Navigation – Plan du site

Outreau : tous coupables

Outreau: they are all guilty
Daniel Zagury
p. 241-249

Résumés

La notion de « dysfonctionnement  », très en vogue aujourd’hui pour marquer l’opposition entre un système supposé fonctionnel et ses échecs, ne suffit pas pour éclairer la faillite d’Outreau. Il convient plutôt de prendre du recul, d’analyser le contexte historique de sa survenue, l’évolution des représentations collectives et des terreurs au cœur de notre temps, en particulier les images du monstre sexuel et de sa victime. Tant qu’un tel brouillage émotionnel empêchera de penser, d’autres déroutes judiciaires sont prévisibles.

Haut de page

Texte intégral

Préambule

1Par ce titre provocateur, je tiens à me démarquer clairement de la tentation du bouc émissaire ou de la recherche d’un « dysfonctionnement », qu’on le situe dans l’humanité du juge, dans le système judiciaire lui-même, ou dans l’expertise psychiatrique et psychologique. Certes, bien des leçons peuvent être tirées des multiples ratages en chaîne de l’enquête, de l’instruction ou du procès, mais l’essentiel est ailleurs : les mots faillite, catastrophe, fiasco, désastre, abondamment employés, témoignent d’un effondrement d’illusions collectives aux racines très profondes, bien au-delà d’un simple dysfonctionnement. Il faut mesurer l’extraordinaire quantité d’angoisses et de fantasmagories en cause, pour comprendre que l’on puisse être tenté de faire peser sur la conscience de quelques-uns les errements de toute une période de notre histoire.

2Pour comprendre Outreau :

  1. • Il faut resituer le brouillage émotionnel et l’excitation collective dans leur contexte historique.

  2. • Il faut réaliser à quel point notre époque est hantée par l’image du monstre sexuel et par notre compassion pour la victime. La particularité d’Outreau, c’est évidemment la bascule de l’un à l’autre : les monstres, c’est-à-dire ceux pour lesquels nous récusons farouchement toute possibilité même d’identification, se sont révélés nos semblables, nos frères : la boulangère, le chauffeur de taxi, l’huissier, le curé... Nous sommes brutalement passés de la « cité de l’horreur » au « bûcher des innocents ». Il n’est pas dans mon propos de diaboliser à mon tour les médias, qui contribuent à l’émergence de la vérité. Mais force est de constater qu’ils sont aussi les puissants amplificateurs de fantasmes et de terreurs collectifs. La tornade médiatique a soufflé dans les deux sens.

  3. • Il faut distinguer la critique de l’expertise dans ses fondements, dans sa validité clinique et éthique, de ses instrumentalisations judiciaires et médiatiques.

  4. • Il faut faire un pas de côté et prendre du recul : pour comprendre Outreau, il ne faut pas avoir le nez collé sur Outreau.

Le contexte historique

3Il convient de mesurer l’évolution des représentations collectives et médicales autour de la « délinquance sexuelle ». Souvenons-nous : quatre vagues successives ont modifié nos perceptions. On les retrouve toutes, à un degré ou à un autre, dans le dossier d’Outreau. Faisons un effort de mémoire :

41° - Le viol. Quand j’ai commencé à m’intéresser à la médecine légale, j’ai étudié des ouvrages de référence, dont certains étaient un peu anciens. Ils contenaient tous les suspicions traditionnelles à l’encontre de la femme qui dénonce des faits de viol. Certains allaient jusqu’à dire que, sans preuve effective de lutte physique farouche, comme une fracture du bassin, de telles dénonciations étaient hautement suspectes. On sait bien, nous glissait-on dans l’oreille, que les femmes aiment être forcées, ou se ressaisissent après un moment d’égarement. Tout le monde se souvient d’avoir vu au cinéma comment le beau héros passait outre l’ambivalence de la femme désirée virilement, lui épargnant ainsi les affres du conflit interne. On glissait de la résistance initiale à la pâmoison.

