Navigation – Plan du site

Les interdits hors la loi : la répression institutionnelle et médicale de la sexualité (1850-1930)

Interdictions outside the Law: Institutional and Medical Repression of Sexuality (1850-1930)
Patrick Pognant
p. 129-142

Résumés

Hors la sexualité à but procréatif, tout comportement sexuel a été considéré par les médecins comme pathologie et par les moralistes comme des crimes contre la morale. Bien que la masturbation et l’homosexualité ne fussent pas considérés comme un délit et un crime par le Code pénal français, elles furent cependant envisagées comme des interdits moraux et, notamment entre 1850 et 1930, elles furent réprimées par tous les acteurs de la société (clercs, liqueurs, religieux, policiers, juges, enseignants, parents…) et par le corps médical (au premier rang desquels les psychiatres). Ce phénomène répressif a touché tous les pays occidentaux, y compris les Etats-Unis, à des degrés divers (le Code pénal allemand, par exemple, était beaucoup plus répressif que le Code pénal français sur ce sujet).

De nombreux psychiatres se sont mués en auxiliaires de justice en favorisant la comparution d’homosexuels et de masturbateurs devant les tribunaux. La psychiatrie occidentale de cette époque se caractérise sur le plan de la sexualité comme une psychiatrie de l’erreur qui va muer en une psychiatrie de l’horreur en mettant au point un arsenal monstrueux à la fois technologique (corsets, camisoles et cages de contention…) et thérapeutique (infibulation, cautérisation, circoncision à vif, castration…). Nos sociétés contemporaines portent encore les stigmates de cette période noire durant laquelle médecine et justice ont agi de concert pour médicaliser et punir les comportements sexuels s’écartant de la norme.

Haut de page

Texte intégral

1Alors que la loi française ne pénalisait pas dans ses articles certaines pratiques sexuelles, la société, à travers notamment sa police et ses médecins, a cependant réprimé ces pratiques. Nous sommes bien confrontés à ce que nous avons appelé des interdits hors la loi puisque la répression s’est exercée hors le cadre légal. Cependant, il y avait un cadre : ce cadre était moral, fortement influencé par l’église et, à partir du dernier quart du XIXe par les ligues de moralité. Nous ne traiterons pas ici des interdits religieux en matière de sexualité : rappelons simplement que, à l’époque qui nous intéresse, non seulement toute activité sexuelle en dehors du mariage était peccamineuse, mais que, dans le cadre matrimonial, l’onanisme conjugal (« la fraude conjugale » comme l’appelaient les médecins), l’émission spermatique hors le vase féminin, la sodomie pour donner quelques exemples, étaient considérés comme des péchés mortels.  

2Cette communication s’inscrit dans un travail plus vaste auquel nous nous livrons sur l’histoire étonnante de l’invention des perversions sexuelles par la psychiatrie occidentale entre environ 1850 et 1930 (approximativement entre leur acte de naissance et les prémices de leur démédicalisation) ; faut-il dire que nos sociétés contemporaines portent encore les stigmates insidieux de cette pathologisation outrancière ? Rappelons que la sexualité s’est immiscée dans la médecine puis la psychiatrie du XIXe pour aboutir à la fin du siècle et au début du XXe à la création d’une nouvelle discipline, la sexologie. Cette évolution, avant tout pathologiste, s’est opérée au diapason d’un ample faisceau moralisateur manipulé par les religieux et les ligueurs, et qui a balayé les sociétés occidentales. Sans l’étendard de la morale brandi à l’unisson par les clercs et les notables, cette médicalisation acharnée n’aurait peut-être pas été possible.

3Enfin, nous ne nous intéresserons qu’à deux exemples de comportements sexuels interdits et réprimés par les sociétés du XIXe et du début XXe, malgré l’absence d’un cadre légal : la masturbation et l’homosexualité.

Que dit le droit français de l’époque ?

4Depuis la Révolution, la loi française ignore ce qui se passe dans le domaine privé, hors de la vue d’autrui, entres personnes majeures consentantes. En conséquence, aucun crime ni délit ne peuvent être établis dans ces conditions. Il n’en est pas de même en Allemagne où l’état place sous contrôle pénal les rapports sexuels de personnes adultes et consentantes, même lorsque les droits des tiers ne sont pas lésés.

  • 1   Dr Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia Sexualis. Étude médico-légale à l’usage des médecins et (...)
  • 2   Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire, contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, trad. (...)

5Au contraire des vices, déviances, et autres perversions inventoriés notamment par Krafft-Ebing dans sa Psychopathia sexualis1, la masturbation a échappé au champ juridique, grâce à sa nature, solitaire, honteuse et secrète. Cependant, nous verrons plus loin qu’elle n’a pas échappé à l’acharnement des clercs et des médecins, avec pour cibles principales les enfants et les adolescents. Ainsi que le rappelle Thomas Laqueur, au XIXe siècle, « dans une France soucieuse de démographie […], des gens sérieux en appelèrent à une police nationale de la pollution de soi-même : des inspections surprises à l’école pour s’assurer que les pupilles tenaient leur corps en forme pour l’état »2.

  • 3   Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l’homosexualité en Europe, PUF, coll. « Médecine et so (...)

6Comme la masturbation, l’homosexualité n’est pas sanctionnée par le Code pénal. Ainsi que le rappelle Flora Leroy-Forgeot, « le Code pénal adopté par l’Assemblée constituante révolutionnaire française en 1791 exclut, pour la première fois dans l’histoire moderne, le crime de sodomie de la liste des crimes punissables. Le Code Napoléon de 1810 maintient cette innovation »3.

