Navigation – Plan du site
Études

La vengeance de sang dans un quartier d’Alep : entre justice privée et justice d’Etat

Retaliation in an Aleppo neighborhood: Between private and legal justice
Jacques Hivernel
p. 147-166

Résumés

Cet article, qui a pour objet les faits de vengeance dans le quartier d’Alep de Bâb al-Nayrab, en Syrie, est l’occasion de revenir sur la problématique vindicatoire. A partir d’un éclairage particulier et local, il tente de dresser un bilan des permanences et des changements qui ont affecté ce phénomène. La société syrienne, où coexistent plusieurs niveaux de droit, se caractérise par une législation croisée. L’étude aborde la place assignée en Syrie à la « justice privée » - officiellement niée – et à ses diverses instances de médiation. Elle examine les rapports entretenus par cette dernière avec l’appareil d’Etat et la justice officielle, analyse le jeu interactif entre ces deux entités et montre comment s’effectue le partage des rôles et des tâches. L’évolution récente du quartier de Bâb al-Nayrab a été marquée par un fort développement d’une économie informelle dont les parcours sont axés sur la mondialité. Les phénomènes de régulation, de médiation et de contrôle rendent possible ces mobilités internationales et préservent l’équilibre fragile du quartier et des « affaires » qui s’y traitent. Pourtant, cet équilibre est menacé sporadiquement par des forces contraires basées sur la compétition pour le contrôle du territoire et du pouvoir, et l’élimination des rivaux. Nous assistons, alors, à un dérèglement du système vindicatoire qui sert de révélateur de l’éclatement des groupes, soigneusement occulté habituellement.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque je pénétrai dans la madâfa (salle ou maison d’hôte), je pressentis à divers signes que l’événement attendu, qui motivait mes visites régulières depuis plus d’un mois déjà, allait peut-être se produire ce soir-là. L’atmosphère était particulière, certains visages inhabituels, dans ce lieu désormais familier, reflétaient une légère inquiétude, voire une réprobation muette quant à ma présence en cette circonstance. Le chef de la madâfa, pour couper court à mon hésitation, m’invita à m’asseoir près du foyer, et la séance reprit.

2Abû K. déclara devant ses pairs qu’il vendait sa maison, la maison de son père et celle de sa sœur…

3La médiation, qui s’étirait diaphane depuis Noël, sinueuse, entrecoupée, insaisissable, allait peut-être aboutir. Les shaykh (chefs) des différentes fractions de la tribu s’étaient réunis, témoins et garants de ce qui allait être dit et décidé. Le médiateur, chef de la madâfa, demanda à Abû K. de s’acquitter de la somme de sept cent mille livres syriennes (soit 107500 francs ou 15930,92 euros). Ce dernier acquiesça puis, un peu plus tard, se leva et sortit escorté par un jeune parent.

  • 1   Verdier, 1980, 1, p. 29.

4Il s’agissait là d’une médiation bien particulière, celle d’une tentative de composition entre deux partis, de l’évaluation de la diya, le prix du sang versé, et de la substitution à la contre-offense d’un contre-don équivalent. Le prix du sang qui, comme le dit Verdier : « est symboliquement un don de vie » « (il) tend à substituer à une relation d’adversité nouée dans la mort, une relation d’alliance ouvrant sur la vie »1.

5La scène de déroulait dans l’un des quartiers orientaux, « Bâb al-Nayrab » ou la Porte de « Nayrab », de la ville syrienne d’Alep, objet de ma recherche.

Une histoire ancienne

  • 2   Verdier, 1980,1, 2.

6Ce phénomène, la vengeance et son corrélat la « dette de sang », c’est-à-dire la possibilité de racheter le sang, est profondément ancré dans l’histoire et la mémoire de l’aire méditerranéenne mais aussi d’autres régions plus éloignées d’Asie ou d’Afrique2.

  • 3   Carlier, 1999, p. 307.

7Dans la Grèce d’Homère, nous assistons à un procès de vengeance de sang entre « deux hommes (qui) se disputaient sur le prix du sang pour un autre homme tué »3, devant un tribunal de justice auprès duquel était réunie une foule de gens divisés en deux partis attendant le verdict.

  • 4   Il. ; XVIII, p. 497-508.
  • 5   Carlier, op.cit., p. 307.
  • 6   Carlier, op.cit, p. 309.

8Cette « scène judiciaire représentée par Héphaïstos sur le Bouclier d’Achille4 (est) le texte le plus important sur la justice dans le monde homèrique »5, sa traduction controversée a été étudiée à nouveau par Pierre Carlier, qui nous donne son interprétation de la scène évoquée, après une étude de l’évolution du droit de la vengeance dans le monde hellénique alliée à une recherche linguistique : il est « vraisemblable que le meurtrier demande à payer le prix du sang, mais que le plus proche parent de la victime refuse de l’accepter, afin d’exercer sa vengeance »6.

  • 7   Kadaré, 2003.
  • 8   Kadaré, 1982.

9Pour Ismaïl Kadaré, ce procès témoigne de « l’inquiétude fondamentale de l’Humanité » face à « la vengeance (et) à la prise du sang »7. L’écrivain albanais nous rappelait, ensuite, à l’occasion de cette même conférence qu’il donnait à l’Institut d’Ethnologie (IDEMEC) ce 5 avril 2003, l’écho rencontré en Corse par son livre, Avril brisé8, dans lequel il met en scène une vengeance de sang, au début du siècle, dont il expose les multiples facettes : trêve, reprise du sang, rachat du sang, telles qu’elles sont agencées par le « Kanun », l’ensemble de règles coutumières qui ordonnent la vie sociale et qui président à l’échange de la mort ou de la vie.

  • 9   Chelhod 1971 et 1980, 1.
  • 10   Chelhod, 1980, 1, p. 127.

10Pour le monde arabe, Joseph Chelhod a consacré à la vengeance de sang plusieurs études dont la dernière portait sur les Arabes Huwaytât et les Banu Sakhr de Jordanie9. Il concluait en disant que la vengeance était « tombée aujourd’hui en désuétude presque partout dans les cités, sauf peut-être dans quelques lieux reculés administrés par un pouvoir théocratique fort »10.

11Souscrivant à cette conclusion, je m’aperçus tardivement au cours de mon enquête que j’avais fait l’impasse sur un phénomène, que j’avais un peu trop rapidement relégué à un folklore vieillot et à la déshérence, alors qu’il était très présent et bien vivace dans la société que j’étudiais. C’est dire que cette réalité était soigneusement scellée et occultée dans un pays, la Syrie, qui se définit comme un État de droit, engagé dans la modernité, et doté d’une constitution inspirée du droit positif.

L’Etat face aux faits de vengeance

12Parler de la vengeance, de la composition et du rachat du prix du sang, c’est aborder l’existence d’une justice privée et des différentes instances de médiations officieuses destinées à régler les conflits, et de la place que celles-ci peuvent occuper dans le cadre d’un État moderne.

13Si la réalité des faits de vengeance, même bien dissimulés, perdure dans le monde Arabe et dans d’autres régions du monde, il n’est pas inutile d’examiner rapidement les réponses adoptées par des Etats voisins d’un même ensemble régional comme l’Egypte, la Jordanie et la Syrie, face à ce phénomène.

14En Egypte, pays de l’écrivain Tewfik El Hakim dont le livre, Un substitut de campagne en Egypte, réédité en 1974, témoigne de l’importance et de l’enracinement dans le terroir du thâr, de la vengeance, il existait des commissions de conciliations rattachées aux mosquées. Ces commissions, dont les procédures d’arbitrage étaient garanties par l’université religieuse du Caire d’Al-Azhar, furent supprimées dans les années soixante dix, à la fin de la période Nassérienne. Cette suppression laissa un vide juridique devant une réalité qui restait bien présente.

  • 11   Botiveau, 1993, p. 261.