52° - L’inceste. Robert Muchembled a montré combien la justice s’est montrée réticente à pénétrer dans l’intimité familiale et à incriminer le père. On se souvient de l’explosion des dénonciations d’incestes après une émission des Dossiers de l’écran. Les faits étaient nombreux, peut-être l’étaient-ils plus qu’aujourd’hui. Mais ils demeuraient secrets.

63° - La pédophilie. Là encore, souvenons-nous de ces ouvrages qui vantaient l’initiation sexuelle pédophile comme nec plus ultra de la libération et de l’ouverture à la vie sexuelle ! Rappelons-nous cette émission d’Apostrophe dans laquelle un écrivain défiait la morne norme, tandis qu’une invitée québécoise exprimait son indignation, témoignant de l’écart qui séparait alors encore nos sensibilités collectives.

7Une expérience m’a beaucoup marqué : quelques mois avant le déclenchement de l’affaire Dutroux en Belgique, s’est déroulé un procès dans lequel j’étais expert. La façon dont le sujet avait abordé un grand nombre d’enfants avant d’en abuser, était proprement stupéfiante. Ce procès ne fut pas du tout médiatisé. Quelques mois plus tard, après l’affaire Dutroux, il aurait probablement occupé la moitié des journaux télévisés.

8L’enfant de ma génération, qui rentrait à la maison en dénonçant l’adulte qui avait mis la main dans son short dans le vestiaire, se voyait aussitôt traité de petit vicieux et recevait une paire de claques. Aujourd’hui, avant même d’avoir achevé sa phrase, il est au commissariat entouré de ses parents effondrés.

9Les hasards de l’expertise m’ont amené à rencontrer un certain nombre de « curés pédophiles ». Je m’empresse de dire que tous ne sont pas d’authentiques pédophiles mais leurs récits témoignent de ce que je suis en train d’essayer de saisir : le renversement dans la hiérarchie des gravités. Nous savons combien les pères incestueux sont choqués lorsqu’on leur pose la question d’une éventuelle liaison extra-conjugale. Tous protestent. Ils ont toujours été « très famille ». Pour nos prêtres dits pédophiles, c’est un peu la même chose. Ils relatent leurs doutes, leur souffrance, leur isolement affectif, mais quand on leur demande pourquoi ils ne se sont pas autorisés à aimer une femme, ils sont choqués : cela aurait celé l’abandon de tout leur engagement sacerdotal. Cela aurait constitué un échec massif et une déchirure. Autrement dit, et j’insiste sur ce point, tripoter un enfant au patronage était perçu comme infiniment moins grave dans la hiérarchie des péchés et dans celle des transgressions. Ils demeuraient fidèles à leurs engagements, seulement écornés par les faiblesses passagères de la chair.

104° - La délinquance sexuelle des femmes. La dernière vague est certainement la plus sidérante pour la conscience collective.  A un premier niveau, la plupart ne comprennent pas qu’une femme puisse abuser d’un enfant sans les attributs anatomiques universellement incriminés. Mais plus profondément, c’est le tabou des tabous qui est brisé : en chacun d’entre nous, c’est l’image intouchable de la mère nourricière et sacrée qui s’effondre.

11A bien y réfléchir, le préjugé qui exclut les femmes de toute suspicion d’infraction sexuelle est profondément misogyne. Si l’on postule avec Canguilhem que l’on ne connaît la norme qu’à partir de sa transgression, en épargner la mère, c’est dénier à la femme toute sexualité qui lui soit propre.

