Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernadette Menu, Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte

Paris, L’Harmattan, 2004, 391 p.
Olga Boutkevytch
p. 172-177
Référence(s) :

Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, L’Harmattan, 2004, 391 p.

Texte intégral

Une redécouverte de l’Egypte ancienne

1Malgré son attrait pour les chercheurs, l’histoire de l’Egypte pharaonique est longtemps demeurée peu étudiée. Ce n’est pas l’éloignement historique de cette période qui en est la cause, mais les lacunes théoriques et méthodologiques de la science historique.

2L’intensification des recherches sur l’histoire de l’Egypte ancienne à la fin du XIXe et au début du XXe siècle s’explique par des circonstances objectives. Ce n’est en effet qu’à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle que les découvertes archéologiques ont rendu accessibles à la recherche les sources les plus importantes de l’ancienne Egypte (notamment la découverte des archives diplomatiques de Tell-el-Amarna en 1887–1890 qui fut d’une importance considérable pour l’histoire du droit). C’est en s’appuyant sur ces sources que les chercheurs ont pu commencer des recherches intensives sur l’histoire de cette région. Il n’existe cependant pas de région ou de pays de l’antiquité autre que l’Egypte qui fasse l’objet d’autant d’opinions contradictoires.

3Sur la question de l’esclavage et de la traite des esclaves en Egypte notamment, les chercheurs sont parvenus à des conclusions diamétralement opposées : de la reconnaissance de l’esclavage comme fondement de l’Etat en ancienne Egypte (c’était là principalement l’avis des représentants de l’historiographie soviétique) jusqu’à l’idée que les Egyptiens ne connaissaient pas l’esclavage.

4La problématique égyptienne s’est révélée encore plus contradictoire pour l’étude de l’histoire du droit et en particulier du droit international de cette région. C’est ainsi que là où certains chercheurs estimaient que les Egyptiens avaient été agressifs et hostiles envers les autres peuples et que les étrangers étaient en Egypte privés de droits (R. P. Ward, F. de Martens, K. A. Névoline), d’autres affirmaient au contraire que le commerce et les échanges pacifiques avaient constitué l’activité principale dans ce pays et que, pour ce qui est des étrangers, ils vivaient en Egypte en colonies et avaient leurs coutumes et leurs lois propres (G. A. Wainwright, R. Pirelli, A. S. Hershey, R. Numelin). On pourrait dire la même chose de l’activité maritime (notamment du commerce maritime) de l’Egypte ancienne puisque l’existence de cette activité a été complètement niée par certains chercheurs (E. D. Brown, F. Martens), tandis que d’autres l’estimaient au contraire assez développée (R. El Nadouri, J. Vercoutter, J. Pirenne, par exemple).

5Cet état des recherches sur l’histoire de l’Egypte pharaonique est dans une grande mesure dû à la méthode de recherches suivie par les savants. La typologie des recherches sur l’histoire sociale et l’histoire juridique de l’ancienne Egypte est caractéristique de l’étude de l’histoire de l’antiquité dans son ensemble. L’on procédait à l’analyse soit d’une région ou d’un pays spécifique, soit de l’histoire ancienne en général indépendamment de ses aspects (politiques, économiques, juridiques), soit de certaines questions de l’histoire ancienne (histoire du droit, histoire de la société, histoire du commerce, etc.). Les recherches intégrales, systématiques, sur certaines régions du monde ancien avec l’intégralité de leurs facteurs (juridiques, politiques, économiques, idéologiques, culturels ou autres) constituent une exception.

6Malgré la publication d’un nombre assez important d’ouvrages sur l’histoire de l’ancienne Egypte, de nombreuses questions relatives à sa formation et à son évolution sociale à la période pharaonique demeurent encore discutées ou n’ont pas encore été résolues par la science. Il faut cependant souligner ici le rôle de l’école historique française qui a produit toute une série d’importantes recherches concernant l’histoire de l’Egypte ancienne, ce qui n’est pas étonnant pour le pays de Jean-François Champollion, le premier à avoir déchiffré les hiéroglyphes de la pierre de Rosette et permis l’étude systématique de l’histoire de l’ancienne Egypte.

