Navigation – Plan du site
comptes rendus

Sous la direction de Michel Cassan, Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture

Limoges, Pulim, coll. « Histoire », 2004, 358 p.
Guillaume Métairie
p. 248-252
Référence(s) :

Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture, Limoges, Pulim, coll. « Histoire », 2004, 358 p.

Texte intégral

  • 1   Les deux premiers titres portent sur Saint-Junien, un bastion anarchiste en Haute-Vienne (1893-19 (...)
  • 2   à l’instigation de Jean Nagle, dont le résultat des premières investigations est exposé dans Le d (...)
  • 3   Ce que matérialisent déjà deux publications : d’une part Les officiers « moyens » à l’époque mode (...)

1C’est le troisième volume d’une collection diversifiée dans ses centres d’intérêts1 que nous offrent ici les Presses universitaires de Limoges. Se plaçant dans le droit fil d’une recherche entamée il y a une dizaine d’années2, et depuis collectivement poursuivie3, l’ouvrage se compose de deux parties, d’importance d’ailleurs inégale (sept contributions pour l’une et trois pour l’autre), qui s’attachent d’abord aux attitudes professionnelles, puis aux savoirs et comportements culturels caractéristiques des officiers « moyens » en France, du xvie au xviiie siècle. Cet ensemble est, en outre, complété par un dossier archivistique consacré à l’établissement mouvementé du tribunal royal de Tulle, sur lequel s’achèvera ce compte rendu.

2Dans un avant-propos éclairant, M. Cassan précise que la population concernée est, entre justice et finance, estimée à deux mille officiers à la fin du xvie siècle. Une armée de serviteurs de la Couronne, donc, qui secrètent lettres, rapports, tableaux et formulaires devenus archives, lesquelles permettent de discerner leurs usages professionnels et d’en étudier l’impact au sein d’une administration monarchique visant à toujours plus d’efficacité, tandis que se démultiplie, de la Renaissance à la veille de la Révolution, le nombre des offices non point tant, paradoxe, en vue d’une efficience administrative accrue que pour des raisons fiscales bien connues.

3Les sept contributions relatives aux façons d’être professionnelles s’attachent aux officiers « moyens » envisagés surtout comme des administrateurs, souvent confrontés d’ailleurs aux usages qu’imposaient les notaires royaux.

4Abordant justement « Les notaires de Paris du xvie au xviiie siècle » sous l’angle de leurs office, profession et archives, R. Descimon propose trois pistes de recherches : cerner, face aux solidarités de la confrérie, les disparités sociales du milieu notarial, inégalités notables dès le xvie siècle, et qui ne s’aplanirent guère jusqu’à la fin de l’Ancien Régime ; étudier le prix des offices et la valorisation économique de la clientèle des notaires, au cours des xviie et xviiie siècles surtout ; se pencher sur les procédés de conservation des archives notariales – résultats d’une législation royale de plus en plus rationnelle, comme des progrès de la profession dans son ensemble –, lesquelles offrent aujourd’hui une source inépuisable d’enquêtes en matière d’histoire sociale.

5Ce sont les « Les activités professionnelles des gens des comptes de Bretagne au xvie siècle » qui ont retenu l’attention de D. Lepage, activités saisies à partir de deux sources : les livres des mandements royaux, où s’enregistrait l’essentiel de la législation financière, et les livres des audiences, où étaient recueillis les débats du Bureau de la Chambre des Comptes. Les conditions de travail faites à ces officiers, leur activité d’enregistrement des textes royaux, leur rôle de contrôleurs du personnel financier et de gardiens du domaine royal permettent de dresser un bilan contrasté et de nuancer l’appréciation d’un relatif déclin parfois énoncée à l’égard de messeigneurs des comptes, qui demeurent un fiable relais monarchique en Bretagne.

6Une étude de l’absentéisme est ensuite menée par Th. Lüttenberg, qui considère « L’assiduité des trésoriers généraux de France au bureau des finances de Bourges (1578-1650) », encore que l’on puisse s’interroger sur l’appartenance même de ces personnages à la catégorie des officiers « moyens », dont ils ne se seraient sans doute pas flattés de relever. Sur fond de fort absentéisme que pratiquaient certains des soixante-six trésoriers de Bourges, l’auteur insiste sur l’importance de la variable géographique pour graduer l’assiduité des officiers – l’éloignement renforçant à l’évidence l’absence, et la sédentarité la présence – et tente de rapprocher mobilités sociale et géographique à travers le prisme de la détention des offices.

