Navigation – Plan du site

Le traitement médiatique de l’affaire d’Outreau

The handling of the Outreau case by the media
Jean-Marie Charon
p. 221-239

Résumés

La responsabilité des médias dans le dérapage de l’affaire d’Outreau semble avérée. A bien y regarder, ils ont pourtant traité l’affaire comme la plupart des faits divers, avec tout ce que cela signifie comme dépendance à l’égard des sources judiciaires. Sans doute un climat d’attente à l’égard des questions de pédophilie a-t-il contribué à lever les garde-fous professionnels. La référence au respect du secret n’est pas tenable face au poids de la rumeur dès l’origine. Les contre-enquêtes difficiles sur ce sujet n’ont pas eu d’écho jusqu’au procès de Saint-Omer. En dénonçant, au final, le fiasco judiciaire, les médias ont-ils tenté de se dédouaner ou de réparer ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Commission d’enquête chargée de rechercher les causes des dysfonctionnement de la justice dans l’ (...)

1Chacun sait aujourd’hui que l’appareil judiciaire a lourdement failli à Outreau. Les médias loin de constituer une alerte, un contre-pouvoir, n’ont fait, tout un temps, qu’abonder dans le même sens, amplifiant encore les atteintes aux personnes injustement mises en cause. C’est ce qui devait motiver l’audition d’autant de journalistes et responsables de rédaction devant la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale1. Pour autant, l’expression de quelques regrets gênés ou la reconnaissance de quelques dysfonctionnements individuels, voire d’une rédaction ne doivent pas occulter que pour l’essentiel les médias et les journalistes ont traité l’affaire d’Outreau de la même manière qu’ils traitent la plupart des grosses affaires judiciaires, ni plus ni moins. Tout au plus doit-on constater que les quelques contre-feux ou signaux d’alarme qui évitent les plus gros dérapages ont moins fonctionné, alors même que des facteurs liés à la conduite de l’affaire sur le plan judiciaire, comme des effets de contextes, ont sans doute contribué à amplifier les dérives. Telle est la thèse de ce retour sur le traitement médiatique de l’affaire d’Outreau.

  • 2 « Au nom du peuple français . Juger après Outreau », Assemblée nationale, rapport n°3125.
  • 3   « Procès d’Outreau, affaire Dutroux : les médias face aux ratés du système judiciaire », Les Entr (...)
  • 4   Florence Aubenas, La méprise. L’affaire d’Outreau, Seuil, Paris, octobre 2005. René-Philippe Dawa (...)
  • 5   Jean-Marie Charon et Claude Furet, Seuil, Paris, 2000.

2Pour ce faire il était possible de s’appuyer sur les déclarations des journalistes devant la Commission d’enquête2. Ce précieux matériau sera bien sûr pris en compte, dans l’esprit de l’ensemble de ce dossier de retour sur l’affaire d’Outreau. Il s’avérait en même temps insuffisant : d’une part, des choix discutables ou des oublis préjudiciables ont été opérés par les parlementaires – absence de journaliste de l’Agence France Presse (AFP), sous représentation de la radio, mélange mal maîtrisé des spécialités au cours des auditions – d’autre part, les questionnements ont souvent occulté ou sous-estimé la dimension routinière, voire banale du traitement, sachant que l’existence même de la Commission supposait qu’il était exceptionnel. Enfin le discours des journalistes habitués à parler de leur métier dans des termes de légitimation de celui-ci se doit d’être un minimum confronté à quelques observations de leurs pratiques sur le terrain et au sein des rédactions. Il fallait donc mobiliser d’autres ressources. Ce furent, concernant Outreau, les débats organisés par les Entretiens de l’information à l’automne 20043, de même que la lecture de différents ouvrages de journalistes sur l’affaire4 ainsi que, au-delà, les analyses préalables de quelques gros faits divers ayant donné lieu à des dérapages retentissants au cours des dernières décennies (de l’affaire « Jourdan – Roman » à l’affaire dite « de Toulouse », en passant par celles du « bagagiste de Roissy » ou du « RER D », sans oublier l’incontournable « affaire Grégory ») ; sans parler d’un matériau d’enquête et d’observation réalisé pour la préparation d’une enquête ancienne sur les rapports médias-justice5.

  • 6   Cf. Annik Dubied et Marc Lits, Le fait divers , Paris, PUF, « Que sais-je ? » 1999, ou encore, Je (...)

3Il ne faudrait pas tirer de quelques déclarations quelque peu gênées de cadres de rédaction concernant l’importance des sources policières dans l’enclenchement du traitement journalistique de l’affaire, ni de la tonalité donnée au récit de celle-ci dans les médias, qu’il s’agirait d’une exception. Au départ, tout traitement de fait divers par la presse est le fruit d’un échange entre des sources policières (au sens large) et des journalistes localiers ou faits diversiers (selon la gravité des faits et les structures des médias sur le terrain). Le phénomène n’est pas nouveau et il n’est pas exagéré de dire qu’il remonte au traitement du fait divers lui-même par la presse6. Non que les journalistes marqueraient une trop grande passivité, se contenteraient de relayer les propos des enquêteurs, mais les moyens déployés, comme les méthodes employées, ne sont pas comparables. La recherche de témoins directs des faits, de personnes pouvant apporter des éléments de contexte ne peut, dans la plupart des cas, attaquer la cohérence du récit qui, très tôt, se structure chez les enquêteurs, quitte à évoluer par la suite. Les exemples de prise de distance ou d’une relative autonomie, précoce, de l’enquête journalistique, montrent qu’ils découlent toujours de cafouillages, contradictions et tensions entre acteurs de la procédure judiciaire.

  • 7   Cf. Dominique Vernier, La couverture du meurtre de Céline Jourdan dans 15 titres de la presse nat (...)
  • 8   Cf. Jean-Marie Charon et Claude Furet, Un secret si bien violé. La loi, le juge et le journaliste(...)
  • 9   Philosophe, acteur associatif, rédacteur en chef à la revue Esprit.
  • 10   Radio Télévision belge francophone. Ainsi que le livre paru en octobre 2005, à la veille du premi (...)

4Tous les grands dérapages en matière de faits divers répètent en fait, au moins dans un premier temps, ce « suivisme » des journalistes à l’égard des enquêteurs. Il est largement constitué autour d’une relation de confiance, inévitable et réciproque entre les services d’enquête et les journalistes spécialisés dans le traitement des faits divers, les « faits diversiers ». Bien souvent ce niveau se double d’un second, entre des responsables ou personnalités des milieux judiciaires (syndicats et cadres de la police ou de la gendarmerie, magistrats, etc.) et les chefs de services des « Info géné », voire quelques rédacteurs en chef ayant rencontré ces questions au cours de leur parcours professionnel. L’affaire « Roman » ou « Céline Jourdan »7, par exemple, ne commence pas très différemment de celle d’Outreau dans la manière des médias de coller à la thèse de l’accusation. Ce n’est que par la suite que la contre-enquête de Lionel Duroy dans l’Evénement du jeudi, appuyée par Henri Leclerc, l’avocat de Richard Roman8, va progressivement introduire un doute dans les autres médias comme dans l’opinion. Un doute qui aura d’autant plus de chance de prospérer que Richard Roman, par ses proches (notamment son frère Joël Roman9) et son avocat, est davantage en prise avec le milieu intellectuel et politico-judiciaire parisien. Car, à Outreau aussi, il y aura contre-enquêtes (Pièce à conviction  du 4 avril 2002 sur France 3 et surtout les reportages de Georges Huercano-Hidalgo et Jean-Michel Dehon, pour Au nom de la loi à destination de la RTBF10) et avocats, appuyant celle-ci, mais sans qu’un impact comparable puisse être obtenu, au moins jusqu’au premier procès d’assise, à Saint Omer. Peut-être faut-il y voir l’impact d’un second facteur explicatif, qui peut-être qualifié de « climat d’attente ».