7A cet égard, l’ouvrage de Bernadette Menu, dont les travaux de recherche sur l’ancienne Egypte sont largement connus, est un succès incontestable. A la différence de la plupart des recherches antérieures, ce livre se présente comme une analyse complète, intégrale, de l’ensemble des problèmes concernant l’histoire de l’Etat et du pouvoir, le droit, l’économie, la politique et la société de l’Egypte pharaonique. Sans se limiter à l’un de ces aspects, l’auteur dresse un tableau intégral de chacun de ces objets. De plus, l’analyse de l’interaction des processus juridiques, politiques, économiques et sociaux qui se produisaient dans l’Egypte pharaonique donne une idée complète des questions abordées.

8L’ouvrage a pour but, tant par sa teneur que par sa structure, d’examiner en profondeur le thème choisi. Sa première partie - Les fondements du pouvoir - est consacrée aux problèmes de la naissance et de la formation de l’Etat en Egypte depuis ses premières sources (famille, groupes tribaux, Etat primitif, protoétat) jusqu’à la formation de l’ancien Empire égyptien. Tout en examinant ce processus, l’auteur détermine les principaux mécanismes et facteurs ayant influé sur la naissance du protoétat et sur son évolution jusqu’au stade de l’Etat hégémonique dans la région.

9La première partie de l’ouvrage porte sur trois thèmes principaux : 1) la formation de l’Etat en ancienne Egypte, 2) les fondements du pouvoir des pharaons et sa légitimisation dans l’idéologie et, enfin, 3) la justice des pharaons.

10Ces trois thèmes présentent la structure de l’Etat et du pouvoir dans l’Egypte ancienne (p. 17-186) et accordent une attention particulière à la formation du système juridique (p. 85-165) et de la procédure judiciaire pharaonique (p. 167-186).

11En décrivant la structure de l’Etat dans l’ancienne Egypte, l’auteur analyse les rapports « patron – client » qui s’y formaient. Pourtant, ce faisant, elle ne répète pas l’avis erroné de nombreux chercheurs (R. Ago, Keshiro Iriye) en les comparant ou en les rendant équivalents à ceux qui existaient au Moyen Age, mais, au contraire, elle définit les traits spécifiques de la structure intra-étatique de l’ancienne Egypte. Selon Bernadette Menu, l’ancienne Egypte est « structurée en cercles concentriques ou, mieux, en pyramides juxtaposées ou superposées qui s’emboîtent les unes dans les autres à la manière des poupées russes, la plus grande étant constituée par le roi, sa famille, son entourage palatin, ses hauts fonctionnaires centraux et provinciaux, ses envoyés et ses scribes » (р. 371). Soulignons ici que la structure pyramidale des relations à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur du pays caractérisait pratiquement toutes les régions du monde antique. La structure du système de relations internationales de l’antiquité était donc intégralement fondée sur un principe « pyramidal »; le sommet de la pyramide étant occupé par l’Etat hégémonique prédominant dans la région (l’Egypte ancienne dans la région de l’Afrique du Nord, l’Empire hittite en Asie Mineure, Sumer, Akkad, Babylone, l’Assyrie à différentes périodes en Mésopotamie, les formations politiques mycéniennes dans la région égéenne, etc.) ; ce principe devait être finalement remplacé par une structure « horizontale » des relations interétatiques à la période du haut Moyen Age.

12En étudiant l’Etat et la structure du pouvoir en ancienne Egypte, Bernadette Menu attache une attention particulière à l’idéologie et à la mythologie au sein de ce système. Il y a là une approche intéressante étant donné l’attention insuffisante accordée par les chercheurs à l’analyse de la mythologie en tant que partie intégrante de l’idéologie étatique et juridique et de l’histoire des conceptions juridiques. En dévoilant le sens de la mythologie de l’Egypte ancienne, l’auteur y détermine les aspects de la légitimation du pouvoir du pharaon, ainsi que ceux de la vie politique extérieure (militaire, commerciale) et ceux de la vie juridique (sociale, économique) interne du pays. L’ouvrage révèle de façon convaincante les mécanismes à l’aide desquels la mythologie de l’Egypte ancienne jouait le rôle d’une idéologie étatique des pharaons et cela avec la participation directe des pharaons eux-mêmes et de leurs idéologues (vizirs, prêtres et sages du palais).

