existent partout dans les territoires musulmans, en grand ou en petit nombre. Tandis qu’on ne trouve pas une seule église orthodoxe sur les territoires du pape ». Entendons sur les territoires des Habsbourg et de leurs satellites où le catholicisme d’État impose uniformité de credo et de rituel aux sujets, par opposition avec la tolérance cultuelle et juridique qui est de règle à l’égard de toutes les « religions du Livre » chez les Ottomans, comme dans les États musulmans en général12.

  • 13 A. Dupront, p. 1958, note 150. Le mot bâdariyye (de l’italien Padri) appartient à l’arabe dialecta (...)

19S’il y a donc un projet (concerté ou inconscient) dans le grand désordre qu’apportent les croisades et leurs continuations belliqueuses ou insidieuses, jusqu’à notre actuel droit-devoir d’ingérence, c’est le projet d’imposer un ordre venu d’ailleurs, et peut-être bon ailleurs. Un ordre de valeurs, de symboles, de jugements moraux et de dogmes théologico-politiques qui uniformise et nivelle tout tissu humain. Les expéditions militaires, comme les rapports de force techniques, économiques et médiatiques ne sont que les bras séculiers d’un magistère autodésigné quelque part à l’ouest. De Pierre l’Ermite à Lavigerie, de Renaud à Cromer, de Volney à Renan, des bâdariyye aux saint-simoniens et aux « coopérants », des Hohenstaufen aux Hohenzollern, des colonisateurs aux anticolonialistes, l’idée est d’imposer ce qu’A. Dupront a appelé « toute la tyrannie de l’homogène »13.

20Et cette idée, ce projet, les orientaux croient l’entendre « répété par mille sentinelles » tout au long d’un millénaire. Et on peut le trouver, il faut le reconnaître, même sous les plumes où on l’attend le moins. Ainsi dans ce texte de Louis Massignon, daté de 1952, au plus fort des tensions entre l’Iraq et la Grande-Bretagne :

« Les Irakiens continuent à nous demander d’accueillir leurs boursiers à Paris, de leur faire passer des examens de doctorat en Droit. Ai-je ainsi contribué à aider le colonialisme sur le plan intellectuel ? Nos caractéristiques culturelles en matière juridique sont pures et saines. La terminologie juridique française est d’une logique à valeur internationale, tandis que le droit anglais n’est qu’un droit coutumier.(...)

  • 14 Louis Massignon, « L’occident devant l’orient. Primauté d’une solution culturelle » dans Opera min (...)

La vocation internationale suprême de la France qui est tout de même d’ordonner un idéal de la justice, et de répandre une langue claire que son manque de musicalité sauve de l’équivoque et du pathos... »14.

  • 15 Usama ibn Munqidh, Des enseignements de la vie. Souvenirs d’un gentilhomme syrien du temps des cro (...)

21Je voudrais, pour une ultime réflexion, proposer encore deux documents, contemporains des croisades médiévales15.

22Le premier est un récit autobiographique de Usâma ibn Munqidh. Un prince et lettré arabe du XIIe siècle. Pieux musulman et ami des templiers. Ceux-ci ont établi leur quartier général sur ce qu’on nomme platement aujourd’hui « l’esplanade des mosquées ». Et quand Usâma est leur hôte, ils lui laissent volontiers faire ses dévotions dans la mosquée el Aqsa. Mais un jour, un incident se produit :

« Je me tenais debout, tout à ma prière, lorsqu’un Franc se rua sur moi, me saisit et tourna ma tête vers l’Orient en disant : ‘C’est de cette façon que tu dois prier’. L’homme (nous précise-t-il) avait un visage décomposé, et tremblait de saisissement. Les templiers le chassèrent et me demandèrent de l’excuser ‘C’est (m’expliquèrent-ils) un étranger arrivé ces jours-ci des pays francs, et qui n’a jamais vu prier que vers l’orient ».

23Et voici le second témoignage. Il est de l’augustin Giovanni da Verona, pèlerin en 1335, qui interrompt son récit de voyage pour un exposé de « la loi de Mahomet ». Exposé succinct, polémique bien sûr, mais informé. Voici ce qu’il écrit de la prière. Mahomet « a dit que le sixième jour, celui de Vénus, et à la sixième heure, c’est-à-dire midi, Dieu fit Adam et Eve. C’est pourquoi il a voulu que les églises des Sarrasins (leurs mosquées) soient édifiées en direction du midi. Et que c’est un midi que Dieu fera le jugement universel. Et pour cela le culte divin doit se célébrer quand la lumière du jour est la plus haute ».