7Le « pouvoir policier » (qui, bien sûr, n’existe pas constitutionnellement...) se substituera au pouvoir judiciaire dans la traque des invertis. En effet, les policiers, avec le soutien des juges, feront comparaître en justice et condamner les homosexuels grâce à des contorsions juridiques, la plus usitée étant l’attentat à la pudeur, lui parfaitement présent comme délit dans les textes. Tous les ouvrages de médecine légale que nous avons consultés attestent que la reconnaissance de l’homosexualité d’un prévenu est un facteur aggravant pour les juges.

8Avant d’aller plus avant, il semble opportun de rappeler dans quel contexte médical se situent la masturbation et l’homosexualité.

Les psychopathies sexuelles

9La psychiatrie des perversions s’est bâtie au XIXe siècle sur deux postulats erronés et incontestés. Le premier est que toute sexualité non procréative est déviante. Quant au deuxième, il assène que les dites perversions sont pathologiques, pour la plupart congénitales (même quand elles sont acquises, elles sont potentiellement dégénératives pour la descendance) : elles peuvent conduire à la pathologie mentale, voire à la mort ainsi que moult exemples sont donnés par ces médecins de l’époque.

10La plupart des écrits psychiatriques qui nous intéressent sur le sujet datent du dernier quart du XIXe et du premier quart du XXe mais ils s’appuient peu ou prou sur des sources des années 1850, voire antérieures, ces années-là étant un tournant dans la jeune histoire de la psychiatrie, notamment avec l’abandon de la psychogenèse au profit de l’organogenèse, laquelle va tant peser (et d’une certaine manière pèse encore) sur la psychiatrie avec l’importance accordée aux facteurs génétiques dans l’approche étiologique.

  • 4   Michel Foucault, Le pouvoir psychiatrique, Seuil-Gallimard, coll. « Hautes études », 2003, 400 p.

11Caractérisée par la fièvre taxinomique qui a présidé à sa création, la psychiatrie de cette époque est également atteinte d’une fièvre pathologisante qui la fait sortir du domaine médical pour investir les domaines de la morale et de la justice et ainsi élargir un pouvoir qu’elle n’a de cesse de conforter et d’amplifier, dans une relation chaotique avec la justice avec des rapports complices ou conflictuels, en fonction des époques et des intérêts du moment, supérieurs il va sans dire. Sur cette voracité de la psychiatrie, nous renvoyons, entre autres, aux leçons de Michel Foucault au Collège de France rassemblées sous le titre Le pouvoir psychiatrique4.

  • 5   Thomas Laqueur, La fabrique du sexe, essai sur le corps et le genre en Occident, trad. Michel Gau (...)

12Rappelons qu’au XIXe siècle (au contraire du siècle précédent qui, malgré la pression religieuse, s’était affranchi de ce dogme, et au cours duquel les médecins exhortaient au plaisir), la sexualité normale, d’essence bourgeoise, ne s’envisage que dans sa stricte fonction procréatrice, au service de la race et de la nation. Thomas Laqueur souligne que, en gros jusqu’au XVIIIe siècle, « [...] l’histoire de la représentation des différences anatomiques entre homme et femme [est] extraordinairement indépendante de la structure réelle de ces organes ou de ce que l’on savait d’eux. C’est l’idéologie, et non l’exactitude de l’observation, qui détermina la vision que l’on avait d’eux et des différences qui comptaient »5. La lecture de nombreux textes médicaux nous conforte dans l’idée que cette idéologie a perduré tout au long du XIXe, voire au-delà…

  • 6   Michel Foucault, Histoire de la sexualité I La volonté de savoir, Gallimard, 1976, rééd. coll. «  (...)
  • 7   Paul Sérieux y consacrera sa thèse en 1888 : Recherches cliniques sur les anomalies de l’instinct (...)
  • 8 Michel Foucault, Histoire de la sexualité I La volonté de savoir, p. 156.
  • 9   Pour la France, on citera notamment les ouvrages Des aberrations du sens génésique de Paul Moreau (...)
  • 10   Michel Foucault, Histoire de la sexualité I La volonté de savoir, p. 157.

13Par ailleurs, « l’ensemble perversion-hérédité-dégénérescence a constitué le noyau solide des nouvelles technologies du sexe »6 dans la seconde moitié du XIXe siècle, un noyau alimenté par la théorie de l’instinct7. Une « médecine des perversions »8 s’est manifestement développée à cette époque, notamment dans le cadre de la médecine légale et avec pour sujet principal « l’inversion du sens génital », en témoigne une littérature médicale très abondante9, avec, à son acmé, la Psychopathia sexualis de Richard von Krafft-Ebing en 1886 (dernière édition 1924). Enfin, la psychanalyse – qui « a repris à son compte le projet d’une technologie médicale propre à l’instinct sexuel [qu’elle va chercher à affranchir] de ses corrélations avec l’hérédité »10 – privilégiera la pulsion à l’instinct, dans la continuité des travaux du psychiatre et émule de Krafft-Ebing, Albert Moll.

14Parmi la très abondante littérature médicale de la fin du XIXe, nous donnons pour exemple un extrait représentatif des écrits de l’époque avec le docteur Thésée Pouillet qui, dans un ouvrage de 1897, distinguera les abus génitaux des excès vénériens.

  • 11   Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme avec une introduction sur les abus génitaux, Paris, Vigot (...)

15Les « abus génitaux » :
L’accomplissement ou la tentative d’accomplissement de l’acte génital d’une façon irrégulière, anormale, hors nature, en un mot, sans qu’il ait pour but la reproduction de l’espèce, constitue l’abus des organes de la génération, quels que soient l’âge et le sexe du sujet qui agit, et quelles que soient les causes [...]. Nous divisons les abus génitaux [...] en quatre classes : la bestialité [i.e. la sodomie], le coït incomplet, les coïts extragénitaux et la masturbation11.