15La vengeance, en Egypte, est officiellement incompatible avec la nature d’un Etat moderne, car elle est perçue comme le signe d’une arriération culturelle. Les pouvoirs publics la considèrent comme un crime sanctionné par le droit pénal, donnant lieu à des poursuites judiciaires. Cependant, devant la persistance des faits – en 1985, 74 % des meurtres avec préméditation recensés en Haute-Egypte seraient des vengeances de sang11 – des régulations extra-étatiques des conflits continuèrent de s’exercer par l’intermédiaire de personnalités officielles intervenant à titre personnel.

  • 12   Botiveau, 1993, p. 262.

16Cette réalité a même pu être officialisée à titre exceptionnel, comme en 1986, lors de la constitution d’un mahkama ‘urfiyya ahliyya, tribunal coutumier national, pour régler un problème de vengeance de sang dans laquelle la famille du gouverneur de la province de Guizeh était engagée12. Ce tribunal, présidé par le shaykh d’Al-Azhar, réunissait des représentants de l’Etat et ceux des grandes familles de la région spécialistes du droit coutumier. Le jugement rendu imposa une composition comportant le règlement de la diya, le prix du sang, et la réconciliation fut consacrée lors d’un grand festin.

17Cet événement traduit bien l’embarras du législateur face à un problème difficilement soluble dans le cadre de la juridiction existante. Des projets pour légiférer sur des faits de vengeance et faire entrer cette réalité dans la constitution furent même à l’étude en Egypte.

  • 13 Chelhod, 1971, p. 294-295.

18Ces faits de vengeance furent l’objet d’une reconnaissance plus officielle en Jordanie où une justice tribale assistée par un officier des affaires indigènes offrait une alternative au tribunal gouvernemental, laissant ainsi le choix entre les deux instances distinctes. Le tribunal gouvernemental essayait, pour sa part, de tenir compte des règles coutumières en évitant de condamner à mort le coupable afin de ne pas priver le représentant du sang de l’objet de sa vengeance, tout en préservant sa vie par l’emprisonnement. Il imposait une trêve immédiate et s’efforçait d’amener le parti offensé à accepter la composition. Ce processus empruntait en partie la forme du rituel coutumier13.

19La Syrie ne reconnaît pas officiellement les faits de vengeance qui sont considérés par la justice comme des crimes ordinaires. Il existe, cependant, des instances de médiations officieuses, sorte de « justice privée », qui traitent des différends portant sur les biens et les personnes, dans une société caractérisée par une législation croisée où coexistent plusieurs niveaux de droit : droit positif de l’Etat tel qu’il a été redéfini par la Constitution de 1973 ; juridiction d’exception (tribunaux militaires) établie par le décret militaire du 8 mars 1963 toujours en vigueur ; droit coutumier, ‘urfî, dont l’usage reste vivace sous des formes différentes. Il existe, malgré les dénégations, des mouvements de va-et-vient entre les instances de médiations officieuses et les instances officielles, en particulier lorsque le sang est versé entre deux groupes, et que la composition est recherchée afin d’éviter que le thâr, la vengeance, ne s’exerce. La peine encourue par le meurtrier, quinze ans d’emprisonnement, sera réduite de moitié et parfois moins en cas de conciliation, après le versement du prix du sang.

20Ce phénomène est bien pris en compte dans la société syrienne même s’il reste pudiquement voilé au niveau institutionnel.

21La scène initiale, dont la description introduisait ce propos, s’inscrivait dans un processus de médiation dont j’ai pu suivre certaines phases. Cela m’a permis d’approcher ce phénomène mettant en jeu offense – contre-offense – composition, et d’en mieux cerner la réalité et l’évolution en regard des modèles proposés par le droit coutumier bédouin et de voir comment il se situait vis-à-vis des instances gouvernementales.

Une médiation particulière

22J’avais appris à demi-mot, lors d’une soirée passée dans une madâfa,appartenant à un shaykh bédouin, que je fréquentais assidûment, qu’une négociation s’engageait à propos d’une dette de sang dans laquelle mon hôte intervenait en qualité de médiateur.

  • 14   La nomenclature employée ici diffère de celle utilisée par Chelhod, rapportée des Arabes Tiyâha d (...)
  • 15   Verdier, 1980,1, p. 21.

23J’essayais d’en savoir plus long, interrogeant son fils qui se montra réticent, puis plusieurs de ses proches, et j’obtins finalement du shaykh lui-même un début d’information : l’histoire s’était passée au sein de sa ‘ashîré14, tribu, et mettait aux prises deux maisonnées, bêt, appartenant à une même fakhd, fraction. L’affaire remontait à cinq mois, période de temps qui s’écoula, avant que l’on apprenne qui était l’auteur du crime. Deux membres de la maisonnée de l’offenseur étaient emprisonnés depuis peu. La maisonnée de l’offensé voulait régler la dette de sang par le sang et celle de l’offenseur désirait négocier et parvenir à un accord. Il s’agissait là d’une vengeance à l’intérieur du groupe, ce qui relève en principe d’un interdit15.

  • 16   L’ibn al-‘amm désigne le fils de l’oncle paternel, le (Fa-Br-Su) ou Father Brother Sun, le cousin (...)

24Un peu plus tard, un ‘ibn al-‘amm16, fils de l’oncle paternel, du shaykh me raconta l’histoire plus en détail. A l’origine, un membre de la première maisonnée, bêt H, avait blessé avec une arme à feu l’ibn al-‘amm de Abû K. appartenant à la seconde maisonnée, bêt A. La blessure au bras ne fut pas mortelle mais les membres de bêt A décidèrent de se venger pour répondre à cette offense. Ils organisèrent, nuitamment, une expédition punitive en pick-up – petite camionnette à plateau – et mitraillèrent une boutique, une rôtisserie, appartenant à bêt H. Un des fils de cette maisonnée fut tué et l’on dénombra quelques blessés parmi les clients ainsi que des dégâts matériels.

25Bêt A, la maisonnée de l’offenseur, dissimula son acte, contrevenant ainsi aux lois de l’honneur et à celles du code tribal, et cinq mois furent nécessaires pour découvrir les responsables. Une négociation s’engagea, alors, par l’intermédiaire d’un médiateur, le shaykh de la madâfa que je fréquentais. Ce dernier appartenait à la même ‘ashîré, tribu, que les deux autres groupes concernés mais il relevait d’une fraction, fakhd, différente de la leur. Cette négociation se poursuivit parallèlement au niveau des instances politico-administratives de manière officieuse.

26Chacune de deux maisonnées se livrait au trafic de stupéfiants et il semble que leur querelle soit née d’un différend portant sur cette dernière activité. Dans ce conflit, le rapport de force existant entre les deux maisonnées avait son importance : bêt H, le groupe de l’offensé, était plus riche, alors que bêt A, le groupe de l’offenseur était plus nombreux.

27Aucune solution n’était en vue et mon interlocuteur me dit que ces deux partis étaient aussi méchants l’un que l’autre, et les qualifia de garsh, « de carnes ». Lorsque je lui demandai ce qu’il pouvait arriver, il me répondit par un geste qui mimait le fait d’appuyer sur une gâchette, symbolisant un règlement de compte.

28Divers événements s’ensuivirent. Des membres de bêt H, furent aperçus plusieurs fois rôdant armés dans le quartier. Un autre jour, Abû K., le représentant de bêt A, fit état dans la madâfa des pressions dont il faisait l’objet de la part du gouverneur, du chef de la police et du juge militaire pour l’amener à négocier rapidement. Le gouverneur ne lui laissait plus qu’un délai de quinze jours au lieu du mois qu’il avait demandé. Le shaykh-médiateur commenta la situation en disant « qu’ils n’avaient ni honneur ni karâma,générosité ».

