Navigation – Plan du site
Anthropologie juridique en Russie

L’anthropologie juridique en Russie : passé et présent d’une (grande) inconnue

Legal anthropology in Russia: past and present state of an (almost) unknown discipline
Anatoli Kovler
p. 13-28

Résumés

L’auteur retrace l’histoire de deux siècles de l’évolution de l’anthropologie juridique en Russie en tant qu’une science appliquée, science académique et discipline universitaire. Il distingue quelques périodes de cette évolution : période de la Russie des XVIIIe – début du XXe siècles ; période soviétique et période dite post-soviétique, chaque période ayant ses particularités. Le droit coutumier des peuples autochtones occupait toujours une place importante dans les recherches anthropologiques autant que la tendance sociologique. Le thème « droit et pouvoir » devient le sujet à la mode au XXe siècle. Quant à la période contemporaine la prédominance de la tendance ethnologique s’efface derrière la montée des recherches en matière de la protection par le droit de l’environnement naturel, culturel et économique des peuples autochtones, mais aussi de la population toute entière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   A. Kovler, Istoricheskie formy demokratii (Les formes historiques de la démocratie), Moscou, 1990 (...)
  • 2   P. Bonte & M. Isard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, 2000.

1L’anthropologie juridique russe est une grande inconnue en Occident. Question de langue, dira-t-on... Pas seulement. Il nous semble en effet que la cause principale de cette ignorance réside plutôt dans un eurocentrisme, ou même ce qu’on pourrait appeler un « occidentalo-centrisme », l’un et l’autre nous paraissant une expression de snobisme intellectuel. Je n’en dirai pas plus, ayant suffisamment dénoncé ce phénomène dans mes ouvrages1. Je citerai seulement à titre d’exemple le Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie2 pour qui « les anthropologies russe et soviétique » relèvent non de la rubrique « Europe », mais de la rubrique « URSS (CEI) ». Ceci pourrait être justifié compte tenu de la place séparée réservée par les auteurs aux anthropologies allemande, française et britannique. Mais la rubrique « Histoire de l’anthropologie » ne consacre aucune ligne à la Russie et ne cite aucun chercheur russe  à l’exception surprenante du « circumnavigateur »  Krusenstern !

2L’objectivité scientifique m’oblige cependant à faire porter une part de responsabilité sur le régime soviétique qui avait réservé à l’anthropologie juridique le même sort qu’à la sociologie, à la cybernétique ou à la génétique (pourtant nées toutes trois sur le sol russe) jugées comme sciences idéologiquement hérétiques et dénoncées dans les années 1930 comme « prostituées de l’impérialisme ». Toutes ces disciplines furent donc condamnées à exister dans une semi-clandestinité au sein d’autres sciences, l’anthropologie juridique étant rattachée à l’ethnographie jusqu’aux années 1950.

Aux sources de l’anthropologie juridique

  • 3   Voir notamment la publication par l’Université d’Odessa en 1882-1883 des coutumes caucasiennes so (...)

3En Russie comme dans d’autres puissances européennes, l’évolution de l’ethnologie juridique, puis de l’anthropologie juridique, fut stimulée par la colonisation de la Sibérie, du Caucase et de l’Asie Centrale. A l’instar de la colonisation française ou britannique, la colonialisation avait posé à l’administration russe le problème du gouvernement de dizaines de peuples dispersés sur un énorme territoire. Catherine II avait donné en 1792 aux gouverneurs des régions conquises l’instruction d’étudier les coutumes des autochtones, ce qui avait permis de rassembler, vers les années mille huit cent quarante, une impressionnante collection d’informations sur les droits coutumiers du Caucase et de la Sibérie3.

  • 4   Pour une analyse sommaire des dispositions de la Charte et d’autres documents concernant les peup (...)

4La politique choisie était de préserver le droit local dans le domaine de la vie quotidienne (droit familial, droit foncier, réglementation de la pêche et de la chasse par les autochtones eux-mêmes), de rendre leur autorité aux juges traditionnels et d’octroyer plusieurs franchises fiscales et commerciales tout en réservant aux autorités russes les prérogatives en matière administrative, militaire et fiscale. La Charte du Gouvernement des Indigènes (Ulozhenije ob Upravlenii Inorodtsami) du 22 juillet 1822, document considéré comme historique par l’anthropologie juridique russe, consacrait cette politique4.

5La Charte distinguait trois catégories d’indigènes : les sédentaires, les nomades et les vagabonds, chacune de ces catégories se voyant attribuer les droits correspondant à son mode de vie, y compris des droits exclusifs sur la terre cultivée (§31) cependant que les Russes se voyaient interdire d’occuper ces terres. La Charte garantissait le maintien du système juridique traditionnel (§35). Les tribunaux traditionnels (slovesnij soud ou tribunal à procédure orale) jugeaient les litiges de toute sorte sauf les crimes graves (§122-123), jugés devant les tribunaux d’Etat (§36). Les indigènes n’étaient pas tenus de faire le service militaire (§42), mais pouvaient former des détachements de Cosaques protégeant les frontières de leurs territoires (§43). La Charte consacrait aussi le rôle des organes d’autogestion (suhlans), réunis lors des foires traditionnelles (§133-141). Ce sont ces assemblées qui élisaient les starosta, administrateurs locaux (§138), considérés comme exerçant des fonctions de service public (§142).

6Ce véritable pluralisme juridique au sein de l’Empire russe avait pour but d’adoucir la colonisation des peuples autochtones et de préparer le terrain pour une acculturation juridique des peuples indigènes de l’Empire qui, soigneusement élaborée par une bureaucratie éclairée sous la direction du grand réformateur M. Spéransky, témoignait de la volonté de faire accéder ces peuples étape par étape au statut de la population slave. Cette politique était cependant marquée par un paternalisme évident : même la procédure de convocation des assemblées traditionnelles était soigneusement réglementée. L’octroi des droits coutumiers était considérée comme une mesure temporaire « en attendant que les indigènes soient convertis au christianisme, que leurs mœurs soient adoucies par l’éducation » (Préambule de la Charte de 1822).

  • 5 D. Samokvasov Sbornik obychnogo prava inorodtsev (Recueil du droit coutumier des indigènes sibérie (...)

7Quoi qu’il en soit, la Charte stimula l’étude du droit coutumier. Des études de terrain sur les peuples indigènes colonisés furent déployées à partir des années 1840. Les travaux descriptifs à caractère général s’accompagnaient d’études spécialisées sur les systèmes juridiques5.

8La création en 1845 de la Société impériale russe de géographie comprenant une section d’ethnographie contribua à l’étude ciblée des modes de vie des peuples de la Russie. C’est à partir de 1850, grâce au programme de recherches élaboré par la Société dans ce domaine et diffusé dans toutes les régions du pays, que commença l’étude systématique du droit local. Le programme comportait un questionnaire détaillé qui permettait de mener des recherches coordonnées sur un espace de plusieurs milliers de kilomètres.

  • 6   Voir L. Kostenko, Srednjaja Azija i vodvorenie v nej russkoj gosudartsvennosti (L’Asie Centrale e (...)

9La conquête de l’Asie Centrale (appelée à l’époque Turkestan) avait attiré l’attention des chercheurs sur le problème de la compatibilité entre les cultures et religions nationales d’une part et les objectifs de la colonisation d’autre part. La politique choisie était de maintenir les structures traditionnelles dans la vie quotidienne et d’élever le niveau éducatif de la population6.