  • 12   Ib., p. 1.

16Les « excès vénériens » :
La répétition du coït normal, physiologique, en dehors d’un véritable besoin naturel, constitue l’excès vénérien, que cette pratique immodérée soit sollicitée par les ardeurs de l’imagination ou par l’usage d’excitants spéciaux12.

  • 13   Nous n’avons pas trouvé de définition médicale ou littéraire de ce substantif, par ailleurs emplo (...)
  • 14   Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme…, op. cit., p. 15.

17Toujours dans ce même ouvrage de 1897, Pouillet, épousant là la position de ses confrères, écrit :
Nous considérons, nous, le coït buccal et ses manœuvres – l’irrumation [13] et la fellation – comme des crimes de lèse-nature, comme des actes dégradants et indignes de l’humanité qu’ils abaissent au-dessous de l’animalité. Il n’est point d’excuses à de semblables hontes, et quoi que disent les casuistes sur cette matière, nous sommes persuadé qu’il est du devoir de tout moraliste de signaler de telles turpitudes pour les stigmatiser comme elles le méritent14.

18Comme on peut le constater, la position médicale en matière de sexualité épouse mutatis mutandis la position théologique. Ces extraits sont représentatifs de la littérature médicale de l’époque, laquelle mélange savamment médecine, droit, morale et littérature, et qui assène plus qu’elle ne démontre, lestée par une doxa particulièrement prégnante. Enfin, on peut remarquer l’aporie (apparente ?) qui consiste à pathologiser la perversion, et ce faisant, la délester de son poids culpabilisateur, avec pour conséquence de la rendre plus acceptable et donc de la rendre plus praticable (« Ce n’est pas moi qui agis mais la maladie qui est en moi… » : les excuses à la compulsion sont toujours d’actualité !), dans le même temps que les lois qui encadrent ce que l’on considère comme des dérèglements sexuels se font plus impitoyables. Comment ce qui était plaisir au XVIIIe siècle (rappelons, par exemple, que la masturbation publique des aristocrates ne choquait personne : Diderot le rappelle facétieusement dans Le rêve de d’Alembert dans une scène où le docte chevalier se masturbe aimablement devant Mme de Lespinasse) est devenu monstruosité, voire crime, en tout cas pour le moins maladie, aux XIXe et XXe siècles ? On observe le même renversement dans la littérature qui, de libertine, voire érotique, devient pornographique, obscène, dangereuse, in fine antisociale.

La répression institutionnelle et médicale de la masturbation et de l’homosexualité

La masturbation

  • 15   Histoire de la sexualité, op. cit.
  • 16   Jean Stengers et Anne Van Neck, Histoire d’une grande peur, la masturbation, 1re éd. Bruxelles : (...)
  • 17 Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire..., op. cit.
  • 18 Michel Foucault, Les Anormaux, cours au Collège de France 1974-1975, Seuil-Gallimard, coll. « Haut (...)
  • 19   Samuel Auguste André DavidTissot, 1re éd. Tentamen de morbis ex manustupratione, trad. Dissertati (...)

19Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, la masturbation devint la cause de toutes les maladies inexpliquées ou inexplicables comme le relatent (entre autres !) Michel Foucault15, Jean Stengers et Anne Van Neck16 ainsi que Thomas Laqueur17 dans leurs ouvrages respectifs, à l’appui de nombreux écrits de médecins. La masturbation, « ce secret qu’à la fois tout le monde partage et que personne ne reconnaît »18, était jugée comme une pratique répugnante (un crime contre nature) qui affaiblissait l’organisme de ceux qui s’y livraient et amoindrissait leurs capacités intellectuelles et leur volition, dans le même temps qu’elle entraînait des troubles psychiques, tous troubles qui pouvaient conduire au dépérissement et à rien moins que la mort ! Le tristement célèbre docteur suisse Tissot explique dans la préface de L’onanisme qu’il s’est « proposé de propager la méthode la plus propre à arrêter les ravages d’une maladie meurtrière, [...] une corruption plus ravageante peut-être que la petite vérole [...] »19. Sous sa plume et celle de ses confrères médecins des XVIIIe et XIXe siècles, la masturbation devint la mère de toutes les maladies (l’hémiplégie, les tumeurs, la paralysie générale, la fièvre, le délire...).

  • 20   Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme..., op. cit., p. 281.

20Comme la plupart de ses confrères psychiatres et autres médecins occidentaux en lutte, de concert avec les religieux et les moralisateurs, contre le « dangereux supplément » pour reprendre l’expression de Jean-Jacques Rousseau, Krafft-Ebing n’a pas échappé à l’influence de l’ouvrage de Tissot et il accordera une place importante à la masturbation dans Psychopathia sexualis, notamment comme facteur étiologique des désordres mentaux et sexuels. Avant d’évoquer l’arsenal médical mis en place pour lutter contre « le vice solitaire », une « coercition [qui] s’adresse plus particulièrement à l’enfance et à l’adolescence »20, il est une recommandation thérapeutique et/ou prophylactique qui a durablement pris racine aux états-Unis dans la seconde moitié du XIXsiècle, la circoncision.

  • 21   Par exemple, on pourrait citer A. Money, Treatment of disease in children, Philadelphia : Blakist (...)
  • 22   L’édition sur laquelle nous nous appuyons est notifiée comme suit : John Harvey Kellogg, Plain fa (...)
  • 23   Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire..., p. 62.
  • 24   Les médecins n’avaient pas tous la cruauté de Kellog et d’aucuns, tel Pouillet, bien qu’à peine p (...)

