Navigation – Plan du site
Anthropologie juridique en Russie

Présentation

Chantal Kourilsky-Augeven et Anatoli Kovler
p. 9-11

Texte intégral

1Ce n’est pas la première fois que Droit et Cultures manifeste son intérêt pour l’anthropologie du droit en Russie. Le lecteur se reportera, à cet égard, aux deux articles consacrés par Jacques Karro à la Yakoutie « La terre, le don et le sacrifice : la société yakoute dans l’œuvre des juristes russes à la fin du XIXe siècle » (1982) et « Le chamane dans son clan selon le droit coutumier yakoute » (1985) ainsi qu’à l’article sur « Serment et malédiction au Caucase » publié en 1989 sous la plume de Georges Charachidzé.

  • 1   Voir, dans le numéro 29 de cette Revue les articles suivants, Chantal Kourilsky-Augeven « Les fem (...)

2C’est également à partir de 1989 que la Revue devait aborder, sous l’angle de la régulation normative de la famille, la question de la société russe proprement dite et de l’existence d’un modèle culturel inhérent à cette société (Chantal Kourilsky). Cet intérêt devait se préciser en 1995 dans un numéro interdisciplinaire consacré aux femmes et à la famille en Russie dans lequel le précédent auteur, sociologue du droit, avait rassemblé les points de vue d’historiens, d’anthropologues et de sociologues russes sur le thème concerné (Svetlana Aïvazova, Vladimir Ivanistski, Marina Arutiunyan et Olga Zdravomyslova)1.

  • 2   Voir dans le numéro 43 les articles suivants : Per Månson, « La loi est comme le timon de la char (...)

3Après l’émergence des thèmes de la socialisation juridique de l’individu dans l’enfance et l’adolescence et de la conscience juridique des adultes (1998), les années 2002 et 2003 devaient voir la publication, dans le cadre du thème « Images et usages du droit chez les gens ordinaires », d’articles concernant la Russie émanant d’auteurs français (Chantal Kourilsky-Augeven), russes (Marina Arutiunyan et Olga Zdravomyslova) et suédois (Per Månson et Oksana Shmulyar) réunis dans un projet international2.

4Les collaborations entre juristes, anthropologues et sociologues français et russes nous permettent maintenant d’élaborer un numéro de Droit et Cultures consacré à l’anthropologie juridique en Russie. Qu’il s’agisse d’articles retraçant l’évolution de la discipline au cours de l’histoire, décrivant son état actuel ou faisant état de recherches spécifiques dans le Caucase ou le Grand Nord, ils nous permettront enfin d’avoir une vue d’ensemble de cette « terra » quasi « incognita » que constituent, pour le lecteur francophone, les approches russes.

5Dans son article Anatoli Kovler, qui avait eu l’audace, au début des années 1990, de se lancer dans l’aventure de l’enseignement de l’anthropologie juridique pour la première fois en Russie contemporaine, retrace deux siècles d’existence de cette science sous des formes différentes : histoire du droit des peuples de l’Empire russe, ethnologie des peuples autochtones, étude et description des coutumes de ces peuples. On soulignera la continuité des traditions de l’école russe d’ethnologie et d’anthropologie juridique, la richesse de la base empirique des recherches et la rigueur des notions opérationnelles. Le caractère pragmatique de l’anthropologie juridique en Union Soviétique s’expliquait par le souci de doter chaque peuple de « son » histoire et de « sa » culture sous l’œil bienveillant d’un Parti communiste omniprésent, soucieux à son tour d’équilibrer le national et l’inter-national dans un Empire peuplé de 150 nations et ethnies. La renaissance à l’époque post-soviétique de l’anthropologie juridique en tant que discipline proprement dite a permis de mettre en lumière le potentiel important des chercheurs russes et la multitude d’écoles et de tendances, parfois opposées l’une à l’autre. La lecture attentive des articles proposés dans ce numéro permettra aux lecteurs, nous l’espérons, de révéler la diversité des approches pratiquées par les chercheurs russes contemporains.

6Ce qui frappe dans l’article d’Ilia Axionovet de Larissa Svetchnikova, est la recherche d’une synthèse entre la théorie et l’histoire du droit afin de construire une méthodologie – à leur avis authentique – de l’étude du droit coutumier. Mais en prenant le droit coutumier dans toute sa totalité, y compris dans le droit privé ancien et contemporain, ces deux ethnologues de formation se gardent de sombrer dans l’exotisme ethnographique, presque inévitable dans ce domaine.

7Par contre, Irina Lomakina, historienne de formation, puise l’essentiel de ses idées sur le droit coutumier dans la philosophie et la sociologie du droit, notamment chez Jean Carbonnnier et Georges Gourvitch (dont la carrière, rappelons-le, avait débuté en Russie).

8Natalia Novikova qui passe l’essentiel de ses activités dans des expéditions organisées dans le Nord de la Sibérie ou bien chez les Esquimaux de Scandinavie (son récent voyage l’a menée jusqu’au Grœnland) nous invite à vivre au rythme du renne... Pourquoi ? « C’est le renne lui-même qui choisit où il va, il se nourrit pendant ses longs voyages et les peuples du Nord le suivent ». La réglementation juridique de la vie des autochtones, surtout dans le domaine de leurs activités économiques, doit donc en quelque sorte suivre le chemin du renne et ne pas créer des normes artificielles sans rapport avec la vie réelle. Conseil judicieux semble-t-il.