12Outreau condense donc toutes nos peurs actuelles autour de ces quatre vagues successives. Mais il est une autre dimension qu’il convient de prendre en compte : c’est la force de représentations générales ou de préjugés idéologiques attaquant la capacité même des professionnels à saisir la singularité de chaque cas et de chaque situation. Tout discours général est par essence anti-clinique, anti-psychanalytique et anti-judiciaire. Ce qui rapproche le métier de psychiatre et celui de magistrat, c’est qu’il nous faut soutenir notre capacité de penser, sans passion, sans idéologie, au cas par cas. Ce qui s’avère vrai ici, sera faux là et douteux ailleurs. Nos balises, nos garde-fous, c’est le droit et la clinique. Nous connaissons ces slogans devenus des lieux communs médiatiques, véritables insultes à la complexité psychique, autour du deuil, du procès que l’on dit thérapeutique, suraliénant les plaignants dans une sorte de parcours obligé de la victime qui se verrait exclue de toute reconstruction, si un certain nombre de conditions n’étaient pas requises : pas de deuil possible sans procès, sans excuses authentiques de l’auteur. Je considère ces slogans comme de véritables insultes à la complexité de la vie psychique. Chacun fait comme il peut, avec les moyens du bord. Il suffit de constater, dans les procès de meurtriers en série, que chaque famille réagit différemment, selon la gamme de toutes les réactions possibles.

13C’est qu’il s’est introduit une confusion dramatique entre le champ des valeurs universelles et celui des situations singulières. Défendre la dignité de la femme ou de l’enfant, c’est un noble principe. Mais croire qu’à chaque fois que des accusations sont portées au nom de ces valeurs, c’est la vérité qui surgit, témoigne d’une erreur tragique. La présomption de crédibilité relève d’un tel bêtisier, nuisible aux victimes elles-mêmes. Juge ou expert, il convient que nous puissions nous dégager de ces attracteurs, de ces forces qui aimantent la pensée en la sidérant, en nous assignant la place de celui qui doit sauver la victime christique du monstre sexuel. Qu’on me comprenne bien : je ne suis pas suspect de complaisance à l’égard des infractions sexuelles quand il se trouve qu’elles sont avérées. Il ne s’agit en aucun cas de banaliser les diverses formes de délinquance sexuelle, mais de les traiter en professionnel et non en relais des terreurs contemporaines.

Le monstre sexuel et sa victime

14Pour Michel Foucault, chaque époque a ses monstres. Au Moyen Age, c’était l’être mi-homme mi-bête ; à la Renaissance, c’étaient les frères siamois ; à l’âge classique, c’était l’hermaphrodite. Aujourd’hui, la monstruosité est cachée, morale. Avec le serial killer et le délinquant sexuel, nous assistons à l’émergence des nouveaux monstres. Le monstre est notamment celui qui est tellement étranger à l’humanité, que les règles communes ne valent plus pour lui.  On m’a rapporté l’anecdote suivante : un magistrat aurait dit à un avocat : «  Vous n’allez tout de même pas faire du droit, c’est un pédophile !  ». Il suffit d’avoir vu le visage du juge Burgaud submergé par le dégoût lors de l’audition publique alors qu’il relatait les faits dont il était saisi, pour le comprendre : on ne peut pas être présumé monstre. Quand l’ombre du monstre plane sur vous, vous l’êtes déjà. Quand bien même, dans les cas heureux, vous seriez blanchi quelques années plus tard, l’administration qui vous aura exclu pourra traîner les pieds pour vous réintégrer. La marque de l’infamie, tel un tatouage indélébile, ne s’efface pas automatiquement avec la décision de justice.

15Tout ou presque a déjà été dit à propos de l’emballement médiatique et des forces obscurantistes qui peuvent se déchaîner. Le calvaire de Dominique Baudis en est l’une des pénibles illustrations. J’ai moi-même été expert dans l’affaire Alègre. J’avais cru examiner un psychopathe au parcours de voyou qui avait tué dans des moments d’ivresse ravivant une impulsivité majeure et une rage excitatoire à l’égard d’une figure sexuelle féminine débridée, en écho de traumatismes infantiles. Quelle ne fut pas ma stupéfaction lorsque je pus lire pendant quelques jours dans la presse qu’il était soupçonné, tel un docteur Mabuse planant sur la ville rose, d’avoir dirigé les plus hautes autorités dans des orgies criminelles. Celui dont j’avais pensé qu’il avait un niveau intellectuel assez limité s’avérait un véritable génie du mal, dans l’emballement des fantasmagories collectives. N’avait-on pas retrouvé des « anneaux à hauteur d’enfant » dans une bâtisse supposée avoir abrité de telles orgies ! Entre vérité historique et falsification imaginaire, on ne sait s’il faut penser à Gilles de Ray ou au protocole des Sages de Sion. La réalité multiple des pédophilies se condense et se cristallise dans ce que le Procureur d’Outreau a nommé le « mythe de la pédophilie ».

