Navigation – Plan du site
Anthropologie juridique en Russie

Paysages sacrés et lieux de culte dans la vision du monde traditionnelle des Nénets

Sacred landscapes and cult places  in the traditional world conception of the Nenets
Galina P. Kharioutchi
p. 79-87

Résumés

Le peuple Nénets qui vit dans le district autonome de Yamalo-Nénets de Sibérie du Nord fait face à l’exploitation industrielle de la zone arctique de la toundra où se trouvent des gisements de pétrole et de gaz. A cet égard la protection des paysages sacrés et des lieux de culte comme partie intégrante de la vie de Nénets est une nécessité urgente. L’auteur, elle-même représentante de ce peuple, explique la signification des notions du sacré dans la mentalité de son peuple, cherche à concilier les besoins du progrès avec la préservation du mode de vie traditionnel.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte, publié en russe sous le titre « Kul’tovye mesta – svjashchennye landshafty v tradicionnom mirovozzrenii nentsev » dans l’ouvrage dirigé par N. I. Novikova, Olen’ vsegda prav. Issledovanija po juridicheskoj antropologii (Le renne a toujours raison. Recherches en anthropologie juridique), Moscou, 2003, a été traduit du russe par Chantal Kourilsky-Augeven.

Texte intégral

1Les lieux de culte et les sanctuaires érigés sur ces lieux constituent le trait distinctif du paysage dans les lieux de vie des éleveurs de rennes de la toundra dans le district autonome de Yamalo-Nénets. Dans ce district comme dans d’autres régions arctiques, la conservation des objets de la culture ethnique crée un problème aigü en raison de la mobilité des lieux de résidence et du fait que les minorités autochtones du Nord ont été exclues de leurs terres à la suite de l’appropriation industrielle de ces dernières. On assistera bientôt à l’exploitation de la zone arctique de la toundra où se trouvent des gisements déjà explorés de pétrole et de gaz. Dans un contexte d’exploitation industrielle, la conservation, le recensement et la protection par l’Etat des sanctuaires en tant qu’éléments du patrimoine ethnoculturel revêtent une actualité particulière.

2Nous considérerons les lieux de culte en tant qu’éléments d’un paysage lié aux représentations religieuses et mythologiques des Nénets et dont le critère typologique de base est le relief. En langue nénets, un lieu sacré se dit khevidia ia (littéralement khevidia consacrée, sacrée, et ia terre) ou encore khékhé ia, ce qui signifie terre de l’esprit-maître, terre de l’esprit. La littérature a consacré la terminologie suivante : lieu sacré, sanctuaire, lieu de culte.

3Dans les représentations des Nénetsla terre est vivante. Au printemps, quand apparaît l’herbe verte, les Nénets disent ia ilielyij – la terre est ressuscitée et, à l’automne, quand l’herbe jaunit, ia khanga – la terre est morte. C’est à ce moment que sont organisés les rites inhérents au cycle des fêtes calendaires. Les éléments particulièrement remarquables du paysage – colline, tertre, rivière, lac, mer – sont ervsavej ia c’est-à-dire qu’ils ont leur esprit-maître. La vénération de ces lieux équivaut à la vénération de leurs maîtres – ia’erv (littéralement le maître de la terre). Les lieux sacrés et les sanctuaires érigés sur ces lieux – les lieux de culte de l’esprit-maître – constituent le trait distinctif du paysage des territoires dans lesquels vivent les Nénets de la toundra du district autonome Yamalo-Nénets. Chacun de ces lieux vénérés a sa légende. L’on dispose dans la littérature existante de multiples exemples de légendes relatives aux sanctuaires nénets.

4Un lieu est reconnu comme sacré à partir des indications d’un chaman qui a déclaré que ce lieu devait être vénéré soit par l’ensemble des Nénets soit par une tribu ou une famille déterminée. Le chaman indique où doit se trouver ce lieu et définit l’image que doit revêtir l’esprit-maître de ce sanctuaire. Si sur ce lieu se trouve un rocher, le chaman peut « reconnaître » en lui l’une des images acceptées par l’esprit. Dans le même temps l’esprit est également reconnu comme l’esprit de la montagne, de la colline, de la rivière ou du lac en l’honneur duquel a été érigé ce sanctuaire. L’esprit du lieu de naissance est également l’esprit du territoire tribal et l’unique divinité personnifiée à laquelle sont destinés les rites.

