Navigation – Plan du site
comptes rendus

Pierre Fabien Nkot. Usages politiques du droit en Afrique. Le cas du Cameroun

Bruylant, Bruxelles, 2005, 212 pages dont une bibliographie sélective de 7 pages
Robert Pageard
p. 259-260
Référence(s) :

Usages politiques du droit en Afrique. Le cas du Cameroun, Bruylant, Bruxelles, 2005, 212 pages dont une bibliographie sélective de 7 pages

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage est sibyllin. P. F. Nkot, qui enseigne le droit public et la sociologie juridique à l’université de Yaoundé II, traite en réalité des manœuvres des dirigeants politiques africains, notamment camerounais, pour rendre inapplicables nombre de textes juridiques, faisant ainsi de ceux-ci une fiction et un décor.

2L’ouvrage est divisé en cinq chapitres. Les quatre premiers sont une contribution très critique à l’histoire politique et constitutionnelle du Cameroun aussi bien à l’époque d’Ahmadou Ahidjo (1960-1982) qu’à celle de Paul Biya (de 1982 à nos jours). Parmi les procédés de mise à l’écart des textes juridiques gênants figurent celui de la loi-écran qui bloque le recours aux principes posés par la Constitution et celui de l’abstention normative, celle-ci étant la paralysie de l’appareil réglementaire qui ne prend pas les mesures d’application.

3Le chapitre V présente un intérêt spécial. Son introduction (page 151) contient cette remarque capitale : « Précisons que, dans les conditions où, pour l’essentiel, les populations résistent pratiquement à l’alphabétisation occidentale et s’arc-boutent sur leurs langues et savoirs endogènes, les élites camerounaises usent de ce que l’on appelle le droit moderne comme d’un langage d’autistes. C’est d’ailleurs à peu près le cas pour toute l’ingénierie qui accompagne l’État-nation de type occidental ».

4Ce chapitre V s’intitule « L’explication fondamentale : la logique d’instrumentalisation du droit ». Ses trois parties traitent des rapports des dirigeants camerounais avec le droit international. Dans les deux premières parties, P. F. Nkot montre que, malgré l’adhésion du Cameroun à la Déclaration universelle des droits de l’homme, à la Charte de l’O.N.U., à la Convention contre la torture et au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, les populations sont loin de bénéficier des garanties de liberté et de dignité énoncées par ces textes. Maints détails font frémir.

5La troisième partie du chapitre V met en évidence le fossé qui existe entre le droit moderne et la vie quotidienne des populations. Avec raison, P. F. Nkot parle de « déphasage » entre la norme internationale et la réalité sociale. Il prend pour exemple la Convention des nations unies pour les droits de l’enfant et montre, en faisant le tour des diverses cultures qui coexistent au Cameroun, que la liberté de choix des enfants dans maints domaines, le domaine religieux en particulier, n’est nullement admise. L’adhésion des dirigeants camerounais à la Convention de 1990 reste purement théorique, sans application pratique ; il s’agit, dans ce cas comme dans d’autres, de faire bonne figure sur le plan international et d’en tirer profit.

6Nkot remarque au passage (page 170) – et c’est éclairant – que les échanges sont constants entre la ville, « présumée moderne » et le village « supposé traditionnel ». Les représentations traditionnelles dominent l’atmosphère psychologique et fondent les solidarités ethno-religieuses.
Il faut saluer la lucidité et le courage que reflète ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Pageard, « Pierre Fabien Nkot. Usages politiques du droit en Afrique. Le cas du Cameroun », Droit et cultures, 51 | 2006, 259-260.

Référence électronique

Robert Pageard, « Pierre Fabien Nkot. Usages politiques du droit en Afrique. Le cas du Cameroun », Droit et cultures [En ligne], 51 | 2006-1, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1043

Haut de page

Auteur

Robert Pageard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org