29Puis, le soir vint où la négociation parut s’engager lors de la séance, décrite au début de cet article, qui eut lieu dans la madâfa du médiateur. Ce dernier convainquit Abû K., le représentant de bêt A, l’offenseur, de vendre une partie de ses biens pour régler la composition afin de parvenir à un accord. Abû K. déclara devant ses pairs qu’il vendait ou qu’il louait sa maison, celle de son père et celle de sa sœur. Le médiateur lui demanda de s’acquitter de la somme de sept cent mille livres syriennes (soit 107500 francs ou 15930,92 euros), ce qui fut accepté. Abû K. évoqua différents problèmes liés à ces décisions :

30les maisons ne possédaient peut-être pas un confort suffisant ni les commodités nécessaires pour être louées, de plus les gharad, marchandises ou le mobilier, qui se trouvaient dans ces maisons pouvaient constituer un obstacle. Un des membres de l’assemblée proposa d’entreposer chez lui ces différentes choses en attendant ;

31Abû K. posa ensuite ses conditions : ses maisons ne devaient ni être louées ni vendues à bêt H, la maisonnée de l’offensé, car, selon lui, ceux-ci ne les rendraient pas « ma raja’ûha ». Ces diverses modalités réglées, Abû K. quitta la madâfa accompagné d’un jeune parent après avoir accepté de verser la somme fixée par le médiateur.

32Un peu plus tard, Abû N., le représentant de la maisonnée de l’offensé, bêt H, pénétra à son tour dans la madâfa et formula ses exigences. Il demandait la somme de deux millions de livres syriennes (soit 300 000 francs ou 45 734,12 euros). Il évoquait pour justifier un tel montant, le fait qu’en plus du mort, un incendie s’était déclenché détruisant du matériel électroménager et endommageant le mobilier. Il mentionna aussi la mort d’une femme tuée dans l’incident, ce qui fut récusé par un membre de l’assistance.

33Après avoir écouté ces propos, le médiateur, sans faire de commentaires, annonça le prix que le groupe de l’offenseur, bêt A, était disposé à payer, soit six cent mille livres syriennes au lieu des sept cent mille livres qu’il avait précédemment demandées et apparemment obtenues. Je me demandai quelle était la destination des cent mille livres soustraites : s’agissait-il d’une commission prélevée par le médiateur en guise de rémunération pour son travail ? ou bien était-ce une rétribution accordée à d’autres personnes, intervenant dans la négociation, dont certaines pouvaient relever d’instances officielles ?

34Abû N., le représentant de bêt H, fit allusion à la solidarité vindicatoire (dans la compensation) et proposa que chaque maisonnée paye son écot pour pouvoir réunir la somme qu’il demandait. Le médiateur ne reprit pas ces paroles mais se contenta de préciser à nouveau le prix qui serait versé par le groupe de l’offenseur – six cent mille livres syriennes – sans rien ajouter. Abû N. se leva et quitta la madâfa peu de temps après.

Un beau mensonge

35Cinq mois plus tard, de retour en mission à Alep que j’avais dû quitter le lendemain de cette séance de négociation, je me rendis à la madâfa pour savoir comment l’affaire s’était conclue. Le shaykh, faisant office de médiateur, me dit que les deux groupes antagonistes s’étaient réconciliés, deux ou trois mois après mon départ. La maisonnée de l’offenseur, bêt A, n’avait rien payé à celle de l’offensé, bêt H. Il me répéta qu’il était impossible que de l’argent soit versé entre ‘Awlâd ‘amm, fils d’oncles paternels, membres d’une même fraction, fakhd. Il était fidèle à l’explication qu’il m’avait toujours donnée : « on ne s’entre-tue pas entre soi », (explication que nous verrons plus loin, lors de l’analyse des différents discours), même si celle-ci contredisait la scène dont j’avais été le témoin, fin janvier, ainsi que le discours d’autres membres de la madâfa.

36Le médiateur me précisa que bêt A, l’offenseur, avait vendu à bêt H, l’offensé, ses maisons pour un montant de deux millions quatre cent mille livres syriennes (soit 358 200 francs ou 54 607, 24 euros ). La vente de ces maisons au groupe antagoniste contrevenait à ce qui avait été décidé lors de la séance de négociation, fin janvier, mais s’expliquait par le fait que les gens du groupe de l’offenseur qui avaient tué un membre de la deuxième maisonnée, ne pouvaient rester à côté, sous les yeux de cette dernière. Leurs habitations, situées dans le même quartier, étaient voisines. D’autres négociateurs appartenant à des sphères différentes étaient entrés dans la médiation et la composition fut entérinée par le directeur de la sûreté en présence de personnalités officielles. La réconciliation eut lieu au balad, siège de la municipalité. Les deux groupes étaient représentés par sept membres du côté de bêt H, l’offensé, composés de frères et d’ibn al-‘amm, fils d’oncles paternels, et par cinquante membres du côté de l’offenseur, bêt A. Les représentants de chaque groupe signèrent un accord dont le garant, kâfil, était le directeur de la sûreté. Le meurtre fut présenté comme un acte individuel pour éviter qu’il y ait des poursuites contre les complices. Le shaykh de la madâfa était présent comme médiateur mais non comme garant. Pour lui, cette négociation au niveau de l’Etat était le signe du déclin de la force des tribus.

37J’appris très rapidement, que la composition racontée par le médiateur était une composition imaginaire car aucun accord n’était intervenu entre les deux groupes antagonistes. Cependant, le récit suivait le schéma emprunté habituellement par les négociations similaires, lorsqu’elles aboutissaient. Un peu plus tard dans la soirée, après le départ du médiateur, un des membres de la madâfa, qui n’avait pas assisté à l’entretien précédent et ignorait ce qui avait été dit, me déclara que les deux partis ne s’étaient pas réconciliés. Le récit qu’il me fit de la situation coïncidait en bien des points avec celui du médiateur, seules l’issue et l’interprétation différaient.

38L’offenseur, bêt A, avait vendu ses maisons à l’autre groupe, bêt H, car il ne pouvait plus rester dans le même voisinage, en raison du conflit qui les opposait. L’offensé, bêt H, n’acceptait pas de compensation car le groupe était très riche et n’avait pas besoin d’argent. Il désirait seulement se venger. Les deux membres de bêt A, auteurs du meurtre, étaient en prison. Les autorités concernées n’avaient pas rendu de jugement. Elles attendaient qu’un accord ait lieu ou non pour prendre une décision. Si aucun accord n’intervenait et que la vengeance poursuive son cours, l’offensé, bêt H, pouvait :

39soit attendre la sortie de prison des meurtriers, quinze ans plus tard, pour se venger ;

40soit tuer un proche du groupe de l’offenseur en liberté.

41Les autorités pouvaient aussi condamner les détenus à mort pour tenter de mettre fin à la vengeance, si un compromis n’était pas trouvé. Cependant, il n’était pas sûr que le fait de soustraire ainsi l’objet de la vengeance aux offensés satisfasse ces derniers et que la vengeance ne se poursuivit pas. Je restais dubitatif devant l’alternative initiale : seule la vengeance pouvait laver l’affront, le sang versé, ou bien alors la compensation demandée était trop importante.

  • 17   Jamous, 1993, p. 99.