10Grâce au programme de la Société géographique, une attention particulière fut prêtée à l’étude du droit coutumier des peuples du Caucase. Fait significatif, plusieurs auteurs défendaient les positions du pluralisme juridique en reconnaissant la coexistence entre les normes du droit étatique et les normes du droit coutumier des peuples de cette région multinationale et multiconfessionnelle.

  • 7 M. Kovalevsky, « Sovremennye obychai i drevnij zakon : Obychnoe pravo osetin v istoriko-sravnitel’ (...)
  • 8   M. Kovalevsky, Pervobytnoe pravo (Le droit primitif), Fasc. 1-2, Moscou, 1886. Rodovoj byt v nast (...)

11C’est en tant que chercheur dans le domaine du droit coutumier caucasien que débuta Maxime Kovalevsky dont la renommée mondiale ne saurait être artificiellement exagérée. Rappelons que c’est pour lire en langue originale l’ouvrage de Kovalevsky L’agriculture communautaire, son évolution et les conséquences de sa dégradation que Karl Marx devait commencer à étudier la langue russe et qu’il prit sur cet ouvrage des notes détaillées. Chercheur « à profil large » – juriste, sociologue, politologue, ethnographe – Kovalevsky recherchait dans le droit coutumier la genèse des formes du droit contemporain afin d’expliquer le mécanisme de la formation et de l’évolution des normes juridiques. De même, l’organisation communautaire (la fameuse obchtchina) était pour lui un prototype des futures institutions démocratiques. A l’instar de Franz Boas et de Bronislaw Malinovski, et même avant eux, il entreprit des recherches de terrain dans les montagnes caucasiennes, mettant l’accent sur les rapports sociaux et les rapports de propriété chez les Ossètes. Les résultats de ses recherches, publiés en 1886, le propulsèrent au rang des juristes-anthropologues renommés7. Ces recherches lui permettaient également de soulever les problèmes théoriques de la formation du droit en tant que partie intégrante de la vie sociale et de l’existence de l’homme en tant qu’être conscient8.

  • 9 N. Ziber, « Eshche o bratstvakh » (Encore une fois sur les fratries) Slovo, 1881, n° 1.
  • 10 Voirsurtout A. Stronin, Istorija obshchestvennosti, Glava « Patriarkhal’noe pravo »(Histoire de la (...)

12Notons qu’à la frontière des XIXe et XXe siècles, l’anthropologie juridique russe (dont l’appellation actuelle n’existait pas encore) se développait essentiellement dans le domaine de la sociologie du droit. On peut citer à cet égard les études du marxiste N. Ziber sur le phénomène des fratries en tant qu’institutions de socialisation de la population adulte. C’est à lui qu’appartient la dénomination de la fratrie en tant que « lignée fictive » qui se substitue aux formes naturelles de la parenté et élabore ses propres normes9. L’interprétation sociologique des phénomènes du droit marque les œuvres de A. Stronine et de C.Takhtariov10. Ce sont ces marxistes primaires qui enrichissent la théorie de l’anthropologie du droit notamment en distinguant « l’homme communautaire » et « l’homme étatique ». Leurs conclusions sont d’ailleurs beaucoup plus nuancées que celles de Marx et Engels.

  • 11 M. Kulicher, « Bor’ba za sushchestvovanie i politicheskij stroj » (La lutte pour l’existence et l’ (...)
  • 12 D. Meyer, Russkoe grazhdanskoe pravo (Droit civil russe), Saint-Petersbourg, 1861.
  • 13 A. Pavlov, Pervonachal’nyj slavjansko-russkij Nomokanon (Le Nomocanon primaire du monde slavo-russ (...)
  • 14 S. Kotliarevskij, Pravo i vlast’ (Droit et pouvoir), Moscou.1915.

13Par ailleurs les problèmes de la genèse des normes juridiques et de leur évolution sont traités à travers les systèmes d’interdictions et de permissions. On citera à cet égard avant tout les noms de M. Koulicher et de A. Efimenko11. Les chercheurs de cette école fondaient leurs théories non seulement sur la base des sociétés anciennes ou des sociétés dites exotiques, mais aussi et avant tout sur les données des sociétés modernes, russe notamment, même si D. Meyer recherchait les racines des conceptions juridiques des peuples slaves dans leurs coutumes12, tandis que A. Pavlov croyait que le droit russe était issu d’un amalgame entre les coutumes populaires et les traditions du droit gréco-latin venu de Byzance13. Les conceptions du « droit-pouvoir » comme produit de la lutte des divers groupes (groupes fondés sur le sexe, l’âge ou le patrimoine) pour la domination de l’ensemble de la société sont marqués par une influence marxiste croissante. Le thème « droit et pouvoir » devient le sujet à la mode14.

  • 15 L. Petrazhitskij, Teorija prava i gosudarstvennosti v svjazi s teoriej nravstvennosti (Théorie du (...)

14Le courant sociologique imprègne fortement l’œuvre de Léon Petrażycki, juriste appartenant aux deux cultures russe et polonaise. Selon lui, le droit est présent non seulement là où il est fixé par la jurisprudence, mais aussi partout où existent des rapports personnels et des rapports de domination et de sujétion. A la différence de Kelsen, il n’élimine pas la morale du domaine du droit. Enfin il accepte l’idée du pluralisme juridique15.

  • 16 P. Sorokin, Prestuplenie i kara, podvig i nagrada. Sociologicheskij etjud ob osnovnykh formakh obs (...)
  • 17 P. Sorokin, Elementarnyj uchebnik obshchej teorii prava v svazi s teoriej gosudarstva (Manuel élém (...)

15L’éminent sociologue Pitirim Sorokine n’était pas un sociologue pur. Juriste de par sa formation universitaire, il eut le temps, avant d’être exilé à l’étranger par les bolchéviks, de publier un livre qui peut être qualifié d’ouvrage d’anthropologie du droit puisqu’il traite des problèmes – si chers à l’esprit russe – du crime et du châtiment, en analysant au premier chef l’image du « criminel » dans l’esprit humain. Il est assez symbolique que ce livre ait été préfacé par Kovalevsky, préface qui fut en quelque sorte à la fois le testament du grand maître et l’encouragement d’un jeune talent16. Cet ouvrage encourut d’ailleurs les foudres de Lénine qui y voyait une dérive anti-marxiste et anti-humaniste tout court. Un autre ouvrage du même auteur, qui est en réalité un manifeste de la conception anthropologique du droit, analyse dans ce que l’auteur appelle un « manuel élémentaire » toutes les formes de manifestation sociale du droit : le droit en tant que règles du comportement ; le droit en tant que règles et normes se transformant dans les mentalités individuelles en convictions juridiques ; le droit enfin en tant que réalisation des ces convictions dans les sources du droit et dans les diverses institutions de l’organisation politique de la société17.

16La tentation est grande de poursuivre l’analyse de la science juridique russe avant la révolution 1917 car l’on peut trouver, dans les écrits d’auteurs comme Cherchénévitch, Mouromtsev, Novgorodtsev ou d’autres encore, de véritables trésors de conceptions théoriques originales, des idées brillantes capables même – et surtout – aujourd’hui d’enrichir la science de l’anthropologie juridique par des approches non explorées.

17Mais avant de refermer cette page, observons rapidement l’éducation universitaire. Selon la Charte universitaire de 1863, les sept chaires obligatoires des facultés de droit devaient comprendre une chaire de science juridique populaire (obshchenarodnoje pravovedenije) qui enseignait aussi le droit coutumier. La Charte de 1884 devait introduire deux nouvelles chaires, la chaire d’histoire du droit russe et la chaire des droits locaux, ce qui donnait la possibilité aux universitaires progressistes de faire des cours de droit coutumier, de droit des peuples de l’Empire russe.

