Navigation – Plan du site
Prière(s) et Droit

Présentation

Geneviève Koubi
p. 11-12

Texte intégral

Prière de ne pas ...

1En tant que le « prière d'insérer » se comprend généralement en dernière instance, faisant parfois l’objet de la « quatrième de couverture », il ne peut servir à une introduction d’un dossier consacré au lien incertain qui pourrait se constituer entre les prières et le droit. Cependant, il serait tout aussi incongru d’oser une « prière de ne pas insérer » !

2Les contributions composant ce dossier : « Prière(s) et Droit » s’inscrivaient principalement dans le contexte d’une commémoration de la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des Eglises et de l’Etat – tout aussi peu conduite au niveau des institutions publiques fut-elle. L’approche des prières devait alors s’avérer reliée à la gestion juridique des observances religieuses, à la connaissance de la liberté de religion, à la perception des religions par le droit ou dans le droit.

3Pour nombre d’entre ces religions, la « prière » est entendue comme l’un des principaux paliers d’adhésion à une mystique organisée ou structurée, inculquée et enseignée au sein des groupes institués en communautés. Du fait de la prégnance de cette consonance, dans un Etat laïque, le discours du droit l’exclut : le mot « prière » n’appartient pas donc au vocabulaire juridique.

4Or, en tout état de cause, le verbe « prier » ne revêt pas en lui-même de sens religieux ni de force religieuse.

5Compris le plus souvent comme révélant un acte isolé ou une action individuelle, prier n’implique pas nécessairement une posture de soumission et de sujétion. Exposé dans les espaces publics, dans ces espaces laïques qui se défient du religieux, prier équivaut plus sûrement à solliciter, demander et réclamer (devant les instances publiques et les autorités administratives) qu’à mendier ou quémander (termes généralement exposés dans le champ social) ou qu’à implorer ou supplier, (expressions qui s’approchent de la finalité religieuse de la relation entre soi et un être immatériel et irreprésenté, transcendant ou immanent).

6La prière pourrait ainsi être entendue comme l’expression polie d’une revendication.

7Prier revient en quelque sorte à exprimer une forme de « respect », une certaine « considération » envers l’interlocuteur, quel qu’il soit, qu’il s’agisse d’obtenir de sa part la reconnaissance d’un droit ou d’emporter de sa part une faveur, de négocier un délai, voire de susciter sa compassion.

8Or, quand bien même le verbe « prier » s’inscrit et s’écrit dans les correspondances administratives, il est en définitive marqué par sa qualité religieuse : même s’il peut se révéler emprunt d’« hypocrisie », il traduit l’existence d’une certaine « déférence », ajourée d’une forme d’appréhension, de crainte, que tout un chacun ressent devant le mystère des arcanes administratifs.

9Sans doute, ces dimensions ne pouvaient être retenues dans la perspective adoptée initialement : la question particulière de la séparation des Eglises et de l’Etat ouvrait sur d’autres horizons qui plaçaient tant la pratique religieuse « collective » que le souci individuel d’un rattachement à cette pratique rassembleuse au centre du débat.

10Mais le mot « prière » peut aussi, en revers, recouvrir la formulation civilisée d’une interdiction ou d’une censure légale ou non. Toutefois, s’il existe une différence appréciable entre la locution : « défense de ... », la formule : « il est interdit de ... » et l’énoncé « prière de ne pas ... », cette dernière expression renferme une dimension singulière quant à une possible tolérance envers le manquement, la désobéissance ou la transgression de la règle exposée.

  • 1   Comment ici ne pas rappeler que l’épouse du Président de la République, à la fin d’un repas à l’E (...)

11Et curieusement, bien qu’elles soient particulièrement recentrées sur la question religieuse, c’est dans ce registre qui sépare et conjugue l’interdiction explicite et la tolérance de la transgression1 que s’inscrivent les différentes contributions présentées dans ce dossier « Prière(s) et Droit »...

Haut de page

Notes

1   Comment ici ne pas rappeler que l’épouse du Président de la République, à la fin d’un repas à l’Elysée, convia un ecclésiastique de haut rang à « dire une prière d’action de grâces » ? in Le canard enchaîné du mercredi 11 janvier 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Koubi, « Présentation », Droit et cultures, 51 | 2006, 11-12.

Référence électronique

Geneviève Koubi, « Présentation », Droit et cultures [En ligne], 51 | 2006-1, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1024

Haut de page

Auteur

Geneviève Koubi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org