Navigation – Plan du site

Conclusion

Gérard Courtois
p. 267-268

Texte intégral

1Toute défaillance institutionnelle grave est multifactorielle. Le drame d’Outreau n’a pas échappé à cette loi. Des désordres fonctionnels anciens, propres à la procédure pénale, y ont révélé l’étendue de leur pouvoir de nuisance. Au lieu de freiner l’embardée de la machine judiciaire, ils ont cumulé leurs effets, toujours au détriment des personnes mises en cause. La Presse elle-même, face aux errements de la Justice, n’a pas joué le rôle d’un contre-pouvoir mais celui d’une chambre d’écho. Enfin, cet enchaînement fatal a eu un chef d’orchestre qui assurait l’unité du processus : l’horreur sacrée de la pédophilie, partagée par tous les protagonistes de cette catastrophe.

2Les dangers de la procédure française sont connus, ils renvoient d’abord au poids de l’inquisitoire et au recours sans contrôle suffisant à la détention préventive (C. Besnier/D. Salas, A. Jolivet/J.-M. Fayol-Noireterre). On a pu mesurer aussi la place ambiguë et finalement périlleuse que la procédure réserve aux experts. Nolens volens certains d’entre eux ont admis le rôle de détecteur de mensonge qu’une justice en mal de certitude technique a voulu leur faire jouer, quitte à instrumentaliser, dans un sens ou dans un autre, la complexité inhérente à leurs rapports d’expertise (C. Protais, D. Zagury).

3Un des désordres majeurs qui s’est révélé lors de l’affaire d’Outreau concerne le statut mal pensé et mal réglé de la parole vive, au cours des enquêtes préliminaires comme de l’instruction. Dans une affaire aussi délicate la « mise par écrit » des interventions orales des victimes, témoins, parties etc… a pu produire une vérité judiciaire « cohérente », mais désastreuse pour les prévenus, là où des enregistrements intégraux auraient laissé passer des contradictions ou des inconséquences, autant de signaux d’alarme incitant à reconsidérer la logique d’ensemble de l’accusation (J. Danet, E. Serverin/S. Bruxelles).

4A cela se sont ajoutés les problèmes rencontrés dès qu’on recueille la parole des enfants. Les policiers et une magistrature peu formés à rapporter à leur contexte d’énonciation les énoncés enfantins y ont accordé une créance tantôt excessive, tantôt insuffisante.

5Ces divers dysfonctionnements de la procédure auraient pu recevoir une limite si la Presse avait engagé une manière de contre-enquête ou d’évaluation critique du dossier. Malgré quelques tentatives en ce sens qui honorent la profession (mais, comme par hasard, elles n’ont pas ébranlé le monde des mass media) le suivisme des journalistes à l’égard des enquêteurs a scellé le sort des accusés (J.-M. Charon).

  • 1   Sur cette affaire et pour la mise au point d’une théorie psychanalytique de la pédophilie, nous r (...)

6Il reste que si chaque rouage de la procédure, si chaque intervenant dans le processus ont conduit à laisser longuement en prison des innocents, c’est qu’un « horizon d’attente » bien puissant commandait de les sacrifier à un sentiment majeur de notre époque : la hantise du crime pédophile (F. Roussel). Pour en mesurer la force, rappelons-nous simplement la disparition en mai 2007, au Portugal, de la petite fille (4 ans) des époux Mac Cann. Aussitôt connu, le fait suscite un émoi considérable. Des personnages de premier plan se mobilisent dont le pape Benoît XVI qui reçoit les parents et bénit la photo de l’enfant. Afin de drainer toutes les informations possibles, le couple crée un site internet : quinze jours après il avait reçu 172 millions de connexions1.

7 Dans cette émotion se noue une attitude ambiguë à l’égard de la pédophilie. Le processus de désymbolisation de la figure du père dans les sociétés occidentales modernes qui entraîne nos sociétés a été compensé par une véritable « infantolâtrie » où l’enfant tient lieu d’icône de la pureté. Mais la connexion entre la pureté et l’enfant est, elle aussi, au cœur du désir pédophile. L’horreur sacrée actuelle pour cette perversion prend peut être ses racines dans notre volonté de séparer, par une pénalisation jamais trop sévère, la « bonne infantolâtrie » de la mauvaise.

Haut de page

Notes

1   Sur cette affaire et pour la mise au point d’une théorie psychanalytique de la pédophilie, nous renvoyons à Francis et Marivi Ancibure, La pédophilie, comprendre pour réagir, Dunod, Paris, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Courtois, « Conclusion », Droit et cultures, 55 | 2008, 267-268.

Référence électronique

Gérard Courtois, « Conclusion », Droit et cultures [En ligne], 55 | 2008-1, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1434

Haut de page

Auteur

Gérard Courtois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org