  • 11   Cf. « L’affaire Besseghir ou les blessés de l’information », in Les entretiens de l’information, (...)
  • 12   Cf. « Procès d’Outreau, affaire Dutroux : les médias face aux ratés du système judiciaire », Les (...)
  • 13   Devant la Commission d’enquête parlementaire, repris dans le documentaire de Jacques Renard « Aut (...)
  • 14   Interviewé dans le même documentaire de Jacques Renard.

5La disponibilité, voire la crédulité, des rédactions à l’égard des thèses des enquêteurs concernant un fait divers est d’autant plus grande qu’elle intervient dans ce qui peut être qualifié de « climat d’attente » favorable. Par climat d’attente, il faut entendre un contexte particulier dans lequel s’expriment des craintes collectives, des hantises, le plus souvent alimentées par des événements « annonciateurs » ou rendant crédible une menace. Dans le cas du RER D, il s’agira par exemple du sentiment de menace de la montée de l’antisémitisme, notamment dans les banlieues. Dans l’affaire dite « du bagagiste de Roissy », l’annonce d’un flagrant délit à proximité de l’aéroport de Roissy se situe bien sûr dans la période qui suit les attentats du 11 septembre 2001, mais également l’annonce de différentes opérations de police dans des milieux présumés islamistes de la banlieue parisienne11. Pour ce qui est de l’affaire d’Outreau, elle se situe bien évidemment dans une ambiance très générale de suspicion à propos d’affaires de pédophilie. Plus précisément, elle se trouve localisée dans une commune - et dans des milieux sociaux – au sein de laquelle se sont produits les crimes barbares des « frères Jourdain », à deux pas, bien sûr, de la frontière belge, alors que se prépare le procès de l’affaire Dutroux12. L’avocat lillois Eric Dupont-Moretti évoquera le  « fil conducteur » de l’affaire constitué par « l’émotion légitime suscitée par les enfants victimes »13, là où Dominique Wiel parlera, lui, d’une « hystérie collective qui a contaminé tout le monde, les journalistes et au-delà, la population »14.

6Le climat d’attente est d’autant plus redoutable qu’il lève tous les filtres habituels pouvant intervenir sur ce type d’information dans les rédactions, qu’il s’agisse des journalistes de terrain, des responsables de service et, surtout, des hiérarchies. Chacun a le sentiment que les faits qui viennent de se produire confirment, concrétisent, ce qui n’était, jusque-là, qu’une menace latente, une inquiétude diffuse largement partagée dans l’opinion. A partir de ce moment, non seulement il n’y aura pas de réserves dans la reprise du récit proposé par les enquêteurs, eux-mêmes rapidement relayés par l’accusation (précisément sous la pression du « climat d’attente »). Il y aura également moins de précautions prises et moins d’attention critique portée à l’égard des éléments souvent disparates que vont rapidement collecter les journalistes de terrain (reporters et équipes de reportage des radios et télévisions, faits diversiers, voire envoyés spéciaux de la presse parisienne, etc.). Paroles de voisins, de proches, de représentants de services sociaux, rapidement, voire sommairement captées, remontent instantanément vers les rédactions parisiennes, dont certaines vont les diffuser ou les mettre en ligne presque immédiatement. Car l’impact du climat d’attente dans nos sociétés contemporaines est d’autant plus grand qu’il va trouver son premier écho dans des médias d’information en continu (radio, télévision, Internet), qui peuvent accueillir beaucoup plus de ses nouvelles éparses et qui cherchent à combler les attentes en suscitant sans cesse la production de ces nouveaux éléments (images, paroles, postures, etc.). Médias d’information en continu qui surtout répètent ces « nouvelles » de quart d’heure en quart d’heure, accentuant ainsi l’impression d’évidence et de réalité de la concrétisation de ces hantises, finalement confirmées par les faits constitutifs du fait divers.

7Chez les journalistes, notamment ceux qui ont pour fonction de dire les nouvelles au public, les présentateurs, voire même les flashmen des radios, le « climat d’attente » lève également un certain nombre de réserves quant à l’expression de nombreux stéréotypes. Dans le cas de l’affaire d’Outreau, il s’agira par exemple des a priori concernant les milieux populaires, la province profonde, le nord industriel dévasté par la crise des bassins miniers. Les adjectifs et qualificatifs choisis sont alors extrêmement stigmatisants, alors qu’il n’existe plus la moindre référence à la présomption d’innocence, le moindre conditionnel. Phénomène qui va également rapidement se répercuter dans les rédactions de presse écrite, quotidiens, mais également périodiques, au moment de titrer, articles de « une » ou « couverture » (« La maison de l’horreur » : Le Point).

  • 15  Cf. Jean-Marie Charon et Claude Furet, « Un secret si bien violé… », Idem.

8L’existence d’un climat d’attente va souvent également contribuer à ce que de multiples interventions de responsables, de spécialistes, même éloignés du terrain et sans connaissance précise des faits, soient sollicitées par les rédactions pour les commenter. Dans nombre de cas, ce sont eux-mêmes qui vont se porter au-devant des médias afin de proposer leur interprétation ou commentaire sur le drame. Dans l’affaire d’Outreau, très vite les associations de protection de l’enfance, les services sociaux, des psychologues et pédopsychiatres, vont jouer ce rôle. Sans y voir forcément malveillance, il faut relever ici la très grande fragilité du système d’information, « chauffé à blanc », à l’égard de tentations d’instrumentalisation, voire de manipulation. Les avocats sont familiers de cette question et ont souvent appris à y faire face, voire à en tirer profit15, sachant que les rédactions elles-mêmes sont souvent plus attentives aux « intérêts » que défendent les avocats, alors qu’elles reprendront avec beaucoup moins de précautions les déclarations, analyses, « propos savants », de spécialistes et institutions de prévention.

9Evoquer, en général, la question des médias ou des rédactions dans leur traitement d’un fait divers comme l’affaire d’Outreau ne permet pas de cerner précisément les conditions exactes qui vont concourir à un dérapage du système d’information. Dans une affaire de cette nature plusieurs spécialités vont intervenir. Celles-ci, dans nombre de faits divers, auront tendance à se contrôler les unes les autres, permettant d’éviter les défaillances éventuelles de l’une ou de l’autre. Il va être alors intéressant de comprendre pourquoi, dans les faits qui sont révélés à Outreau, ces « garde-fous » n’ont pas fonctionné ou pas suffisamment.

  • 16   Journaliste localier travaillant seul dans un bureau décentralisé du journal, soit une situation (...)
  • 17   Nous avions déjà abordé cette question dans un article des Cahiers de la sécurité intérieure, n°2 (...)
  • 18   Elle dit avoir été « psychologiquement abîmée », « littéralement abasourdie », « effrayée ». Sa c (...)