21On pourra s’étonner que cette circoncision ne soit pas signalée dans les ouvrages cités en amont, notamment dans celui de Thomas Laqueur, pourtant fort documenté sur la question, d’autant que l’historien cite à plusieurs reprises le prescripteur de ce moyen pour le moins radical de lutter contre l’onanisme des garçons pubères, à savoir John Harvey Kellogg (1852-1943) qui, entre autres auteurs21, en fera la préconisation explicite dans un ouvrage dont la première édition remonte à 187722. Selon Kellogg, médecin, « réformateur du système américain de santé et fondateur de la dynastie des céréales qui porte son nom, [et qui] fit courir à travers son réseau le bruit que la masturbation était le pire exemple possible de la propension généralement malheureuse de l’homme au sexe »23, l’ablation du prépuce (ou « posthétomie », mot caduque remplacé par « circoncision » ou, plus rarement, par « excision préputiale ») était un des remèdes efficaces à la masturbation des jeunes gens lorsqu’ils arrivaient à la puberté24 ! Après avoir fourni des exemples de stratagèmes moraux et, partant, fort culpabilisateurs, voilà ce qu’il préconise quand ceux-ci n’ont pas l’effet escompté :

Dans le cas des plus jeunes adolescents, chez qui les considérations morales n’ont pas de prise, d’autres moyens peuvent être mis en œuvre. Le bandage des parties [génitales] a été pratiqué avec succès. Le ligotage des mains a réussi dans certains cas mais cela ne marche pas toujours car les jeunes trouvent souvent le moyen de poursuivre leur manie ou bien en entretenant une érection de leur membre ou en dormant sur le ventre.

  • 25   Traduit de l’anglais, sans doute assez librement, par nos soins.

Placer les organes dans une cage a également été pratiqué avec un plein succès. Un remède qui est quasi toujours couronné de succès chez les jeunes garçons est la circoncision, surtout quand il y a une possibilité de phimosis. L’opération peut être réalisée par un chirurgien sans anesthésie, car la brève douleur conséquente à l’intervention pourra avoir un effet salutaire sur l’esprit, surtout si le garçon vit son opération comme une punition, comme cela peut exister dans certains cas. L’endolorissement qui perdure pendant quelques semaines interrompt une pratique qui, si elle n’était pas précédemment trop ancrée chez le sujet, peut être oubliée et ne pas reprendre. Si l’on choisit de vouloir surprendre l’enfant, celui-ci doit se sentir très attentivement encadré, avec une vigilance telle qu’il ne pourra transgresser l’interdiction sans risquer d’être découvert. S’il est partiellement surveillé, il apprendra rapidement à se jouer de l’observation ; la conséquence sera alors seulement de le rendre plus rusé dans la pratique de son vice25

22Nous laissons au lecteur le soin de commenter ce texte, voire d’en rire ou d’en pleurer..., en attirant son attention sur le fait que l’argument puritain et pseudo-médical s’est conjugué à l’argument hygiéniste (au motif que l’excision du prépuce faciliterait par la suite le nettoiement du gland et diminuerait les irritations et autres risques d’infection résultant d’une hygiène parfois défectueuse chez les jeunes gens) pour banaliser la pratique de cet acte chirurgical au XIXe siècle, et qui perdure aux états-Unis et au Canada au XXIe siècle : en effet, depuis cette époque, on circoncit la plupart des garçons dans ces pays.

  • 26 Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme..., p. 277-278.
  • 27 Ib., p. 285.
  • 28 Ib.
  • 29 Ib., p. 281.
  • 30 Ib., p. 283.
  • 31 Colin Spencer, Homosexuality : a History, 1995 ; Histoire de l’homosexualité de l’Antiquité à nos (...)

23Mais la circoncision prophylactique ou curative de la masturbation touche également l’Europe et la France. En effet, à l’appui des docteurs Vanier et Lallemand, qu’il cite abondamment, pour Pouillet, « le seul remède préservatif de la pollution génitale dans le jeune âge et l’adolescence »26 est la circoncision. Elle est « le plus puissant préservatif de la masturbation »27, laquelle doit s’effectuer sans « l’anesthésie chlorophormique », ce qui serait « un non-sens » pour la guérison des « manuélistes »28 !!! Quoi qu’il en soit, c’est le rôle de la médecine « de contraindre les uns par la force, les autres par la douleur, le manuéliste à ne plus se polluer »29. Outre la circoncision, Pouillet cite ces sommets de la barbarie que sont « la castration, l’infibulation, les scarifications, l’injection irritante, la sonde demeure »30. Il reconnaît la rareté de la castration dans la littérature médicale sur la masturbation : avait-il lu Les masturbateurs et ce qu’il faut en faire, l’essai du docteur N. Emmaus Paine de l’Homeopathic Insane Asylum de l’état de New York (1878) ? Si les technologies de contention n’entraînaient aucune modification mentale, le médecin américain recommandait la castration, allant même jusqu’à espérer que « la loi serait modifiée pour supprimer l’autorisation obligatoire des parents avant de pratiquer une castration »31 !

  • 32   Jean Stengers et Anne Van Neck, Histoire d’une grande peur, la masturbation, p. 106.

24Outre la circoncision, à la fois prophylactique et curative, la réponse médicale à cette pratique aussi ancienne que la vie humaine sur terre fut donc dans les traitements physiques (camisoles et autres technologies de contention, cautérisation, voire infibulation pénienne, notamment en Allemagne, à la fin du XVIIIe !32 mais aussi en France) qui s’accompagnèrent d’une condamnation morale qui instillait un fort sentiment de culpabilité chez ses adeptes, le pire des traitements, la pire des camisoles, une très abondante littérature médicale en témoigne.

