Navigation – Plan du site
Notes et comptes rendus

Sur les Ecrits de Jean Carbonnier (1908-2003)

 textes et auditions rassemblés par Raymond Verdier, Paris, PUF, 2008.
Robert Pageard
p. 227-228
Référence(s) :

Sur les Ecrits de Jean Carbonnier (1908-2003)

 textes et auditions rassemblés par Raymond Verdier, Paris, PUF, 2008.

Texte intégral

1Cette centaine de textes divers, présentés et commentés par une équipe de juristes, d’historiens, de sociologues ou d’anthropologues, donne une très vivante vision de la personnalité et des activités d’un penseur qui joua un rôle important dans l’enseignement et l’ évolution de la seconde moitié du XXe siècle.

2Tout est dit dans cet ouvrage sur l’exceptionnelle érudition de Jean Carbonnier en maints domaines, sur l’élégance et la finesse de sa langue, sur la clarté de son expression. Cette clarté est mise au service d’un équilibre et d’une justesse toujours recherchés ; elle n’exclut ni les nuances, ni les autocorrections, ni l’humour, ni – fruit de la modestie – l’aveu d’impuissance dans certains cas. Cette modestie se retrouve constamment dans le discours sur le droit. La norme juridique, écrite le plus souvent, est reconsidérée dans un cadre culturel panoramique auquel le droit comparé fournit, notamment, des éléments.

3Collaborateur du législateur, particulièrement en matière familiale, Jean Carbonnier est certes respectueux de la loi. Il voit en elle un instrument majeur de défense contre la menace interne de destruction du monde humain. Il recherche toujours l’alliance de la discipline et de la liberté. C’est dans la conscience individuelle que cette union s’opère, même si la violence d’Etat, la crainte des sanctions des sanctions édictées, le jeu de la contrainte sont de fermes assises des comportements individuels constructifs ; la loi est un mal nécessaire qu’il faut contrôler aussi délicatement que possible. Ce contrôle suppose une certaine sobriété législative qui manque en France ; il suppose aussi la tolérance d’une certaine inefficacité de la production législative ; il invite à respecter ce qui, dans toute société, atténue la raideur et l’impersonnalité de la loi, le non-droit, auquel, en sociologie, Jean Carbonnier a consacré de nombreuses réflexions.

4Les sentiments de Carbonnier en matière de droit pénal sont généreux. Ils sont en harmonie avec sa largeur d’esprit et son sens de la logique du cœur, de ce qu’il nomme « la connaissance poétique ». A cet égard, on s’étonne un peu de ne pas trouver dans l’index le nom d’Emile Zola, autre homme ce cœur passionné de justice.
Peut-être manque-t-il dans le recueil un développement sur ces procédés de non-droit que sont l’indulgence, le « fermer les yeux », des autorités de police, et de l’appréciation de l’opportunité des poursuites par le ministère public en France. On peut rêver aussi d’un débat sur ce que pourrait être une révolution qui introduirait communément l’équité dans les décisions judiciaires dûment motivées.

5Un autre grand mérite de Jean Carbonnier est sa passion pour la vérité de la vie juridique française, son attachement au réel de la vie passée aussi. A travers l’idée de la sociologie juridique, il a mis en valeur la recherche sur la réalité des vies nationales et locales. L’enseignement du droit positif contemporain dans une société déterminée ne saurait être négligé, mais l’inventaire descriptif qu’apporte la science du droit est de nature à nourrir la sagesse des juristes dans l’exercice de leurs fonctions. C’est l’esprit dans lequel travaille la revue Droit et Cultures à laquelle Jean Carbonnier a de temps en temps collaboré.

6Le professeur Olivier Abel note en conclusion de sa présentation de la quatrième partie du recueil, « Histoire, sociologie religieuse et théologie » (page 1259) : « Carbonnier a lui-même porté la tension entre le sens républicain de ses responsabilités civiles et son appartenance résolue au parti protestant. Et il a réussi à les respecter ensemble, à les porter ensemble plus loin ». On retrouve sur ce plan le sage souci d’équilibre que reflète la collection des écrits recueillis. La culture et la sensibilité de Jean Carbonnier lui ont permis de laisser un intéressant portrait de la France de la seconde moitié de XXe siècle, mal laïcisée, estime-t-il, encore partagée entre le scepticisme de Voltaire et l’aspiration à l’absolu de Hugo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Pageard, « Sur les Ecrits de Jean Carbonnier (1908-2003) », Droit et cultures, 57 | 2009, 227-228.

Référence électronique

Robert Pageard, « Sur les Ecrits de Jean Carbonnier (1908-2003) », Droit et cultures [En ligne], 57 | 2009-1, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1368

Haut de page

Auteur

Robert Pageard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org