10A priori, en région, en zones rurales et dans les petites villes, les premiers journalistes à prendre connaissance d’un fait divers sont les « localiers ». Selon les cas, en presse régionale par exemple, ce seront parfois les correspondants locaux, chargés du secteur qui informeront le localier ; à moins qu’il n’ait lui-même eu connaissance des faits en faisant la « tournée » (des commissariats, gendarmeries, cliniques et hôpitaux) ; ou que ce soit encore une de ses connaissances, policier, gendarme, urgentiste du Samu, etc. qui ne l’ait prévenu. Autant le localier est complètement rodé au traitement de toutes les nouvelles ordinaires, y compris une multitude de petits faits divers et accidents de proximité (accidents de voiture, incendies, vols, agressions, suicides, etc.) auquel il s’est généralement un peu « blindé », autant il est désarmé, surtout qu’il s’agit d’un « détaché16 », seul dans son secteur, face aux assassinats et phénomènes de mœurs de grande gravité17. Il sera d’ailleurs souvent d’autant plus mal à l’aise pour les traiter qu’il ne les a pas vu venir et qu’ils mettent en cause des personnes qu’il peut connaître. Le caractère de journalisme fondamentalement généraliste du localier, se retrouve d’ailleurs à un niveau plus large pour le correspondant de la presse nationale, comme de l’AFP. Il est frappant de noter, dans la déclaration de la correspondante de Libération, Haydée Saberan18, devant la Commission d’enquête, que se retrouve chez ces journalistes la même difficulté à faire face à des faits aussi lourds que l’étaient ceux d’Outreau, au moins au travers du récit qu’en faisait l’accusation. Et c’est ce qui conduit les rédactions en chef ou chefs des « infos géné » à les suppléer et le plus souvent à leur substituer les journalistes spécialistes de faits divers, qualifiés dans le jargon professionnel de « fait diversiers ».

  • 19   Dans notre enquête pour « Un secret si bien violé, la loi, le juge et le journaliste » des polici (...)

11Le « fait diversier » ne peut exercer sa spécialité sans s’être fait reconnaître par ses sources principales que sont les services d’enquête et les services de secours, dans une moindre mesure, magistrats et avocats. Dans l’audiovisuel certains faits diversiers suivent, d’ailleurs, en même temps ou ont suivi les dossiers « police – gendarmerie », avec tous les contacts très cruciaux avec les syndicats de policiers et associations de familles de gendarmes qui peuvent jouer les intermédiaires pour obtenir information ou contact, sur une affaire ou un dossier. Au quotidien, en effet, ce sont les policiers, gendarmes, urgentistes, pompiers qui, chacun à leur manière, selon des méthodes qui sont les leurs19, vont l’alerter, répondre à ses questions, fermer les yeux sur quelques pratiques illicites (écoute des fréquences de police et services d’urgence), voire plus exceptionnellement fournir quelques renseignements ou pièces confidentielles. Il n’est pas de bon fait diversier qui ne soit reconnu et accepté par ces différentes sources. Les responsables d’équipes d’enquêteurs de la police n’hésitent pas à parler de période d’observation, lorsqu’un petit nouveau se présente, et de méthodes pour le « tester ». Sait-il faire la part des choses entre ce qui peut être dit ou non, à quel moment ? Est-il digne de confiance ? Dans ces conditions, devenir « triquard » aux yeux des services de police ou de gendarmerie, pour une raison ou une autre, c’est être obligé pour un fait diversier de changer de secteur ou de spécialité. De son côté, avec le temps, l’expérience, le fait diversier connaît la plus ou moins grande fiabilité de ses interlocuteurs. Ceux qui peuvent tenter de le manipuler, ceux qui bluffent, ceux qui « vendent un peu trop tôt la peau de l’ours », ceux qui sont très méticuleux et rigoureux… Il va de soi que les risques d’être abusés, de se « faire trimballer » par des responsables d’équipes d’enquêteurs, sont plus importants, lorsqu’ils sont moins connus, moins fréquemment en contact avec les dits journalistes. Dans une affaire comme celle d’Outreau, l’entrée en lice de la Police judiciaire de Lille sera l’occasion de retrouver des contacts connus pour les journalistes, comme de mieux mesurer (à tort ?) la crédibilité de certaines pièces de l’enquête. De la même manière que l’expression de doutes sur certains aspects du dossier, le temps qui passe sans trouver d’éléments objectifs sur le fameux réseau pédophile, à dimension internationale, pourra jouer comme une alerte, au moins pour quelques journalistes.

  • 20   Cf. Marie-France Etchegoin et Matthieu Aron, Le bûcher de Toulouse. D’Alègre à Baudis : histoire (...)

12Les radios et télévisions, surtout lorsqu’un fait divers prend de l’importance et bien sûr lorsque le traitement s’emballe, ne peuvent se contenter du recours à leurs correspondants locaux (lorsqu’ils en ont) ou à leurs faits diversiers (elles n’en ont pas toujours). Elles font alors appel à l’envoi sur place, sans délais ni préparation particulière, de reporters ou envoyés spéciaux. Ces derniers sont le plus souvent des généralistes qui passent d’un sujet à l’autre. Parfois ils ont déjà traité d’autres faits divers dans le passé, mais dans les mêmes conditions. Ils ont peu de temps pour s’installer, trouver des interlocuteurs, saisir des ambiances, qu’ils vont devoir quasi instantanément capter et transmettre à leur rédaction (en fonction des horaires des bulletins d’information et journaux télévisés). Rapidement « briefés » par un chef de service ou un rédacteur en chef sur ce qu’est l’affaire, sur ce que l’on attend d’eux comme angles, sur qui sont les principaux témoins et acteurs de l’affaire (ceux qui apparaissent dans les premiers papiers de la presse écrite ou les dépêches AFP) ; ils ont tendance à se précipiter au-devant des mêmes interlocuteurs pour obtenir quelques images et paroles de ceux-ci. Ensuite vient la préoccupation d’obtenir autre chose que les autres médias n’ont pas. Sachant que les équipes voyantes de télévisions, surtout lorsqu’elles sont accompagnées de moyens de transmission, peuvent de leur côté susciter des vocations en témoignages plus ou moins décisifs, avec toutes les motivations possibles, quitte à tomber dans le piège de Djamel dans l’affaire de Toulouse, pour France 220. Travaillant bien souvent en meute, dans un climat où se mélangent échanges de « tuyaux » et recherche du « truc que les autres n’ont pas », ils participent à une forme d’homogénéisation du récit, dans lequel chacun se distinguera plutôt par le recours à des formulations dramatisées. Ils conduisent également l’ensemble de leurs interlocuteurs (témoins, acteurs de l’enquête, etc.) à schématiser, durcir, voire également dramatiser leur propos.

  • 21   Avec Matthieu Aron,  Le bûcher de Toulouse. D’Alègre à Baudis : histoire d’une mystification, Gra (...)

13Les grands reporters des quotidiens, le plus souvent parisiens, comme des news magazines arriveront généralement plus tard ou, en tout cas, prendront le temps. Ils s’installeront ou reviendront à plusieurs reprises avant d’écrire leur(s) article(s) ou leur série d’articles. L’idée même pour une rédaction d’envoyer un grand reporter, ou le souhait pour l’un d’entre eux de s’intéresser à un fait divers, manifeste une volonté de s’écarter du discours trop univoque, trop homogène, qui a été tenu lors de phases de forte médiatisation. Bien souvent il y a l’aiguillon ou le poil à gratter d’un doute qu’un avocat, un témoin, un proche des personnes mises en cause aura réussi à faire passer à une rédaction en chef ou à l’un de ces « aristocrates » du journalisme. Tout retour de grand reporter sur un fait divers n’implique pas forcément l’idée d’une contre-enquête. Cette dernière passe cependant souvent par ceux-ci, comme va le montrer dans le cas d’Outreau l’exemple des contre enquêtes de la RTBF ou l’investissement d’une Florence Aubenas pour Libération ; de même que celui de Marie-France Etchegoin (Nouvel Observateur) dans l’affaire de Toulouse21.