13L’analyse de la notion essentiellement égyptienne de Maât (qui se rapproche dans une certaine mesure de la notion de Dharma dans l’Inde ancienne et de celles de fa et de li dans la Chine ancienne) présente un intérêt particulier. Bernadette Menu propose sa propre notion de Maât qu’elle définit comme « l’ensemble des conditions qui font apparaître et qui renouvellent la vie » (p. 87) et dont le pharaon lui-même est le garant (p. 143). Pour elle, Maât réunit en elle-même des traits des notions d’équité, de justice, d’ordre, de vérité, d’égalité, de prospérité, etc. ; et les temples de l’ancienne Egypte dédiés à Maât témoignent du niveau de conscience juridique des Egyptiens ainsi que de l’imposition systématique par les pharaons des notions d’ordre dans l’Etat à l’aide de l’idéologie religieuse (p. 99). L’ouvrage confirme la thèse concernant l’importance clé des notions de maintien de l’ordre existant et de respect des engagements en tant que procédant de l’ordre suprême (du droit naturel).

14Bien que la deuxième partie de l’ouvrage soit intitulée « Économie et société », elle présente également un intérêt pour les juristes et les historiens du droit. L’auteur y analyse les problèmes suivants : l’évolution du système économique et monétaire de l’ancienne Egypte, le régime juridique des terres, des processus du commerce et d’échange; de l’esclavage, de la dépendance personnelle et du statut personnel. Les échanges sont notamment analysés en tant que facteur de formation du système économique de l’Egypte. Il est important de noter ici que les échanges à la fois comme phénomène et équivalence et trait essentiel de leur procédure, constituent la quintessence de l’ensemble de la communication internationale de ce pays. Sans créer de théorie économique à proprement parler, les pharaons, selon l’auteur, bien avant les Grecs anciens qui devaient développer la théorie économique, utilisaient avec succès les règles principales de la gestion politique de l’économie (p. 215).

15Ce qui nous apparaît comme particulièrement précieux est la combinaison dans l’ouvrage de l’analyse des aspects économiques et juridiques de la vie de l’ancienne Egypte. L’analyse des processus économiques ou sociopolitiques sert au lecteur juriste de source de compréhension des aspects juridiques proprement dits de l’ancienne Egypte. Ainsi, l’auteur analyse les modalités de l’acquisition des terres, les relations de marché et leur réglementation, l’utilisation du louage de services et les aspects du statut des travailleurs loués ainsi que la régulation du commerce par l’Etat.

16L’analyse du système économique de l’Egypte pharaonique montre la prédominance d’une « économie de palais » caractéristique des pays de l’ancien Proche Orient, économie dans laquelle pratiquement tous les leviers économiques et commerciaux se trouvaient entre les mains du pharaon et de sa cour (p. 190-233). L’auteur examine également les problèmes fondamentaux du commerce et des relations économiques aux niveaux étatique et privé (p. 199-212).

17Bernadette Menu formule une conclusion intéressante en ce qui concerne la place de l’économie dans la vie de l’Egypte pharaonique, variable selon la période de son histoire. Elle considère les facteurs économiques de la fin de la période néolithique comme des facteurs-clés dans la naissance de l’Etat égyptien. Pourtant, dès la période de l’Etat développé en ancienne Egypte, l’économie de ce pays était déjà orientée dans une grande mesure vers les échanges en tant que forme d’activité diplomatique des pharaons, et le commerce visait principalement à l’acquisition des produits de prestige (p. 215).