  • 18 Voir à cepropos B. Putilov, « Lev Tolstoj i Miklukho-Maklaj »(Léon Tolstoï et Mikloukho-Maklay), D (...)
  • 19 Voir N. Miklukho-Maklay, Sobranie sochinenij v 5 tomakh (Œuvres complètes en 5 volumes), Moscou-Lé (...)

18Cet historique ne serait pas complet si nous n’évoquions pas un personnage à part qui ne s’inscrit ni dans le domaine de la science académique, ni dans l’enseignement universitaire. Il s’agit de Nikolaï Mikloukho-Maklay (1846-1888) qui, après des études de médecine aux Universités de Leipzig et de Iéna, parcourut mers et océans avec des expéditions scientifiques pour obtenir enfin de la Société géographique russe le soutien de son programme d’études géophysiques, zoologiques, botaniques, anthropologiques et ethnographiques. Ce programme portait sur la région la moins étudiée à l’époque, le littoral de la Nouvelle Guinée dont une partie porte désormais son nom. Son objectif était de prouver que l’humanité représente, quelles que soient les différences raciales, un genre unique et universel et que l’état primitif de certaines sociétés n’est, à une approche plus attentive, ni si simple ni si misérable que l’imaginent les voyageurs européens de passage. Tout cela des décennies avant Race et histoire et La pensée sauvage de Claude Lévi-Strauss. Disciple de Léon Tolstoï18, Mikloukho-Maklay rêvait aussi de créer sur les îles du Pacifique une commune libre russe, ce qui donna d’ailleurs prétexte aux Britanniques avec lesquels il entrait souvent en conflit lorsqu’il défendait les droits des aborigènes (« les aborigènes ne comprennent guère le divorce avec la terre ») de l’accuser d’être  un espion russe recherchant une baie pour une base maritime russe ! L’idée force de Mikloukho-Maklay était la transformation du monde à travers la transformation de l’homme. Comprendre l’homme dans son état dit primitif signifiait pour lui comprendre les racines du Bien et du Mal dans sa nature. Il était également partisan d’un « droit minimal » dans une société humaine. Paradoxalement, ses œuvres ne devaient être publiées qu’à l’époque soviétique trente-cinq années après sa disparition19. Ce fut le pouvoir soviétique qui favorisa la mise en valeur des idées de ce grand humaniste.

La période soviétique (1917-1991)

19Le nouveau pouvoir fut moins tendre avec les anthropologues vivants. Certes ni l’anthropologie ni l’ethnographie, à la différence de la sociologie ou de la science politique, ne furent chassées. De plus, les centres traditionnels de recherche dans ces domaines furent soigneusement préservés, car la politique nationale léniniste-staliniste prévoyait la formation des cadres nationaux, de même que l’étude du patrimoine culturel des peuples de l’Etat multinational. Un progrès impressionnant doit être constaté dans les efforts qui furent entrepris dans cette direction. « Seules » n’étaient pas « encouragées » les études positives du droit coutumier, des droits de la personne, c’est-à-dire de tout ce qui constitue le véritable noyau de l’anthropologie juridique. Dans une société construisant « un avenir radieux » il n’y avait de place que pour un seul droit, le droit de classe. Son unique générateur était l’Etat, le reste n’étant que des « vestiges du passé » qui devaient être éradiqués. La vie de la société est contrôlée par les normes de droit, l’individu n’a rien à voir avec la création de ces normes, affirmait Vychinsky. Naturellement le besoin social de développer l’anthropologie juridique n’était plus présent. La conséquence en fut que l’anthropologie juridique trouva refuge au sein de l’anthropologie et de l’ethnographie.

  • 20   Pour un regard «extérieur» sur cette période, voir Ernest Gellner (ed.) Soviet and Western Anthro (...)

20L’évolution de l’anthropologie et de l’ethnographie présente cependant un grand intérêt à la période soviétique en raison du fait que, prises dans un étau idéologique, ces sciences n’ont pas pour autant renoncé à un niveau élevé de recherches scientifiques. Les traditions de l’approche pluridisciplinaire ont été maintenues et le système conceptuel (malgré son caractère inévitablement marxisant et peut-être grâce à lui) a été élaboré avec une étonnante rigueur académique, aujourd’hui enviable20. Un énorme patrimoine empirique a été accumulé par de grands centres de recherche, notamment grâce à des expéditions menées aux quatre coins du monde. Les périodiques scientifiques, notamment la célèbre Sovetskaja Etnografija, avaient des milliers des lecteurs. Les professeurs de droit, et surtout les spécialistes d’histoire du droit, utilisaient souvent, je dois l’avouer, les acquis du travail minutieux de leurs confrères anthropologues et ethnographes.

  • 21 V. Bogoraz, Маtеrialy po izucheniju chukotskogo jazyka i fol’klora, sobrannye v Kolymskom okruge ( (...)
  • 22 Bogoraz V. « The Chukchi of Northeastern Asia », The American Anthropologist, 1902, n°3, p. 80-108  (...)
  • 23   Voir la contribution de V. Bogoraz à l’étude suivante « The Chukche. Jesup North Pacific Expediti (...)

21La personnalité la plus brillante de cette période transitoire entre l’ancien et le nouveau régime fut Vladimir Bogoraz (1865-1936). Jeune étudiant de vingt ans, il avait été arrêté pour propagande d’idées « subversives » et exilé en 1886 en Yakoutie, puis en Kolyma aux confins de l’Alaska, où il devait découvrir son talent d’anthropologue et d’écrivain. Ses premières recherches sur la langue et le folklore du peuple tchouktche21 attirèrent l’attention des chercheurs et furent rapidement traduites en langues étrangères22. En 1901-1902, il participa à l’expédition de Jesup dans le Pacifique Nord organisée par Franz Boas, projet de recherche d’envergure sur les peuples du Nord23. Fait remarquable, en plus d’une collection de cinq mille objets de la vie quotidienne des tchouktches, Bogoraz enregistra, grâce à un appareil d’enregistrement de l’époque (très encombrant car très pesant), plus de quatre cent cinquante mythes, chants et formules magiques chamaniques. Les recherches de Bogoraz suivaient trois directions : le fonctionnement de l’organisation sociale des tchouktches, leur rites et leur mythologie, les propriétés médicales du chamanisme. Sa renommée internationale ne l’empêcha pas, à son retour à Saint-Petersbourg, de se replonger dans ses activités révolutionnaires. Arrêté en 1905, il fut exilé en Finlande d’où il se rendit clandestinement à la capitale. Sa sédentarisation forcée devait lui permettre d’écrire des ouvrages scientifiques sur les peuples du Nord, qui furent publiés avec la complicité de ses collègues dans la « Revue ethnographique » et à l’étranger.

  • 24 Notonsl’ouvragenovateur : V. Bogoraz, Rasprostranenie kul’tury na zemle. Osnovy etnogeografii (La (...)

22Malgré son opposition aux bolchéviks et aux idées du « matérialisme historique », Bogoraz fut nommé professeur à l’Université de Petrograd, puis conservateur du Musée d’anthropologie et d’ethnographie avant de fonder en 1925 le célèbre Institut des Peuples du Nord. Il passa le reste de sa vie tumultueuse dans de nombreuses expéditions et participa à la création des multiples « centres de la culture » des peuples indigènes et même des premières coopératives agricoles qui n’avaient rien de commun avec des futurs kolkhoses. Il devait encore publier des manuels, des vocabulaires, des anthologies historiques et des ouvrages scientifiques originaux24.