5Les lieux sacrés sont investis de la plus haute signification sacrale. Les toponymes nénets désignant les lieux saints contiennent souvent une information relative à la sacralité de l’objet. Le terme khevidia – sacré, saint, est ajouté à des toponymes comme no – île (khevidia no – île sacrée), to – lac, soty – plateau ayant une large base et des pentes nues, seda – tertre, iakha – rivière, sokho – tertre pointu à large base. La sacralité des éléments du paysage peut être exprimée également par le lexème khékhé – esprit, idole. Par exemple khékhé seda – tertre des esprits, des idoles.

  • 1   Khomitch, 1977.

6Comme le souligne L.V. Khomitch, les éléments continentaux du paysage sacré sont essentiellement des lieux élevés : collines, rives escarpées de rivières, tertres, montagnes, rochers, arbres isolés1.

  • 2   Golovnev, 1995.

7Mais les îles ont une signification particulière. Toutes les grandes îles sont sacrées : Vaïgatch, l’Ile Blanche, l’île Chokalsky, l’île Sibiriakova, l’île Oleny. Comme l’ont dit des Nénets à A. V. Golovnev « Les principaux dieux vivent aux confins de la Terre »2. Les toponymes nénets désignant les îles – ngo – contiennent également un élément indiquant que l’île concernée est sacrée : Ngoia khévidia ia – l’Ile Terre Sainte – Khévidia ngo – l’Ile Sacrée, Khékhé ngo – l’Ile des Esprits, des Idoles (sur la carte l’île Vaïgatch). Les îles étaient considérées comme sacrées à un tel degré que les femmes n’avaient pas le droit de fouler leur sol sans porter une plaque de fer sous leurs chaussures, et les ordures ménagères étaient évacuées sur le continent. Les îles sacrées sont d’accès malaisé et c’est pourquoi il existe sur le continent des « îles » spéciales remplissant le rôle de doubles sur lesquels se déroulent les rites destinés aux principaux sanctuaires. Par exemple, pour Evaï ngo (l’île Chokalsky) les sacrifices se déroulent sur Ngoia khévidia ia et, pour Iaro’ngo (l’île Sibiriakova) les sacrifices ont lieu sur Iarongon khantalva. Du point de vue territorial l’île Sibiriakova appartient au district autonome de Taïmyr (Dolgano-Nénets) mais elle reste sacrée pour les Nénets de Gydan. De la sorte, les îles sacrées sont des objets marginaux (frontaliers) de culte désignant le territoire tribal (ethnique) des Nénets.

8Les paysages aquatiques appartiennent à un groupe spécifique : la mer, la Baie de l’Ob, la Baie de Tazov, la rivière, le golfe. Le père de tous les esprits des eaux est id’erv c’est-à-dire l’esprit de la mer dans laquelle se déversent toutes les rivières et tous les ruisseaux. Au moment du sacrifice de printemps on verse dans l’eau le sang d’un renne en l’accompagnant des paroles « Vadina n,arka nisianda tevreïda » – « Portez nos paroles et nos dons à votre père ».

  • 3   Kharioutchi, 2001.

9Tous les grands lacs sont sacrés. Il est interdit d’y pêcher ou bien encore on ne peut le faire qu’à une certaine époque de l’année en célébrant un rite de dons à l’esprit du lac. Le lac Nouv’to (dans la littérature Noum-to), « le lac divin céleste » lieu sacré des Nénets des forêts3 fait partie du groupe des sanctuaires communs. Un lieu sacré n’a pas de frontières précises et se fond dans le paysage environnant (non sacré). Habituellement de tels lieux sont disposés près d’un objet remarquable : un rocher de forme particulière, le sommet d’un tertre, la rive d’un lac. On le voit, les paysages naturels ayant un esprit-maître constituent la catégorie fondamentale des lieux de culte nénets.

10Dans la toundra, on entend souvent dire par les gens âgés qu’un lieu déterminé a son esprit-maître. Il faut donc s’adresser avec respect à la terre, aux tertres, aux lacs et aux rivières qui s’y trouvent. L’hiver dans le silence blanc de la toundra, particulièrement par temps couvert ou par un jour de printemps ensoleillé quand l’horizon se fond avec la terre, ces lieux servent de point de repère pour le voyageur. On les voit de loin et l’esprit-maître de ce lieu semble indiquer la route. Le même rôle est joué par une tombe solitaire ou par un cimetière situé sur une haute colline. Si la tombe est celle d’une personne âgée on dit « mon grand-père » ou « ma grand-mère » « m’a indiqué la route ».