24Ne nous gaussons ni de cet occidental qui, arrivé dans les Lieux saints, et même auSaint des saints, cherche encore plus à l’est ce que Dupront appelle l’accomplissement. Ne nous gaussons pas, ne nous indignons pas des informateurs (ou intoxicateurs ?) orientaux qui semblent ignorer que les musulmans de Grenade ou de Samarkand ne se tournent pas vers le midi pour prier...Toute affirmation erronée ou mensongère est à sa manière véridique. Elle dit, elle fabule des vérités que ne peut exprimer le discours explicite. Alphonse Dupront, avec générosité et exigence, nous aide à mettre à jour ces pensées enfouies. Ce qui ne veut pas dire à les expliquer, les dater, encore moins les supposer atemporelles.

25Au début du XXIe siècle, à l’heure de la globalisation et du nouvel ordre mondial, les divergences de la sensibilité collective quant à une orientation sacrale de l’univers sont ce qu’elles étaient au XIe siècle.

26L’ensemble géo-politico-culturel qui se donne significativement le nom d’occident est, de nos jours, fasciné par un Orient extrême : source reconnue ou supposée d’énergie, de sagesse et de spiritualité. Des moines de la Pierre-qui-vire comme des étudiants de l’université de Berkeley se mettent à l’école des lamasseries tibétaines. Des chefs d’entreprise surmontent le stress grâce au zen. Et les innombrables adeptes des arts martiaux considèrent ces techniques de défense comme une initiation à des mystiques douces...

27Rien de tel dans un Orient devenu « proche » ou « moyen ». Pourtant on y consomme abondamment les produits électroniques du Japon, les ustensiles plastiques de Chine, les vêtements et les jouets fabriqués en Corée ou à Singapour. On y consomme depuis des décennies et la sentimentalité des films indiens et les exploits de Bruce Lee. Mais personne n’y prend le tatami pour un tapis de prière !

28Nous touchons ici, je pense, à une limite du mythe de croisade. A une limitation de son efficace. L’imaginaire des « Orientaux » a beau se nourrir de thèmes analogues à ceux d’Empire, de guerre sainte, de pèlerinage, de lieux saints, d’attente eschatologique et d’aspiration à un retour à la pureté originelle, Il fait l’économie d’une inscription dans un espace organisé par le cours apparent du soleil.

  • 16 Cf. D. Leclerc, article « orientation » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie. C (...)

29Pourquoi cette indifférence ? Peut-être, pour certains, parce que leur calendrier est lunaire ou semi-lunaire. Peut-être parce que le plan des églises est de préférence un plan centré, surmonté d’une coupole. La forme « ronde » de l’église du Saint-Sépulcre frappe les pèlerins venus de loin. Même le plan basilical de Sainte-Sophie de Constantinople est camouflé sous les apparences d’un plan centré. Et si les églises paléo-chrétiennes de Syrie-Mésopotamie placent presque toujours le sanctuaire dans la partie est de l’édifice, le bema signifie par sa position médiane et par son volume (plus spectaculaire que celui de l’autel) quele site du culte est moins un horizon qu’un centre, un lieu de convergence16. Ceci est encore plus patent avec l’Islam. L’attitude des corps orants les fait converger vers un point central, la Kaaba. Et les pèlerins de la Mecque font rituellement le tour de ce centre. On est bien loin, ici, du chemin de croix des Latins !

30Si donc les Orientaux sont peu sensibles à une orientation sacrale de l’espace humain, c’est parce qu’ils aspirent à une confluence vers le centre de leur monde : Jérusalem, la Mecque, Constantinople, la « ville gardée de Dieu », peut-être aussi, plus tard, Moscou et « la terre russe »... La chrétienté catholique a tenté un recentrement du même type, et pendant un temps non sans un certain succès : la Rome pontificale, à l’époque surtout de Sixte-Quint et de Baronius, époque qui suit la conquête et la conversion de l’Amérique. Elle coïncide, on l’a vu, avec la plus forte latence du mythe de croisade. Mais finalement dans la reconstruction de la basilique saint Pierre, et malgré la coupole de Michel-Ange, le plan en croix latine l’a emporté sur la croix grecque. C’est que durablement, dans le génie du christianisme latin, la Rome des jubilés et son doublet Lorette, ne sont que des étapes sur l’Itinéraire à Jérusalem.