18La recherche présente également un intérêt incontestable pour les spécialistes du droit international, bien que les questions relatives au droit international n’y soient pas traitées séparément. Cependant, l’analyse de l’activité de l’Etat égyptien dans le domaine de la politique extérieure, et notamment celle du pharaon et du vizir (p. 85-186), des processus d’établissement des frontières de l’Etat et du statut juridique du territoire (p. 299-317), du statut juridique de la population étrangère en ancienne Egypte (p. 156-159 et 339-344), des relations commerciales (p. 134-145) et militaires (p. 321-335) de l’Egypte, permet de donner une représentation de l’activité en matière de droit international non seulement de l’Etat égyptien, mais aussi de la région dans son ensemble. L’auteur décrit les prémisses de la procédure et du système de contrôle de franchissement des frontières, définit le prototype des déclarations douanières : ce faisant elle montre de manière convaincante la liaison existant entre ce processus et le renforcement du pouvoir centralisé du pharaon ainsi que l’accroissement du rôle du territoire dans la vie politique et économique de l’Egypte ainsi que dans ses relations internationales (p. 149-165).

19L’examen des questions de l’activité militaire des pharaons égyptiens attire une attention particulière. L’auteur démontre que pratiquement toute l’idéologie pharaonique visait à justifier les conquêtes militaires par deux objectifs : « civiliser » d’autres peuples moins développés et établir la domination mondiale du dieu Râ (p. 135-145). A cet égard, l’idéologie de guerre de l’ancienne Egypte se rapproche de la conception de la guerre dans la Grèce antique.

20Lorsqu’elle analyse la légitimation de la guerre dans l’idéologie des pharaons, Bernadette Menu détermine trois stades de ce processus en fonction du développement historique de l’Etat (p. 137-138). Au cours d’une première étape, lorsque l’Etat égyptien n’est pas encore suffisamment développé, le pharaon explique ses guerres exclusivement par le désir de défendre la vie et le bien-être de son peuple. A la deuxième étape, alors que le pouvoir du pharaon se renforce, ce pouvoir dépend de plus en plus des objectifs religieux. Voilà pourquoi les guerres (conquêtes) de cette période sont justifiées par le devoir du pharaon sacré par le dieu Râ d’étendre son pouvoir sur les autres peuples (cela sert également le renforcement de ce pouvoir à l’intérieur du pays). La troisième étape se caractérise par le développement de l’Empire hégémonique égyptien (étape qui correspond au Nouvel Empire) dans la région, c’est pourquoi les conquêtes militaires des pharaons sont expliquées directement par les ordres du dieu Amon-Râ. Dans l’ensemble, la composante idéologique et religieuse de la notion de guerre en ancienne Egypte est si forte que, de l’avis tout à fait fondé de l’auteur, la guerre elle-même se présente comme «un acte hautement intellectualisé» (р. 135).

21La position de l’auteur à l’égard de l’existence de l’esclavage en ancienne Egypte mérite particulièrement que l’on s’y arrête. A la différence du traitement généralement admis des guerres menées par l’Egypte comme visant à capturer des esclaves, Bernadette Menu considère que « les captifs de guerre eux-mêmes n’étaient pas réduits en esclavage mais intégrés à la société égyptienne par des procédés éducatifs, avant d’être insérés dans les filières du travail comme individus libres, relevant administrativement de structures institutionnelles mais disposant d’une pleine capacité juridique » (р. 13). Cette approche qui s’appuie dans l’ouvrage sur plusieurs exemples (p. 339-344) semble plus juste.

22Il est à noter ici que, pour formuler ce type de conclusions, l’auteur se fonde sur les données des sources primitives de l’ancienne Egypte (notamment les Textes des pyramides, les Annales des pharaons et surtout les textes historiques et idéologiques du Nouvel Empire).

  • 1   Drеvnij Еgipet : jazyk – kul’tura –soznanie – Pоd. red. О.I.Pavlovoj – Мoskva, 1999.
  • 2 I. V. Vinogradov, Rannee i Drevnee Tsarstva Egipta, Istorija Vostoka, Т. 1,Vostok drevnosti, Мoskv (...)
  • 3   I. V. Vinogradov, Srednee tsarstvo v Еgipte inashestvie giksosov, ibidem.
  • 4 V. A. Golovina, « Institut hmw-k’ v Egipte epokhi Srednego tsrstva », Vestnik Drevnej Istorii, 199 (...)
  • 5   M. V. Gorelik, Оruzhie drevnego Vostoka (IV tys. – IVvв.dо n.e.), Мoskva, 1993.
  • 6   Ju. Ja. Perepelkin, Khozjajstvo staroegipetskikh vel’mozh, Мoskva, Nauka, 1988.
  • 7   T. N. Savel’eva, Khramovye khozjajstva Egipta vremeni Drevnego Tsarstva (III-VIII dinastii), Мosk (...)
  • 8   D. B. Prusakov, Rаnnee gosudarstvo v drevnem Египте, Institut vostokovedenija RAN, 2001.