7Les cas individuels ne sont pas pour autant oubliés et M. Cassan portraiture « Isaac Chorllon, un officier ‘moyen’ de finance au xviie siècle », faisant ressortir ce que la biographie d’un notable greffier de l’élection de la Marche, à la réputation solidement ancrée, peut apporter à notre connaissance des agencements sociaux, alliances et autres solidarités, dans une région par ailleurs rétive à recevoir l’autorité royale. L’intérêt d’un tel portrait, au-delà de son unicité réductrice, est d’accéder, sinon à la représentativité, du moins à une exemplarité riche d’enseignements sur les pratiques et techniques de l’officier de finance, contact provincial de traitants parisiens au milieu du Grand Siècle.

8Une question de surveillance fiscale est ensuite envisagée par A. Blanchard dans « Contrôler pour mieux contrôler : l’administration des dixièmes et vingtièmes dans la généralité de Soissons au xviiie siècle », mais ignore le thème choisi, puisqu’il n’y est jamais traité d’officiers, moyens ou pas, mais d’agents de la haute administration, intendants en tête.

9C’est jusqu’au chef de la justice que remonte V. Meyzie, dans une contribution très dense : « Le chancelier Pontchartrain et les magistrats des présidiaux limousins et périgourdins (1700-1714) : contribution à une analyse des pratiques professionnelles ». La correspondance, vigilante et nourrie, du chancelier permet d’évaluer capacité, probité et degré d’obéissance au roi des officiers de justice concernés, dont la conduite, parfois, « ébrèche l’idéal du parfait magistrat chrétien » : interprétation biaisée des textes au profit d’intérêts individuels ou collégiaux ; négligences, voire malhonnêtetés légères ; réticences sporadiques à suivre les injonctions monarchiques ; et, brochant sur le tout, conclut l’auteur, une véritable « culture du conflit de faible intensité ».

10Enfin, cette première partie consacrée aux pratiques s’achève sur l’analyse de « L’activité professionnelle d’un premier juge du siège ordinaire du comté pairie de Laval au xviiie siècle » que propose F. Pitou à partir du Recueil de Sentences tenu par l’intéressé de 1712 à 1764. Dans le cadre seigneurial, cet écrit renseigne à divers titres : sur les conditions matérielles du travail des magistrats : vêtements, préséances, calendrier judiciaire, lieux d'audience ; sur des éléments procéduraux : audition des causes, plaidoiries, délibérés ; sur l’élaboration, enfin, de la jurisprudence : l’auteur consigne volontiers les raisons et motifs qui ont présidé aux décisions. Autant de clefs pour connaître la situation ordinaire d’un petit tribunal.

11Analyser la vie professionnelle des officiers n’empêche toutefois pas d’envisager aussi leur univers culturel propre : bagage intellectuel et activité savante (solides humanités, érudition spécialisée, aspirations littéraires), tous deux révélateurs d’aspects plus personnels de l’officier « moyen », ce dont se chargent les trois ultimes contributions.

12Dans une démarche classique et minutieuse, A. Coutelle analyse « La bibliothèque d’un conseiller au présidial de Poitiers au xviie siècle » : propriétaire (en l’occurrence, Laurent Richard, escuyer, conseiller du Roy et juge magistrat) ; catalogue ; ordre de rangement ; fonds professionnel ou plus proprement culturel ; estimation marchande… L’auteur souligne la spécificité du livre, objet distingué par nature – ce que traduisent, entre autres, ses modalités de possession et de transmission – et cerne le rôle de la bibliothèque : instrument de travail et source de connaissance ; vecteur de réussite, aussi, en ce qu’elle favorise la maîtrise des codes sociaux ; double miroir, surtout, du goût individuel et des bénéfices professionnels que son possesseur escompte tirer de ses lectures.

13Puis S. Capot étudie « Les pratiques culturelles des magistrats de la Chambre de l’Edit à Castres (1579-1679) », dans le cadre précis d’une cour souveraine relativement méconnue à cause d’attributions religieuses très circonstancielles, détenues des guerres de Religion à la révocation de l’Edit de Nantes. Il en conclut néanmoins à une véritable activité culturelle des magistrats en matières juridique (œuvres liées à leur exercice de la justice et fidèles à la tradition des recueils d’arrêts) ou littéraire (ouvrages poétiques, correspondances, travaux académiques… réalisés à partir de bibliothèques inférieures à celles des grands robins) et souligne le rôle social dévolu à l’érudit du xviie siècle, l’érudition même étant estimée collective par nécessité.