31Je voudrais aller encore un peu au-delà de cette opposition entre espace orienté et espace centré. Si l’axe est-ouest importe peu aux Orientaux tournés vers leurs centres respectifs, c’est peut-être parce qu’ils sont, en-deçà du discours et de la conscience claire, sensibles à un axe nord-sud, ou sud-nord qui réunit plus ou moins leurs différents centres. Voici quelques jalons de cet hypothétique itinéraire méridien.

Les Esséniens de Qumran enterraient leurs morts tête au sud et pieds au nord

– A Ephèse la caverne des Sept Dormants ouvrait au midi

– C’est du nord qu’Abraham chemine vers la Terre promise

– C’est du sud « quand Israël sortit d’Égypte » que Moïse l’amène à la même terre

– C’est du sud lointain que la reine de Saba vient écouter la sagesse de Salomon

– C’est du sud vers le nord, du Hedjaz à Jérusalem que le Prophète Mahomet accomplit la partie terrestre du voyage nocturne qui l’amène jusqu’au Paradis

– C’est du nord, enfin, de la Constantinople des califes ottomans que part chaque année le mahmal qui processionne à travers les provinces pour apporter au moment du Pèlerinage le voile brodé qui doit recouvrir la Kaaba.

Au terme de cette communication sans conclusion, se dresse une exception, celle de la Russie.

  • 17 Cf. L’énorme dossier de Paul Pierling s.j., La Russie et le Saint-Siège. Etude diplomatique, Paris (...)
  • 18 La pensée d’A. Dupront – et pas seulement son analyse du cas russe – doit beaucoup (comme l’a soul (...)
  • 19 Constantin Dragasès caché dans une grotte et le prêtre pétrifié alors qu’il célébrait la liturgie (...)

32La Russie est de l’orient. Part du monde orthodoxe, familière de l’Athos et du pèlerinage à Jérusalem, en butte jadis aux chevaliers teutoniques, puis aux offensives uniatistes17 ; plus récemment chef des « pays de l’est » contre un Occident champion d’une nouvelle croisade. Mais aussi refuge de l’ordre de Malte, et patrie de Soloviev, de Dostoïevski et même de Lénine, pays qui plus tardivement que d’autres et plus intensément parfois, a vécu et dit le mythe de croisade18. Au point de faire admettre à des Grecs du XIXe siècle que la délivrance de Constantinople viendrait de la victoire d’un tsar blond, et non, comme dans tant de légendes locales ou sur les fresques des églises roumaines, d’un miracle de la foi de ses habitants fidèles et chantant l’hymne acathiste19.

33Il est, cependant, remarquable que, dans les populations des Balkans comme du Proche-orient, la politique d’hégémonie russe et soviétique des XIXe et XXe siècles n’est pas perçue comme les actes agressifs reprochés à l’Autriche, à la France, à la Grande-Bretagne et aux États-Unis. La Russie a vécu les oppositions Est-Ouest jusqu’au paroxysme du XXe siècle. Mais elle participe en même temps des solidarités Nord-Sud que concrétise sur la carte le pointillé dessiné par les sièges des cinq patriarcats orientaux.

34Au moment de l’histoire mondiale où les tensions Nord-Sud prennent le pas sur les affrontements Est-Ouest, la Russie est peut-être le centre d’un œcoumène planétaire.

Haut de page

Notes

1 Gallimard, 1997.

2 A. Dupront, Le mythe de croisade, Gallimard, 1997, 4 vol. , p. 1641-1642. Cf. aussi Michel Villey, La croisade. Essai sur la formation d’une théorie juridique, Paris, Vrin, 1942, p. 265 et 267.

3 Que le titre du roman d’anticipation rapprochée d’Amin Maalouf cité ici (Grasset, 1992) soit le signe de ma reconnaissance pour ce que je dois à son livre les croisades vues par les Arabes, Paris, Lattès, 1983.