42Quelques jours plus tard, dans la madâfa, le médiateur surprit l’assistance en disant : « Ils se sont réconciliés ». Quelqu’un demanda de qui il s’agissait ? Le médiateur répondit : « la tribu x et la bêt z » (cette dernière maisonnée appartenait à leur tribu). Cette déclaration déclencha un éclat de rire général : il s’agissait là d’une histoire passée, d’une dette de sang qui avait été réglée, laborieusement, l’année précédente. Par cette plaisanterie et ce jeu sur le sens, le shaykh faisait allusion au conflit actuel, entre les deux maisonnées de leur tribu, qui n’était toujours pas résolu. Il avait créé la surprise en laissant supposer à son auditoire étonné qu’un événement nouveau s’était produit. Il s’adressait aussi probablement à moi, de manière indirecte, car il avait dû apprendre rapidement que son histoire avait fait long feu. C’était comme un clin d’œil, nous restions dans le non-dit, mais nous savions tous les deux : moi, qu’il ne m’avait pas dit la vérité, lui, que je le savais. C’était une manière de ne pas avoir à se déjuger tout en reconnaissant implicitement qu’il m’avait menti. Il rétablissait la confiance et le bon rapport par un aveu qui n’en était pas un ; de cette manière, personne ne perdait la face. Cela rappelle ce que Raymond Jamous nous dit du mensonge : « Le mensonge apparaît alors comme un fait de relation sociale. Il est un acte reconnu, qui se présente comme tel, qui a ses formes propres. (…) On doit le saisir comme un échange entre partenaires où chacun sait qu’il « ment » et que l’autre « ment ». De sorte que le mensonge n’en est plus vraiment un. (…) on défie l’autre, on l’invite à faire une réponse analogue. Savoir apprécier le mensonge, savoir répondre sur le même ton, doit se pratiquer dans le milieu social ou urbain »17. Le mensonge (ou le récit mensonger) du shaykh nous faisait entrer tous les deux dans l’échange, mais cet échange était incomplet, car si lui mentait, moi, je ne mentais pas. Je reconnaissais implicitement son mensonge – ce qu’il savait –, en l’appréciant avec une certaine curiosité, mais sans entrer à mon tour dans le jeu du beau mensonge parce que je n’en maîtrisais pas les règles et que je n’osais m’aventurer dans cette joute, de peur de manquer de savoir-faire et d’être incapable de produire une réponse analogue à la hauteur. D’un autre côté, je restais en partie prisonnier d’un code différent, celui plus goffmanien, où l’on ne devait pas faire perdre la face à l’autre en lui signifiant, même d’une manière indirecte, qu’il était un menteur.

Prégnance généalogique

43Que nous apprend la relation des divers événements qui précédent ?On constate d’abord une grande activation sur le plan généalogique. Cet événement a suscité de fortes préoccupations généalogiques qui montrent l’importance que revêt le lien agnatique en cette occasion. Un shaykh d’une fraction différente de la ‘ashîré, après avoir rappelé la solidarité vindicatoire, donne le schéma généalogique de la tribu depuis son origine. Il s’appuie sur le daftar al-‘ashâ’ir, le registre des tribus, qu’il a consulté en Irak, pays où une partie de la tribu réside toujours, (de lointaine ascendance yéménite, la tribu a longtemps séjourné en Irak, second pays d’origine, avant qu’une partie de ses membres ne s’installent en Syrie, il y a environ quatre cents ans).

44Le diagramme des fakhd, des fractions, qu’il énonce, diffère de celui donné lors d’une grande réception qui eut lieu dans les villages appartenant à la tribu, au début de mon terrain. Il est aussi différent de celui du médiateur, auquel une vive discussion l’opposa à ce sujet.

45Il est intéressant de remarquer que cette affaire de sang provoque tout un travail de mémoire, de redéfinition de la généalogie et d’une confrontation des divers diagrammes qui différent selon les acteurs et leurs fractions d’appartenance. Cela pose le problème de l’oubli, des constructions fictives, des retombées symboliques que l’on peut attendre, de la glorification des origines. On peut aussi se demander : où a-t-on intérêt à se situer lors de tels événements ? Proches ou lointains ?

46C’est également l’occasion d’aborder la définition de la tribu et l’histoire de sa constitution. Le shaykh, qui officie en qualité de médiateur, me dit que sa ‘ashîré ne compte que cinq mille membres authentiques, mais que vingt mille autres sont « derrière eux », considérés comme contribules. Ces derniers, étrangers à l’origine, se sont mélangés à la ‘ashîré, au cours du temps, selon les circonstances et les intérêts. Cela nous rappelle opportunément qu’un individu isolé n’a pas de place dans cette société. Il doit obligatoirement appartenir à un groupe : la tribu offre, ici, un cadre approprié. Elle accorde protection et solidarité. La dette de sang concourt à sa définition, mettant en œuvre la solidarité vindicatoire, qui réactive les unités vindicatoires. La vengeance reste, ici, un phénomène collectif, intergroupal.

47Le statut de shayhk est aussi évoqué, quoique sur un plan différent. Mon interlocuteur me dit que c’est l’argent qui fait le shaykh maintenant. Il y a trois à cinq ans, lorsqu’il avait de l’argent, beaucoup de monde fréquentait sa madâfa. Certains soirs, plus d’une centaine de personnes se succédaient dans ce lieu. Cette importante clientèle venait pour affaires ou pour trouver à s’employer. Il a connu depuis de sévères revers commerciaux et perdu beaucoup d’argent, son audience s’en est trouvée alors très affectée. Le rôle de médiateur lui permet de continuer d’exercer une fonction prestigieuse et de maintenir ainsi une certaine autorité symbolique.

Transgression et rappel des règles

48En second lieu, que peut-on déduire de l’analyse des différents discours se rapportant à une même histoire ?

49L’une des premières réactions évoque la réalité du système vindicatoire qui se conforme au droit coutumier et la seconde la resitue dans le cadre de l’Etat. Abû. A, membre de la madâfa, qui n’appartient pas à la ‘ashîré, tribu, rappelle la règle adoptée officieusement par l’Etat syrien : quinze ans d’emprisonnement pour un meurtre ; sept ans et demi, si un accord intervient entre les deux partis. Abdel.H, appartenant à une autre fraction de la ‘ashîré, rappelle, lui, la solidarité vindicatoire : pour une dette de sang, toute la tribu se réunit et chacun s’acquitte du pourcentage qui lui est échu. Puis, vient le discours du médiateur, un peu décalé en regard de ce qui a été dit : Lorsqu’un meurtre se produit entre ‘Awlâd ‘amm, fils d’oncles paternels, appartenant à une même fraction tribale, fakhd, il n’y a ni accord ni argent (compensation). Seules deux solutions sont possibles :

50soit la mise à mort dhabh (égorgement) ;

51soit le bannissement tadshîr ( nafy en Arabe classique).

  • 18   Verdier, 1980, p. 22-23.

52Le médiateur rappelle le droit coutumier : on ne s’entre-tue pas entre soi. « Le devoir de vengeance au-dehors » a comme corrélat « l’interdit de vengeance au-dedans » nous dit Verdier, qui poursuit : « on ne peut se venger sur ceux que l’on a précisément le devoir de venger (…) sous peine d’éclatement du (groupe) » ; il ajoute : « La transgression d’un interdit fondamental, comme l’inceste ou homicide d’un parent fait courir un risque à tout le groupe »18.

  • 19   Chelhod, 1971, p. 231.

53Pour J.Chelhod « la vengeance de sang, à l’intérieur du lignage est exclue, du moins en principe. Le meurtrier de l’un des siens est le seul à supporter les conséquences de son acte. On confisquera ses biens, on le condamnera à l’exil, mais on empêchera par tous les moyens, le représentant du sang, d’user de son droit de représailles »19. Le droit coutumier rapporté par Chelhod, d’après son étude sur les Bédouins Huwaytât et Banu Sakhr de Jordanie, semble écarter l’éventualité de la mise à mort de l’assassin d’un proche parent, alors que celle-ci est évoquée par le médiateur dans le cas présent.

54Ensuite, le médiateur fait part de son étonnement et de sa colère car le groupe du meurtrier a mis cinq mois pour révéler son acte, ce qui est contraire aux règles du code bédouin et à celles de l’honneur. Ce manquement à la règle est cependant évoqué dans le droit bédouin, ce qui indique que celle-ci est parfois transgressée.

  • 20   Chelhod, 1971, p. 286.
  • 21   Qasama signifie jurer, prêter serment. L’ancienne procédure de qasâma s’appliquait lorsque le meu (...)
  • 22   Chelhod, 1971, p. 327-328.

55Autrefois, lorsqu’un meurtre était commis et que le meurtrier restait inconnu, une enquête était diligentée. Lorsque l’accusation paraissait fondée, l’accusé et les siens devaient être informés des preuves réunies contre eux. L’accusé devait prêter serment (de son innocence) ou être soumis à l’ordalie. Une cour de justice devait se prononcer sur le bien fondé des preuves et rendre un verdict d’acquittement ou de culpabilité20. Lorsque c’était l’ensemble du groupe social qui était accusé parce qu’il refusait de révéler l’identité du coupable ou parce que ce dernier en faisait partie ; ce groupe devait prêter un serment collectif, qasâma, ancienne pratique magique pré-islamique21. En cas de refus, il devait payer le prix du sang et tout le clan s’acquittait de la compensation22.