16On a fait des rafles de pédophiles. Pierre Lamothe a évoqué très justement à propos des pédophiles qu’ils étaient le dernier racisme autorisé, voire encouragé. Si nous ne parvenons plus aujourd’hui à penser, diversifier, hiérarchiser, différencier... les diverses formes de pédophilie, c’est justement parce que nous sommes sidérés par cet attracteur qui nous interdit de penser la singularité de sujets face à leurs victimes, comme si nous étions face à une image insupportable, unique, mythique : celle du monstre s’attaquant à ce à quoi nous tenons aujourd’hui le plus au monde : l’idéalisation de l’enfant désexualisé et hyper-narcissisé, dépouillé de sa sexualité infantile. Avec une telle représentation envahissante, il n’est plus question de comprendre ce qui s’est passé entre un agresseur particulier et sa victime singulière. On est dans la transcendance. Mais cette transcendance, que nous voudrions du côté du registre des valeurs, est en fait du côté du fantasme.

17Si le monstre est par essence celui auquel il nous impossible de nous identifier, la victime contemporaine appelle à l’inverse une identification massive. La victime antique, le « bouc émissaire », rassemblait la collectivité contre elle ; la victime judéo-chrétienne, innocente, la rassemblait dans une compassion partagée. La victime contemporaine témoigne d’un destin collectif. Choisie parmi nous dans la foule par le destin, elle souffre à notre place. Nous sommes en dette à son égard. Un degré de plus est évidemment franchi, s’il s’agit d’un enfant.

18J’en viens donc à l’essentiel de mon propos : est-ce faire preuve de complaisance que de défendre l’humanité des délinquants sexuels ? Je crois au contraire que nous devons participer à la maturation, au dialogue avec la société ; que nous avons un rôle pédagogique, en dissociant la clinique des pédophilies d’une mythologie archaïque aux racines ancestrales. Je crois que c’est la condition sine qua non pour que ne se produisent pas d’autres Outreau.

19Il faut, après le temps de l’aveuglement, puis celui du débordement émotionnel, qu’advienne le temps d’une certaine maturation collective dans le traitement politique, médiatique et judiciaire des abus sexuels dont peuvent être victimes les enfants. Le paradoxe de la lutte contre la pédophilie, c’est qu’il faut restaurer aux pédophiles leur humanité pour que, chacun à notre place, nous puissions véritablement contribuer à limiter le phénomène criminel, sans nous prendre tour à tour pour des anges purificateurs ou des complices complaisants.

20Outreau, c’est l’histoire d’une justice indignée, dans un contexte d’indignation collective, aboutissant à des errements qui vont provoquer l’indignation de tous ceux qui ont perçu jusqu’où avait pu mener l’indignation initiale.

La critique de l’expertise

21Il convient de différencier la critique de certains experts et celle de l’expertise dans ses fondements, comme il convient de bien comprendre que l’expertise est nécessairement instrumentalisée dans le jeu judiciaire, chacune des parties ayant naturellement tendance à la tirer de son côté et à n’en retenir que ce qui conforte sa position. L’instrumentalisation du terme de crédibilité en est un exemple particulièrement caricatural.

22Il suffit de s’intéresser à l’histoire médico-légale et de lire des expertises rédigées par des aliénistes du XIXe siècle, puis par des psychiatres du début du XXe siècle, pour constater que le meilleur a toujours côtoyé le pire. Sans doute n’en va-t-il pas différemment aujourd’hui. La critique de Michel Foucault était beaucoup plus fondamentale : il fustigeait l’expertise médico-légale, se situant dans un espace d’ajustement, de couture entre la clinique et le droit. C’est ce qui lui faisait dire que la psychiatrie médico-légale était nettement inférieure à la psychiatrie elle-même.