9L’article de Galina Kharioutchi, elle-même membre du peuple autochtone nénets, est consacré à un sujet apparemment éloigné des problèmes juridiques, celui des paysages sacrés et des lieux de culte des Nénets. Mais compte tenu du fait que les lieux de culte se trouvent sur les territoires d’exploitation traditionnelle des ressources naturelles, leur protection par la loi est une nécessité évidente. La notion de « milieu traditionnel de résidence » consacrée par la Constitution russe (art. 72
§ m) a bien mérité l’examen attentif et détaillé de l’auteur.

10Irina Babitch est connue comme l’un des auteurs les plus cités en matière d’études caucasiennes, même si parfois ses conclusions prêtent à la discussion. Observatrice attentive de la vie quotidienne des Ossètes, peuple chrétien au milieu des peuples islamisés, elle distingue nettement la conscience juridique existant au sein de la société rurale et dans la société urbaine. Elle souligne néanmoins que les sanctions communautaires à l’égard du coupable et de sa famille se sont parfois maintenues dans les agglomérations ossètes. Les observations de l’auteur sur la vie sociale en Kabardino-Balkarie (république peuplée par les kabardines chrétiens et les balkars musulmans) l’amènent à souligner les mérites d’un système juridique combinant de manière souple normes traditionnelles et normes des Codes pénal et civil soviétiques en interaction étroite avec les normes juridiques religieuses ou les normes non juridiques de l’adat.

11Chantal Kourilsky-Augeven présente un article de synthèse sur les modèles russe et français du droit, qui, à notre avis, permet de mieux comprendre les stéréotypes d’une mentalité russe imprégnée de justice et d’une mentalité française imprégnée de « droit ». L’analyse des systèmes de valeurs existant dans la conscience juridique des peuples des deux nations permet d’attirer une fois encore l’attention sur les rapports entre « morale » et « droit », approche tout à fait opposée à celle de Kelsen. Reste à souligner que l’auteur a mené des recherches sur le terrain en pratiquant plusieurs centaines d’interviews en France et en Russie.

12Il nous reste à exprimer l’espoir que la lecture de ce numéro de Droit et Cultures incitera les lecteurs à s’intéresser à d’autres publications des auteurs russes en matière d’anthropologie juridique, brisant ainsi ce Mur invisible qui, venant s’ajouter aux difficultés linguistiques, sépare l’Europe intellectuelle occidentale de l’autre l’Europe.

Haut de page

Notes

1   Voir, dans le numéro 29 de cette Revue les articles suivants, Chantal Kourilsky-Augeven « Les femmes et la famille en Russie : points de vue français et russes sur des questions controversées », Vladimir Ivanitski, « La femme russe et l’époque du Domostroï », Svetlana Aïvazova, « Le mouvement féminin en Russie : tradition et situation actuelle », Marina Arutiunjan, « Portrait des mères russes sur fond d’Europe : un profil des valeurs », Olga Zdravomyslova, « Statut familial et carrière professionnelle de la femme », Chantal Kourilsky-Augeven, « Famille, Egalité, Liberté : modèles juridiques et représentations individuelles chez les adolescents en Russie et en France ».

2   Voir dans le numéro 43 les articles suivants : Per Månson, « La loi est comme le timon de la charrue, elle va là où on la dirige. Les attitudes russes à l’égard du pouvoir et de la loi », Olga Zdravomyslova, « Un nouveau regard sur la société ? L’évolution des représentations du pouvoir, de la justice et de la solidarité », Oksana Shmulyar, « Faire des affaires à contre-courant de l’opinion publique : les nouveaux entrepreneurs en Russie », Marina Arutiunyan, « Les représentations du droit chez les adolescents et les adultes russes : l’exemple des valeurs civiques. Existe-t-il une socialisation juridique inhérente au genre ? », Chantal Kourilsky-Augeven, « Le citoyen russe aujourd’hui : appartenir à la Russie et regarder l’Europe ». Voir également dans le numéro 46 : Chantal Kourilsky-Augeven, « Genre, contexte local et socialisation juridique : femmes de Moscou, femmes d’Ivanovo », Olga Zdravomyslova-Stoyunina, L’usage du droit dans la vie quotidienne en Russie : une analyse comparée d’interviews recueillies à Moscou et Ivanovo”, Marina Arutiunyan, « Lutte ou fuite. Ou comment les gens ordinaires parlent de leur expérience face au Droit ou à leurs droits ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Kourilsky-Augeven et Anatoli Kovler, « Présentation », Droit et cultures, 50 | 2005, 9-11.

Référence électronique

Chantal Kourilsky-Augeven et Anatoli Kovler, « Présentation », Droit et cultures [En ligne], 50 | 2005-2, mis en ligne le 28 mai 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1047

Haut de page

Auteurs

Chantal Kourilsky-Augeven

Articles du même auteur

Anatoli Kovler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org