56Ici, il n’y a eu ni cour de justice, ni qasâma, serment, ni ordalie. Une enquête informelle a été menée par divers membres de la tribu. Certains parents, présentés comme des khâl, oncles maternels, ont « donné », bâ’û, (vendu), les coupables. Cette délation, provenant de gens qui ne relèvent apparemment pas de la parenté agnatique, ne revêt pas un caractère infamant car elle libère le groupe d’un problème inextricable : « comment venger l’un des siens si l’on ignore qui est l’auteur du crime ? Comment restaurer son honneur ? ». La délation, pratique mentionnée plusieurs fois à l’occasion de différents événements constitutifs de cette histoire, n’est pas apparue comme une valeur négative. Les gens semblaient plutôt soulagés du résultat obtenu. Elle restaurait la règle en désignant l’offenseur, permettant ainsi le rétablissement de l’équilibre et de l’honneur grâce au jeu de l’offense, de la contre-offense ou de la composition. On réintégrait ainsi le cadre définissant l’univers social.

57Une partie du récit de la composition imaginaire fait par le médiateur se conformait au ‘urf, droit coutumier bédouin : médiation ; composition (mais de quelle composition s’agissait-il ? puisqu’il était exclu, selon le shaykh, de donner des biens en contrepartie de l’homicide commis qui transgressait la règle) ; exil ou plutôt éloignement du groupe de l’offenseur ; enfin, chaque groupe était représenté selon une parité bien établie lors de la signature de l’accord mutuel.

58L’autre partie laissait la place à l’Etat de droit. Les deux criminels étaient condamnés et emprisonnés. L’affaire était consignée dans le registre des tribunaux. Cependant, les complicités étaient sciemment omises afin de rester dans le registre d’actes individuels, des crimes ordinaires punis par le droit pénal, alors que la réalité du phénomène intergroupal était reconnue par la participation des représentants de chaque groupe dans la signature de l’accord. La réconciliation eut lieu au balad, municipalité, territoire de l’Etat. Les garants de cet accord étaient des acteurs officiels exerçant des charges publiques. Ils agissaient en présence d’acteurs officieux bédouins, qui avaient mené la conciliation à son terme, avec lesquels ils avaient eut un certain nombre de contacts.

59Cette négociation institutionnalisée au niveau de l’Etat et de ses acteurs est le signe pour les Bédouins du déclin de la force des tribus, mais il est aussi celui de l’interpénétration étroite, complexe, interactive de deux univers.

  • 23   Jamous, 1993, p. 101.

60Le discours du médiateur était destiné à l’ethnologue, à l’étranger, même si certains éléments de réalité dont j’avais pu être le témoin (la scène de négociation, entre le médiateur et le représentant de chaque groupe, portant sur le montant de la composition, par exemple) venaient contredire ses assertions, mais cela ne semblait pas spécialement l’embarrasser. Il énonçait la règle théorique, idéale, selon laquelle les choses devraient se passer. C’était aussi une façon de signifier à l’hôte que même à travers de tels événements – dont le crime mafioso et les pratiques dénuées de noblesse étaient l’exemple – on existait autrement, selon les règles de l’honneur auxquelles on affichait de rester profondément attachés. C’était aussi une manière de « signaler qu’il y a un domaine secret, privé, (…) qui doit être gardé dans l’intimité de la famille ou qui est honteux, déshonorant (…). Si le mensonge met l’autre à distance, c’est moins pour l’empêcher de connaître votre secret que pour l’empêcher de le révéler, d’en parler en public devant vous »23. Or, dans la situation présente, le crime qui faisait l’objet de la médiation était déshonorant à plus d’un titre : transgression de la règle qui interdit la vengeance entre proches ; dissimulation de l’acte ; compensation monétaire qui n’aurait pas lieu d’être ; médiation qui marquait le pas ; prétentions exagérées des partis antagonistes...

61Il ne faut pas non plus négliger la prudence à laquelle le médiateur était tenu : tout n’est pas bon à dire alors qu’une dette de sang était en cours et que d’autres vies étaient menacées. Il existait un danger à exposer les choses d’une façon trop véridique, surtout dans un Etat où la liberté d’expression n’était pas encore de mise, et où les pratiques évoquées ici n’étaient toujours pas reconnues officiellement.

62Le dernier récit rétablissait la vérité : les deux groupes n’étaient toujours pas réconciliés, la dette de sang courait toujours. Les autres événements étaient confirmés (éloignement du groupe de l’offenseur, vente de ses maisons dans le quartier, emprisonnement des deux meurtriers…).

63Le jeu interactif entre la juridiction étatique et le code coutumier traversait une phase d’indécision :

64soit l’Etat se substituait à la justice privée et poussait éventuellement le processus jusqu’à son terme en condamnant à mort les criminels comme le droit pénal l’y autorisait ;

65soit l’Etat adoptait une attitude attentiste poursuivant ses pressions, jusqu’à ce qu’une composition se produise, pour rendre son jugement. Le droit coutumier bédouin était incorporé en quelque sorte, de façon officieuse, au droit d’Etat.

66soit la vengeance était différée ou bien elle s’actualisait sur un membre du groupe de l’offenseur en liberté marquant la césure entre ces deux univers et leurs pratiques.

Dérèglement du système vindicatoire

67Pourquoi la vengeance ne pouvait-elle pas prendre fin dans le cas présent ? Selon mon dernier interlocuteur, il y avait deux explications :

  • 24   Verdier, 1980,1, p. 31-32.

68soit la compensation demandée par le groupe offensé était beaucoup trop importante et le groupe de l’offenseur ne pouvait ni ne voulait s’acquitter d’une telle somme. Il se produisait alors un déséquilibre du système vindicatoire, dont l’objectif, par l’intermédiaire de la composition, était de rétablir l’équilibre rompu par le meurtre. Le prix du sang demandé, la diya, par l’importance exagérée de son montant, devenait un moyen d’enrichissement pour l’un des groupes et une source d’appauvrissement pour l’autre. L’équilibre étant ainsi rompu, nous étions en présence d’un des dérèglements du système vindicatoire évoqués24 ;

69soit le groupe de l’offensé ne voulait pas de compensation car il était trop riche, il désirait seulement se venger. Ce déséquilibre dans la richesse entre les deux groupes antagonistes provoquait lui aussi un dérèglement du système vindicatoire. Il faisait cesser l’échange : offense – composition/contre-don substitué à la contre-offense et au sang à verser. Lorsqu’on est trop riche, on n’a pas besoin de compensation monétaire, il ne reste que le prestige et l’honneur que vient restaurer la contre-offense violente. Il faut remarquer que dans cette affaire, on était entre soi, entre ‘ibn ‘amm, fils d’oncles paternels, membres d’une fakhd , fraction identique, d’une même tribu. En général, comme nous l’avons rappelé dans cette situation, tout est mis en œuvre pour éviter que le sang ne soit de nouveau versé. C’est un autre indice selon le quel le droit coutumier bédouin est mis à mal. La vengeance est peut être là, plus le signe d’un univers mafieux (univers dans lequel se meuvent les deux groupes concernés en faisant le commerce de stupéfiants), où la reconquête de la suprématie est ce qui compte le plus. Il s’agit aussi de dissuader tout nouvel agresseur potentiel. Dans ce contexte, seule la vengeance peut laver l’affront, le sang versé.