23Si l’on accepte de s’engager dans la discussion médico-légale inhérente à la démarche expertale, l’expertise demeure une école de la prudence, du souci permanent des limites de validité de nos concepts. Dans le cadre thérapeutique, la nosographie et les descriptions caractérologiques nous aident à orienter le soin. Dans le domaine médico-légal, nous devons constamment maintenir notre vigilance pour que ses termes et ses notions ne se muent pas en jugements de valeur. C’est évidemment le cas d’un certain nombre de termes comme hystérie, perversion, paranoïa, manipulation, etc., qui ont une toute autre signification dans notre champ et dans l’acception commune.

24Sans entrer dans une polémique entre psychiatres et psychologues, je me permets la remarque suivante : la psychiatrie légale s’est construite historiquement contre une partie de la magistrature. Elle a arraché un certain nombre de délinquants et criminels pour les orienter vers l’internement asilaire. L’expertise psychiatrique est traditionnellement et historiquement destinée à donner un avis aux juges, aboutissant à une décision. Elle délimite des espaces d’inclusion et d’exclusion. Dans ce qu’elle a pu receler de meilleur, la psychiatrie médico-légale s’est montrée soucieuse des limites cliniques et éthiques de ses avis. J’en donnerai deux exemples avec le rapport aux faits et la notion de crédibilité. C’est pourquoi elle me semble moins aisément instrumentalisable que l’expertise médico-psychologique. Celle-ci est apparue historiquement pour compléter l’expertise psychiatrique et  pour apporter des éclairages psychologiques, en dehors de toute pathologie mentale avérée.

25J’ai appris de mes maîtres, ce que leurs maîtres eux-mêmes leur avaient transmis, à savoir qu’il convenait de rester toujours extrêmement prudent dans le rapport aux faits présumés. La réalité psychique est irréductible à la réalité. Le fondateur de la psychanalyse lui-même avait d’ailleurs clairement montré la voie. Dans une conférence de 1906, devant un parterre de juristes, Freud compare la démarche du juge d’instruction face au criminel et celle du psychanalyste avec l’hystérique. Après avoir mis en exergue bien des points communs, il récuse sans ambiguïté toute prétention du psychanalyste à contribuer à l’établissement des faits. Dans ce registre, le psychanalyste ne pourrait jamais être d’aucune aide au juge d’instruction. Freud invoque notamment le sentiment de culpabilité à l’appui de sa démarche.

26Dans le domaine médico-légal, la notion de crédibilité n’a jamais eu la prétention se mêler de la vérité des faits. La crédibilité médico-légale venait tout simplement signer l’absence de pathologie psychiatrique susceptible d’inférer sur les déclarations de la victime présumée. C’est d’ailleurs un point d’achoppement fréquent avec des magistrats : à quoi nous servez-vous si vous n’êtes pas capable de nous sortir de notre embarras ? Le fantasme de l’examen psychiatrique et psychologique comme détecteur de mensonge ou sérum de vérité a la vie dure. C’est à l’expert d’y résister.

27J’ai participé à la Commission présidée par monsieur Viout. Nous avons proposé de supprimer le mot crédibilité. Bien entendu, la chose demeure. En effet, une contiguïté sémantique permettait de glisser trop aisément de la crédibilité médico-légale à la croyance en la vérité judiciaire. La seule constatation de cette crédibilité médico-légale pouvait valider ipso facto les accusations du plaignant. A la place de ce seul terme, la Commission a proposé cinq questions descriptives dont les réponses sont soumises à la sagacité des juges et à la confrontation aux autres éléments de l’instruction, que l’expert n’est pas en position de tous connaître. L’expert mesuré, qui refuse fermement de se laisser entraîner hors des limites de validité de son champ, est à même de faire des remarques cliniques, de dire sa perplexité sur tel ou tel point, d’apprécier la cohérence interne d’une dénonciation, son évolution dans le temps, après avoir analysé la personnalité du plaignant. La vérité ne sort pas plus de la bouche de l’expert que de la bouche de l’enfant, en tout cas toute crue. C’est un édifice qui se construit pierre par pierre. L’expertise n’est que l’une de ces pierres. Ce faisant, non seulement l’expert n’embarrasse pas la justice, mais il lui évite bien des déboires.