  • 25   Indiquons pour donner une impression de la thématique des recherches à cette époque : А. Anisimov (...)

23La période des années 1920 et 1930 est intéressante en ce que, malgré le dogmatisme imposé aux sciences sociales, les meilleurs représentants des sciences humaines ne délaissèrent pas la problématique de la « juridicisation » de la stratification sociale, mais ils furent bien souvent obligés de se réfugier dans l’histoire ancienne, préétatique. C’est à cette période qu’apparaissent les recherches pluridisciplinaires, car les études entreprises dépassent les limites d’une seule discipline25. Cela n’empêche d’ailleurs pas ces ouvrages de consacrer une large part à l’examen des phénomènes juridiques.

  • 26   N’ayant pas de possibilité de mentionner ces ouvrages, nous renvoyоns le lecteur curieux aux recu (...)
  • 27 Pour un résultatdecetteapprochevoir : Tradicionnaja normativnaja kul’tura, organizacija vlasti i e (...)
  • 28 P. Efimenko, Pervobytnoe obshchestvo : ocherki po istorii paleoliticheskogo vremeni (La société pr (...)
  • 29 Ju. Bromlej, Novoe v izuchenii pervobytnogo obshchestva (Nouveaux aspects de l’étude de la société (...)

24L’époque du « dégel » voit réapparaître les recherches sur le droit coutumier et l’ethnographie normative, sans oublier le véritable essor d’ouvrages fondamentaux d’ethnologie et d’anthropologie appuyés sur une base empirique solide, y compris des données relatives au droit26. La théorie du droit réagit à son tour aux récentes découvertes des ethnographes, des archéologues et des historiens27. La réhabilitation de la sociologie a pour conséquence le renforcement de la tendance dite sociologique dans la science juridique soviétique. La traduction en 1986 de l’ouvrage de Jean Carbonnier Sociologie juridique – publié avec une préface de Vladimir Toumanov – en est la preuve. En même temps l’on assiste à une profonde révision des concepts et des idées toutes faites héritées de la période stalinienne. On prendra à cet égard pour exemple la discussion très intense menée dans les années 1960 et 1970 sur l’anthropogenèse et la sociogenèse. On ne saurait éviter de traiter ces problèmes lors de l’examen de la « normativité » au sein d’une communauté humaine primaire dans laquelle cette normativité joue un rôle d’auto-régulation élémentaire. Les découvertes des archéologues et des anthropologues permettent maintenant de rallonger l’histoire de l’humanité de deux à quatre millions d’années, ce qui oblige inévitablement à revoir nos idées sur la sociogenèse. Il est prouvé, par exemple, que l’homme de Néandertal pratiquait déjà la chasse, construisait des abris, pratiquait la magie des chasseurs et pressentait donc le mode de vie de l’homo sapiens. L’archéologue et anthropologue P. Efimenko affirme que « les communautés primitives de néandertaliens, malgré leur repli sur elles-mêmes (endogamie), constituaient des prototypes directs et même un simulacre de communautés familiales »28. Il faut donc rechercher les sources de l’organisation sociale à l’époque paléolithique. « S’il en est ainsi », conclut l’académicien Y. Bromleï, « les relations de parenté remontent à l’époque antérieure à l’apparition de l’homo sapiens et le moment crucial de la sociogenèse précède celui de l’anthropogenèse »29. Corrigeant de la sorte le postulat marxiste (F. Engels) selon lequel « le travail créa l’homme », les chercheurs soviétiques de l’époque concluent que c’est l’organisation sociale primitive et les premiers tabous et interdits qui ont favorisé l’accélération de la formation de l’homo sapiens.

  • 30 Voirnotamment : N. Butinov, Social’naja organizacija polinezijtsev (L’organisation sociale des Pol (...)
  • 31   Pour un résumé des discussions de l’époque sur les problèmes des sociétés primitives voir l’ouvra (...)

25Par ailleurs la conception classique de la parenté inaugurée par L. H. Morgan et fondée sur l’analyse d’une famille « punaluenne » en Polynésie est remise en cause30. Il en va de même du rapport direct entre parenté patrilinéaire et propriété privée en tant que résultat de cette évolution. En effet les aborigènes australiens ne connaissaient pas la propriété privée malgré leur système de parenté patrilinéaire, tandis que plusieurs tribus africaines connaissaient la propriété privée tout en restant dans un système matrilinéaire (les Achanti par exemple). En bref, l’histoire de l’humanité au moment de l’émergence de la normativité se présente de façon moins « chrestomatique », moins simpliste et pose des problèmes nouveaux aux historiens du droit et aux anthropologues31.

  • 32   Parmi les centaines d’ouvrages de ce « boom » théorique mentionnons Problemy etnografii i antropo (...)

26L’un de ces problèmes nouveaux, dont la solution nécessite la prise en compte au niveau théorique des données récentes de l’ethnologie, de l’histoire, de l’archéologie et de l’étude du folklore, est le problème de l’émergence des normes de droit à partir des normes primaires non seulement dans les sociétés primitives, mais également de nos jours. Les séminaires et colloques de spécialistes de sciences humaines se succèdent et donnent naissance (à l’instar des sciences exactes) à de nouvelles branches de recherche, telles que l’ethnosociologie, l’ethnographie « potestaire » et politique. On voit enfin l’application assez timide d’une science qui, à un examen rapproché, n’est autre que l’anthropologie juridique32.

  • 33 Voir à cepropos L. Kubbel’, « Iz istorii drevnego Mali » (De l’histoire du Mali ancien), Trudy Ins (...)
  • 34 N. Andreev, « O kharaktere social’nyh svjazej v epokhu perekhoda ot pervobytno-obshchinnogo stroja (...)
  • 35   Voir « la bible » des structuralistes : V. Propp, Istoricheskie korni volshebnoj skazki (Les sour (...)

27L’école d’ethnographie potestaire (du mot latin potestas, pouvoir) et politique de L. Koubbel est en réalité une branche de l’anthropologie juridique au sens moderne de cette discipline. Cette école soutient que, dès les sociétés primitives, les relations parentales sont contrecarrées par des relations d’autre genre – des rapports sociaux dépassant les limites des familles et des lignages. Même si les relations parentales prédominent et sont consacrées par les coutumes, les rites et la mythologie, l’étude de l’organisation totémique, par exemple, fait découvrir d’autres formes d’organisation du travail et de la vie sociale en dehors des relations de parenté. « Les classes d’âge » attirent l’attention particulière des chercheurs : conçue comme une forme autonome d’organisation sociale, l’organisation en fonction de l’âge et du genre s’affirme en tant qu’organisation fonctionnelle et corporatiste33. Ces groupes d’âge et de sexe sont considérés comme des institutions de socialisation de la jeune génération, comme le cadre des activités de travail, religieuses ou militaires. Comme le souligne N. Andréev, le critère d’âge de consolidation de la population existant « à côté » des critères des relations parentales, devient le cadre de la formation des institutions sociales spécifiques élaborant les normes de conduite propres de leurs membres34. Les recherches dans ce domaine raniment l’intérêt pour les écrits des auteurs ayant étudié en leur temps le phénomène des maisons (unions) d’hommes et de femmes35. Ce sont ces unions qui sont interprétées comme détenteurs des contre-pouvoirs d’une tribu et comme sources alternatives des normes nouvelles.

  • 36   M. Kosven, « Pervobytnaja vlast’ » (Le pouvoir primitif), Revoljucija prava (La révolution du dro (...)
  • 37   Je cite sur ce sujet une bibliographie russe abondante dans mon ouvrage Antropologija prava (Anth (...)

