Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Baudoin Dupret. Droit et sciences sociales

Paris, Armand Colin, 2006, coll. « Cursus sociologie », 208 pages
Régis Malice
p. 234-236
Référence(s) :

Droit et sciences sociales
Paris, Armand Colin, 2006, coll. « Cursus sociologie », 208 pages

Texte intégral

1La rencontre du droit et des sciences sociales a bouleversé de manière décisive le champ des recherches dans le domaine juridique. Au-delà de l’approche normative régissant les rapports sociaux, le droit s’est transformé en objet d’investigation à la fois sociologique, anthropologique et linguistique. L’ouvrage de Baudoin Dupret accorde une place centrale à ces nouvelles voies de connaissance et parcourt, en quatre parties, le chemin conduisant à une redéfinition des études sociojuridiques.

2Quatre grands courants constitutifs de cette sociologie du droit permettent de lever le voile sur l’ontologie d’une discipline trop empreinte de dogmatisme et de rigidité. La tendance culturaliste évolutionniste tout d’abord, née de l’influence des théories darwinistes, apparaît comme la traduction symbolique de cultures intériorisées. S’y rattachent les écoles historiques et leurs figures emblématiques (Savigny, Maine) qui reconnaissent au droit sa nature sociale fondamentale, ouvrant ainsi les portes sur des perspectives sociologiques (Élias) ou psychologiques expérimentales (Jackson, Piaget, Kohlberg). Dans cette mouvance, l’anthropologie du droit ne peut être ignorée et se décline de multiples façons : coloniale illustrée par Morgan, Spencer, Tylor et dans le cas français, Durkheim, Mauss, Lévy-Bruhl, Maunier, Gurvitch ; culturelle avec les travaux de Stewart, Carneiro, Hoebel, et interprétativiste développée par Geertz, concevant le droit comme un ensemble codé de significations permettant d’appréhender la réalité. Les pluralismes juridiques apportent également leur pierre à l’édifice. Ainsi, le « droit vivant » (Ehrlich) trouve son origine dans les activités de la société elle-même et non dans les législations. Dans la même veine, une autre approche, initiée notamment par Griffiths et Moore, s’oppose au centralisme juridique décrit comme un mythe, tandis qu’émergent d’autres systèmes issus de la postmodernité (polycentricité, interlégalité, nativisme). Toutefois, cette expression culturaliste prête à discussion en raison de ses fondements épistémologiques et de la problématique de l’essentialisme et de l’évolutionnisme qui la sous-tendent.

3La seconde orientation d’inspiration critique considère le droit comme fait de société. À ce titre, la pensée durkheimienne s’impose en France, revendiquée par de nombreux chercheurs (Huvelin, Fauconnet, Davy, Duguit). Ses prolongements vont vers la construction de nouveaux paradigmes avec les travaux de Carbonnier sur la juristique, ou ceux de Lascoumes et Commaille définissant une sociologie où le droit et la justice apparaissent constitutifs, acteurs et objets du politique. Le monde anglo-saxon, quant à lui, retient une conception fonctionnaliste du juridique comme outil d’ingénierie sociale, à l’image de la sociological jurisprudence (Pound, Lasswell, Mc Dougal…) débouchant sur le courant Law & Society privilégiant, pour sa part, la conduite d’études sociojuridiques. D’autres perspectives visent à expliquer le droit en termes de pouvoir, de rapports de force et de domination. S’inscrivent dans le cadre le marxisme, la vision habermassienne de la rationalité procédurale et de l’interaction communicationnelle, ou encore la théorie structurelle des champs de Bourdieu. Enfin, sous l’influence de Michel Foucault, se développent une critique postmoderniste et ses ramifications (les Critical Legal Studies, le déconstructionnisme, la psychanalyse).

4La tendance institutionnaliste, qui interroge le droit en tant qu’entité de régulation des rapports sociaux en oubliant le contexte, peut prendre des formes très diverses. Le positivisme, bien que critiqué, s’est tout d’abord imposé avec l’œuvre de fondateurs comme Bentham (théorie du commandement), Austin (classification des lois), Kelsen (normativisme) ou encore Hart (étude langagière et analytique). Pour sa part, la démarche compréhensive de Max Weber et de ses héritiers place le phénomène juridique dans un processus évolutionniste de rationalisation au service d’un pouvoir bureaucratique. La théorie fonctionnaliste, quant à elle, assigne au droit une mission de règlement des conflits et de cohésion sociale (Malinowski, Parsons), et connaît sa version la plus finalisée dans une construction systématique et autopoiétique (Luhmann). Enfin, l’analyse économique met en évidence une vision wébérienne utilitariste centrée sur la rationalité individuelle.

5Si ces approches envisagent le droit dégagé de toute empirie comme élément extérieur explicatif du social, la dernière voie, au contraire, le retient sous un angle pragmatique et praxéologique et l’appréhende dans son environnement contextuel, son aptitude à produire du sens, ses interactions et ses pratiques. Sont convoqués à cet effet, les courants réalistes, la philosophie du langage (Wittgenstein), les modèles interactionnistes, constructivistes et sémiotiques, l’ethnométhodologie (Garfinkel), l’analyse de discours, ou encore l’ethnographie de l’activité juridique.

6Une bibliographie particulièrement sélective et un index des auteurs concluent la lecture de ce livre, qu’une plus grande concision dans l’exposé de certains points aurait sans doute rendu plus pédagogique. Même s’il présuppose quelques repères solides, l’ouvrage proposé reste original et de grande qualité, la réflexion est profonde, le plan extrêmement rigoureux. Au final, un bon instrument de travail nous renseignant parfaitement sur la place du droit dans nos sociétés occidentales.

7Régis Malice

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malice, « Baudoin Dupret. Droit et sciences sociales », Droit et cultures, 53 | 2007, 234-236.

Référence électronique

Régis Malice, « Baudoin Dupret. Droit et sciences sociales », Droit et cultures [En ligne], 53 | 2007-1, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1010

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org