14Les chroniqueurs judiciaires sont logiquement les derniers à prendre connaissance du dossier d’un fait divers qui débouche sur un procès dont ils vont assurer le compte rendu sur toute sa durée. Ils sont en effet des « techniciens » du déroulement des débats, des spécialistes de l’analyse et de la retransmission au grand public de la dramaturgie particulière de l’affrontement en huis clos des thèses de l’accusation et de la défense. Leur compétence porte sur la manière de soupeser les arguments des uns et des autres, d’apprécier la crédibilité des preuves et témoignages amenés par les uns et les autres. Bien sûr, ce sont des journalistes qui ont eu connaissance du fait divers au moment où il faisait la une de la presse. Nombre d’entre eux s’attachent cependant à en rester là. Ils n’en discutent pas toujours avec leurs collègues de la rédaction qui l’avaient alors traité. Certains, même, disent vouloir s’y refuser, pour arriver avec un œil « neuf » et ne vouloir voir et entendre que le dossier et l’oralité des débats. A plus forte raison ne rencontrent-ils jamais policiers, gendarmes, juges d’instruction ou procureurs. Ils ne font la connaissance des avocats que très tard, au mieux à quelques heures de l’ouverture des débats, bien qu’ils connaissent personnellement la plupart d’entre eux, comme les représentants du parquet siégeant pour l’accusation.

  • 22   Jean-Michel Dumay, Affaire Josacyne.  Le poison du doute, Stock, Paris, 2003.
  • 23   Acacio Pereira, Justice injuste. Le scandale de l’affaire d’Outreau, Paris, Philippe Rey, septemb (...)

15Cette entrée tardive et ce travail concentré sur le seul déroulement des audiences ne signifie pourtant pas qu’il est trop tard pour jouer un rôle de critique, voire de contrôle à l’égard du travail de l’institution judiciaire. Dans certains cas, comme lors du procès de Saint-Omer, les chroniqueurs judiciaires vont exprimer leur sentiment d’un échec du travail judiciaire puis soulever et souligner la faillite de l’institution. Parfois, ce sera seulement au moment de l’énoncé du verdict qu’ils pourront dénoncer une « erreur judiciaire ». Ce fut par exemple le cas d’un Jean-Michel Dumay, alors chroniqueur judiciaire au Monde, pour le procès Deperrois, dit de « la Josacyne empoisonnée ». Il s’en suivra une mutation du chroniqueur en « contre-enquêteur », qui livrera alors plusieurs articles et un livre, défendant la thèse d’une erreur judiciaire22, militant même pour la révision du procès, celui-ci étant intervenu très peu de temps avant l’institution de l’appel pour les procès d’assises. Il est d’ailleurs probable, et l’affaire d’Outreau en est l’illustration, que l’instauration de l’appel pour les assises conduira plus souvent à de tels retours, avec enquête plus ou moins importante et originale, sur certaines affaires dont les procès auront ouvert le doute23. L’échéance que constitue l’ouverture du procès d’appel pouvant fournir le cadre et les délais pour reprendre l’enquête, trouver un éditeur et publier un livre sur le sujet.

16Peu de types d’information, dans leur mode de traitement, dépendront moins des choix faits par les hiérarchies, qu’il s’agisse des chefs de services et bien plus souvent encore les rédactions en chef. Le même type d’affaire se produisant à quelques mois de décalage, dans des lieux ou des milieux sociaux différents, pourront passer de quelques brèves aux unes de journaux. Au départ il s’agira déjà de décider d’envoyer quelqu’un sur place, ces fameux faits diversiers, sachant même que le choix des personnes, ou des équipes, en télévision n’est pas neutre : plus ou moins accrocheur, plus ou moins fouineur, très proche du chef d’enquête ou au contraire assez prudent à l’égard de celui-ci. Dans le cas d’Outreau, le traitement des premières arrestations en février 2001 ne suscite d’ailleurs que peu de réactions des hiérarchies. Le premier article est publié dans la Voix du Nord le 7 avril, sans provoquer la moindre réaction des autres directions de rédaction, jusqu’à la mi-novembre. L’arrestation de sept personnes à Boulogne suscite un sujet sur France 3 région qui déclenche alors l’appel de correspondants sur place (Libération) ou la commande de papiers du spécialiste fait divers (Le Point).

  • 24   Qui cite devant la Commission parlementaire une phrase de Claude Imbert : « Les lecteurs vous rep (...)

17Ensuite ce sont les hiérarchies qui vont décider de programmer les sujets dans les journaux télévisés, les placer éventuellement en début de journal ; tout comme en presse écrite, ils prendront plus ou moins de place, accèderont éventuellement à la une, avec des titres plus ou moins accrocheurs, dramatiques. Pour les hiérarchies, cette montée en puissance tient autant à l’analyse du fait divers lui-même qu’à l’importance que prend sa médiatisation. Les hiérarchies sont les responsables de ces phénomènes d’emballement. Elles font le choix d’envoyer toujours plus de monde sur place. Elles demandent des papiers selon des angles qu’elles indiquent souvent au préalable. Elles décident de la place donnée à ces papiers et sujets. Souvent interpellées sur leurs responsabilités, elles auront tendance à invoquer l’emballement et l’impossibilité de s’y soustraire, sauf que certaines directions de rédactions peuvent refuser, par conviction ou doute, de suivre « la meute ». Ce sera le cas de Jean-Marie Pontaut24 pour l’Express, dans l’affaire d’Outreau, comme l’avait également fait Bruno Frappat, pour La Croix dans l’affaire du « RER D ». C’est peu dire que ces attitudes ne sont pas les plus répandues, de même que celles qui peuvent conduire à accepter la suggestion d’un grand reporter se proposant de se lancer dans une contre-enquête, à la manière de l’Evénement du Jeudi, dans l’affaire « Roman – Jourdan ».

  • 25   A partir du mois de décembre 2005, Mireille Delmas-Marty y côtoie Daniel Soulez Larivière, Henri (...)

18Ce sont enfin les hiérarchies qui vont bien souvent opérer les basculements lorsqu’une prise de conscience intervient, sur le fait que les médias ont pu se tromper – au milieu du procès de Saint Omer, par exemple. Dès lors, le détricotage du dossier, l’alerte à l’erreur judiciaire, avant même de s’engager sur la thématique de la faillite de la justice relèvent de chefs de services et rédactions en chef, qui vont mobiliser leurs journalistes sur ces nouvelles thématiques (rubriques forum et débat, accueillant nombre de spécialistes de la justice, avocats, magistrats, habitués à analyser les failles du système inquisitoire ou le délabrement de l’institution, journalistes spécialisés sur l’institution elle-même, etc.25). Dans le cas d’Outreau, ce feu d’artifice aux relents de mea culpa sonne l’annonce du retrait, suivi de l’abandon pur et simple de l’affaire. Elle sera tout juste ramenée au premier rang de l’actualité, durant plusieurs semaines, mais le fait est bien évidemment exceptionnel, avec la tenue des auditions de la Commission d’enquête parlementaire.

19Face à l’ampleur des atteintes faites aux personnes, dans une affaire telle que celle d’Outreau, la tentation est grande d’en appeler à un respect strict du secret de l’instruction. Afin du moins que, si des personnes doivent subir l’épreuve de la garde à vue et encore plus de l’emprisonnement, elles n’aient pas à pâtir d’une telle atteinte à leur réputation, leur image, en échappant aux récits des articles, aux photos et images des sujets de télévision. A entendre même certaines déclarations ou décisions de juges des libertés ou de la chambre de l’instruction, peut-être même certaines détentions provisoires auraient-elles pu être écourtées, risquant moins les fameux « troubles à l’ordre public ». Sauf que, précisément, dans la plupart des gros faits divers et tout particulièrement dans le cas d’une affaire telle que celle d’Outreau, le secret est totalement intenable. Il est d’abord intenable face au ravage encore bien plus grand de la rumeur. Il est intenable aussi, et de plus en plus au fur et à mesure qu’avance l’enquête, de par les manifestations visibles, parfois quasiment gesticulatoires, des actes des enquêteurs lors des mises en garde à vue, perquisitions, reconstitutions, terrassements de jardins ouvriers sous les fenêtres des immeubles de la cité.