28Les études des contre-pouvoirs ont également une longue tradition dans les sciences humaines. Même si le terme « chefferie » (vozhdestva) était utilisé par les historiens ou les ethnographes comme étant « leur » concept de travail propre, il faut souligner que les juristes n’étaient pas étrangers à ce terme36. Les recherches dans ce domaine ont une valeur inestimable pour l’anthropologie juridique, qui essaie de trouver les sources de l’émergence du droit non seulement au sein des institutions étatiques, mais aussi dans le cadre des « contre-pouvoirs »37.

29Les exemples cités montrent bien que les meilleurs représentants des sciences sociales en Union Soviétique n’ont pas sombré dans le dogmatisme excessif imposé par l’idéologie dominante. L’essor de l’anthropologie juridique dans les années 1990 devait se produire sur un terrain bien préparé.

La période post-soviétique

30Les années 1990 marquent un grand tournant dans l’évolution des sciences sociales. En ce qui concerne « l’anthropologie du droit » ou « anthropologie juridique », elle devient une discipline de recherche scientifique et d’enseignement à part entière, une branche de la science au carrefour de la science juridique, de l’ethnologie, de l’histoire et de l’anthropologie.

  • 38 Obychnoe pravo i pravovoj pljuralizm. Materialy XI-go Mezhdunarodnogo kongressa po obychnomu pravu (...)
  • 39   Voir notamment les Actes d’une conférence tenue en juin 1996 sur la méthodologie de l’anthropolog (...)

31La ligne de partage entre l’ethnologie juridique et l’anthropologie juridique proprement dite n’est pourtant pas encore tracée. La raison de cette situation est plutôt d’ordre organisationnel que d’ordre conceptuel. A l’instar de la « percée » de la science politique institutionnalisée en 1979 grâce à la tenue à Moscou du Congrès Mondial de l’Association Internationale de Science Politique sous les auspices de l’Institut de l’Etat et du Droit de l’Académie des Sciences de Russie, la consécration de l’anthropologie juridique se produit essentiellement grâce à l’organisation en août 1997, par l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie, du XIe Congrès international de droit coutumier et de pluralisme juridique de l’Union internationale des sciences anthropologiques et ethnologiques38. Des conférences et des séminaires sur la problématique de l’anthropologie juridique avaient été organisés bien avant le Congrès39, mais c’est ce dernier qui constitue la première rencontre d’envergure entre spécialistes russes et étrangers et stimule le développement de cette science sur une base maintenant « légitime ».

32Un autre grand événement tant du point de vue scientifique que du point de vue organisationnel est la tenue de la première Ecole d’été d’anthropologie juridique à Zvénigorod près de Moscou en mai 1999. Les participants à cette Ecole d’été sont des professeurs, des chercheurs, des étudiants et des représentants d’organisations non gouvernementales de toute la Russie, notamment des régions du Caucase et de la Sibérie.

33Selon ses organisateurs, cette école d’été poursuivait plusieurs objectifs :

34apprentissage des connaissances et des technologies de transmission de ces connaissances afin d’assurer une application plus efficace des normes du droit international de la législation en vigueur, des acquis de l’anthropologie juridique tant dans le domaine de la protection des droits des peuples autochtones (y compris le droit à l’exploitation de leurs terres, le droit aux ressources naturelles et à un développement stable) que dans le domaine de la préservation du droit coutumier là où cela est jugé nécessaire par ces peuples ;

35analyse des changements en cours dans les systèmes du droit coutumier, des formes d’interaction du droit positif et du droit coutumier ;

36apprentissage des méthodes de modification des systèmes juridiques nationaux afin d’assurer une prise en compte plus efficace des traditions populaires et du droit coutumier ;

  • 40 N. Novikova, « Letnjaja shkola po juridicheskoj antropologii v Zvenigorode » (L’Ecole d’étéd’anthr (...)

37discussion des perspectives des recherches académiques sur le pluralisme juridique et le droit coutumier compte tenu de leur importance sociale à long terme40.

  • 41   On mentionnera ici quelques-uns des rapports présentés à l’Ecole d’été de 1999 : « La communicati (...)

38L’Ecole d’été de 1999 et les écoles organisées au cours des années suivantes montrent la multitude thématique de recherches dans ce domaine41, le sérieux et le bien-fondé de ces recherches et – fait à souligner – la création de plusieurs centres régionaux des recherches en anthropologie juridique.

  • 42 Zakon i zhizn’. Juridicheskaja antropologija  (La loi et la vie. Anthropologie juridique), Moscou, (...)
  • 43 Pour un témoignagedecettetendance : Chelovek i obshchestvo na Severnom Kavkaze : problemy pravovog (...)

39L’Ecole de 2000 a eu pour thème un peu provocateur « la loi et la vie »42. Consacrée essentiellement à l’étude de la théorie et de la pratique du pluralisme juridique dans le Caucase et en Asie Centrale, elle a démontré que le nombre des adeptes du pluralisme juridique est plus grand que l’on n’imaginait43.

  • 44 Obychaj i zakon. Issledovanija po juridicheskoj antropologii (La coutumeetla loi. Etudesd’anthropo (...)
  • 45 Voirparexemple : V. Bobrovnikov, « Teorija i praktika pravovogo pljuralizma dlja Severnogo Kavkaza(...)

40Les Ecoles d’été suivantes sont organisées sous les auspices de l’Association des peuples du Nord et de l’Institut des peuples du Nord à Saint-Petersbourg44. Le problème crucial débattu lors de ces écoles est la protection des peuples indigènes de Sibérie face à l’exploitation de plus en plus agressive des ressources pétrolières et du gaz dans la région, phénomène qui met ainsi en péril, de l’avis des participants venus de la région, non seulement l’économie traditionnelle mais aussi un mode de vie l’une et l’autre assez bien protégés à l’époque soviétique. Cela démontre que l’anthropologie juridique russe est dominée aujourd’hui par une approche réaliste et cherche des réponses aux problèmes urgents de la société, d’où son caractère inévitablement pragmatique45.

41Cette tendance a été renforcée par la création en décembre 1999 du Centre de protection des droits des peuples indigènes Rodnik (La Source), auquel coopèrent des juristes, des écologistes et des représentants des associations des peuples du Nord. Le Centre met en œuvre un vaste programme d’éducation juridique des militants des ONG, de publication de manuels pratiques, d’expéditions sur le terrain, de monitoring des procédures judiciaires dans lesquelles les représentants des peuples indigènes sont partie civile, d’initiation de poursuites pénales contre les compagnies industrielles violant la législation sur la protection de l’environnement. On voit là une preuve de plus que l’anthropologie juridique peut être une science militante. On peut se souvenir à cet égard des idées et des traditions militantes des narodniki (populistes) russes du XIXe siècle qui animaient l’œuvre de Maxime Kovalevsky, de Vladimir Bogoraz ou de Nikolaï Mikloukho-Maklaï. Le cercle du temps se répète.

  • 46 Voir : N. Kotchatova, Rozhdenie afrikanskoj civilizacii (La naissance de la civilisation africaine (...)

42Cela ne signifie pas que les recherches fondamentales sont abandonnées. De nombreux ouvrages sont publiés sur les problèmes des sources du droit et sur les civilisations comme source principale du droit. L’idée défendue par les chercheurs en théorie du droit selon laquelle le droit constitue une émanation d’une civilisation spécifique vise à détruire le postulat marxiste (et celui du positivisme agressif, ajoutons-le) qui attribue au seul Etat le rôle de générateur du Droit46.