11L’esprit-maître du lieu est invisible mais peut prendre l’apparence de différentes bêtes sauvages ou de différents oiseaux, apparaître sous l’hypostase d’une femme ou d’un homme, dans des vêtements différents. Les esprits de certains sanctuaires revêtent la forme d’animaux.

  • 4   Koulemzine, 1995.

12Tous les esprits avaient, quelles que soient leurs fonctions, une très grande importance en ce qu’ils étaient une force unissant le peuple, fait attesté par de nombreux auteurs. L’habitat de l’esprit était consacré non seulement par le groupe social auquel « appartenait » (ou que protégeait) l’esprit mais aussi par beaucoup de ses voisins provenant parfois de territoires très éloignés. « Les informateurs affirment que l’existence de lieux de culte est un critère d’appartenance du territoire à un peuple « pour toujours »4. Cela est dit des Khanty mais peut pleinement s’appliquer aux autres peuples autochtones du Nord. Il semble aujourd’hui que le motif religieux recule au second plan pour céder la place à l’aspect ethnique qui permet de s’identifier, de se distinguer des autres peuples.

  • 5   Balalaïeva, 1999.

13De la sorte, les rivières, les lacs, les hautes collines, les montagnes organisent la vie rituelle et cérémonielle et relient les représentations religieuses et mythologiques des Nénets aux éléments du paysage. « La signification de ces lieux est déterminée par la manière dont ils sont intégrés dans un paysage naturel et culturel local «construit» de façon plus large. De la sorte, l’anéantissement du paysage entraîne la perte irrémédiable des lieux sacrés dont la destruction, à son tour, mène à la dégradation et à la disparition de la culture autochtone de ces peuples5.

14Au cours des années d’exploitation pétrolière et gazière, de nombreux lieux sacrés ont été détruits et il a été porté préjudice à la nature environnante, à la flore et à la faune. Dans un milieu traditionnel nénets il n’était nullement nécessaire de protéger spécialement les sanctuaires. Les gens de différents groupes nationaux vivant dans les villages ou parfois migrant dans la toundra redoutaient les lieux sacrés et l’on n’observait de leur part aucun cas de profanation ou de vandalisme. Mais les temps ont changé, des intrus sont apparus. La protection des lieux sacrés, la protestation en cas de profanation ou de destruction de ces lieux incombe maintenant avant tout aux habitants locaux.

15La population locale commence à s’impliquer dans ce travail mais n’espère qu’en son intelligentsia qui sait lire, écrire et parler avec les autorités. Ce sont précisément les spécialistes ayant reçu une éducation qui peuvent devenir les défenseurs de leur propre culture, de leur propre mode de vie. Et nous comprenons que défendre aujourd’hui le patrimoine culturel spirituel n’est possible que si une loi a été adoptée dans ce sens.

16Les sanctuaires sont des éléments uniques du patrimoine culturel spirituel des Nénets et continuent à représenter un canal d’expression important des canons de la vision du monde de l’ethnie. Ils ont une grande importance pour l’intégration. La destruction des sanctuaires est reçue comme une atteinte à ce que le peuple possède de plus sacré.

17Les lieux de culte se trouvent sur les territoires d’exploitation traditionnelle des ressources naturelles (TUTN). Ils constituent l’une des formes de territoires naturels particulièrement protégés (TNPP). Ils ont non seulement une valeur du point de vue de la nature mais également une grande valeur culturelle car ils sont liés à l’origine et à l’histoire de l’ethnie. Aux termes de la Constitution de la Fédération de Russie (art.72 § m), les organes du pouvoir d’Etat sont appelés à protéger « le milieu traditionnel de résidence » des peuples autochtones, c’est-à-dire le milieu naturel, historique et culturel qui s’est organisé sur les territoires historiques de peuplement des minorités autochtones et qui constitue la base de leur mode de vie traditionnel. Le milieu traditionnel de résidence est constitué avant tout par :
– la terre de peuplement initial ;
– les terres où sont enterrés les ancêtres ;
– les terres sacrées constituant les objets matériels ésotériques les plus importants de la vie spirituelle des peuples autochtones du Nord ;
– les terres domaniales assurant la conservation du milieu naturel et des traditions de relations entre les hommes et la nature ;
– les rennes d’élevage, les réserves de pêche, les réserves de chasse.