  • 26   Selon les propos d’habitants de cités de la banlieue nantaise, face à l’hypothèse de taire certai (...)

20Très tôt dans le déroulement de l’enquête la rumeur va d’ailleurs précéder l’information. Ce sont par exemple les propos des assistantes maternelles, des personnels des services sociaux et associations de défense des enfants, sans parler du comportement et des propos des enfants Delay dans leurs classes respectives avec les commentaires et déformations repris par les instituteurs (trices) et les parents d’élèves. C’est bien sûr la disparition du couple Delay de son immeuble et son quartier qui ne passe pas inaperçu, sans parler des va-et-vient, questions posées par des inconnus (les enquêteurs). Or la rumeur, dans ce contexte, c’est l’assurance de la mise en cause de personnes qui ne sont pas forcément dans le dossier. C’est l’imputation de faits déformés, amplifiés, voire totalement sans rapport avec l’affaire. Il faut être totalement étranger au vécu de sociétés locales, à plus forte raison dans le contexte d’une petite ville, pour ignorer le ravage opéré par un tel phénomène, que l’information n’empêche pas, hélas, et qui peut même être en partie gangrenée par lui, mais qui a tout de même plutôt tendance à en limiter les dérives les plus extravagantes. Sans compter que, dans bien des cas, cette ignorance des médias et la divagation de la rumeur sans entrave seront interprétés dans des quartiers et milieux défavorisés comme une manifestation supplémentaire de leur délaissement ou leur relégation26.

  • 27   Cf. notamment à ce sujet Emmanuel Derieux, « Droit de la communication », LGDJ, Paris, 2003, ou e (...)

21Ne serait-il pas pour le moins normal de voir rétablie dans le traitement de telles affaires la simple application de la loi, celle-ci prévoyant d’ailleurs, pour le Parquet, la possibilité de rétablir les faits lorsque la rumeur s’affole ? Sauf que la loi n’impose pas le secret absolu pour toutes parties et que les témoins (de bien des sortes dans une telle affaire), les personnes mises en cause et leurs proches, les avocats, etc. ne sont pas soumis au dit secret27. Et comment imaginer même une modération des propos et des expressions de toutes sortes, au regard même de la nature des charges : pédophilie, prostitution, pornographie, réseau, ramifications internationales, meurtre ? Comment évoquer l’atteinte à l’ordre public, sans tenter par l’information de recadrer sans cesse l’affaire autour des faits les plus objectifs possibles ? Sauf que, dans cette affaire, c’est l’enquête et l’instruction qui courent derrière la rumeur, entraînant à leur suite l’information, et pas l’inverse.

  • 28   Cf.  Marie-France Etchegoin et Matthieu Aron, idem.

22Dans l’affaire d’Outreau l’enclenchement de la médiatisation ne sera donc pas immédiat, contrairement à l’effroi que produira la découverte du petit Grégory dans la Vologne. L’afflux de journalistes sur place n’intervient qu’avec les arrestations opérées à Boulogne à partir du 15 novembre 2001. L’emballement proprement dit intervenant après le 7 janvier 2002 et la diffusion des termes de la lettre de Daniel Legrand fils, envoyée à France 3 par cette chaîne. Dès lors et durant quelques jours l’essentiel des médias nationaux écrits et audiovisuels sont présents sur place, au côté de quelques uns de leurs collègues étrangers, notamment belges, particulièrement interpellés à propos des ramifications du « réseau » de l’autre côté de la frontière, avec l’existence d’une ferme, dans laquelle se seraient déroulés violences et tournages de films pornographiques et pédophiles. Il n’est donc pas excessif de dire qu’à Outreau, s’il y a bien eu emballement et dérapages au cours de la phase de surmédiatisation, ceux-ci n’étaient pas le fruit d’initiatives médiatiques, comme dans certaines phases de l’affaire Grégory ou, encore plus, avec certaines révélations ou procédés médiatiques, comme dans l’affaire de Toulouse (de France 2 à Canal+, en passant par le Monde28).

  • 29   Dans sa thèse, Claire Secail, « Le fait-divers criminel à la télévision française (1950-2006) – F (...)

23Il est assez classique que les grands faits divers fassent l’objet de tels emballements avec des déplacements massifs de journalistes sur le terrain, qui vont ainsi se croiser, se rencontrer dans tous les lieux de la vie courante (surtout dans des petites villes ou des villages) avec les enquêteurs et des témoins de toutes sortes. Il faut, en revanche, insister sur l’accentuation et l’intensification du phénomène lié à la place qu’occupent aujourd’hui les faits divers en télévision29. C’est souvent par eux que s’ouvrent les journaux de 20 heures. Il faut des images d’ambiance, de nouveaux témoignages ou de nouvelles déclarations devant la caméra. Le papier de l’envoyé spécial en pied devant la caméra ne suffit plus aux rédacteurs en chefs ou présentateurs vedette, qui veulent du « vivant », du « vécu ». La pression est d’ailleurs d’autant plus forte que le rythme est désormais donné par les radios et télévisions en continu, qui, de quart d’heure en quart d’heure, ont besoin de « nourrir », de « faire vivre » l’information en y ajoutant sans cesse de nouveaux éléments, détails, faits, où se mélange le plus anecdotique ou superficiel, avec d’éventuels éléments de fond. La sollicitation de tous les acteurs de terrain, la surexposition de certains d’entre eux ainsi que du contexte local sont tellement importants et intenses, que les journalistes locaux, au terme de ces épisodes, parlent, à juste titre, de « terre brûlée », qui interdira bien souvent de reprendre un travail d’enquête méthodique sérieux, durant de longues semaines, voire de longs mois, tant les témoins et les acteurs sur place se sont enfermés, figés, dans des postures dont ils n’osent plus sortir.

  • 30   Claude Furet, « Les « blessés de la presse » réclament justice », in Médias pouvoirs n°22, avril, (...)

24Il est faible de dire que nombre de ces témoins, acteurs, sans compter les personnes mises en cause et leurs proches, en sortiront totalement abîmés par les récits, révélations, viols de leur intimité, qui auront nourri l’épisode d’emballement médiatique. C’est ce qui avait conduit Claude Furet à parler de « blessés de la presse30 ». Des blessés que l’on retrouve à propos de faits bien moins graves que ceux d’Outreau. Des blessés qui ne seront même pas toujours mis en examen, qui très souvent bénéficieront d’un non lieu, mais qui se retrouveront contraints de quitter leur emploi, obligés de déménager, confrontés au rejet de leur entourage familial, amical, etc. Là encore l’affaire d’Outreau n’est que la répétition du même phénomène, lorsqu’un huissier de justice père de famille, par exemple, voit révéler au plein jour des penchants homosexuels. Où plusieurs couples vont être détruits. Où un homme se suicidera ou succombera assommé par les médicaments sensés lui permettre de survivre à la dépression. Sauf que là encore, sans diminuer la responsabilité des médias et le surcroît de détresse qu’ils apportèrent aux uns et aux autres, c’est cependant d’abord la pratique de l’institution judiciaire, à commencer par la multiplication et la prolongation interminable des emprisonnements provisoires qui produira les blessures les plus graves et les plus irréparables.