  • 47 Zhurnal sociologii i social’noj antropologii (Revue de sociologie et d’anthropologie sociale).
  • 48   Cette revue publie les résumés de ses articles en anglais.
  • 49 Voir àtitred’exemple N. Aksenov, L. Svechnikova, « Teorija obychnogo prava v etnologicheskikh, teo (...)
  • 50 I. Lomakina, « Voprosy metodologii vkljuchenija tradicionnykh institutov v sistemu prava : pljural (...)

43Une tendance « sociologique » s’est formée autour de la Revue de sociologie et d’anthropologie sociale publiée depuis 1998 à Saint-Petersbourg47 par la Société sociologique Kovalevsky48. Plusieurs autres revues ont ouvert des rubriques Anthropologie du droit à l’image de la revue Droit et politique qui abrite les auteurs issus de la science politique et du droit49. Même la revue Problèmes de l’économie contemporaine rend hommage à l’anthropologie juridique en publiant des articles concernant la jurisprudence en matière économique dans lesquels les auteurs tiennent compte des problèmes existant dans le domaine de l’exploitation des terres faisant partie des zones agricoles des peuples indigènes50.

  • 51   Unedesplusrécentesthèses : L. Svechnikova, Obychaj v prave narodov Severnogo Kavkaza v XIX v. (La (...)

44Quelques mots sur l’enseignement de l’anthropologie juridique. C’est depuis 1995 que l’Institut de l’Etat et du Droit de l’Académie des sciences de Russie a commencé à inclure l’anthropologie du droit dans son programme de formation des cadres. Cette discipline est désormais enseignée dans une vingtaine de facultés, notamment, pour des raisons évidentes, dans le Caucase et en Sibérie. Des thèses de doctorat sont soutenues dans le cadre de la spécialité « théorie et histoire du droit »51. Mon manuel déjà mentionné Anthropologie du droit a été approuvé par le ministère de l’Education et sera bientôt traduit en Ouzbékistan où il existe une école de droit comparé et d’anthropologie juridique dirigée par Akmal Saïdov. Inchallâh.

  • 52   Voir ma critique des interprétations du « pluralisme juridique » dans « Antropologija prava i pra (...)

45Des problèmes persistent cependant. L’un de ces problèmes est le manque de cohérence des notions, envers de la médaille par rapport à la rigueur académique de l’époque soviétique. Les notions de pluralisme juridique, de droit coutumier, de normativité sont exploitées de manière parfois trop légère52. Les traductions des auteurs étrangers (notamment Boas, Carbonnier, Malinovski, Mauss, Mead ou Rouland) servent à discipliner le penchant anarchique de l’esprit russe. On verra les résultats de cette acculturation intellectuelle au cours des prochaines années.

46Je suis reconnaissant à la Revue Droit et Cultures d’avoir ouvert ces pages à cette grande inconnue qu’était l’anthropologie juridique russe. L’Europe intellectuelle unie, sans frontières réelles et artificielles, reste à (re)construire. Mais comme dit le proverbe « petit à petit, l’oiseau fait son nid ».

Haut de page

Notes

1   A. Kovler, Istoricheskie formy demokratii (Les formes historiques de la démocratie), Moscou, 1990 ; Antropologija prava (Anthropologie du droit), Moscou, 2002.

2   P. Bonte & M. Isard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, 2000.

3   Voir notamment la publication par l’Université d’Odessa en 1882-1883 des coutumes caucasiennes sous la direction de F. Léontovitch citées par N. Chavrov, Russkaja kolonizacija na Kavkaze (La colonisation russe au Caucase), Saint Petersbourg, 1911. Voir aussi I. Fischer, Sibirskaja istorija ((Histoire sibérienne), Moscou, 1777 ; N. Yadrintsev, Sibirskie inorodtsy, ikh byt i sovremennoe polozhenie  (Les indigènes sibériens : leur vie quotidienne et leur situation actuelle), Saint-Petersbourg. 1891. Le lecteur trouvera des références plus abondantes dans mon livre Antropologija prava (Anthropologie du droit) Мoscou, 2002, Chapitre 2, §3. Juridicheskajya antropologija prava v Rossii (L’anthropologie juridique en Russie) p. 81-103.

4   Pour une analyse sommaire des dispositions de la Charte et d’autres documents concernant les peuples autochtones voir A. Kovler, « Les peuples autochtones en Russie : le droit à un statut juridique différent », in Le droit à la différence (sous la direction de N. Rouland), Aix-Marseille. 2002, p. 127-135. Voir aussi : E. Batyanova, E. Loukjantchenko, T. Kalabanov, “The Impact of Russian National Policies on the Indigenous Peoples of the North, Siberia and Far East from the 17th through the 20th Centuries”, The Small Indigenous Nations of Northern Russia. A Guide for Researchers, Moscow-Vaasa (Finland), 1999.

5 D. Samokvasov Sbornik obychnogo prava inorodtsev (Recueil du droit coutumier des indigènes sibériens), Varsovie, 1876 ; S. Chvetsov, Obychno-pravovye vozzrenija altajtsev (kalmykov) i kirghizov. Brachnye i semejnye otnoshenija (Les concepts juridiques coutumiers des peuples de l’Altaï (Kalmouks) et des Kirghises. Les relations de mariage et de famille), Omsk, 1898 ; L. Shrenk, Ob inorodtsakh Amurskogo kraja (Sur les indigènes du fleuve Amour), volume 1-3, Saint-Petersbourg, 1883-1903.

6   Voir L. Kostenko, Srednjaja Azija i vodvorenie v nej russkoj gosudartsvennosti (L’Asie Centrale et l’installation de l’étatisme russe), Saint-Petersbourg. 1870 ; E. Markov, Rossija v Srednej Azii (La Russie en Asie Centrale), Saint Petersbourg, 1901 ; N. Оstrooumov, K istorii narodnogo obrazovanija v Turkestanskom kraie (Sur l’histoire de l’éducation populaire dans le Turkestan), Tachkent, 1891.

7 M. Kovalevsky, « Sovremennye obychai i drevnij zakon : Obychnoe pravo osetin v istoriko-sravnitel’nom osveshchenii »(Coutumes contemporaines et loi ancienne : le droit coutumier des Ossètes à la lumière de la comparaison historique) ; Zakon i obychaj na Kavkaze (Loi et coutume au Caucase), tomes1-2, Moscou, 1890.

8   M. Kovalevsky, Pervobytnoe pravo (Le droit primitif), Fasc. 1-2, Moscou, 1886. Rodovoj byt v nastojashchem, nedavnem i otdalennom proshlom : opyt v oblasti etnografii i istorii prava (Le mode de vie communautaire dans son présent et son passé proche et lointain : étude ethnographique et historique), Saint-Petersbourg, 1905.

9 N. Ziber, « Eshche o bratstvakh » (Encore une fois sur les fratries) Slovo, 1881, n° 1.

10 Voirsurtout A. Stronin, Istorija obshchestvennosti, Glava « Patriarkhal’noe pravo »(Histoire de la société. Chapitre « Droit patriarcal »), Saint-Petersbourg, 1885.

11 M. Kulicher, « Bor’ba za sushchestvovanie i politicheskij stroj » (La lutte pour l’existence et l’ordre politique), Slovo, 1878, n° 9-10 ; A. Efimenko, Issledovanija narodnoj zhizni (Etudes de la vie populaire), fascicule 1, Moscou, 1884.