25On voit que la répression de la masturbation en Occident pour des raisons médicales (cache-misère des raisons morales) avec notamment la culpabilisation forcenée des enfants et des adolescents, a atteint des extrêmes historiques qui ont marqué la psychiatrie quand elle s’est emparée du sujet, dans la deuxième partie du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais a aussi marqué plusieurs générations d’individus en empoisonnant leur vie et en développement chez eux des troubles psychiques, un comble pour une science sensée les guérir ! Cette psychiatrie de l’erreur s’est muée en psychiatrie de l’horreur.

26Parallèlement, comme nous l’avons déjà signalé, la répression fut également institutionnelle, notamment dans les internats et plus généralement dans les dortoirs (prisons, hôpitaux…). Mais elle se fit également au sein des familles, convaincues, notamment par le corps médical et par les nombreuses brochures sur le sujet, qu’il était de leur devoir de protéger leurs enfants du vice solitaire, aux conséquences si dramatiques sur la santé de leur engeance. Notons que ces familles fournissaient une bonne part de leur clientèle aux médecins, l’autre partie étant constituée par des patients qui, atteints de ce que nous avons appelé dans un autre texte « l’hypocondrie mimétique » et donc persuadés d’être malades, se jetaient spontanément entre les mains médicales.

27Enfin, il faut préciser que, bien entendu, la chasse anti-masturbatoire concernait aussi, mais plus discrètement, le sexe féminin et que l’on pratiqua, entre autres, la cautérisation des organes et la clitoridectomie.

L’homosexualité

  • 33 « L’individu n’a de goût que pour son propre sexe : inversion de l’instinct génital, homosexualité (...)
  • 34   Créé par Marc-André Raffalovitch, La question de l’inversion (1894).
  • 35   Créée par Karl Wesphal, « Die contäre Sexualempfindung », Archiv für Psychiatrie (1869). Charcot (...)
  • 36   Créée par le prolifique Karl Heinrich Ulrichs dès 1864 et définie par lui selon une formule effic (...)
  • 37   Créée par le Britannique Edward Carpenter en 1896 et reprise dans son ouvrage Le sexe intermédiai (...)

28Le mot homosexualité a été forgé en 1868-1869 à Vienne par Károly Mária Kertbeny (1824-1882), pseudonyme de l’écrivain et psychiatre hongrois Károly Mária Benkert. Mais il n’entrera en usage qu’à partir des années 1880 sous l’influence de Krafft-Ebing qui en usa dans ses livres (on le trouve dans la langue française en 189133). Outre « pédérastie », « homosexualité » remplacera peu à peu dans le vocabulaire médical des termes comme unisexualité (un unisexuel), sexualité antiphysique (un antiphysique), uranisme (un uraniste ou un uranien), inversion du sens génital (un inverti34), hermaphrodismemoral(un hermaphrodite moral). On rencontre également la locution contournée sentiment sexuel contraire (ou inverse)35, la locution surnuméraire troisième sexe36 et, mais peu usitée, peut-être à cause de son obscurité, la locution sexe intermédiaire37; enfin, mais moins médicales, bien qu’utilisées par certains psychiatres, les locutions explicites amour grec ou amour socratique (voire amour platonique et amour philosophiquesans parler du très dix-huitiémiste péché philosophique...), toutes locutions éminemment plurivoques d’un strict point de vue médical.

  • 38   Voltaire, « Onan, onanisme », Questions sur l’Encyclopédie, 1774.

29L’homosexualité était considérée comme une maladie dont on n’osait prononcer le nom (nameless crime, le crime sans nom, disait-on en Angleterre). Elle était d’ailleurs souvent directement reliée à la pratique masturbatoire que moult doctes médecins du XIXe siècle (dont Krafft-Ebing) considéraient comme la porte d’entrée magistrale vers cet autre crime contre la morale. Pourtant, Voltaire, bien que non médecin, avait déjà mis en évidence que l’onanisme « n’[avait] rien de commun avec l’amour socratique, et qu’il [était] plutôt un effet très désordonné de l’amour-propre »38...

  • 39 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, I, op. cit., p. 59.

30La deuxième partie du XIXe siècle et le début du XXe furent ainsi marqués par la psychiatrisation des homosexuels, et conséquemment, par leur internement à des fins thérapeutiques. Foucault écrit que « le sodomite était un relaps, l’homosexuel est maintenant une espèce »39. Certes. Mais le problème, c’est que cette « espèce » nosographique (nous retrouverons le vocable « espèce » chez d’autres médecins, notamment sous la plume de Freud) considérée à présent du point de vue psychique, a continué à être poursuivie par la police et la justice. En fait, il n’y a pas eu détournement de la pénalisation vers la médicalisation comme pourrait s’interpréter le propos de Foucault, mais une addition des deux. De la même manière, on a pu lire ça et là que la médecine avait pris le relais de l’église. C’est un point de vue trop schématique à nos yeux. En effet, il n’y a pas eu transmission de relais car les religieux et autres ligueurs ont continué à œuvrer, tout comme les policiers, et la médicalisation n’a atténué ni la pression religieuse, ni la répression policière. A contrario, elle a été un outil supplémentaire pour réprimer l’homosexualité, en permettant notamment l’internement pour raison médicale des récalcitrants (ce qui, par exemple, chez certaines familles notables, permettait ainsi l’évitement de la fâcheuse publicité d’un procès). Il n’y a donc pas une substitution mais une corrélation qui s’établit entre le fait que l’homosexualité, au contraire de la masturbation, relève de la justice, fût-ce indirectement pour la France, et l’acharnement de la psychiatrie à la pathologiser ; c’est encore plus flagrant dans les pays où le code pénal de l’époque punit explicitement les homosexuels comme en Allemagne.

  • 40   Ambroise Tardieu, étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, J.-B. Baillière, Paris, 1857, (...)