18La loi fédérale et la loi adoptée au niveau du district « sur les territoires naturels particulièrement protégés » (lois adoptées respectivement en 1995 et 1997) rattachent à ces territoires les réserves (de forêt, de steppe ou de surfaces aquatiques), les parcs naturels et objets du même type c’est-à-dire les formes déjà approuvées de territoires particulièrement protégés, qui ont pour but la défense de la nature, de la flore et de la faune. Les sanctuaires doivent également être classés parmi les territoires protégés mais l’un des problèmes soulevés par leur protection est lié au fait que leurs frontières ne sont pas spécifiées. Les sanctuaires qui se trouvent sur le territoire des réserves ou des parcs naturels (et il y en a beaucoup) tombent en principe sous le coup de la protection puisque l’accès à ces territoires est strictement limité. Ainsi en décident en tout cas les dispositions de la loi fédérale et de la loi locale sur les territoires naturels protégés. Pour la protection des autres lieux sacrés l’on peut utiliser les mesures liées à la limitation de leur accès.

19Dans le district autonome Yamalo-Nénets on peut considérer que l’on dispose d’une base juridique suffisante pour un travail réel et effectif dans le domaine de la conservation et de l’exploitation du patrimoine historique et culturel. Des lois sur la protection des monuments historiques, culturels et architecturaux (1993, 1998) ont été adoptées et il existe un « Programme pour l’identification, l’étude et l’utilisation du patrimoine historique et culturel du district autonome Yamalo-Nénets ». Le programme dispose que les éléments de la culture ethnique existant dans le district constituent une catégorie particulière du patrimoine historique et culturel car, à la différence des autres catégories de ce dernier, les éléments de la culture ethnique ont une spécificité en ce qu’ils constituent une partie de la culture « vivante » en continuant à fonctionner. Le département des affaires concernant les minorités autochtones du Nord a reçu mission de préparer un projet de loi (du district autonome Yamalo-Nénets) concernant les lieux de culte des minorités autochtones du Nord sur le territoire du district.

20Un rôle important a été joué à cet égard par le projet international de 2001 sur « l’importance de la protection des lieux sacrés de la population autochtone de l’Arctique : une recherche sociologique sur le Nord de la Russie » de 2001. Notre mission en tant que réalisateurs de ce projet a consisté à dresser la carte des lieux sacrés nénets pour la protection juridique des sanctuaires dans l’arrondissement de Tazov du district autonome Yamalo-Nénets. Le projet prévoyait une large participation de membres de la population autochtone. La population locale a d’ailleurs compris l’importance pratique de notre travail et nous a aidés. Notre groupe était constitué essentiellement de chercheurs travaillant dans le district et de collaborateurs nénets – éleveurs de rennes, pêcheurs, intelligentsia – vivant dans l’arrondissement.

21Les chercheurs régionaux ont mené sur place un vaste travail d’explication et d’enquête. Pour notre part, nous avons constitué des questionnaires servant de ligne directrice aux entretiens. Il était important, pour chaque lieu sacré, de noter son emplacement sur la carte, de fixer ses coordonnées par rapport à la localité, de confirmer s’il se trouvait dans les limites d’un territoire dépendant de réserves ou de parcs naturels, de déterminer ses dimensions et ses caractéristiques biologiques (paysage, végétation, monde animal), et enfin de transcrire les mythes et légendes liés au lieu. Plus de 70 personnes ont été interrogées et plus de 250 lieux sacrés ont été identifiés. Chacun d’entre eux a été décrit avec un maximum de détails. La disposition des lieux de cultes des tribus permet d’apprendre l’emplacement passé et actuel des territoires de telle ou telle tribu ou de telle ou telle famille ainsi que des lieux personnels qui se transmettent par héritage.

22Toute l’information relative aux lieux de culte est consignée exclusivement selon le désir de la population locale. Par exemple le maître du lieu familial (personnel) est en droit de ne dire que ce qu’il considère comme nécessaire. Nous considérons que certaines informations doivent demeurer secrètes pour le maintien de la tradition ethnique. Si les enquêtés se sont dans l’ensemble prêtés de bonne grâce aux questions posées par les chercheurs et ont partagé avec confiance leurs informations sur les lieux sacrés, c’est parce que les chercheurs étaient eux-mêmes des Nénets. Cependant des réserves ont été exprimées par les enquêtés quant à la publication des informations concernant l’emplacement de leurs lieux sacrés par crainte que ces lieux puissent être profanés ou détruits. Les réponses aux questions ont permis de consigner les connaissances traditionnelles, et notamment écologiques, des Nénets concernant leurs territoires de résidence et leur activité économique. D’après les limites de l’emplacement des sanctuaires il est facile de déterminer les territoires de réserves protégées et les territoires d’exploitation traditionnelle des ressources naturelles.