4 Gustave Schlumberger, Un empereur byzantin du Xe siècle, Nicéphore Phocas, Paris, Firmin-Didot, 1890, p. 393 et 537. L’historien cite à ce propos le commentaire d’un chroniqueur grec : « Comme si le salut de l’âme pouvait s’obtenir par les crimes de guerre ». On est aux antipodes de « l’orgie exterminatrice » des croisés, où « le massacre devient le signe de la victoire, donc du service de Dieu » (A. Dupront, p. 1393).

5 Anne Comnene, L’Alexiade, texte établi et traduit par B. Leib s.j., Paris, « Belles lettres », 1943, t. 2, p. 208. La princesse use de trois mots pour désigner les croisés : Francs, Celtes et Latins.

6 Benjamin Z. Kedar, « Croisade et Jihad vus par l’ennemi : une étude des perceptions mutuelles des motivations », Autour de la première Croisade. Actes du 4e colloque de la ‘Society for the study of the Crusades and the latin East’ réunis par M. Balard, Paris, publications de la Sorbonne, 1996, p. 347-355. Intéressante serait une étude du thème de Saladin dans l’iconographie et les discours (officiels ou non) du Proche-orient contemporain. Intéressante aussi serait une étude des réactions des touristes français (souvent bardés d’un laïcisme pur et dur) émus par la visite des châteaux francs du Levant, puis choqués de voir la statue équestre de l’Ayoubide dûe à Abdallah es-Sayyed et qui foule de grimaçants croisés devant la citadelle de Damas. Une statue du Kronprinz à Douaumont les bouleverserait peut-être moins...

7 Bernard Heyberger, « Les chrétiens arabes et l’idéologie de la croisade (XVIIe-XVIIIe siècles) », in Edgar Weber (dir.), De Toulouse à Tripoli. Itinéraires de cultures croisées, Amman-Toulouse, 1997, p. 225-226.

8 Percy Kemp, Territoires d’Islam. Le monde vu de Mossoul au XVIIIe siècle, Paris, Sindbad, 1982. Ici, p. 39.

9 Alfred Morabia, Le Gihad dans l’Islam médiéval, Paris, Albin Michel, 1993. Le Tigre est bien loin du Danube : cependant la vision que ‘Umari se fait des confins militaires est corroborée par le témoignage un peu antérieur d’un habitant des confins et acteur de leur vie : Osman Agha de Temechvar, Prisonnier des Infidèles : un soldat ottoman dans l’Empire des Habsbourg, récit traduit par F. Hitzel, Paris, Sindbad-Actes sud, 1998.

10 P. Kemp, p. 58-60.

11 Theodoret de Janina, Exégèse de l’Apocalypse et Exégèse conjuguée des deux Testaments, passages traduits et commentés dans Asterios Argyriou, Les exégèses grecques de l’Apocalypse à l’époque turque (1453-1821). Esquisse d’une histoire des courants idéologiques au sein du peuple grec asservi, Thessalonique, 1982, p. 508, 517-520 et 546.

12 Anastasios Gordios, Traité sur Mahomet et contre les Latins, dans A. Argyriou, p. 343.

13 A. Dupront, p. 1958, note 150. Le mot bâdariyye (de l’italien Padri) appartient à l’arabe dialectal d’Alep ; il est chargé d’un dosage subtil de familiarité, de dérision et de méfiance. Je remercie Bassam Tahhan de m’en avoir montré la richesse d’une bibliographie proliférente, on retiendra ici deux titres. B. Heyberger, Les Chrétiens du Moyen-orient au temps de la Réforme catholique, Rome, BEFAR, 1994 ; et le classique Edward Said, Orientalism, paru en 1978 (traduction par C. Malamoud, Paris, le Seuil, 1980).

14 Louis Massignon, « L’occident devant l’orient. Primauté d’une solution culturelle » dans Opera minora, textes recueillis, classés et présentés par Y. Moubarac, Beyrouth, Dar el Maaref,1963, t. 1, p. 211-212. Conviendrait-il d’appliquer au « cheikh admirable » le sévère jugement d’A. Dupront sur « cet universalisme où la France demeure encore partiellement endormie, pour avoir confondu soi-même et le monde » (p. 236) ?