31Ambroise Tardieu avait, en 1857, donné la marche à suivre dans la traque de l’inversion sexuelle et planté le décor dès les premières pages de son étude médico-légale sur les attentats aux mœurs : « [Le médecin] ne devra jamais [...] négliger de rechercher s’il existe des traces d’habitudes de pédérastie chez les individus inculpés d’outrages publics à la pudeur ; il ne faut pas oublier en effet que cette qualification légale est presque la seule sous laquelle s’exerce, lorsqu’elle est possible, la répression de ce vice honteux »40. Autrement dit, le médecin doit traquer d’homosexualité pour permettre in fine à la justice de nommer le délit et permettre une aggravation de la peine. L’accusation de pédérastie était sans doute la plus lourde à porter car elle connotait tout à la fois la dégénérescence, le vice, la perversion, la dépravation, l’immoralité, l’infamie... Ce constat, avec des nuances, certes, vaut pour tout l’Occident, y compris les états-Unis.

32L’homosexualité avait été parfaitement identifiée d’un point de vue médical et plus précisément psychiatrique depuis longtemps. Mais c’est à partir de la définition de Karl von Westphal sur « le sentiment sexuel contraire », publiée en 1869 dans les Archives de Psychiatrie, que l’homosexualité s’approche comme une maladie mentale. Comme souvent, les bons sentiments peuvent avoir des conséquences monstrueuses : Westphal préconisait en effet le traitement des déviants plutôt que leur condamnation par la justice (Allemand, Westphal prend en compte le Code pénal allemand). À partir de ce moment, l’homosexualité tombe clairement et durablement depuis l’entonnoir de la médecine dans la bassine de la nosographie psychiatrique.

33Nous avons donc vu comment la psychiatrie a engagé une véritable répression des onanistes et des homosexuels. Concernant ces derniers, la position n’est pourtant pas aussi tranchée. En effet, deux attitudes se dégagent de la posture des psychiatres.

34Premièrement, il y ceux qui, comme Tardieu, se font des véritables auxiliaires de justice en traquant l’homosexualité chez ce qu’ils considèrent comme des malades. Ils arguent que c’est leur devoir d’informer la justice (le diagnostic « homosexuel » entraînant une aggravation de la peine, bien que rien dans le Code Pénal ne le prévoie). étant convaincus de pédérastie par les experts, les prévenus sont donc présentés comme tels dans le prétoire, ce qui, d’une part est particulièrement infâmant, et, d’autre part, entraîne un alourdissement de la peine. Dans le même temps, ils sont médicalement reconnus comme pédérastes et donc comme malades mentaux : d’un coup, ils écopent du triple statut de criminel, pédéraste et fou !

35Deuxièmement, il y a les psychiatres qui, en donnant le statut de « malades » aux pédérastes, tentent de les arracher aux mains de la justice (ce qui est plus flagrant en Allemagne où l’homosexualité est un délit). Mais ce faisant, d’une part ils les pathologisent et les engagent dans des thérapies hasardeuses, et, d’autre part, ils les délestent du poids moral puisque c’est la maladie qui les fait agir ainsi. Entre la honte du tribunal et de la prison et l’acceptation du diagnostic médical (pervers dégénéré) et des soins afférents, on voit que la marge de manœuvres des homosexuels était extrêmement réduite, hors à vivre dans la clandestinité la plus totale.

  • 41   Ambroise Tardieu, ib., p. 119.
  • 42   Ib., p. 126.
  • 43 Ib., p. 135.
  • 44   Ib.,  p. 130.

36Cette médicalisation outrancière de l’homosexualité s’est déroulée dans le contexte de sociétés occidentales particulièrement homophobes et dans lesquelles l’opprobre pesait sur les homosexuels qui, face aux risques policiers et médicaux, avaient donc tout intérêt à vivre secrètement leur penchant. Bien entendu, à l’instar des autres pays, dans la France morale et moralisante de l’époque concernée, l’homosexualité était particulièrement mal vue. Ainsi, voici comment Ambroise Tardieu, caricature de la France bien pensante, l’introduit dans la troisième partie (« De la pédérastie et de la sodomie ») qu’il lui consacre dans son étude médico-légale : « “ Que ne puis-je, s’écriait Fodéré [médecin français], éviter de salir ma plume de l’infâme turpitude des pédérastes ! ” Comme lui, j’ai longtemps hésité à faire entrer dans cette étude le tableau repoussant de la pédérastie »41. Comme si le lecteur n’avait pas compris sa répugnance, il poursuit ainsi : « J’ai dit que je ne reculerais pas devant l’ignominie du tableau ; c’est ici qu’il faut en retracer les traits les plus hideux, et emprunter jusqu’au langage des êtres dégradés, dont je veux essayer d’ébaucher la repoussante image »42. Citons encore ce commentaire qui suit la description de pratiques perverses : « Quelle autre idée se faire de pareilles horreurs que de les imputer à la plus triste et à la plus honteuse folie »43. Voici un autre exemple de la détestation des homosexuels dans la bouche d’un juge d’instruction, ce qui permet de comprendre en quoi la reconnaissance de la pédérastie chez un prévenu était un facteur aggravant : « On peut dire que dans Paris la pédérastie est l’école à laquelle se forment les plus habiles et les plus audacieux criminels » s’exclame ainsi M. le baron A. de Saint-Didier, juge d’instruction, cité par Tardieu à propos de l’affaire de la rue du Rempart (1845) qui vit comparaître quarante-sept accusés, parmi lesquels des maîtres-chanteurs44.

  • 45   Voir Laure Murat, La loi du genre, une histoire culturelle du « troisième sexe », Fayard, 2006, p (...)

37Le simple exemple de cotes comme « Pédés BB4 » et « Pédés BB6 » que l’on trouve dans les Archives de la police (Paris)45 en dit plus que tout discours sur le degré d’estime dans lequel étaient tenus les homosexuels par les policiers de l’époque.  

