Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anatoli I. Kovler, Antropologija prava. Uchebnik dlja vuzov (Anthropologie du droit. Manuel universitaire)

Moscou, Norma, 2002, 468 pages
Chantal Kourilsky-Augeven
p. 171-172
Référence(s) :

Antropologija prava. Uchebnik dlja vuzov (Anthropologie du droit. Manuel universitaire), Moscou, Norma, 2002, 468 pages

Texte intégral

1Anatoli Kovler, sous la responsabilité duquel a été composé le présent numéro thématique de Droit et Cultures consacré à l’anthropologie juridique en Russie, est le premier à avoir réintroduit l’enseignement de cette discipline en Russie. Juriste de formation, directeur du Centre de droit comparé de l’Institut de l’Etat et du Droit de l’Académie des Sciences de Russie et rédacteur en chef de la Revue du même nom, l’une des revues juridiques russes les plus prestigieuses, il est depuis 1999 juge à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

  • 1   V. supra l’article d’A. Kovler, « L’anthropologie juridique en Russie : passé et présent d’une (g (...)

2Ce manuel, composé à l’intention de ses étudiants de « l’Université juridique académique » créée auprès de l’Institut de l’Etat et du Droit, est composé de manière à leur faire prendre connaissance, de façon systématique, des développements de l’anthropologie juridique à la fois dans le monde et en Russie où, comme on peut le constater dans l’article qu’Anatoli Kovler a rédigé pour ouvrir ce numéro, la discipline était loin d’être une nouvelle venue bien qu’elle ait existé plus ou moins clandestinement au sein d’autres disciplines1.

3La première partie de l’ouvrage, apparemment classiquement consacrée à « l’anthropologie du droit (ou anthropologie juridique) en tant que branche de la science juridique et en tant que discipline d’enseignement », annonce la position de principe de l’auteur : loin de la distinction opérée entre la « sociologie du droit » des sociologues et la « sociologie juridique » des juristes, Anatoli Kovler place un signe d’égalité entre l’anthropologie du droit et l’anthropologie juridique et les situe d’emblée toutes deux au sein de la science juridique. Mais une telle prise de position – qui n’étonne pas puisque l’auteur est juriste – ne signifie pas que les anthropologues russes étudiant les phénomènes juridiques se rallient pleinement à cette position. Ils sont en effet les premiers à regretter la faible participation des juristes à leurs colloques et l’utilisation trop rare par les juristes des données anthropologiques (V. supra Axionov & Svetchnikova). Dans le même temps les juristes déplorent le fait que, lorsque les anthropologues étudient des phénomènes tels que le pluralisme juridique, ils méconnaissent dans une certaine mesure le contenu des concepts juridiques qu’ils utilisent

4La première partie de l’ouvrage fait une large place aux « Pères fondateurs » de l’anthropologie juridique et à la « renaissance anthropologique » au sein de la science juridique au cours de la deuxième moitié du XXe siècle pour définir ensuite l’anthropologie juridique en Russie. Il n’est pas besoin ici de reproduire les développements consacrés à ce domaine par l’auteur dans l’article qu’il présente dans cette revue.

5La seconde partie est plus inattendue. Intitulée « L’évolution de l’homme juridique » elle situe le problème dans un « génotype du droit » qui serait les « mononormes » avec les questions du droit archaïque ou « primitif » et les problèmes du tabou, du totem et de « l’ordre juridique idéal ». L’individu sera « communautaire » (obshchinnyj) ou « étatique » (gosudarstvennyj). L’individu sera ensuite situé par l’auteur dans les systèmes de droit traditionnel : sociétés indienne et chinoise, sociétés relevant de l’Islam, cette partie comprenant également le problème intitulé « L’homme comme objet d’acculturation juridique » avec les exemples de l’Afrique, de la Sibérie et du Caucase.

  • 2   V. supra Ch. Kourilsky-Augeven, « L’esprit du droit : modèle russe contre modèle français », p. 1 (...)

6Mais la partie la plus intéressante pour le lecteur européen est la Quatrième partie intitulée « Anthropologie du droit (positif) européen », dans laquelle l’auteur analyse notamment la place de l’individu tant dans la culture juridique russe marquée pour lui par le lien à la religion orthodoxe que celle qui lui est impartie dans la culture juridique d’Europe de l’Ouest liée, dans les pays de droit écrit, à une culture catholique devant beaucoup à l’influence des jésuites. Nous avons trouvé indispensable d’utiliser dans notre article2 cette distinction qui nous a semblé la mieux à même de faire comprendre au lecteur français les ressemblances et différences entre culture juridique française et culture juridique russe. On connaît l’opposition apparemment irréductible de l’Eglise orthodoxe russe actuelle à l’Eglise catholique en général et au Vatican en particulier. On n’est pas sans se souvenir des diatribes dostoievskiennes contre les jésuites, de Moscou considérée comme la « Troisième Rome » et de l’opposition entre occidentalistes et slavophiles. Mais on connaît moins les attitudes à l’égard de la règle liées à la conception de la communion au sein de la communauté (sobornost’) ainsi que les attitudes à l’égard du pouvoir engendrées par une soumission totale à la volonté divine. On trouvera à cet égard des citations directes de l’ouvrage concerné dans notre article.

7L’ouvrage se conclut par des développements consacrés à l’ouverture sur la sphère internationale avec notamment le problème du droit humanitaire et des droits de l’homme ainsi que par une réflexion sur la famille et la personne.

8On regrettera seulement que l’ouvrage, à la fois classique et original, ne contienne que des notes de bas de page mais ni bibliographie ni index.

Haut de page

Notes

1   V. supra l’article d’A. Kovler, « L’anthropologie juridique en Russie : passé et présent d’une (grande) inconnue », p. 13.

2   V. supra Ch. Kourilsky-Augeven, « L’esprit du droit : modèle russe contre modèle français », p. 107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Kourilsky-Augeven, « Anatoli I. Kovler, Antropologija prava. Uchebnik dlja vuzov (Anthropologie du droit. Manuel universitaire) », Droit et cultures, 50 | 2005, 171-172.

Référence électronique

Chantal Kourilsky-Augeven, « Anatoli I. Kovler, Antropologija prava. Uchebnik dlja vuzov (Anthropologie du droit. Manuel universitaire) », Droit et cultures [En ligne], 50 | 2005-2, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1163

Haut de page

Auteur

Chantal Kourilsky-Augeven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org