  • 31   Gilles Perrault, Le pull over rouge, Paris, Fayard, 1978.
  • 32   Jean-Michel Dumay, Affaire Josacyne,  le poison du doute, Paris, Stock, 2003.
  • 33   Laurence Lacour, Le bûcher des innocents. L’affaire Villemin, coulisses, portraits, preuves, engr (...)

25La contre-enquête c’est, dans les représentations de la profession, l’honneur du journalisme avec les grandes références historiques que sont Voltaire et l’affaire Callas et bien sûr Emile Zola et l’affaire Dreyfus. Plus contemporains, les journalistes citent Gilles Perrault et Christian Ranucci31, Lionel Leroy et Richard Roman, Anne-Marie Casteret et Jean-Michel Dumay32, s’affrontant à propos de l’enquête concernant l’affaire de la Josacyne empoisonnée ou encore Laurence Lacour et l’affaire Grégory33. Contrairement à ce qui a pu s’écrire ou se dire, il y a eu aussi plusieurs contre-enquêtes dans l’affaire d’Outreau, la télévision occupant d’ailleurs une place inattendue et relativement précoce puisque le premier Au nom de la loi, démontant nombre d’incohérences de l’enquête est diffusé en février 2002 par la RTBF, alors qu’un Pièces à conviction  consacré à l’affaire est diffusé sur France 3 le 4 avril 2002. La plupart des livres et séries d’articles reprenant les incohérences de l’affaire seront cependant publiés juste avant (après les doutes suscités par l’audition publique du 4 juin 2003 devant la Chambre d’Instruction) et surtout après le procès de Saint-Omer. La question est donc moins celle de l’absence de toute contre-enquête que l’absence d’impact qu’elles ont eu au moins jusqu’au procès de Saint-Omer, sur les médias comme sur les grandes consciences, intellectuels, associations de défense des droits de l’homme, etc. qui constituent souvent le relais efficace de ce type de démarche journalistique à contre-courant. Faut-il y voir le poids des affaires de pédophilie, la moindre crédibilité des journalistes d’investigation de télévision ou encore le fait que la principale enquête soit menée par une équipe de journalistes belges, dont le travail va être diffusé par la télévision belge ?

26L’auréole dont jouit la contre-enquête journalistique ne doit pas cacher sa fragilité et les conditions exceptionnelles qu’elle doit réunir. Pour s’engager la contre-enquête a besoin que l’enquête proprement dite ait suffisamment avancé et que de nombreux éléments de témoignage et de preuves aient été réunis. Un journaliste, quel qu’il soit, ne peut obtenir de témoignage totalement inédit ou de preuve non encore identifiée qu’accidentellement, de fait en bénéficiant de l’appui d’un protagoniste de l’affaire dont c’est alors l’intérêt de parler ou de révéler un élément matériel à la presse plutôt qu’à l’institution judiciaire. Dans les faits, l’essentiel des contre-enquêtes journalistiques consiste à remettre les pieds dans les traces de l’enquête officielle, à « retourner chaque pierre » déjà examinée par les policiers et gendarmes, avec l’espoir d’y trouver autre chose ou d’obtenir confirmation d’un doute qu’a déjà rencontré l’enquête. Et ce doute, ces interrogations, ceux par exemple qu’exprime le rapport du SRPJ de Lille à propos du dossier d’Outreau, sont autant de failles ou de petits cailloux qui vont constituer l’alerte initiale, puis le fil ténu sur lequel va s’aventurer, le ou la journaliste qui va tenter de cheminer à contre-courant de tout ce que ses collègues ont jusque-là écrit, dit ou montré. D’où la question de crédibilité dudit journaliste et les circonstances exceptionnelles au regard de l’ordinaire du fonctionnement des rédactions qu’il va devoir réunir pour ce faire. Certains ont pris leur distance définitive avec le rattachement à une rédaction à la manière d’un Gilles Perrault ou d’une Laurence Lacour. D’autres vont profiter d’un temps qui peut être libéré ici ou là ainsi que de la commande de quelques papiers pour leur rédaction. Mais l’essentiel de la contre-enquête a besoin d’un espace de récit suffisamment long, d’où les documentaires, les magazines d’investigation en télévision et surtout les livres.

  • 34   Florence Aubenas, La méprise. L’affaire d’Outreau, Paris, Seuil, 2005.

27Chacun retient dans les contre-enquêtes celles qui ont abouti et débouché sur le dévoilement d’erreurs dans l’orientation suivie par la procédure judiciaire. Il ne faut pas oublier cependant que nombre d’entre elles ne débouchent pas et doivent être abandonnées. Elles ne peuvent non plus vraiment progresser sans la coopération bienveillante de sources, liées à l’enquête, ayant pour le moins l’accès au dossier. Enfin elles ont besoin d’un minimum de relais au sein de la hiérarchie d’une ou plusieurs rédactions, dans le milieu de l’édition, si possible chez quelques grandes consciences morales, qui vont constituer un terrain sur lequel pourra s’engager la discussion sur la solidité du dossier de l’accusation. Force est de constater que, dans le cas d’Outreau, ces conditions ne seront pas réunies jusqu’au procès de Saint-Omer, le retournement des rédactions, de l’opinion, comme des grandes consciences ne s’opérant qu’au regard du déroulement des audiences. Rappelons que le livre d’Acacio Pereira paraît en septembre 2004, alors que ceux de Georges Huercano-Hidalgo, Florence Aubenas34, Patrice Trapier et Anne-Laure Barret sont publiés tous trois en octobre 2005, comme prélude, en quelque sorte, à l’ouverture du procès d’appel de Paris qui s’ouvre en novembre.

28Même si des hésitations et interrogations se feront jour, à partir de juin 2003, exprimés par Jean-Marie Pontaut devant la Commission d’enquête, le basculement de l’opinion majoritaire des rédactions s’exprimera dans le cours même des débats du procès de Saint-Omer. Comme souvent lorsque ce phénomène se produit, il sera rapide et unanime. En quelques jours, voire quelques heures, la thèse de l’erreur, puis du fiasco judiciaire va s’imposer avec pour première conséquence la mue de la majorité des présumés coupables en « victimes » qui vont progressivement occulter les victimes initiales que sont les enfants (dont la parole est désormais suspectée d’être manipulée, voire mensongère). La plupart des rédactions regretteront le verdict de la Cour d’assises qui prétend faire le tri entre des personnes pourtant innocentées par les quatre personnes qui ont reconnu les faits de pédophilie. C’est donc dans un climat qui a la faveur des médias que s’engageront les contre-enquêtes qui donneront lieu au florilège de livres, juste à la veille de l’ouverture du procès de Paris. Au terme de ce basculement, les regrets des médias dans leur ensemble vont se porter sur les défaillances de l’institution judiciaire, l’aveuglement d’un « petit juge », dont l’image au passage bascule par rapport à ce qu’a pu être la valorisation des juges d’instruction durant les décennies des « affaires » ; l’inefficacité de tous les garde-fous créés par l’institution, à commencer par les juges de la liberté et les chambres d’instruction ; etc. Le tort des rédactions aura été finalement de suivre trop unanimement l’accusation. Comme tout le monde…

29Bien sûr les journalistes reconnaissent avoir fait preuve de crédulité, mais au moins peuvent-ils revendiquer de ne pas s’être livrés à Outreau à des dérapages graves, comme cela put se produire à Toulouse ou sur les rives de la Vologne. Ils n’ont même pas été piégés par un informateur particulier au sein même de l’institution judiciaire, comme cela s’est parfois produit dans des affaires comme celle du bagagiste de Roissy. Simplement le rôle de contre-pouvoir, l’exercice critique attendu des médias n’a pas fonctionné, pas même une simple fonction d’alerte. Cela appelle-t-il alors des regrets pour eux-mêmes ? Ils furent plutôt discrets. Quid de l’idée de réparation ? Elle affleurera entre les propos ou les lignes, ici ou là. L’insistance mise après le procès de Paris à revenir sur les portraits des innocentés, leurs problèmes quotidiens, leurs galères, les dégâts dans leur vie personnelle, professionnelle, sociale… peut-elle être assimilée à une forme de réparation ? Sans doute dans l’esprit de quelques journalistes ou responsables de rédaction, mais pas plus….