15 Usama ibn Munqidh, Des enseignements de la vie. Souvenirs d’un gentilhomme syrien du temps des croisades, présentés, traduits et annotés par A. Miquel, Collection orientale de l’Imprimerie nationale, 1983, p. 297. Giovanni da Verona, Liber peregrinationis, édité dans Revue de l’orient latin, 1895, t. 3, p. 259 (traduction inédite). A. Dupront a bien repéré l’intérêt de ce texte, mais l’a quelque peu sollicité (p. 2132, note 167).

16 Cf. D. Leclerc, article « orientation » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie. Cf. aussi les plans donnés par Jean-Marie Merigoux o.p., Les chrétiens de Mossoul et leurs églises pendant la période ottomane (1516-1815), Mossoul, 1983, 155 p. dactylographiées. Je remercie Nicole Thierry pour ses réflexions sur le bema lors de notre visite de Durmus Kilisse, en Cappadoce.

17 Cf. L’énorme dossier de Paul Pierling s.j., La Russie et le Saint-Siège. Etude diplomatique, Paris, Plon-Nourrit, 5 vol. , 1896-1912.

18 La pensée d’A. Dupront – et pas seulement son analyse du cas russe – doit beaucoup (comme l’a souligné D. Julia) aux auteurs russes. Quand il oppose à l’attitude de Lénine et Gorki, celle dénuée de toute participation au sens de la croisade d’un Joseph Staline, c’est peut-être aussi que ce Géorgien doit sa formation première à une Eglise nationale plus farouchement orientale que l’orthodoxie slave. Je remercie le Prince Serge Obolensky qui m’a fait toucher du doigt le rôle important et durable de l’ordre de Malte dans le « transfert » russe de l’idée de Croisade.

19 Constantin Dragasès caché dans une grotte et le prêtre pétrifié alors qu’il célébrait la liturgie pendant l’assaut turc reparaîtront victorieux quand la Ville pénitente aura fini d’expier par le joug ottoman sa soumission spirituelle aux Latins dans l’Union de Florence. Alors aussi on repêchera de la mer de Marmara l’autel de Sainte-Sophie que les défaitistes avaient confié à un navire en partance pour Gênes. Tel est le discours des légendes autochtones. C’est le même que tiennent les fresques des monastères roumains (toutes peintes dans le siècle qui suit 1453). Elles exaltent la résistance victorieuse au siège de 626 : en l’absence de l’empereur, et malgré leur faiblesse, les assiégés l’ont emporté parce que, basilissa en tête, ils ont processionné dans les rues en brandissant les saintes icones. Dans l’avenir comme dans ce passé, la « Ville gardée de Dieu » tire son salut d’elle-même et d’en-haut, et non d’un ailleurs géographique. Et si dans les Patria des VIIIe-Xe siècles (étudiées par G. Dagron), un chef blond s’empare déjà de la Ville, il s’agit alors non d’un sauveur, mais d’un envahisseur slave païen, et c’est le signe de la fin des temps...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Billacois, « Orientaux sans Orient. Une limite du mythe de Croisade », Droit et cultures, 48 | 2004, 193-202.

Référence électronique

François Billacois, « Orientaux sans Orient. Une limite du mythe de Croisade », Droit et cultures [En ligne], 48 | 2004-2, mis en ligne le 09 mars 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1781

Haut de page

Auteur

François Billacois

François Billacois est historien de la justice, de la violence et de l’espace humain. Longtemps maître de conférences au département d’histoire de l’Université de Paris X-Nanterre, il a fait partie de l’équipe rédactionnelle de la Revue Droit et Cultures. Auteur d’une thèse sur Le duel au 16è et 17è siècle, essai de psychosociologie historique (CID 1984), il a été responsable du n° 19 de cette Revue « Porter plainte : stratégie villageoise et justice en Ile de France, 17è-18è siècles » (1990). Il a participé à l’ouvrage collectif édité par R. Verdier Le serment (1991). Il a collaboré par ailleurs aux revues d’histoire moderne et contemporaine, Annales ESC, Etudes rabelaisiennes, et Bibliothèque d’humanisme et renaissance. Il participe à des programmes de recherche patrimoniale dans le bassin de la Loire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org