  • 46 Farid Ben, Recueil d’un psy, éditions Bénévent, 2006, in le supplément « Le Monde des livres », Le (...)

38Nous sommes en 1930 environ et il faudra encore attendre presque soixante ans pour que l’homosexualité soit démédicalisée. Cela n’empêche pas certains nostalgiques de la rage pathologiste de continuer aujourd’hui de classer l’homosexualité parmi les perversions sexuelles. Ainsi, on pourra s’étonner que Le Monde publie dans son supplément « Le Monde des livres » la réclame d’un ouvrage, ainsi rédigée : « La pratique homosexuelle est à classer dans le tableau des perversions car c’est, ne l’oublions pas, une perversion sexuelle tout comme le voyeurisme, l’exhibitionnisme, etc., partant de là, nous savons que les perversions se situent entre névroses et psychoses... »46. Nous sommes revenus au pire XIXe siècle.

39Bien qu’officiellement achevée il y a quelque vingt ans pour l’homosexualité (l’OMS a dépathologisé l’homosexualité seulement en 1994), la démédicalisation de certaines pratiques sexuelles n’est peut-être pas aussi définitive qu’on pourrait le penser. En effet, l’histoire, et donc l’histoire médicale, est régie par des cycles animés par « l’air du temps », où des périodes de laxisme succèdent à des périodes de répression. La psychiatrie s’adapte aux situations et aux modes. Le plus souvent en fonction de ses intérêts propres, et non pas, malgré les apparences, dans l’intérêt des malades, elle agit tantôt en confrontation avec la justice ou tantôt de concert avec elle. Aujourd’hui, après avoir pathologisé massivement les populations, elle ne sait plus quoi faire de ses malades et les envoie devant les tribunaux qui eux-mêmes les envoient en prison, laquelle fabrique des bombes psychiatriques à retardement.

40Rien n’est donc jamais acquis et il faut toujours avoir en mémoire ces revirements historiques. Autrement dit, ce qui était pathologique hier et ne l’est plus aujourd’hui le redeviendra peut-être demain. Et ce qui n’était pas pathologique hier peut le devenir demain. Notre travail sur un passé somme toute récent est un appel à la vigilance pour le présent et le futur.

Haut de page

Notes

1   Dr Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia Sexualis. Étude médico-légale à l’usage des médecins et des juristes, 16e et 17e éditions allemandes refondues par le Dr Albert Moll, 1924, trad. par René Lobstein, préface du Dr Pierre Janet, 1re éd. 1932, Paris : Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », rééd. 1958, 908 p.

2   Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire, contribution à l’histoire culturelle de la sexualité, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2005, p. 64.

3   Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l’homosexualité en Europe, PUF, coll. « Médecine et société », 1997, p. 64.

4   Michel Foucault, Le pouvoir psychiatrique, Seuil-Gallimard, coll. « Hautes études », 2003, 400 p.

5   Thomas Laqueur, La fabrique du sexe, essai sur le corps et le genre en Occident, trad. Michel Gautier, Gallimard, coll. « NRF Essais », 1992, p. 104.

6   Michel Foucault, Histoire de la sexualité I La volonté de savoir, Gallimard, 1976, rééd. coll. « Tel », 1994, p. 157. 

7   Paul Sérieux y consacrera sa thèse en 1888 : Recherches cliniques sur les anomalies de l’instinct sexuel ; on citera également l’ouvrage de Charles Féré paru en 1893 : L’instinct sexuel. Évolution et dissolution.

8 Michel Foucault, Histoire de la sexualité I La volonté de savoir, p. 156.

9   Pour la France, on citera notamment les ouvrages Des aberrations du sens génésique de Paul Moreau de Tours, fils de Jacques-Joseph, publié à Paris en 1880 et Inversion du sens génital et autres perversions sexuelles de Charcot et Magnan, paru à Paris en 1883.

10   Michel Foucault, Histoire de la sexualité I La volonté de savoir, p. 157.

11   Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme avec une introduction sur les abus génitaux, Paris, Vigot, 3e éd., coll. « Psychopathie sexuelle », 1897, p. 1-2. Notons que fin XIXe, la bestialité signifie le coït avec un animal mais comme nous l’avons signalé, Pouillet l’emploie dans le sens de sodomie.

12   Ib., p. 1.

13   Nous n’avons pas trouvé de définition médicale ou littéraire de ce substantif, par ailleurs employé par le seul Pouillet dans notre corpus. Le latinisme « irrumation » vient du substantif irrŭmātŏr – personne obscène – et du verbe irrŭmo – mettre dans la bouche de quelqu’un, donner à téter à quelqu’un. L’irrumation signifierait-elle la « tétée » (dans le sens de « pomper »), variante de la fellation, laquelle serait plus strictement l’acte actif du coït à l’aide de la bouche (celle-ci pouvant d’ailleurs également jouer le rôle passif) ? Le Dr Pouillet distinguerait donc l’irrumation de la fellation dans ce sens que la première serait une  sorte de préliminaire sans décharge spermatique tandis que la seconde comporterait la décharge spermatique. On rencontre couramment dans la littérature médicale de l’époque les termes latins immissio membri in os ou fellatio et, en français, fellatio ou fellation, ou coït buccal.

14   Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme…, op. cit., p. 15.

15   Histoire de la sexualité, op. cit.

16   Jean Stengers et Anne Van Neck, Histoire d’une grande peur, la masturbation, 1re éd. Bruxelles : édition de l’Université de Bruxelles, 1984, rééd. Pocket, coll. « Agora », 2000, 256 p.

17 Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire..., op. cit.