12 D. Meyer, Russkoe grazhdanskoe pravo (Droit civil russe), Saint-Petersbourg, 1861.

13 A. Pavlov, Pervonachal’nyj slavjansko-russkij Nomokanon (Le Nomocanon primaire du monde slavo-russe), Kazan, 1869.

14 S. Kotliarevskij, Pravo i vlast’ (Droit et pouvoir), Moscou.1915.

15 L. Petrazhitskij, Teorija prava i gosudarstvennosti v svjazi s teoriej nravstvennosti (Théorie du droit et de l’Etat en rapport avec la théorie de la morale), Saint-Petersbourg, 1910.

16 P. Sorokin, Prestuplenie i kara, podvig i nagrada. Sociologicheskij etjud ob osnovnykh formakh obshchestvennogo povedenija i morali (Crime et châtiment, exploit et récompense. Etude sociologique sur les formes essentielles du comportement social et de la morale), Saint-Petersbourg, 1914.

17 P. Sorokin, Elementarnyj uchebnik obshchej teorii prava v svazi s teoriej gosudarstva (Manuel élémentaire de théorie du droit en rapport avec la théorie de l’Etat), Yaroslavl., 1919.

18 Voir à cepropos B. Putilov, « Lev Tolstoj i Miklukho-Maklaj »(Léon Tolstoï et Mikloukho-Maklay), Dal’nij Vostok,, 1978, n° 1.

19 Voir N. Miklukho-Maklay, Sobranie sochinenij v 5 tomakh (Œuvres complètes en 5 volumes), Moscou-Léningrad, 1950-1954.

20   Pour un regard «extérieur» sur cette période, voir Ernest Gellner (ed.) Soviet and Western Anthropology, L-N.Y. 1970 ; idem. State and Society in Soviet Thought, L., 1990 ; idem. Anthropology and Politics. Ch. X. A Marxist Might-Have-Been, L., 1995.

21 V. Bogoraz, Маtеrialy po izucheniju chukotskogo jazyka i fol’klora, sobrannye v Kolymskom okruge (Matériaux pour l’étude de la langue et du folklore tchouktché recueillis dans le district de Kolyma), Saint-Petersbourg., 1900.

22 Bogoraz V. « The Chukchi of Northeastern Asia », The American Anthropologist, 1902, n°3, p. 80-108 ; idem. « Les idées religieuses des Tchouktchis », Société d’Anthropologie de Paris. Bulletin et Mémoires, 1904, n° 5.

23   Voir la contribution de V. Bogoraz à l’étude suivante « The Chukche. Jesup North Pacific Expedition. Memoir 7 », American Museum of Natural History. N.Y., 1910 ; « Chukche Mythology, Memoir 8 », N.Y. 1913 ; The Eskimo of Siberia, N.Y., 1917.

24 Notonsl’ouvragenovateur : V. Bogoraz, Rasprostranenie kul’tury na zemle. Osnovy etnogeografii (La propagation de la culture sur la Terre : Les fondements de l’ethnogéographie), Moscou, 1928.

25   Indiquons pour donner une impression de la thématique des recherches à cette époque : А. Anisimov, Rodovoe obshchestvo evenkov (tunguzov) (La société clanique des évenki (toungouz)),Moscou, 1936 ; M. Kosven, Prestuplenie i nakazanie v dogosudartsvennom obshchestve (Crimeetchâtimentdans la société préétatique), Moscou-Léningrad. 1925 ; P. Kouchner, Ocherk razvitija obshchestvennykh form (Aperçu de l’évolution des formes d’organisation sociale), Moscou, 1924 ; K. Takhtarev, Sravnitel’naja istorija chelovechestva i obshchestvennykh form (Histoire comparée de l’humanité et des formes de l’organisation sociale), Leningrad, 1924.

26   N’ayant pas de possibilité de mentionner ces ouvrages, nous renvoyоns le lecteur curieux aux recueils bibliographiques comme Obychnoe pravo narodov Rossii. Bibliograficheskij ukazatel’ 1890-1998 (Le droit coutumier des peuples de Russie. Guide bibliographique 1890-1998), Moscou, 1998.

27 Pour un résultatdecetteapprochevoir : Tradicionnaja normativnaja kul’tura, organizacija vlasti i ekonomika narodov Severnoj Evrazii i Dal’nego Vostoka (Culture normative traditionnelle, organisation du pouvoir et économie des peuples de l’Euroasie du Nord et de l’Extrême-Orient), Moscou, 2000.

28 P. Efimenko, Pervobytnoe obshchestvo : ocherki po istorii paleoliticheskogo vremeni (La société primitive : essai sur l’histoire de l’époque paléolithique), Kiev, 1953, p. 304-305.

29 Ju. Bromlej, Novoe v izuchenii pervobytnogo obshchestva (Nouveaux aspects de l’étude de la société primitive), Moscou, 1975, p. 19.

30 Voirnotamment : N. Butinov, Social’naja organizacija polinezijtsev (L’organisation sociale des Polynésiens), Moscou, 1985.

31   Pour un résumé des discussions de l’époque sur les problèmes des sociétés primitives voir l’ouvrage collectif Problemy istorii dokapitalisticheskikh obshchestv (Problèmes de l’histoire des sociétés pré-capitalistes), Moscou, 1968. Voir aussi l’ouvrage académique fondamental en 3 volumes Istorija pervobytnogo obshchestva (Histoire de la société primitive), t.1-3, Moscou, 1983-1986.

32   Parmi les centaines d’ouvrages de ce « boom » théorique mentionnons Problemy etnografii i antropologii v svete nauchnogo nasledija F. Engel’sa (Problèmes de l’ethnographie et de l’anthropologie à la lumière de l’héritage scientifique de F.Engels), 1972 ; Obshchina i social’naja organizacija u narodov Vostochnoj i Jugo-Vostochnoj Azii (Communauté et organisation sociale des peuples de l’Asie de l’Est et du Sud-Est), Léningrad, 1967 ; Etnos v doklassovom i ranneklassovom obshchestve (L’ethnos dans la société sans classes et dans la société primitive de classes), Moscou, 1982 ; Ju. Arutiunyan, Etnosociologija. Tseli, metodyi nekotorye rezul’taty (L’ethnosociologie, ses objectifs, ses méthodes et ses premiers résultats), Moscou, 1984 ; Ju. Bromley, Sovremennye problemy etnografii : ocherki teorii i istorii (Les problèmes contemporains de l’ethnographie: précis de théorie et d’histoire), Moscou, 1981 ; L. Kubbel’, Ocherki potestarno-politicheskoj etnografii (Précis d’ethnographie potestaire et politique), Moscou, 1988.

33 Voir à cepropos L. Kubbel’, « Iz istorii drevnego Mali » (De l’histoire du Mali ancien), Trudy Instituta etnografii (Travaux de l’Institut d’ethnographie) t. 76, Moscou-Leningrad, 1973 ; K. Kalinovskaja, Vozrastnye gruppy narodov Vostochnoj Afriki. Struktura i funkcii (Les groupes d’âge des peuples de l’Afrique Orientale. Structure et fonctions), Moscou, 1976.

34 N. Andreev, « O kharaktere social’nyh svjazej v epokhu perekhoda ot pervobytno-obshchinnogo stroja k klassovomu obshchestvu » (Du caractère des liens sociaux à l’époque du passage de la structure communautaire primitive à la société de classes), Sovetskaja etnografija, 1971, n° 2.