Conclusion

28Pourquoi Outreau aujourd’hui ? Pour répondre à cette question, il conviendrait de convoquer plusieurs millénaires d’histoire de l’humanité. Jusqu’à une période très récente, le crime absolu, celui qui justifiait les pires tortures, c’était le parricide, associé au magnicide et au régicide. Depuis peu, et c’est une révolution considérable dans les mentalités, les parricides susciteraient plutôt dans la conscience collective une commisération : il faut être bien malade pour s’en prendre à ses parents. Le crime absolu aujourd’hui, c’est l’infanticide et le crime sexuel atteignant l’enfant. Le nouveau monstre absolu, c’est le pédophile. Il aura fallu pour cela que diminue la force des pères, et qu’ils émergent comme susceptibles d’être coupables de souiller la pureté de l’enfant idéalisé. Au cœur de nos terreurs, il y a le massacre des innocents.

29Il aura fallu également que la justice, encore une fois de façon très récente, surmonte sa réticence à pénétrer dans l’intimité familiale. Quant à la sexualité infantile, elle garde sa force de scandale. Nous lui opposons un déni. Ainsi ce père destitué, ou pire encore, cette mère effroyable, qui outragent la pureté de l’enfance, sont-il devenus les monstres contemporains, qui brouillent notre pensée et submergent notre capacité de juger. C’est pourquoi nous sommes tous coupables, si nous n’opposons pas à ces terreurs collectives, les forces de la raison et del’humanisme.

Haut de page

Bibliographie

BALIER (Claude), Psychanalyse des comportements sexuels violents, Paris, PUF, 1996.

BOUCHET-KERVELLA (Denise), « Pour une différenciation des conduites pédophiles  », L’Évolution Psychiatrique, t. 1, face 1, 1996, p. 55-73.

FOUCAULT (Michel), Les anormaux, cours au collège de France 1974-1975, Paris, Gallimard, 1999.

FREUD (Sigmund), « La psychanalyse et l’établissement des faits en matière judiciaire par une méthode diagnostique (1906)  », Essais de psychanalyse appliquée, Paris, « Petite bibliothèque Payot  » (trad. Française 1927 et 1933).

LANTÉRI-LAURA (Georges), Lecture des perversions, Paris, Masson, 1979.

MUCHEMBLED (Robert), « OUTREAU : Un procès en sorcellerie de notre temps  », le Débat n° 143, janv.- fév. 2007, Paris, Gallimard, p. 63-78.

ZAGURY (Daniel), « Les nouveaux monstres. Plaidoyer pour un traitement raisonné des agresseurs sexuels  », in A. Ciavaldini (éd.), Violences sexuelles. Le soin sous contrôle judiciaire, In Press Explorations psychanalytiques, 2003, p. 37-52.

ZAGURY (D.), « OUTREAU : prendre du recul pour déjouer la tentation du pilori  ». Débats Opinions, le Figaro, 26 décembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Zagury, « Outreau : tous coupables », Droit et cultures, 55 | 2008, 241-249.

Référence électronique

Daniel Zagury, « Outreau : tous coupables », Droit et cultures [En ligne], 55 | 2008-1, mis en ligne le 21 décembre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1407

Haut de page

Auteur

Daniel Zagury

Daniel Zagury est psychiatre des hôpitaux et expert près la Cour d’appel de Paris et co-responsable du diplôme universitaire de psychiatrie et psychologie légales de l’Université Paris XI (CHU Kremlin Bicêtre). Il est l’auteur d’une centaine de publications cliniques et médico-légales notamment sur la paranoïa, le crime passionnel, le parricide, les crimes en série, la délinquance sexuelle, les rapports justice/psychiatrie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org