18 Michel Foucault, Les Anormaux, cours au Collège de France 1974-1975, Seuil-Gallimard, coll. « Hautes études », 1999, p. 55.

19   Samuel Auguste André DavidTissot, 1re éd. Tentamen de morbis ex manustupratione, trad. Dissertation physique sur les maladies produites par la masturbation, 1760, 5e éd. L’onanisme, essai sur les maladies produites par la masturbation, 1775, réed. Paris : Garnier, 1905, p. VII.

20   Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme..., op. cit., p. 281.

21   Par exemple, on pourrait citer A. Money, Treatment of disease in children, Philadelphia : Blakiston, 1887 ou encore l’ouvrage du Royal College of Surgeons : On Circumcision as Preventative of Masturbation, 1891.

22   L’édition sur laquelle nous nous appuyons est notifiée comme suit : John Harvey Kellogg, Plain facts for old and young : embracing the natural history and hygiene of organic life. Burlington (Iowa) : I. F. Segner, 1886, new ed., revised and enlarged, 1890, 660 p. Sources : Electronic Text Center, University of Virginia Library,
http://etext.lib.virginia.edu/etcbin/toccer-new2?id=KelPlai.sgm&images=images/modeng&data=/texts/english (01/08/2006).

23   Thomas Laqueur, Le sexe en solitaire..., p. 62.

24   Les médecins n’avaient pas tous la cruauté de Kellog et d’aucuns, tel Pouillet, bien qu’à peine plus nuancé, écrivent que « la posthétomie est un remède préventif, non pas infaillible, mais au moins très puissant de la masturbation dans le jeune âge et l’enfance »a. Toutefois, il rapporte un cas de circoncision pratiqué par Claude François Lallemand (1790-1853) sur un adolescent de seize ans : » Je découvris les organes génitaux. Le prépuce était démesurément long. Sans autre explication j’en fis immédiatement l’excision. Le lendemain j’appris de l’élève interne que ne m’étais pas trompé ; le malade lui avait tout avoué ; c’était le masturbateur le plus effréné que j’eusse rencontré. Depuis lors, il n’eût qu’un léger accès provoqué par la cautérisation de bourgeons charnus. Pendant le temps que dura la cicatrisation, la puissance de l’habitude avait été rompue par l’effet de la douleur, et, plus tard, la crainte d’un traitement plus sévère avait agi sur son esprit. »b
a Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme..., p. 26.
b Ib., p. 230.

25   Traduit de l’anglais, sans doute assez librement, par nos soins.

26 Dr Pouillet, De l’onanisme chez l’homme..., p. 277-278.

27 Ib., p. 285.

28 Ib.

29 Ib., p. 281.

30 Ib., p. 283.

31 Colin Spencer, Homosexuality : a History, 1995 ; Histoire de l’homosexualité de l’Antiquité à nos jours, trad. Olivier Sulmon, Le Pré aux Clercs, 1998, p. 307.

32   Jean Stengers et Anne Van Neck, Histoire d’une grande peur, la masturbation, p. 106.

33 « L’individu n’a de goût que pour son propre sexe : inversion de l’instinct génital, homosexualité congénitale ou acquise. » : Dr Chatelain, Annales médico-psychologiques, t. XIV, sept. 1891, p. 330. Cité par Le Grand Robert de la langue française, 2005.

34   Créé par Marc-André Raffalovitch, La question de l’inversion (1894).

35   Créée par Karl Wesphal, « Die contäre Sexualempfindung », Archiv für Psychiatrie (1869). Charcot et Magnan l’appelleront « inversion du sens génital » (1882).

36   Créée par le prolifique Karl Heinrich Ulrichs dès 1864 et définie par lui selon une formule efficace, à savoir « une âme de femme dans un corps d’homme ou une âme d’homme dans un corps de femme ». La locution sera popularisée, entre autres, par Magnus Hirschfeld : Le Troisième sexe (1910).

37   Créée par le Britannique Edward Carpenter en 1896 et reprise dans son ouvrage Le sexe intermédiaire publié à Londres en 1908.

38   Voltaire, « Onan, onanisme », Questions sur l’Encyclopédie, 1774.

39 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, I, op. cit., p. 59.

40   Ambroise Tardieu, étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, J.-B. Baillière, Paris, 1857, 3e éd. 1859, p. 5-6.

41   Ambroise Tardieu, ib., p. 119.

42   Ib., p. 126.

43 Ib., p. 135.

44   Ib.,  p. 130.

45   Voir Laure Murat, La loi du genre, une histoire culturelle du « troisième sexe », Fayard, 2006, p. 39.

46 Farid Ben, Recueil d’un psy, éditions Bénévent, 2006, in le supplément « Le Monde des livres », Le Monde du 01/07/2007, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Pognant, « Les interdits hors la loi : la répression institutionnelle et médicale de la sexualité (1850-1930) », Droit et cultures, 57 | 2009, 129-142.

Référence électronique

Patrick Pognant, « Les interdits hors la loi : la répression institutionnelle et médicale de la sexualité (1850-1930) », Droit et cultures [En ligne], 57 | 2009-1, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1301

Haut de page

Auteur

Patrick Pognant

Patrick Pognant, docteur en littérature française est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication depuis 2004 à l’Université Paris-Descartes et chercheur au CER-FDP de l’Université de Cergy-Pontoise. Il conduit ses recherches dans trois champs différents : la langue dialecte et le patois normands ; l’appropriation des technologies d’information et de communication  et enfin les écrits cliniques psychiatriques et la littérature. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment d’un essai publié chez l’Harmattan en 2002, Procès de Philippe Naigeon. La paranoïa menottée et a participé à plusieurs ouvrages collectifs, notamment aux publications du programme Arts littéraires, Arts cliniques coordonnées par Brigitte Galtier.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org