23Les lieux sacrés se trouvent sur les lieux de résidence permanente et d’activité économique des nomades de la toundra. La présence dans ces lieux à une époque déterminée de l’année, l’exécution de rites prouvent que ces lieux sont des objets cultuels effectifs. On peut les définir comme éléments du patrimoine naturel formés au cours d’une longue période de temps et caractérisés par le conservatisme des formes et des moyens de réalisation de l’activité cultuelle. Ils sont habituellement situés sur des territoires naturels uniques, là où vivent et se reproduisent bêtes sauvages, oiseaux et poissons. L’interdiction et la limitation de l’activité humaine dans de tels lieux favorise la conservation des ressources naturelles des réserves.

24Les lieux de culte des Nénets de la toundra ont donc une spécificité en ce qu’ils constituent une partie de la culture « vivante ». Ils sont situés sur des territoires d’exploitation traditionnelle des ressources naturelles, eux-mêmes rattachés à des territoires naturels particulièrement protégés et ils constituent un élément important de « milieu traditionnel de résidence » de peuples autochtones du Nord.

25Des doutes s’élèvent souvent sur le bien-fondé de notre action en levant le voile de la sphère sacrale secrète de la culture traditionnelle, y compris en dressant les cartes des lieux sacrés d’autant plus que une certaine partie de la population autochtone a à cet égard une attitude négative. Nous partageons cette crainte mais aujourd’hui la vie nous assigne un choix : créer un système de protection étatique du patrimoine culturel spirituel faute de quoi ils seront détruits par l’exploitation pétrolière ou gazière, l’ignorance étant utilisée comme justification. Une politique consciente de dissimulation de l’information à des étrangers (bases de données secrètes, informations secrètes sauf pour les membres du groupe, etc.) est possible dans une réserve. Mais notre situation est différente. Nous pensons que le mécanisme de protection des lieux de culte doit être la connaissance de leur importance particulière c’est-à-dire la formation et l’éducation du respect à l’égard du patrimoine culturel, à l’égard de la tradition culturelle d’autrui. La société traditionnelle devient de plus en plus ouverte et c’est ici que la popularisation des connaissances ethnographiques a une grande importance. A l’heure actuelle les médias permettent le développement de la connaissance par les habitants du district non seulement de la sphère de vie quotidienne des Nénets mais aussi de la sphère sacrée de leur vie, ce qui était impensable il y a seulement dix ou quinze ans puisque ces thèmes étaient interdits.

26Ainsi l’établissement de cartes et la transcription d’informations relatives aux sanctuaires impliquent la population nénets dans le processus de préparation des mesures de protection des lieux d’importance culturelle, des terres d’exploitation traditionnelle des ressources naturelles. A l’avenir les habitants locaux pourront prendre une part directe à la gestion, aux mesures de protection des réserves ou des zakazniki. Cela est particulièrement important à la lumière de tous les actes futurs de développement de l’industrie pétrolière et gazière dans la presqu’ile de Gydan et dans le Yamal du Nord.

27Nous utiliserons l’expérience d’établissement de la documentation relative aux lieux sacrés rassemblée par les collaborateurs de l’Expédition complexe de la mer arctique sur l’île de Vaïgatch sous la direction de P. Boïarskij et dans l’arrondissement de Sourgout du district autonome de Khanty-Mansi par E. Viget et O. Balalaieva.

28Les sanctuaires ne se trouvant pas sur des territoires naturels spécialement protégés et en général tous les lieux sacrés et les cimetières doivent être protégés en tant qu’objets de haute valeur du patrimoine culturel et il est ici nécessaire que l’information concernant leur importance particulière et leur localisation soit ouverte. Cela est particulièrement important dans les arrondissements d’appropriation industrielle où se trouvent beaucoup de nouveaux arrivants, souvent des gens qui sont simplement de passage, et toute une série de collectivités industrielles (équipes géologiques, bureaux d’études et équipes de recherche).