70Le discours tenu par mon dernier interlocuteur, empreint de réalité, s’approchait de la vérité et s’éloignait de celui, plus stratégique, du médiateur. Ce dernier discours traduisait une relation différente avec l’ethnologue : il n’y avait pas d’enjeu, mon interlocuteur n’avait pas à assurer un rôle de représentation avec moi, ni de pouvoir, ni de prestige. Il énonçait les faits sans fard et les conséquences prévisibles. Il analysait la situation telle que son groupe devrait l’affronter avec ses dangers, ses peurs et ses désagréments. Il ne se faisait pas d’illusion sur la charge qu’il leur reviendrait à chacun d’assumer selon l’issue qui se dégagerait.

71Quels sont les différents acteurs qui sont intervenus dans cette longue négociation ?

72du côté de l’Etat : le gouverneur de la province, le directeur de la sûreté, le juge militaire, le chef de la police… ;

73Du côté de la tribu : le shaykh qui faisait office de médiateur dans sa madâfa, un juge qui appartient à une autre fraction de la tribu et qui a pu intervenir à ce titre auprès de l’administration politico-judiciaire ; d’aucuns disent que le grand chef de toute la tribu qui réside en Irak s’est déplacé pour l’occasion ; il semble que plusieurs membres de chaque maisonnée fassent aussi partie de l’appareil d’Etat.

Vengeance à l’extérieur

74Je terminerai cette étude sur la vengeance, la dette de sang et la composition, par le récit que l’on me fit d’une autre dette de sang qui se produisit dans le quartier, un an auparavant. Ce récit est court, car je n’ai assisté à aucune séance de négociation, ni rencontré aucun des acteurs mobilisés pour cette occasion. Son intérêt est qu’il présente le premier et principal aspect de la vengeance : la vengeance à l’extérieur qui est une obligation incombant au groupe concerné ; alors que nous venons de voir le second aspect de la vengeance : celle à l’intérieur du groupe qui en principe est interdite. Ce volet complémentaire, malgré sa brièveté, nous permet de mieux restituer l’ensemble du phénomène.

75A la suite d’un conflit, un membre d’une tribu x, ‘ibn al-‘amm de son shaykh, fut tué par un membre d’une autre tribu z, étrangère, habitant le même quartier. Le meurtrier fut arrêté et emprisonné. Un procès eut lieu. Le tribunal rendit un jugement qui condamnait le meurtrier à quinze ans de prison, dans un premier temps.

76Pendant cette période, des négociations s’engagèrent entre les deux groupes par l’intermédiaire de plusieurs médiateurs. Un accord intervint et la compensation fut acceptée par chacun des groupes. Le montant du prix du sang s’éleva à un million et demi de livres syriennes (soit 223 900 francs ou 34 133,33 euros). Toutes les maisonnées, bêt, de la tribu, sauf les plus pauvres, ont donné, aux autres maisonnées de la tribu offensée, leur dû. Deux membres du groupe de l’offenseur se sont rendus, successivement chez les différentes familles du groupe de l’offensé.

  • 25   Botiveau, 1993, p. 266.

77L’accord a eu lieu selon mon interlocuteur, un shaykh de la tribu de l’offenseur, entre eux, indépendamment de l’autorité municipalo-étatique. Normalement, lorsqu’un compromis est trouvé entre les deux groupes antagonistes et que le prix du sang est payé, la peine du criminel est réduite de moitié par l’Etat, c’est-à-dire sept ans et demi de prison. Dans le cas présent, un fonctionnaire a été payé pour changer la rédaction de l’acte du procès. La tribu offensée a retiré sa plainte et le meurtrier est sorti après un an de prison seulement. Ce crime a été présenté comme un acte de légitime défense, ce qui a pu faciliter l’élargissement du condamné. Il faut remarquer que si la légitime défense est reconnue par la justice officielle dans le droit positif, elle ne l’est pas dans le droit coutumier bédouin ni dans le droit islamique : « Des notions comme la préméditation, la légitime défense et l’irresponsabilité (lui) sont totalement étrangères (…) dans un système de rétorsion de type coutumier »25.

78Ainsi, les gens peuvent changer de niveaux de droit et de juridiction suivant leurs intérêts. Les situations décrites dans ces deux processus vindicatoires montrent comment les registres officiel-officieux s’interpénètrent et comment les usagers peuvent en jouer.

79Les médiations qui ont eu lieu entre les deux tribus semblent avoir été le fait d’hommes, qui au-delà de leurs fonctions ou de leurs position officielles, ressemblent assez à des figures de « parrains » qui veilleraient à ce que le « business » puisse continuer :

80le premier était un homme riche, zingalî, qui avait fait fortune dans le trafic de stupéfiants ;

81le second était un homme qui par sa position politico-administrative pouvait faire convoyer, à travers le pays, tout ce qu’il voulait ;

82le troisième était un shaykh bédouin, patriarche d’un groupe très important, n’appartenant pas aux tribus concernées, mais qui possédait une autorité réelle sur le quartier et ses destinées.

83Peut-être est-ce là, le nouveau visage de la dette de sang et de la composition ? Il s’agit de permettre à l’économie souterraine, dans laquelle baigne maintenant le quartier, dont une partie porte sur des produits illicites, de fonctionner. La violence vient réguler les échanges déréglés, quand la parole devient vaine, (lorsqu’un contrat n’est pas tenu, lorsque quelqu’un disparaît avec les marchandises payées par ses associés…). Mais cette violence provoque un nouveau dérèglement avec son cycle traditionnel : offense/contre-offense qui reçoit une nouvelle régulation s’exprimant dans ces médiations-compositions permettant à ce type d’économie de se perpétuer.

84L’Etat syrien n’a pas fait disparaître la vengeance en la soumettant au système pénal. Celle-ci continue se s’exercer à titre officieux (cette étude engage seulement le quartier de Bâb al-Nayrab d’Alep, objet de ma recherche). L’État s’est efforcé d’exercer un certain contrôle sur ce phénomène et d’intervenir dans les phases décisives du processus vindicatoire. Il a établit des passerelles permettant de faire le lien entre les survivances du droit coutumier et les exigences du droit d’État.

85Les deux récits évoqués montrent ces mouvements de va-et-vient entre les différentes instances officieuses et officielles : la vengeance de sang, officiellement niée, n’en reste pas moins un fait sociétal dont la réalité doit nécessairement être prise en compte par l’Etat. Il existe, d’autre part, une forte imbrication entre les deux univers : celui des instances étatiques et celui du quartier concerné : Bâb al-Nayrab et les différents groupes qui y sont implantés.

86Certaines composantes de ce quartier ont intégré progressivement les structures politico-institutionnelles, (l’ancien chef de la municipalité était, par exemple, rattaché à l’une des grandes ‘ashîré, tribu, de Bâb al-Nayrab et de ses environs ; d’autres personnalités du quartier siègent au majlis al-sharb, conseil du peuple ; certains occupent des fonctions militaires non négligeables.). Ainsi, lorsque les acteurs officiels interviennent dans des médiations ayant pour objet une dette de sang ou un conflit d’un autre ordre, on ne sait pas très bien si c’est l’Etat qui intervient ou si ces acteurs agissent à titre personnel comme représentant de leur groupe respectif. On ne peut éluder, non plus, l’existence d’une corruption de fait qui permet d’acheter telle ou telle personne ou du moins d’influer sur les attitudes des acteurs officiels (pour mémoire, dans le deuxième cas étudié, le changement de la rédaction de l’acte du procès dans le registre des tribunaux).

Justice d’Etat et justice privée : partage des tâches et des rôles

87Nous constatons, à travers cette étude, la permanence du phénomène vindicatoire dont les procédures mises en œuvre à cet effet restent assez conformes aux règles du droit coutumier, ‘urf , malgré certaines altérations.

88Le changement principal réside dans la participation de l’État dans ce phénomène sous forme d’un partenariat informel avec les acteurs locaux. Il existe maintenant une double composition :

89une composition entre les différents acteurs de la vengeance ;

90une composition entre la justice bédouine et les représentants de l’État. Ce dernier prenant en charge certaines fonctions jusque là dévolues aux acteurs bédouins.

