Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Foi chrétienne et églises dans la société politique de l’Occident du Haut Moyen Âge (IVe-XIIe siècle), Textes réunis par J. Hoareau-Dodinau et P. Texier (dir.)

Cahiers de l’institut d’anthropologie juridique, XI, Limoges, Pulim, 2004, 498 p
Jean-Pierre Baud
p. 178-179
Référence(s) :

Foi chrétienne et églises dans la société politique de l’Occident du Haut Moyen Âge (IVe-XIIe siècle), Cahiers de l’institut d’anthropologie juridique, XI, Limoges, Pulim, 2004, 498 p

Texte intégral

1Les Journées d’histoire du droit ne peuvent laisser indifférents les lecteurs de Droit et cultures, parce que, outre l’histoire juridique, l’anthropologie y a parfois sa place ; et surtout parce que ce sont d’excellents lieux d’observation d’une société érudite qui ne devrait pas laisser insensible l’anthropologue. Les joies et fatigues de ces rencontres se prolongent généralement par la publication d’Actes qui relèvent, parfois brillamment, le défi d’articuler autour d’un thème directeur des contributions disparates. Ici, ce sont les Actes des XXIIIe Journées d’histoire du droit de Limoges.

2Nous avons là une énorme masse d’érudition et on serait tenté de dire d’aller feuilleter l’ouvrage et que ce serait bien le diable si l’on n’y trouvait pas de quoi faire son miel. Mais on attend autre chose d’un compte rendu.

3Jacqueline Hoareau-Dodinau et Pascal Texier nous indiquent brièvement que ces textes (vingt-six contributions) sont la trace écrite d’une réunion internationale autour et en l’honneur d’Olivier Guillot et nous laissent plonger ensuite. La période ? Du IVe au VIIIe siècle, soit huit siècles des deux millénaires de notre ère. Le sujet ? Chrétienté et pouvoir politique. Ces Journées de Limoges furent accueillantes.

4Le pouvoir est la grande affaire, celui des empereurs, des rois, des papes, des évêques, des abbés, des comtes et de combien d’autres. On se disait facilement roi ou prêtre au Xe siècle, entre autres en Aquitaine, en Gascogne et en Anjou, avant que les prétentions ne se revoient à la mesure de la seigneurie. L’Église est là, actrice certes, mais réalisant aussi la mise en scène, plaçant le décor, soufflant les textes et rédigeant finalement la critique. Des autels sont donnés, une abbaye est transférée et l’on ouvre la succession d’un évêque. Mais on cherche aussi l’idéal, le « bon prêtre » en sa paroisse et le roi en son royaume, que le clerc voit à son image, attentif aux besoins du petit peuple, parfois évangélisateur quand on ne le dit pas prêtre. On lui montre le modèle de David, pour retourner bien vite aux chicanes de l’excommunication de Philippe Ier. Et aussi d’autres chicanes, pour que la société ne change pas, que les villes cessent de s’émanciper et que la bourgeoisie ne vienne pas perturber la belle ordonnance de la seigneurie et du diocèse.

5Le pouvoir est dual, il est temporel ou spirituel, dans cette Chrétienté qui est le reste d’un empire. Les choses avaient pris forme dans les deux siècles qui furent ici déterminants (les IVe et Ve siècles) L’évêque s’était affirmé contre l’empereur, et surtout le pape qui, à partir Sirice Ier devenait législateur, en concurrence avec l’empereur et le concile. Un siècle plus tard, Gélase désignera fermement les deux pouvoirs, doctrine qui aura la destinée que l’on sait lorsque l’Occident se mêlera de restaurer son Empire.

6Derrière les solennités et les textes lumineux, l’homme est là, sans plus et aussi la femme, si dominante au septentrion danois. En Chrétienté, il y a les grands textes et les petits gestes. Ambroise de Milan l’a emporté dans le conflit qui l’opposait à l’empereur ; et il nous précise qu’il n’a pas eu à utiliser sa formidable arme de réserve, les corps des martyrs qui étaient en sa possession. Car c’est l’un des traits de cette longue période : l’utilisation de l’arme des reliques pour tout et parfois pour combattre. L’ordalie aussi marque ce temps, sans en être une spécificité. Quand, au moment de l’exécution, le peuple cherche le signe divin qui contredirait la justice du roi, il rappelle à sa façon ce que faisait, entre autres, le droit romain primitif lorsqu’il qualifiait le condamné de sacer : il signifiait qu’il était difficile de percevoir une peine capitale qui ne relève pas, directement, de la justice divine.

7Le Haut Moyen Age est aussi le temps où la pratique juridique et le rituel du pouvoir impliquent fortement le corps, et en particulier cette main qui fait l’homme parmi les mammifères Qu’est-ce que la foi de Charles le Chauve ? C’est sa foi chrétienne, certes, mais aussi sa foi jurée, l’engagement qui exige le rite corporel de la main levée et présentant la paume. D’ailleurs, un roi ne s’engage pas réellement par la simple apposition d’un sceau. Il faut cette signature qui rappelle le contact de cette main qui brandit aussi le glaive.

8À Limoges, ce furent de bien belles Journées, les vingt-troisièmes, car on juge un colloque à ses Actes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Baud, « Foi chrétienne et églises dans la société politique de l’Occident du Haut Moyen Âge (IVe-XIIe siècle), Textes réunis par J. Hoareau-Dodinau et P. Texier (dir.) », Droit et cultures, 50 | 2005, 178-179.

Référence électronique

Jean-Pierre Baud, « Foi chrétienne et églises dans la société politique de l’Occident du Haut Moyen Âge (IVe-XIIe siècle), Textes réunis par J. Hoareau-Dodinau et P. Texier (dir.) », Droit et cultures [En ligne], 50 | 2005-2, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1168

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Baud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org