23Le seul souhait que nous aimerions formuler serait que l’auteur accorde davantage d’attention aux recherches sur l’histoire de l’ancienne Egypte qui ont été faites par les chercheurs d’Europe de l’Est. On y fait preuve parfois d’une approche assez novatrice de l’ensemble des problèmes. Bien que les publications concernées soient en langue russe, ce qui les rend difficiles d’accès pour le lecteur occidental, nous aimerions citer à cet égard : L’Egypte ancienne : langue, culture, conscience paru en 1999 sous la direction de O. I. Pavlova1, La période prédynastique et l’Ancien Empire d’Egypte – Histoire de l’Orient, t. 1, L’0rient dans l’Antiquité publié en 1997 par I. V. Vinogradov2, Le Moyen Empire en Egypte et l’invasion des Hyksôs, dans le même ouvrage3 ; V. A. Golovina, « L’institution des Hemou-ka en Egypte à l’époque du Moyen Empire », Vestnik Drevnej Istorii, 1992, n°14 ; M. V. Gorelik, Les armes de l’Orient Ancien (du IV millénaire au IVe siècle av. J.-C.), Moscou, 19935 ; I. V. Perepiolkine, L’économie des magnats de l’ancienne Egypte, Moscou, 19886 ; T. N. Savéliéva, L’économie des temples à l’époque de l’Ancien Empire (III-VIII dynasties), Moscou, 19927 ; D. B. Proussakov, L’Etat primitif dans l’Egypte ancienne, Moscou, Institut d’Orient de l’Académie des Sciences, 20018.

24On peut par exemple trouver dans ce dernier ouvrage des idées intéressantes de l’auteur sur la formation de l’Etat et du pouvoir en Egypte (D. Proussakov s’écarte de l’approche généralement admise du problème de la formation des relations sociales – juridiques et économiques), sur l’idéologie des pharaons et des vizirs, l’esclavage, le commerce ou les guerres menées par les Egyptiens.

25Dans l’ensemble, comme le dit Bernadette Menu elle-même (p. 14), le lecteur est sensible au fait que cet ouvrage fondamental est le fruit de longues et profondes recherches effectuées par l’auteur dans le domaine de l’histoire de l’ancienne Egypte.

Haut de page

Notes

1   Drеvnij Еgipet : jazyk – kul’tura –soznanie – Pоd. red. О.I.Pavlovoj – Мoskva, 1999.

2 I. V. Vinogradov, Rannee i Drevnee Tsarstva Egipta, Istorija Vostoka, Т. 1,Vostok drevnosti, Мoskva, 1997.

3   I. V. Vinogradov, Srednee tsarstvo v Еgipte inashestvie giksosov, ibidem.

4 V. A. Golovina, « Institut hmw-k’ v Egipte epokhi Srednego tsrstva », Vestnik Drevnej Istorii, 1992, n°1.

5   M. V. Gorelik, Оruzhie drevnego Vostoka (IV tys. – IVvв.dо n.e.), Мoskva, 1993.

6   Ju. Ja. Perepelkin, Khozjajstvo staroegipetskikh vel’mozh, Мoskva, Nauka, 1988.

7   T. N. Savel’eva, Khramovye khozjajstva Egipta vremeni Drevnego Tsarstva (III-VIII dinastii), Мoskva, 1992.

8   D. B. Prusakov, Rаnnee gosudarstvo v drevnem Египте, Institut vostokovedenija RAN, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olga Boutkevytch, « Bernadette Menu, Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte », Droit et cultures, 50 | 2005, 172-177.

Référence électronique

Olga Boutkevytch, « Bernadette Menu, Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte », Droit et cultures [En ligne], 50 | 2005-2, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1165

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org