30Au risque de choquer, et avec un certain recul, il est possible d’avancer que le traitement par les médias de l’affaire d’Outreau est d’abord banal ou ordinaire. En effet, les aspects exceptionnels ou extraordinaires du contenu même de l’information délivrée par les médias découlent en premier chef des errances de l’appareil judiciaire. Le travail des journalistes est plutôt dans cette affaire d’abord routinier, banal, dans son aveuglement à se fier aux sources les plus traditionnelles qui soient en matière de fait divers : les enquêteurs, le Parquet, les représentants d’institutions concernées (comme les associations et structures de prévention concernant la protection de l’enfance), les avocats, le voisinage… Tout dans cette affaire durant des mois et des années évoque la fable des aveugles qui vont se conduire mutuellement à l’abîme. Il y aura même eu assez tôt, pour l’honneur de la profession, quelques irréductibles qui produiront des contre-enquêtes discordantes, avant que finalement ne se produise le sursaut salvateur et le retournement quasiment d’un bloc pour dénoncer le fiasco judiciaire et s’émouvoir (tenter de réparer ?) du sort des personnes injustement mises en cause.

31Il est vrai que l’ampleur de l’emballement et de la surexposition des faits, circonstances et surtout des personnes mises en cause, paraît, à chaque nouvelle affaire de ce type, encore s’accentuer. Cela appelle deux remarques qui sont loin d’être satisfaisantes. La première souligne la puissance sans cesse renforcée des moyens déployés par les médias, alors même que les volumes d’information sous toutes les formes sont amplifiés (avec notamment le rôle des radios et télévisions d’information en continu). Et encore le poids de l’Internet restait-il modeste dans la phase la plus critique de l’affaire. Qu’en serait-il aujourd’hui ? La seconde remarque tend à insister sur la fragilisation de ce système d’information totalement sous-tendu par l’obsession d’alimenter les antennes de quart d’heure en quart d’heure, les colonnes des journaux (maintenant les sites d’information) de nouveaux éléments, faits, révélations, témoignages, sans se donner la moindre possibilité de contrôler en quoi l’instrumentalisation est possible pour les uns, voire l’expression de comportement irrationnels, mégalomaniaques, pervers, etc. comme cela est apparu dans l’affaire de Toulouse.

32Pour autant, l’invocation incantatoire du retour au respect du secret n’est pas adaptée à ce type de situation. L’institution judiciaire, la procédure elle-même, doivent prendre davantage en charge le problème posé, dans des situations où l’émotion, notamment sur le terrain, ne peut être réduite à l’influence des médias. Il ne semble pas y avoir d’autres réponses possibles que la concrétisation enfin de ces fameuses « fenêtres », tant de fois évoquées, jamais réellement ou complètement mises en pratique. L’affaire d’Outreau montre en effet que les facilités de communication données au Parquet, si elles présentent un intérêt, ne sauraient suffire. Rappelons que l’intérêt de telles audiences « publiques », au moins par la présence de représentants des médias, si elles permettraient à ceux-ci de prendre davantage conscience de la complexité d’une affaire, des interrogations qui pèsent sur un dossier, obligeraient également chacune des parties à davantage formaliser et motiver ses argumentations et décisions.

Haut de page

Bibliographie

ASSEMBLEE NATIONALE,  Au nom du peuple français – Juger après Outreau, Paris, rapport n°3125, juin 2006.

AUBENAS (Florence), La méprise. L’affaire d’Outreau, Paris, Seuil, octobre 2005.

CFPJ-ESJ, Les droits et les devoirs du journaliste. Textes essentiels, Paris, Editions du CFPJ, 1995.

CHARON (Jean-Marie) et Claude FURET, Un secret si bien violé. La loi, le juge et le journaliste, Paris, Seuil, 2000.

CHARON (Jean-Marie), Les journalistes et leur public : Le grand malentendu, Paris,  Vuibert- INA - CLEMI, 2007.

CHEVROTIN (Danièle), Le journaliste face au secret de l’enquête et de l’instruction, Paris, Université Paris XIII, 1998.

CIVARD-RACINAIS (Alexandrine), La plume et la balance, Paris, Editions Kimé, 1995.

DAWANT (René-Philippe) et Georges HUERCANOT-HIDALGO, Contre-enquête à Outreau – Sexe, mensonges et vérité, Bruxelles, Editions Luc Pire, octobre 2005.

DELMAS – MARTY (Mireille), Trois défis pour un droit mondial, Paris, Seuil, 1998.

DERIEUX (Emmanuel), Droit de la communication, Paris, LGDJ, 2003.

DUBIED (Annik) et Marc LITS, Le fait divers, Paris, PUF « Que sais-je ? » 1999.

DUMAY (Jean-Michel), Affaire Josacyne. Le poison du doute, Paris, Stock, 2003.

Les Entretiens de l’information, « L’affaire Besseghir ou les blessés de l’information », Les cahiers du journalisme, hors série, Lille, avril 2004.

Les Entretiens de l’information, « Procès d’Outreau, affaire Dutroux : les médias face aux ratés du système judiciaire », Les cahiers du journalisme, hors série, Lille, octobre 2005.

ETCHEGOIN (Marie-France) et Matthieu ARON, Le bûcher de Toulouse. D’Alègre à Baudis : histoire d’une mystification, Paris, Grasset, 2005.

LACOUR (Laurence), Le bûcher des innocents. L’affaire Villemin, coulisses, portraits,preuves, engrenages, correspondances, choses vues…, Paris, Plon, 1993, nouvelle édition 2006.

LECLERC (Henri) et Jean-Marc THEOLLEYRE, Les médias et la justice. Liberté de la presse et respect du droit, Paris, Editions du CFPJ, 1996.

PEREIRA (Acacio), Justice injuste. Le scandale de l’affaire d’Outreau,  Paris, Philippe Rey, septembre 2004.

PERRAULT (Gilles), Le pull-over rouge, Paris, Fayard, 1978.

SECAIL (Claire), Le fait divers criminel à la télévision française (1950-2006). Fabrique et mise en scène du récit, thèse, Paris, 2007.

TRAPIER (Patrice) et Anne-Laure BARRET, Innocents. Le calvaire des accusés d’Outreau, Paris, Calmann-Lévy, octobre 2005.

TRUCHE (Pierre), Juger, être jugé. Le magistrat face aux autres et à lui-même, Paris, Fayard, 2001.

VERNIER (Dominique), La couverture du meurtre de Céline Jourdan dans 15 titres de la presse nationale et régionale, Etude CFPJ, Paris, avril 1993.

Haut de page

Notes

1 « Commission d’enquête chargée de rechercher les causes des dysfonctionnement de la justice dans l’affaire dite d’Outreau et de formuler des propositions pour éviter leur renouvellement », présidée par André Vallini, rapporteur Philippe Houillon.

2 « Au nom du peuple français . Juger après Outreau », Assemblée nationale, rapport n°3125.

3   « Procès d’Outreau, affaire Dutroux : les médias face aux ratés du système judiciaire », Les Entretiens de l’Information. Hors série des Cahiers du journalisme, Lille, Octobre 2005.