91Nous retrouvons les principales séquences, un peu allégées, du processus vindicatoire :

92offense / contre-offense ou composition ;

93médiation entre les deux groupes antagonistes effectuée par un shaykh bédouin ou par différents notables ;

94représentation des deux groupes liés par l’échange vindicatoire : celui de l’offensé et celui de l’offenseur ;

95détermination du prix du sang, la diya ;

96solidarité vindicatoire de la tribu dans la vengeance comme dans la compensation ;

97activation de la mémoire généalogique, la dette de sang concourt à définir la tribu et les unités vindicatoires ;

98rappel des règles du droit coutumier : devoir de vengeance au-dehors ; interdit de vengeance au-dedans, précepte dont la transgression est sanctionnée soit par la mise à mort du meurtrier soit par son bannissement ou son exil, (dans l’étude présente où la deuxième possibilité est développée, il n’y a eu – pour le moment – ni bannissement ni exil, mais éloignement du groupe de l’offenseur ; cependant la vengeance continue même si elle marque une pause).

99Il faut remarquer que certains acteurs traditionnels du droit coutumier ainsi que certaines phases du processus de médiation sont absents comme : le ‘addâd, le généalogiste qui détermine les membres du groupe qui sont touchés par la vengeance ; al-qassâs ad-dam, l’expert en matière de sang qualifié pour apprécier la qualité des blessures ; al-‘atwa, la trêve demandée et obtenue par le groupe de l’offenseur ; al-fawrat ad-dam, les trois jours de bouillonnement du sang suivant le meurtre, pendant lesquels le groupe de l’offensé peut se livrer librement aux kharab, destructions, de biens ou de personnes du groupe de l’offenseur…Les gens ont conservé la mémoire des personnages et des faits et les reconnaissent lorsque l’ethnologue les évoque, mais ceux-ci ne sont plus jamais nommés et semblent appartenir à un passé révolu. De même, le shaykh religieux n’apparaît ni dans les médiations ni dans les conciliations qui ont lieu entre les groupes du quartier.

100L’Etat se manifeste, lui, par le procès de justice, le tribunal, la condamnation, l’emprisonnement et la rédaction des actes de justice (l’emprisonnement était proscrit dans le droit coutumier bédouin). La réconciliation officielle a lieu au balad, la municipalité, et les garants, kâfil (pluriel : kufalâ), ne sont plus des acteurs bédouins mais des personnalités officielles (directeur de la sûreté…).

101Il existe une dissymétrie entre les deux exemples exposés. Le premier relatant un cas de vengeance à l’intérieur du groupe - ce qui est en principe interdit – est beaucoup plus important que le second qui porte sur la vengeance à l’extérieur et se conforme au droit coutumier. Il ne s’agit pas là d’une nouvelle tendance du phénomène vindicatoire mais du hasard, qui m’a permis d’assister à certaines phases du premier processus que j’ai pu étudier plus amplement, alors que le second cas, auquel je n’ai pas assisté, m’a été raconté assez brièvement. Il ne faudrait pas tirer une conclusion hâtive de cette dissymétrie car les cas de vengeance à l’extérieur sont de loin, dans ce quartier, les plus nombreux.

102Cependant, le dérèglement du système vindicatoire dont témoigne le premier cas étudié se rattache vraisemblablement à l’univers mafieux dans lequel les deux groupes antagonistes évoluent. La vengeance devient, ici, une source d’enrichis-sement et de puissance. Peut-être est-ce aussi le révélateur de l’éclatement et de la dispersion du groupe qui sont soigneusement occultés dans le quotidien.

103Une sourde lutte s’était engagée entre d’une part le médiateur et les shaykh des différentes fractions de la tribu et d’autre part le représentant du groupe de l’offensé. Les premiers essayaient de réaffirmer dans le discours, la règle, l’unité et la solidarité du groupe, de la tribu, face à l’intransigeance presque sécessionniste de ce dernier.

104Le problème de la compétition à l’intérieur du groupe et entre les groupes, de la rupture de l’équilibre fragile existant, pose un problème au quartier, car il représente un risque pour les « affaires » : celui de casser le « business ». Ce qui explique les nombreuses médiations qui tentent de réguler les différents conflits et de colmater les brèches. Pourtant, ces mouvements contradictoires semblent inéluctables.

  • 26   Hivernel, 2000, p. 225-231.

105La compétition a pour but le contrôle du territoire ainsi que du pouvoir et l’élimination des rivaux, même au risque de provoquer une intervention armée de l’Etat, comme ce fut le cas en 198226.

106L’affaiblissement de son propre groupe, de sa tribu, porte peut-être en soi le germe de la dissidence et de l’exogamie stratégique. Il est peut-être plus intéressant, en fonction de ses activités, de s’allier à d’autres groupes différents dans des associations plus prometteuses, que de rester dans le réceptacle « originel », la tribu dont on est issue théoriquement et à laquelle on se rattache.

Haut de page

Bibliographie

BOTIVEAU (B.), Loi islamique et droit dans les sociétés arabes, Paris, Karthala, 1993.

CARLIER (P.), Homère, Paris, Fayard, 1999.

CHELHOD (J.), « Equilibre et parité dans la vengeance du sang chez les Bédouins de Jordanie », dans : VERDIER (R.) (ed.), La vengeance, vol. 1. Paris, Cujas, 1980, p. 125-143 ; Le droit dans la société bédouine, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1971 ; « Le mariage avec la cousine parallèle dans le système arabe », L’Homme 3 et 4, 1965, p. 113-173.

HIVERNEL (J.), « La Madâfa de Bâb al-Nayrab, un repaire dans la ville, un relais dans l’espace », Espace et Sociétés 108-109, 2002, p. 253-274 ; « Bâb al-Nayrab, un faubourg d’Alep, hors la ville et dans la cité », Etudes Rurales 155-156, 2000, p. 215-237.

JAMOUS (R.), « Mensonge, violence et silence dans le monde méditerranéen », Terrain 21, p. 97-110, 1993.

KADARE (I.), Avril brisé. Paris, Fayard, 1982 ; conférence donnée à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative, Aix-en-Provence, 3 avril 2003, (dont le texte doit paraître chez Actes Sud en 2004).

LEVI-STRAUSS (C.), La voie des masques, Plon, 1979.

TEWFIK El HAKIM, Un substitut de campagne en Egypte, Terre Humaine, Plon, 1974.

SCHACHT (J.), [1964] Introduction au droit musulman [trad. de l’anglais]. Paris, Maisonneuve et Larose, 1999.

VERDIER (R.), La Vengeance : vengeance et pouvoir dans quelques sociétés extra occidentales, vol. 1 et 2. Paris, Cujas, 1980 ; « Le système vindicatoire », dans : VERDIER, (R.) (ed.) La Vengeance, vol. 1. Paris, Cujas, 1980, p. 11- 42.

Haut de page

Notes

1   Verdier, 1980, 1, p. 29.

2   Verdier, 1980,1, 2.

3   Carlier, 1999, p. 307.

4   Il. ; XVIII, p. 497-508.

5   Carlier, op.cit., p. 307.

6   Carlier, op.cit, p. 309.

7   Kadaré, 2003.

8   Kadaré, 1982.

9   Chelhod 1971 et 1980, 1.

10   Chelhod, 1980, 1, p. 127.

11   Botiveau, 1993, p. 261.

12   Botiveau, 1993, p. 262.

13 Chelhod, 1971, p. 294-295.

14   La nomenclature employée ici diffère de celle utilisée par Chelhod, rapportée des Arabes Tiyâha du Négueb et des Huwaytât de Jordanie, Chelhod, 1965 et 1971. Selon cette nomenclature, nous trouvons successivement, en ordre décroissant, les entités suivantes :

la qabîla, tribu, qui est « une confédération politique comprenant un certain nombre de communautés ethniques qui se réclament d’un même ancêtre éponyme », Chelhod, 1965, p. 150 ;

la ‘ashîra, clan, subdivision de la tribu qui « est à la fois un groupement politique jouissant d’une certaine autonomie administrative, et une communauté ethnique dont les membres se croient issus d’une même souche », Chelhod, op.cit) ;

le rob’, sous-clan ;

la hamula, ensemble agnatique ;

