Navigation – Plan du site

Présentation

Claudine Viard
p. 9-10

Texte intégral

1Entre tabous et interdits, les dits et les pratiques, les rites et rituels rythment la vie privée et les rapports sociaux. Les mots ‘Interdit’ et ‘Interdiction’ détiennent des sens et des significations différents selon les époques, selon les lieux, selon les espaces.

2Mais sont-ils synonymes ? Sont-ils pour chaque objet à chaque fois explicitement énoncés ? N’ont-ils de valeur que juridique ? N’ont-ils pas seulement parfois une acception morale ? Supposent-ils nécessairement, par leur énonciation, une atteinte aux libertés individuelles, collectives, communautaires ? En revers, ne permettent-ils pas d’envisager aussi des modes de prévention des désordres, de protection des libertés individuelles et de valorisation de l’intérêt général contre la pléthore des intérêts particuliers qui voudraient s’exprimer ? Cependant, l’interdit comme l’interdiction se formulent, par le silence (tabou) comme par la parole (prescription). Qui prononce ces interdits ? Qui décide ces interdictions ? Et à qui s’adressent ces injonctions, vers qui se tournent ces commandements ? Comment sont-ils alors ressentis, perçus, reçus ? Sont-ils toujours assortis de sanctions ?

3Ces termes interdit/interdiction alignent les questions, mais offrent peu de réponses. Une série de paradoxes peut expliquer cette difficulté d’une appréhension des interdits et des interdictions.

4Paradoxe. Parce que les interdits/interdictions balancent entre atteinte aux libertés et protection des libertés, des libertés auxquelles ils touchent comme à d’autres libertés connexes. Ils conduisent à la mort, au suicide et à la maladie (B. Mouralis ; P. Pognant). Ils paralysent peut-être (S. Nadal). Ils protègent contre la violence (G. Le Floch), contre l’arbitraire (N. Guillet ; S. Nadal), contre l’éclatement des solidarités (J-F. Boudet), contre la maladie (C. Viard).

5Quand les interdits s’effacent, dans un monde moderne sans cesse en changement, la perception de l’altérité est menacée.

6Paradoxe. Parce que les interdits/interdictions sont tantôt contrainte insupportable tantôt contrainte acceptée. Ils définissent le rapport à l’autre, à celui qui est dit différent, à celui qui ne se satisfait pas ou qui ne peut s’accommoder d’une mentalité sociétale rigide (P. Pognant). Ils sont imposés par l’Etat au citoyen récalcitrant (C. Milhat), au fonctionnaire (N. Guillet), aux employeurs (S. Nadal), aux collectivités locales (J-F. Boudet). Mais, la contrainte qui accompagne l’interdit/l’interdiction est parfois reçue, admise : l’Etat, membre de l’ONU, s’interdit de recourir à la force pour régler ses différends (G. Le Floch) ; l’Etat s’interdit parfois l’usage de la force contre le destinataire récalcitrant d’un commandement dans un souci de pacification (C. Milhat) ; la déontologie du fonctionnaire lui permet d’accepter le fond de certaines de ses obligations fait d’interdits, désormais intériorisés (N. Guillet).

7D’ailleurs, Diderot interrogeait déjà : faut-il vraiment tout dire ? (C. Jacot-Grapa).

8Paradoxe. Parce que les interdits/interdictions sont source d’horreur et d’oppression. Mais ils sont aussi source du Beau, d’esthétique littéraire et artistique. La littérature africaine s’est construite à travers le thème de l’interdit face à un Occident colonisateur qui voulait cantonner le continent dans l’oralité (B. Mouralis).

9La tonalité des rapports interpersonnels répond à une dynamique faite d’oppositions et d’antagonismes : pas de Roméo et Juliette sans l’interdit d’aimer l’autre, l’étranger ; pas de Lady Macbeth sans l’interdiction de tuer ; pas d’Antigone sans la force de dire la fidélité et le courage de braver l’ordre…

10Paradoxe. Parce que, dans le découplage du traditionnel duo interdit-sanction, l’interdit n’a pas toujours besoin de la sanction pour exister, pour s’imposer et pour sévir. Certes, l’éventualité de la sanction cause angoisse et plaisir de la désobéissance. Mais les interdits, les interdictions s’accomplissent par delà le châtiment, la punition, la condamnation (C. Milhat ; G. Le Floch).

11Comme interdits et interdictions sont aussi les repères de la satisfaction des désirs et des plaisirs, il y a encore la jouissance esthétique et radieuse de la transgression (C. Jacot-Grapa).

12Ce qui fait disparaître l’interdit, ce qui efface l’interdiction, c’est l’ignorance, c’est l’innocence. Ignorance et innocence désignent l’absence de connaissance de la norme (B. Galtier). L’enfant ne sait pas toujours quelles sont les limites, quelle est cette norme qui rythme le temps et l’espace, qui bride les gestes et les mouvements. Il l’éprouve. Parfois, il la transgresse, parfois il ne la transgresse pas.

13Hors de l’enfance, si l’interdit est universel, l’interdiction est formelle (G. Koubi).

1
Haut de page

Notes

1   Il est à noter que participent de cette même réflexion sur l’interdit et l’interdiction et prenant appui sur ces « impératifs sociaux », les études de Claudine Haroche et de Marion Brépohl de ce même numéro.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/1175/img-1.png
Fichier image/png, 454 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Viard, « Présentation », Droit et cultures, 57 | 2009, 9-10.

Référence électronique

Claudine Viard, « Présentation », Droit et cultures [En ligne], 57 | 2009-1, mis en ligne le 08 septembre 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1175

Haut de page

Auteur

Claudine Viard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org