4   Florence Aubenas, La méprise. L’affaire d’Outreau, Seuil, Paris, octobre 2005. René-Philippe Dawant et Georges Huercano-Hidalgo, Contre-enquête à Outreau. Sexe, mensonges et vérité, Editions Luc Pire, Bruxelles, octobre 2005. Acacio Pereira, Justice injuste. Le scandale de l’affaire d’Outreau, Philippe Rey, Paris, septembre 2004. Patrice Trapier et Anne-Laure Barret, Innocents. Le calvaire des accusés d’Outreau, Calmann-Lévy, Paris, octobre 2005.

5   Jean-Marie Charon et Claude Furet, Seuil, Paris, 2000.

6   Cf. Annik Dubied et Marc Lits, Le fait divers , Paris, PUF, « Que sais-je ? » 1999, ou encore, Jean-Marie Charon, Les journalistes et leur public : le grand malentendu, Paris, Vuibert, 2007.

7   Cf. Dominique Vernier, La couverture du meurtre de Céline Jourdan dans 15 titres de la presse nationale et régionale, Paris, Etude CFPJ, avril 1993.

8   Cf. Jean-Marie Charon et Claude Furet, Un secret si bien violé. La loi, le juge et le journaliste, Paris, Seuil, 2000.

9   Philosophe, acteur associatif, rédacteur en chef à la revue Esprit.

10   Radio Télévision belge francophone. Ainsi que le livre paru en octobre 2005, à la veille du premier procès : Contre-enquête à Outreau, de René-Philippe Dawant et Georges Huercano-Hidalgo, Editions Luc Pire, Bruxelles.

11   Cf. « L’affaire Besseghir ou les blessés de l’information », in Les entretiens de l’information, Les Cahiers du journalisme, hors-série avril 2004.

12   Cf. « Procès d’Outreau, affaire Dutroux : les médias face aux ratés du système judiciaire », Les Cahiers du journalisme, idem.

13   Devant la Commission d’enquête parlementaire, repris dans le documentaire de Jacques Renard « Autopsie d’un désastre » coproduit par Lcp Assemblée Nationale, France 5, TV5 Monde, la RTBF et la TSR.

14   Interviewé dans le même documentaire de Jacques Renard.

15  Cf. Jean-Marie Charon et Claude Furet, « Un secret si bien violé… », Idem.

16   Journaliste localier travaillant seul dans un bureau décentralisé du journal, soit une situation qui s’est fortement développée à partir des années 1980.

17   Nous avions déjà abordé cette question dans un article des Cahiers de la sécurité intérieure, n°20, 1995 : « Le journaliste local face à l’événement exceptionnel : déontologie et éthique ».

18   Elle dit avoir été « psychologiquement abîmée », « littéralement abasourdie », « effrayée ». Sa collègue Corinne Pehau, de France 3,  dira de son côté : « le souvenir de cet effroi me poursuivra longtemps ».

19   Dans notre enquête pour « Un secret si bien violé, la loi, le juge et le journaliste » des policiers indiquaient la relation avec les journalistes au niveau de chaque « chef d’enquête », alors que pour la gendarmerie les choses sont plus centralisées. Dans une affaire comme celle de « la Josacyne empoisonnée », le journaliste de Libération obtiendra des informations décisives sur le dossier au niveau parisien du Service d’informations et de relations publiques des armées (SIRPA) gendarmerie.

20   Cf. Marie-France Etchegoin et Matthieu Aron, Le bûcher de Toulouse. D’Alègre à Baudis : histoire d’une mystification, Paris, Grasset. 2005.

21   Avec Matthieu Aron,  Le bûcher de Toulouse. D’Alègre à Baudis : histoire d’une mystification, Grasset, 2005.

22   Jean-Michel Dumay, Affaire Josacyne.  Le poison du doute, Stock, Paris, 2003.

23   Acacio Pereira, Justice injuste. Le scandale de l’affaire d’Outreau, Paris, Philippe Rey, septembre 2004 Patrice Trapier et Anne-Laure Barret, Innocents, le calvaire des accusés d’Outreau, Calmann-Lévy, Paris, 2005.

24   Qui cite devant la Commission parlementaire une phrase de Claude Imbert : « Les lecteurs vous reprocheront rarement de ne pas avoir traité un sujet, mais ils vous reprocheront beaucoup d’avoir écrit de grosses bêtises », regrettant que celle-ci ne soit davantage méditée par l’ensemble de la profession…

25   A partir du mois de décembre 2005, Mireille Delmas-Marty y côtoie Daniel Soulez Larivière, Henri Leclerc, Renaud Van Ruymbeke, Antoine Garapon, Marilyse Lebranchu et bien d’autres dans le Monde, Libération, le Figaro, la Croix, etc. dans les Forums, Horizon-débat, Rebonds,… à moins qu’il ne s’agisse de dossiers spéciaux, qui se multiplièrent alors.

26   Selon les propos d’habitants de cités de la banlieue nantaise, face à l’hypothèse de taire certains méfaits, afin de ne pas noircir l’image de ces quartiers et de leurs populations. Cf. Jean-Marie Charon, « Les journalistes et leur public : le grand malentendu », Vuibert – Clemi – Ina, 2007.

27   Cf. notamment à ce sujet Emmanuel Derieux, « Droit de la communication », LGDJ, Paris, 2003, ou encore, Jean-Marie Charon et Claude Furet, « Un secret si bien violé… », idem.

28   Cf.  Marie-France Etchegoin et Matthieu Aron, idem.

29   Dans sa thèse, Claire Secail, « Le fait-divers criminel à la télévision française (1950-2006) – Fabrique et mise en scène du récit » indique que sur TF1 (ex Première chaîne) les récits criminels passent de 4,1% des sujets traités en 1960 à 17,9% en 2002. Sur France 2 ils passent de 3,7% en 1970 à 15% en 2002, pour France 3 de 3,6% en 1980 à 14,7% en 2002 et pour M6 de 9,4% en 1995 à 14% en 2002.

30   Claude Furet, « Les « blessés de la presse » réclament justice », in Médias pouvoirs n°22, avril, 1991.

31   Gilles Perrault, Le pull over rouge, Paris, Fayard, 1978.

32   Jean-Michel Dumay, Affaire Josacyne,  le poison du doute, Paris, Stock, 2003.

33   Laurence Lacour, Le bûcher des innocents. L’affaire Villemin, coulisses, portraits, preuves, engrenages, correspondances, choses vues…, Paris, Plon, 1993 et nouvelle édition enrichie en 2006.

34   Florence Aubenas, La méprise. L’affaire d’Outreau, Paris, Seuil, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Charon, « Le traitement médiatique de l’affaire d’Outreau », Droit et cultures, 55 | 2008, 221-239.

Référence électronique

Jean-Marie Charon, « Le traitement médiatique de l’affaire d’Outreau », Droit et cultures [En ligne], 55 | 2008-1, mis en ligne le 21 décembre 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1387

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Charon

Jean-Marie Charronest sociologue, spécialiste des médias, attaché à l’Institut Marcel Mauss (EHESS). Ses recherches portent sur la presse écrite, le journalisme (pratique, déontologie et éthique professionnelle, formation), les relations médias- justice, le journalisme politique. Il est chargé d’un enseignement en sociologie de la presse à l’EHESS et à l’IEP de Rennes. Derniers ouvrages parus : Les journalistes et leur public : le grand malentendu, Vuibert, 2007 ; La presse quotidienne, Repères-La Découverte, 2005 ; Les médias en France, Repères-La Découverte, 2003 et d’un ouvrage traitant du sujet de l’article : (avec Claude Furet) Un secret si bien violé. La loi, le juge et le journaliste, Seuil, 2000.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org