Une évolution s’est produite, la ‘ashîra, l’ancien clan semble se confondre par la suite avec la hamula, vaste famille patriarcale qui a à sa tête un shaykh, chef, elle « comprend les descendants d’un même aïeul, leurs femmes, leurs enfants et leurs petits-enfants. Elle se situe donc à mi-chemin entre le clan et la ‘â’ila, famille, mais le rôle qu’elle joue fait d’elle la base essentielle de l’organisation sociale et familiale », Chelhod, op.cit.
Les Arabes de Bâb al-Nayrab, sur lesquels porte mon étude à propos de la vengeance, n’utilisent que trois subdivisions : al-‘ashîré ; al-fakhd ; al-bêt.
La ‘ashîré désigne, ici, la tribu, le terme de qabîlé, bien que reconnu lorsqu’il est évoqué par l’ethnologue, n’est ni utilisé ni entendu. On mentionne le daftar al-‘ashâ’ir (‘ashâ’ir est le pluriel de ‘ashîré), le « registre des tribus », que des membres de la ‘ashîré ont consulté à Bagdad, et non le daftar al-qabâ’il (qabâ’il est le pluriel de qabîlé). On parle du shaykh al-‘ashîré, et jamais du shaykh al-qabîlé , tout en reconnaissant qu’il y a une réalité supérieure à la ‘ashîré qui n’est jamais nommée.
Ensuite, il y a al-fakhd, (cuisse), subdivision de la ‘ashîré, que je traduirai par fraction et qui correspond peut-être au clan ou au sous-clan.
Puis, vient la dernière subdivision : al-bêt, que je traduirai par la maisonnée. Al-bêt ou al-bayt, terme qui désignait, à l’origine, en Arabe classique la tente en poil de chameaux, bayt as-sha’ar, où l’on passait la nuit, ou bien la hutte en bois faite de branchages, avant de devenir la maison, la demeure, au sens commun du terme, et aussi de désigner la chambre au Maghreb.
Le shaykh, évoqué dans le récit, fait la différence entre :

sa vaste tente bédouine, qu’il appelle khayma, et qui se dresse dans les environs proches, où elle sert de lieu de réunion, occupant symboliquement un espace situé à l’intersection de la migration et de la sédentarisation ;

et sa maison ou maisonnée, bêt, au sens plus métaphorique, qui désigne l’ancrage familiale dans la pierre d’Alep, il y a cent à cent cinquante ans, à proximité des anciens marchés bédouins, alors en activité, (l’ensemble comprenait une grande maison traditionnelle et un caravansérail, qui ont été détruits en 1982), dont l’activité principale restait essentiellement axée sur le parcours et la migration, rappelant un peu la figure du comptoir maritime transposé, ici, à la steppe. Cependant, cette ‘ashîré et ses différentes fractions, fakhd, ainsi que ses maisons, bêt, possèdent des terres et des villages.
Au-delà de la demeure, on trouve la filiation, le rang, la position classificatoire dans le diagramme de la tribu. C’est aussi la renommée : bêt x (nom par lequel on désigne la maison du shaykh) est connue dans tout l’ensemble régional : Syrie, Jordanie, Arabie saoudite, Irak, Liban...
Mi-résidence, mi-filiation, il est impossible de ne pas faire le rapprochement entre ce que recouvre le terme bêt et ce que Lévi-Strauss nous dit de la maison après avoir repris les études faites par Boas sur la numayma kwakiult et ce que les médiévistes européens nous disent de cette dernière :
« Nous sommes donc bien en présence d’une seule d’une seule et même institution : personne morale détentrice d’un domaine composé à la fois de biens matériels et immatériels, qui se perpétue par la transmission de son nom, de sa fortune et de ses titres en ligne réelle ou fictive, tenue pour légitime à la seule condition que cette continuité puisse s’exprimer dans le langage de la parenté ou de l’alliance, et, le plus souvent, les deux ensemble. », Lévi-Strauss, 1979, p. 177 ; « une dialectique de la filiation et de la résidence constitue un trait commun, et sans doute fondamental, des sociétés ‘‘ à maisons ’’« , Lévi-Strauss, op.cit., p. 184.

15   Verdier, 1980,1, p. 21.

16   L’ibn al-‘amm désigne le fils de l’oncle paternel, le (Fa-Br-Su) ou Father Brother Sun, le cousin parallèle patrilinéaire, dans la terminologie de la parenté arabe. Cependant, sous le terme ‘amm (oncle paternel), l’arabe peut entendre : l’oncle paternel, le grand oncle paternel et l’arrière grand oncle paternel. Il est possible que le terme ‘amm ait désigné au début l’ensemble des agnats, comme le terme khâl (oncle maternel) désignait l’ensemble des cognats. La caractéristique la plus marquante du système de parenté arabe réside dans le mariage préférentiel avec la cousine parallèle patrilinéaire ou bent al-‘amm.

17   Jamous, 1993, p. 99.

18   Verdier, 1980, p. 22-23.

19   Chelhod, 1971, p. 231.

20   Chelhod, 1971, p. 286.

21   Qasama signifie jurer, prêter serment. L’ancienne procédure de qasâma s’appliquait lorsque le meurtrier restait inconnu. Elle consistait pour le groupe de suspects à prêter un serment collectif affirmant qu’ils n’avaient pas commis le meurtre. La qasâma nécessitait 50 serments, s’il y avait moins de 50 personnes, chacun devait jurer plusieurs fois. Si le groupe concerné refusait, il était emprisonné jusqu’à ce que le serment soit prononcé. Ce serment libérait les membres du groupe de la responsabilité du qisâs (talion) mais ils devaient en tant que ‘âqila (groupe qui doit s’acquitter de la composition solidaire et payer le prix du sang pour chacun de ses membres.) payer la diya, Schacht, 1999, p. 153. Cette procédure de l’ancienne qasâma arabique comme celle du li’ân (procédure de séparation d’un mari et d’une femme sous forme de serments contraires – accusation d’adultère de la part de l’un et récusation de l’autre - empruntant des formes rigoureuses de caractère magique.), proviennent en partie des sources pré-islamiques et magiques, Schacht, 1999, p. 167.

22   Chelhod, 1971, p. 327-328.

23   Jamous, 1993, p. 101.

24   Verdier, 1980,1, p. 31-32.

25   Botiveau, 1993, p. 266.

26   Hivernel, 2000, p. 225-231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Hivernel, « La vengeance de sang dans un quartier d’Alep : entre justice privée et justice d’Etat », Droit et cultures, 48 | 2004, 147-166.

Référence électronique

Jacques Hivernel, « La vengeance de sang dans un quartier d’Alep : entre justice privée et justice d’Etat », Droit et cultures [En ligne], 48 | 2004-2, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1757

Haut de page

Auteur

Jacques Hivernel

Jacques Hivernel, arabisant et ethnologue est chargé de recherche à l’IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative) qui fait partie de la Maison Méditerranéenne de sciences de l’homme d’Aix-en-Provence. Après avoir travaillé en milieu rural, dans les oasis du désert de l’ouest égyptien, il a entrepris une étude ethnologique d’un quartier périurbain de la ville syrienne d’Alep, prédisposé par son histoire caravanière à s’ouvrir vers l’extérieur. Cette recherche aborde les champs de l’anthropologie urbaine (gestion de l’espace et lieux de sociabilité), de l’économie informelle et de ses parcours dans la mondialité, de la notion de réseaux, des phénomènes de régulation, de médiation et de contrôle, qui rendent les mobilités possibles et qui relèvent du domaine de l’anthropologie juridique. Principales publications se rapportant à ce sujet : « La Madâfa de Bâb al-Nayrab, un repaire dans la ville, un relais dans l’espace », Espace et Sociétés 108-109, 2002, p. 253-274 ; « Bâb al-Nayrab, un faubourg d’Alep, hors la ville et dans la cité », Etudes Rurales 155-156, 2000, p. 215-237.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org