Navigation – Plan du site
comptes rendus

Michèle Dacher, Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso)

Editions Karthala, Paris, 2005, 399 pages dont une bibliographie (7 pages) et un glossaire gouin
Robert Pageard
p. 257-259
Référence(s) :

 Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso). Editions Karthala, Paris, 2005, 399 pages dont une bibliographie (7 pages) et un glossaire gouin

Texte intégral

1Michèle Dacher, anthropologue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, nous donne ici une très vivante relation de l’histoire d’une famille auprès de laquelle elle s’est fréquemment rendue entre 1982 et 1991, faisant des séjours de quatre mois dans le village gouin auquel elle donne le nom fictif de Gbindougou. Le pays gouin a pour capitale Banfora, dans le Sud-Ouest du Burkina Faso, et déborde quelque peu sur la Côte d’Ivoire dont il ressent actuellement les soubresauts. La société gouin traditionnelle, qui résiste encore malgré les faiblesses que constate Michèle Dacher, n’a pas d’autorité centrale ; tout Gouin né d’une femme mariée a deux appartenances : celle du lignage de sa mère, dispersé, et celle de la lignée des ancêtres paternels, localement fixe. L’enquête relève que les rapports avec le matrilignage sont en déclin.

2Outre les informations qu’il apporte sur la vie sociale véritable des Gouin et sur leur histoire nationale, ce livre contient une admirable série de portraits et d’histoires personnelles. Dix-sept hommes adultes avec leurs femmes et leurs enfants, sont présentés dans cette histoire d’une unité résidentielle (la concession de Kamon, l’ancêtre fondateur). L’époque considérée va de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. De nombreux fragments d’arbre généalogique aident le lecteur à se retrouver dans le vaste réseau familial.

3La reconstitution de la biographie de Dièllon Sirima, né vers 1970, forme une sorte d’œuvre dans l’œuvre (voir notamment le chapitre « Dièllon, l’héritier exilé », pages 325-374). Elle renseigne clairement sur les divers problèmes récents que connaissent l’Ouest du Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Le tableau de la vie de Dièllon va du cocasse au dramatique.

4Le droit, qui était géré par les anciens et l’est de plus en plus par les juges étatiques occupe une grande place dans cette société où la réalisation des alliances matrimoniales mobilisait une bonne partie des énergies. Les prestations matrimoniales jouaient un grand rôle dans la vie sociale. Elles étaient lourdes, tant en ce qui concernait le travail agricole à effectuer chez les parents de la future épouse que le montant de la compensation matrimoniale proprement dite. L’aide des responsables de lignage était jadis indispensable, ce qui créait une forte dépendance pour les jeunes hommes. Quant aux jeunes filles, elles ne disposaient pas de leur personne dès lors qu’il s’agissait de mariage. Si une union libre prématrimoniale était habituelle, après sacrifice des « poules de virginité » sur l’autel des ancêtres, l’amant ne pouvait être le futur mari et les enfants issus de cette union matrimoniales achevés. Tout ce système était psychologiquement très dur et reposait tant sur la puissance économique des chefs de lignage et de maison que sur la maîtrise des forces occultes – celles émanant des ancêtres en particulier – qui leur était reconnue.

5Michèle Dacher montre qu’en réalité nombre de femmes et de jeunes hommes parvenaient à échapper à ce système coercitif. Les migrations en Côte d’Ivoire y aidèrent considérablement.

6Ce système est maintenant à l’agonie car la puissance économique est désormais du côté des travailleurs migrants et des jeunes gens pratiquant les cultures de rente, spécialement celle du coton qui favorise la propriété individuelle ou familiale restreinte. La compensation matrimoniale existe toujours – et elle reste lourde – mais elle est pour la plus grande part versée par le futur mari lui-même. De plus en plus, le mariage résulte d’un choix mutuel.

7Michèle Dacher signale que les dernières grandes phases de ce changement sont la révolution sankariste (foncière notamment) à partir de 1983 et les progrès de l’agriculture moderne dans les années 1990 (voir les pages 217 et suivantes en particulier).

8Le revers de la libération des femmes et des jeunes hommes est l’instabilité matrimoniale. Elle est telle que, par peur de perdre leurs enfants si la mère quitte le domicile conjugal, beaucoup de maris s’empressent personnellement de faire enregistrer la naissance par un officier de l’état civil, surtout en brousse (page 182).

9Un autre des aspects juridiques remarquables de Cent ans au village concerne les successions (pages 194-209, 212-217). Les pouvoirs occultes se trouvent au premier plan des biens à distribuer, avant même les droits fonciers ; les épouses faisaient partie de l’héritage.

10Le culte des ancêtres paraît dominer dans la culture gouin bien que les « génies de brousse » y aient leur place (pages 161 et suivantes). Les funérailles dites « sèches » qui constituent la seconde étape du rituel funéraire, un certain temps après l’enterrement, sont capitales car elles confèrent au mort le statut d’ancêtre ; le mort jusqu’alors errant et inquiétant devient, par l’accomplissement des rites et sacrifices ad hoc, un protecteur qui joint sa force à celle des ancêtres précédents. Les funérailles, coûteuses sinon ruineuses, étaient donc essentielles dans la société traditionnelle et l’on comprend qu’elles aient eu le caractère d’une grande fête. Elles contribuaient en outre à affermir l’ordre familial.

11Un serment, appuyé sur un sacrifice spécifique, a longtemps pesé sur l’histoire du peuple gouin (les Gouin se nomment eux-mêmes Cirangba) et sur celle d’autres populations du Sud du Burkina Faso. C’était un serment de renonciation à l’usage dominateur des techniques et pratiques apportées par le colonisateur et constituant à ses yeux le progrès. Ce serment avait pour but de protéger l’identité ethnique. A « Gbindougou », il ne fut levé, avec sacrifice approprié, qu’en 1985 pour mettre fin aux mauvais résultats scolaires des jeunes Gouin (pages 56 et suivantes).

12Les forces occultes sont omniprésentes dans la chronique. Les autels ancestraux et les fétiches étaient notamment employés à titre coercitif contre les rebelles en matière matrimoniale. En revanche, la sorcellerie, c’est-à-dire l’usage égoïste, malveillant et infondé des forces occultes, est considéré par les Gouin comme représentant le « mal absolu » (page 150).

13On trouve à toutes les pages de cette saga familiale des tableaux, des portraits et des témoignages qui en apprennent beaucoup sur l’histoire intime des sociétés lignagères de l’Ouest africain. C’est une histoire qui, loin de l’image idyllique que l’on a parfois tendance à donner de la grande famille africaine, fourmille de situations conflictuelles plus ou moins cachées. C’est l’un des principaux enseignements du livre du Michèle Dacher dont les vues rejoignent par ailleurs les préoccupations de Droit et Cultures lorsqu’elle écrit dans sa conclusion : « les institutions sociales sont créées par des hommes pour des hommes qui les utilisent, les transgressent, les transforment, en jouent plus ou moins habilement en fonction de leurs désirs. » (page 375).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Pageard, « Michèle Dacher, Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso) », Droit et cultures, 51 | 2006, 257-259.

Référence électronique

Robert Pageard, « Michèle Dacher, Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso) », Droit et cultures [En ligne], 51 | 2006-1, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1041

Haut de page

Auteur

Robert Pageard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org