29Nos recherches et notamment l’établissement d’une carte permettant la localisation des sanctuaires traditionnels avec les territoires attenant à ces sanctuaires, ainsi que la future création de la base législative permettant leur protection (but de notre travail) doivent résoudre plusieurs problèmes en même temps. Ces actions défendent le territoire des peuples autochtones du Nord et favoriseront par conséquent la conservation de la civilisation ancienne des éleveurs de rennes nomades. Elles créent également des territoires de protection supplémentaires concernant la faune et la flore des zones naturelles nordiques ce qui permet dans l’ensemble de conserver la nature et de favoriser un développement stable du Nord. Se pose à l’heure actuelle la question des travaux de prospection et de recherche dans les réserves d’eau des régions de l’Ob et de Tazov. Déjà aujourd’hui l’on observe que la zone attenante aux installations de la baie de l’Ob (centres de prospection et de recherche de Mys-Kamenskoe et Severo-Mys-Kamenskoe) est désertée par les poissons de prix, que le milieu environnant est pollué et qu’il est porté atteinte à la flore et à la faune. Dans les prochaines années commencera l’exploitation de la zone arctique de toundra des territoires des arrondissements de Tazov et de Yamal.

30L’importance de la conservation des lieux sacrés naturels et leur signification vient à la conscience des organisations internationales de protection de l’environnement. Aujourd’hui notre Etat se pose encore une fois la question : le gaz ou bien la terre et le mode de vie de quelques milliers d’autochtones avec leurs représentations traditionnelles des terres sacrées, des rivières sacrées et des lacs sacrés. Une fois de plus naît un conflit de deux civilisations : industrielle et pré-industrielle dans laquelle se sont formés et ont existé au moyen d’une utilisation traditionnelle de la nature les peuples autochtones du Grand Nord. La conservation de l’héritage historique des petits peuples autochtones du Nord, de la civilisation ancienne des éleveurs de rennes, du mode de vie traditionnel, est une tâche complexe et la responsabilité de sa solution incombe aux organes du pouvoir, aux institutions scientifiques et aux organisations sociales de la Russie.

Haut de page

Bibliographie

Balalaeva (O. E.), « Svjashchennye mesta Khantov Srednej i Nizhnej Obi » (Les lieux sacrés des Khanty de l’Ob Moyen et Inférieur), Ocherki tradicionnogo prirodopol’zovanija khantov. Materialy k atlasu (Aperçu de l’utilisation traditionnelle des ressources naturelles chez les Khanty. Matériaux pour un atlas), Ekaterinbourg, 1999, p. 140-156.

Golovnev (A. V.), Govorjashchie kul’tury : tradicii samodijcev i ugrov (Les cultures orales : les traditions des Samodiïcy et des Ougres), Ekaterinbourg, Filiale d’Oural de l’Académie des Sciences de Russie, 1995, 607 pages.

Kulemzin (V. M.), « Mirovozzrencheskie aspekty okhoty i rybolovstva » (Les aspects de la vision du monde dans la chasse et la pêche), Istorija i kul’tura Khantov (Histoire et culture des Khanty), Tomsk, Editions de l’Université de Tomsk, 1995, p. 65-76.

Kharjuchi (G. P.), Tradicii i innovacii v kul’ture nenetskogo etnosa (Traditions et innovations dans la culture de l’ethnie nénets), Tomsk, Editions de l’Université de Tomsk, 2001, 228 pages.

Khomich (L. V.), « Religioznye kul’ty Nentsev » (Les cultes religieux des Nénets), Pamjatniki kul’tury narodov Sibiri i Severa (Le patrimoine culturel des peuples de Sibérie et du Nord), Recueil du Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie, tome 33, eningrad, Editions Nauka, 1977, p. 5-28.

Haut de page

Notes

1   Khomitch, 1977.

2   Golovnev, 1995.

3   Kharioutchi, 2001.

4   Koulemzine, 1995.

5   Balalaïeva, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Galina P. Kharioutchi, « Paysages sacrés et lieux de culte dans la vision du monde traditionnelle des Nénets », Droit et cultures, 50 | 2005, 79-87.

Référence électronique

Galina P. Kharioutchi, « Paysages sacrés et lieux de culte dans la vision du monde traditionnelle des Nénets », Droit et cultures [En ligne], 50 | 2005-2, mis en ligne le 28 mai 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1087

Haut de page

Auteur

Galina P. Kharioutchi

Galina Kharioutchi, docteur en histoire, dirige le département d’ethnographie et d’ethnopolitique de la filiale de Yamal (Sibérie du Nord) de l’Institut d’histoire et d’archéologie de l’Oural. Elle est spécialiste de la culture du peuple nénets. Elle a publié notamment Traditions et innovations dans la culture de l’ethnie nénets, Tomsk, 2001.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org