35   Voir « la bible » des structuralistes : V. Propp, Istoricheskie korni volshebnoj skazki (Les sources historiques des contes de fées), Leningrad, 1946 ; Ju. Andreev, « Muzhskie sojuzy v poemakh Gomera »(Les unions masculines dans les poèmes d’Homère), Vestnik drevnej istorii (Le Messager de l’Histoire ancienne), 1964, n°4 ; M. Kosven, « Amazony : Istorija legendy » (Les amazones : histoire d’une légende), Sovetskaja etnografija, 1947, n° 2.

36   M. Kosven, « Pervobytnaja vlast’ » (Le pouvoir primitif), Revoljucija prava (La révolution du droit), 1929, n° 2.

37   Je cite sur ce sujet une bibliographie russe abondante dans mon ouvrage Antropologija prava (Anthropologie du droit), Moscou, 2002, Glava 4. Chelovek « obshchinnyj » i chelovek « gosudarstvennyj » (Chapitre 4: L’homme « communautaire » et l’homme « étatique »), p. 138-193.

38 Obychnoe pravo i pravovoj pljuralizm. Materialy XI-go Mezhdunarodnogo kongressa po obychnomu pravu i pravovomu pljuralizmu (Droitcoutumieretpluralismejuridique. Matériaux du XIe Congrès international sur le droit coutumier et le pluralisme juridique), Moscou, 1999.

39   Voir notamment les Actes d’une conférence tenue en juin 1996 sur la méthodologie de l’anthropologie juridique : Homo Juridicus, Moscou. 1997.

40 N. Novikova, « Letnjaja shkola po juridicheskoj antropologii v Zvenigorode » (L’Ecole d’étéd’anthropologie juridique à Zvenigorod), Gosudarstvo i Pravo, 1999, n°11 ; Chelovek i pravo. Kniga o letnej shkole po juridicheskoj antropologii (L’homme et le Droit. Livre de l’Ecole d’été en anthropologie juridique), Moscou, 1999.

41   On mentionnera ici quelques-uns des rapports présentés à l’Ecole d’été de 1999 : « La communication des cultures juridiques » (I. Kovaleva) ; « Une expérience d’interaction du droit traditionnel et du droit étatique » (L. Svetchnikova) ; « Le pluralisme juridique dans le contexte de la Russie » (S. Deker) ; « L’autogestion des peuples indigènes en Russie et l’expérience européenne » (S. Sokolovski) ; « Le droit oral du peuple Sakha : le droit de la parole prononcée » (E. Romanova) ; « L’Adat d’Etat au Daghestan soviétique » (V. Bobrovnikov) ; « Le contrat de mariage comme élément du droit coutumier des Russes » (A. Khrébtoukova) ; « Le positivisme dans l’anthropologie juridique » (K. Zabbarov).

42 Zakon i zhizn’. Juridicheskaja antropologija  (La loi et la vie. Anthropologie juridique), Moscou, 2000.

43 Pour un témoignagedecettetendance : Chelovek i obshchestvo na Severnom Kavkaze : problemy pravovogo bytija (L’homme et la société au Caucase du Nord : problèmes de la vie juridique), Stavropol, 2001.

44 Obychaj i zakon. Issledovanija po juridicheskoj antropologii (La coutumeetla loi. Etudesd’anthropologiejuridique), Moscou, 2002 ;Olen’ vsegda prav. Issledovanija po juridicheskoj antropologii (Le renne a toujours raison. Etudes d’anthropologie juridique. Moscou. 2003).

45 Voirparexemple : V. Bobrovnikov, « Teorija i praktika pravovogo pljuralizma dlja Severnogo Kavkaza XIX-XXvv » (Théorie et pratique du pluralisme juridique dans le Caucase du Nord aux XIXe et XXe siècles), Zakon i zhizn’, Moscou, 2000 ; G. Kuznetsova, « Sudebnaja zashchita prav korennykh narodov na tradicionnoe prirodopol’zovanie » (La protection judiciaire des droits des peuples indigènes à l’exploitation traditionnelle des ressources naturelles), Obychaj i zakon (La coutume et la loi), Moscou, 2002 ; D. Khorolja, « Osоkhrаnеniiirazvitii tradicionnyh otraslej khozjajstvovanija v uslovijakh intensivnogo promyshlennogo osvoenija » (De la protection et du développement des modes d’économie traditionnels dans les conditions d’une exploitation industrielle intense des ressources), Olen’ vsegda prav (Le renne a toujours raison), Moscou, 2003.

46 Voir : N. Kotchatova, Rozhdenie afrikanskoj civilizacii (La naissance de la civilisation africaine), Moscou, 1986 ; M. Supataev, Kul’turologija i pravo (Culturologieetdroit), Moscou, 1998 ;  A. Kovler, Antropologija prava (Anthropologie du droit), Moscou, 2002, Chast’ III. Pravo, kul’tura, civilizacija (Titre III. Droit, culture, civilisation).

47 Zhurnal sociologii i social’noj antropologii (Revue de sociologie et d’anthropologie sociale).

48   Cette revue publie les résumés de ses articles en anglais.

49 Voir àtitred’exemple N. Aksenov, L. Svechnikova, « Teorija obychnogo prava v etnologicheskikh, teoretiko-pravovykh i istoriko-pravovykh issledovanijakh » (La théorie du droit coutumier dans les recherches en ethnologie, en théorie du droit et en histoire du droit) Pravo i politika,  2002, n° 12) ; I. Lomakina, « Metodologicheskie aspekty obychnogo prava v svete klassicheskikh i neklassicheskikh paradigm (Aspects méthodologiques du droit coutumier à la lumière des paradigmes classiques et non-classiques) Pravo i politika, 2004, n° 12.

50 I. Lomakina, « Voprosy metodologii vkljuchenija tradicionnykh institutov v sistemu prava : pljuralisticheskij podkhod » (Les problèmes méthodologiques de l’utilisation des institutions traditionnelles dans le système du droit : une approche pluraliste), Problemy sovremennoj ekonomiki, 2004, n°1(9).

51   Unedesplusrécentesthèses : L. Svechnikova, Obychaj v prave narodov Severnogo Kavkaza v XIX v. (La coutume dans le droit des peuples du Caucase du Nord au XIXe siècle), Stavropol, 2004.

52   Voir ma critique des interprétations du « pluralisme juridique » dans « Antropologija prava i pravovoj pljuralizm. Prava cheloveka i prava narodov » (L’anthropologie du droit et le pluralisme juridique. Droits de l’homme et droits des peuples), Olen’ vsegda prav (Le renne a toujours raison), Moscou, 2003, p. 24-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anatoli Kovler, « L’anthropologie juridique en Russie : passé et présent d’une (grande) inconnue », Droit et cultures, 50 | 2005, 13-28.

Référence électronique

Anatoli Kovler, « L’anthropologie juridique en Russie : passé et présent d’une (grande) inconnue », Droit et cultures [En ligne], 50 | 2005-2, mis en ligne le 28 mai 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1049

Haut de page

Auteur

Anatoli Kovler

Anatoli Kovler, docteur en droit et directeur du Centre de droit comparé de l’Institut de l’Etat et du Droit de l’Académie des Sciences de Russie (1994-1999), est juge à la Cour Européenne des Droits de l’Homme (élu en 1999, réélu en 2004). Il a enseigné dans plusieurs universités à l’étranger. Ses principaux champs de recherches sont la théorie du droit, l’histoire du droit et l’anthropologie juridique. On peut citer, parmi ses principales publications, Les formes historiques de la démocratie: problèmes de la théorie juridique et politique, Moscou, 1990; Crise de la démocratie ?, Moscou, 1997 et Anthropologie du droit, Moscou, 2002.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org