14Enfin, E. Haddad, sous un titre amphibologique : « Les histoires provinciales du royaume de France : une approche de la culture des officiers ‘moyens’ aux xviie et xviiie siècles », renoue, à travers une douzaine d’auteurs appartenant à diverses provinces, le lien qu’établissaient, entre histoire, pouvoir et imaginaire, ces gens de justice cultivés, officiers locaux ballottés entre l’attachement provincial qu’ils éprouvaient et la centralisation monarchique qu’ils servaient. Leur écriture de l’histoire est ainsi l’occasion de mieux appréhender à la fois leur milieu culturel et certaine métamorphose des méthodes historiographiques apparue au cours du siècle des Lumières.

15Toutefois, ces actes de colloque n’épuisent pas à eux seuls l’intérêt manifeste de ce volume, et « Un dossier archivistique. Le tribunal royal de Tulle (Moyen Age – xviie siècle) » mérite de retenir in fine l’attention du lecteur. Il se constitue de deux apports conjoints, l’un et l’autre assortis de pièces justificatives.

16J. Hoareau-Dodinau retrace d’abord « Une guerre de Cent Ans en Bas-Limousin : l’établissement du siège sénéchal à Tulle », conflit au cours duquel, comme il était fréquent dans l’ancienne France, plusieurs villes (ici Tulle, Brive et Uzerche) revendiquaient de fixer chez elles le siège d’une juridiction royale, pour la plus grande commodité du païs, bien sûr. C’est l’occasion de voir les sujets du roi solliciter la justice retenue et s’engager à la fois dans la voie lente de la justice déléguée ; c’est surtout l’occasion de rappeler qu’outre la prééminence que donnait à une cité sur d’autres la présence d’un tribunal royal en ses murs, l’enjeu le plus crucial pour la population du lieu était sans doute la garantie d’un développement considérable de son activité économique. M. Cassan complète ensuite la carte judiciaire limousine par « L’établissement du siège présidial à Tulle (1636-1639) » et publie les transcriptions et de l’édit royal créant la juridiction, et du traité présidial qui l’accompagnait.

17On l’aura compris, c’est un véritable enrichissement de notre connaissance des officiers de rang intermédiaire (donc plus difficilement saisissable) que nous procure, l’ensemble des études heureusement rassemblées dans ce volume.

Haut de page

Notes

1   Les deux premiers titres portent sur Saint-Junien, un bastion anarchiste en Haute-Vienne (1893-1923), par Christian Dupuy, pulim, 2003, 227 p. et sur La Bannière et la rue. Les processions dans le Centre-Ouest au xixe siècle (1830-1914), par Paul d’Hollander, pulim, 2003, 305 p.

2   à l’instigation de Jean Nagle, dont le résultat des premières investigations est exposé dans Le droit de marc d’or des offices. Tarifs de 1583, 1704, 1748. Reconnaissance, fidélité, noblesse, Genève, Droz, 1992, 277 p.

3   Ce que matérialisent déjà deux publications : d’une part Les officiers « moyens » à l’époque moderne, France, Angleterre, Espagne. pulim, 1998, 400 p. (Actes du colloque tenu à Limoges en 1997 : « Les officiers ‘moyens’ à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité ») ; d’autre part deux livraisons des Cahiers du Centre des recherches historiques (nos 23 et 27, 1999 et 2001), la dernière intitulée Les officiers « moyens », officiers royaux et officiers seigneuriaux. Nous profitons de ces indications pour mentionner le très remarquable « Guide bibliographique. Justice seigneuriale et justice de proximité en France, de la fin du Moyen Age au début du xixe siècle », dressé par Laetitia Cornu et Antoine Follain, aux pages 393-427 de l’ouvrage collectif Les justices de village. Administration et justice locales de la fin du Moyen Age au début de la Révolution, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2003, 430 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Métairie, « Sous la direction de Michel Cassan, Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture », Droit et cultures, 51 | 2006, 248-252.

Référence électronique

Guillaume Métairie, « Sous la direction de Michel Cassan, Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture », Droit et cultures [En ligne], 51 | 2006-1, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1032

Haut de page

Auteur

Guillaume Métairie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org